les nerfs à vif (1991) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les nerfs à vif (1991)

les nerfs à vif (1991)

ciné répertoire
Cape fear
Usa - 1991 - 2h08
sorti en France le 18 mars 1992
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Martin Scorsese

scénario : James R. Webb, Wesley Strick
d'après l'oeuvre de : John D. MacDonald
direction de la photographie : Freddie Francis
musique ou chansons : Bernard Herrmann (ré-orchestrée par Elmer Bernstein)
avec : Robert De Niro (Max Cady), Nick Nolte (Sam Bowden), Jessica Lange (Leigh Bowden), Juliette Lewis (Danielle Bowden) Joe Don Baker (Claude Kersek), Robert Mitchum (Lieutenant Elgart), Gregory Peck (Lee Heller), Martin Balsam (le juge), Illeana Douglas (Lori Davis), Fred Dalton Thompson (Tom Broadbent), Catherine Scorsese (cliente du stand de fruits), Charles Scorsese (client du stand de fruits), Jackie Davis (Jimmy le docker), Zully Montero (Graciela)
séances : semaine du mercredi 6 avril 2016
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
21:00*
séance spéciale :
* ciné mardi dans le cadre du Festival Play it again (2ème édition) - film couplé avec "Les Nerfs à vif" (J. Lee Thompson) - tarif préférentiel 2 films = 7 € - soirée animée avec Hidden circle - le Festival Play it again est organisé en partenariat avec l’Adfp (Association des distributeurs de films de patrimoine).

synopsis

Max Cady vient de passer quatorze ans dans un pénitencier, reconnu coupable du viol et du meurtre d'une adolescente. Il n'a qu'une idée en tête : se venger de l'avocat, Sam Bowden, qui l'a jadis fait condamner. Cady est persuadé que Bowden a fait disparaître des pièces du dossier d'instruction afin de s'assurer de sa condamnation. L'ancien détenu s'installe en Floride, dans la petite ville où vivent Sam, sa femme Leigh et leur fille Danielle...

notes de production

Une première adaptation cinématographique du roman de John D. MacDonald fut réalisée en 1962 par John Lee Thompson (1) sous le titre Les Nerfs à vif.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1655

Par ailleurs, la musique, due à l’origine à Bernard Herrmann, fut également reprise, quoique légèrement adaptée et réorchestrée par son disciple Elmer Bernstein (Herrmann étant décédé après avoir achevé la musique de Taxi driver) (2) et Scorsese confia le générique au légendaire Saül Bass (3), ici assisté d’Elaine Bass (4).
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Taxi_Driver
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Saul_Bass
(4) https://en.wikipedia.org/wiki/Elaine_Makatura_Bass

Bien que non mentionné au générique, Steven Spielberg (5) participa à la production du film par le biais de sa société Amblin entertainment (6).
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film542
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Amblin_Entertainment
Steven Spielberg devait d’abord réaliser le film mais il s’est désisté. C’est lui qui a proposé Martin Scorsese comme réalisateur et c’est également lui qui l’a convaincu, après plus d’un an d’arguments, de le faire. Il lui a dit que c’était un film commercial qui avait le potentiel de devenir un énorme succès, à la condition que Scorsese y amène sa force dans la réalisation. Scorsese s’est mit à lire trois fois le script original lorsqu’il réalisait Les Affranchis (7), il a détesté à chaque fois parce qu’il trouvait la famille Bowden trop heureuse et il la voulait misérable.
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film636

La présence de Robert Mitchum, Gregory Peck et Martin Balsam est un clin-d’œil à la version originale de 1962 (8). Lorsque Steven Spielberg (5) était à la tête du projet, il songeait à Bill Murray (9) pour le rôle de Cady. Scorsese a songé d’abord à Harrison Ford (10) et Robert De Niro a du appeler Ford pour le convaincre de récupérer le rôle de Max Cady. En revanche, c’est Robert Redford (11) qui était son premier choix pour le rôle de Sam Bowden. Drew Barrymore (12) et Reese Witherspoon (13) ont été auditionnées pour le rôle de Danielle Bowden qui échoit à Juliette Lewis. Alyssa Milano (14) s’est vu aussi offrir le rôle mais elle la déclina sous la pression de son partenaire Tony Danza dans Madame est servie (15). C’est le dernier film de Gregory Peck au cinéma. De même, Christina Applegate (16) auditionna pour le rôle de Danielle mais elle le refusa à la suite des pressions de son producteur Ron Leavitt (17).
(8) Robert Mitchum, qui incarnait Max Cady, devient le lieutenant Elgart, qui cherche à l’arrêter ; Gregory Peck passe du rôle de la victime, Sam Bowden, à celui de l’avocat de Max Cady ; enfin Martin Balsam, qui jouait le détective Mark Dutton, est cette fois le juge.
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film406
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Harrison_Ford
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Redford
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Drew_Barrymore
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Reese_Witherspoon
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Alyssa_Milano
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_est_servie
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Christina_Applegate
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ron_Leavitt

Le tournage dura 17 semaines. Robert De Niro a payé un dentiste 5 000 dollars pour transformer sa dentition comme s’il avait passé dix ans en prison et lui donner un air plus féroce. Après le tournage, il lui en coûta 20 000 de plus pour lui redonner sa forme d’origine. Nick Nolte, plus grand que De Niro, a du perdre du poids. Robert De Niro a du travailler ses muscles plusieurs mois avant le tournage afin de donner plus de crédibilité à la force musculaire de Max Cady et est tombé à 3% de masse graisseuse. Pour la scène où Max Cady se glisse sous la voiture, De Niro a exigé qu’un cascadeur lui démontre que cela pouvait être possible. L’accent de Cady crée par De Niro vient d’un de ses premiers rôles où il jouait le rôle d’un sudiste. Pour préparer le rôle, De Niro a récupéré le script et est parti dans des villes du sud des États-Unis avec un enregistreur-radio pour faire lire des lignes de dialogue à des habitants locaux pour pouvoir travailler son accent par la suite.
Pour jouer avec vraisemblance son rôle d’agresseur sexuel, Robert De Niro s’impliqua de façon importante, procédant à des recherches approfondies sur ce type de crimes. La scène où son personnage mord sa victime est même due à une suggestion de sa part !
C’est aussi Robert de Niro qui eu l’idée de faire de son corps le reflet de sa personnalité avec les tatouages (De Niro s’est tatoué avec des teintures végétales). Voulant en faire la surprise à Martin Scorsese, il arriva sur le plateau avec ses tatouages, sans l’avoir averti. Ce dernier lui déclara qu’on y comprenait rien et que son corps avait l’air d’une grille de mots croisés. Vexé, Robert De Niro ne lui adressa pas la parole pendant trois jours (les tatouages ont disparu au bout de quelques mois).

L’ouverture du film (sur un générique hallucinant de Saül Bass (3) suivi de la présentation de l’histoire face caméra par la jeune fille éprouvée de la famille Bowden, Dani, interprétée par la débutante Juliette Lewis) et sa conclusion (sur les yeux de l’adolescente saisis fixement en gros plan avec un jeu sur l’inversion négatif des couleurs, après le combat primitif ayant opposé son père à Cady) indiquent que nous avons à faire à un conte horrifique bien plus qu’à un film noir. L’engagement de Freddie Francis, chef opérateur de renom (Les Innocents (18) de Jack Clayton, Elephant man (19) et Dune (20) de David Lynch) et réalisateur de films d’horreur du studio Hammer (21), au poste de directeur de la photographie va dans ce sens. Martin Scorsese, maître du cauchemar urbain expressionniste plus ou moins prononcé selon les films (Mean streets (22), Taxi driver (2), Raging bull (23), After hours) (24), fait de son thriller un film d’épouvante dont la menace est incarnée par une sorte de croque-mitaine démoniaque et tout-puissant qui, pour son satisfaire son entreprise de vengeance, harcèle méthodiquement les membres d’une famille afin de la détruire dans des souffrances autant morales que physiques.
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Innocents_(film,_1961)
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Elephant_Man_(film)
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dune_(film)
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hammer_Film_Productions
(22) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mean_Streets
(23) http://www.citebd.org/spip.php?film637
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/After_Hours_(film)

La scène de l’auditorium du lycée entre Robert De Niro et Juliette Lewis a été totalement improvisée par les deux acteurs lors de la première prise. On peut y voir Juliette Lewis un peu énamourée et surprise devant un Robert de Niro qui lui met son pouce dans la bouche et l’embrasse. Martin Scorsese a finalement décidé de la garder. Dans le script d’origine la scène devait être une scène symbolisant la chasse de Cady mais Scorsese a décidé qu’elle serait une scène de séduction.

Les Nerfs à vif comprend un cameo des parents du réalisateur Martin Scorsese, Catherine et Charles Scorsese : ils jouent le couple de personnes âgées que l’on voit manger des fruits dans la rue.

Le film a été réalisé en partie à Fort Lauderdale (25), en Floride et la dernière scène a été tournée au John U. Lloyd State park, au milieu d’un marécage de mangroves (26).
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/Fort_Lauderdale
(26) https://fr.wikipedia.org/wiki/Mangrove

L’épisode Lac terreur (27) des Simpson parodie le film. Le titre original de cet épisode est d’ailleurs Cape feare. De plus, la musique que l’on entend quelquefois dans le film est un thème qui a été repris par Les Simpson à chaque fois que l’on voit Tahiti Bob (28), un criminel de la série.
(27) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_Terreur
(28) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tahiti_Bob

Les Nerfs à vif fut nominé aux Oscar (29) et aux Golden globes pour les titres de meilleur acteur (Robert De Niro) et meilleur second rôle féminin (Juliette Lewis), mais n’en obtint finalement aucun.
(29) https://fr.wikipedia.org/wiki/64e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars

Au niveau du nombre d’entrées, Les Nerfs à vif constitua le plus gros succès de Martin Scorsese : le film rapporta en effet plus de 79 millions $ de recettes sur le seul territoire étatsunien.

Martin Scorsese
voir fiche du film Shutter island
http://www.citebd.org/spip.php?film578

James R. Webb
voir fiche du film Les Nerfs à vif (1962)
http://www.citebd.org/spip.php?film1655

Wesley Strick
Né le 11 février 1954 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0834338/

John D. MacDonald
voir fiche du film Les Nerfs à vif (1962)
http://www.citebd.org/spip.php?film1655

Freddie Francis
Né le 22 décembre 1917 à Londres, et décédé le 17 mars 2007 à Isleworth (Gb).
Réalisa de nombreux films de série B pour la Hammer avant de devenir un directeur de la photographie exigeant...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Freddie_Francis

Bernard Herrmann
voir fiche du film Fahrenheit 451
http://www.citebd.org/spip.php?film1411

Elmer Bernstein
Né le 4 avril 1922 à New York et décédé le 18 août 2004 à Ojai (Californie).
Sa partition jazzique pour L’Homme au bras d’or d’Otto Preminger est restée célèbre...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Elmer_Bernstein

Robert De Niro
voir fiche du film Les Affranchis
http://www.citebd.org/spip.php?film636

Nick Nolte
Né le 8 février 1941 à Omaha.
C’est avec 48 heures de Walter Hill, aux côtés d’Eddie Murphy, qu’il gagne ses galons d’acteur populaire...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nick_Nolte

Jessica Lange
Née le 20 avril 1949 à Cloquet (Minnesota).
Son rôle effeuillé dans le King kong de John Guillermin est resté dans nos souvenirs...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jessica_Lange

Juliette Lewis
Née le 21 juin 1973 à Los Angeles.
C’est par le biais du film Tueurs nés d’Oliver Stone que l’actrice devient célèbre...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Juliette_Lewis

Joe Don Baker
voir fiche du film Tuez Charley Varrick
http://www.citebd.org/spip.php?film1250

Robert Mitchum
voir fiche du film La Nuit du chasseur
http://www.citebd.org/spip.php?film1012

Gregory Peck
voir fiche du film Ces garçons qui venaient du Brésil
http://www.citebd.org/spip.php?film1542

Martin Balsam
voir fiche du film Les Nerfs à vif (1962)
http://www.citebd.org/spip.php?film1655

Illeana Douglas
Née le 25 juillet 1965 à Quincy (Massachusetts).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Illeana_Douglas

Fred Dalton Thompson
Né le 19 août 1942 à Sheffield (Alabama), décédé le 1er novembre 2015 à Nashville.
Premier sénateur étatsunien ayant en parallèle une carrière d’acteur à la télévision (son rôle du District Attorney Arthur Branch dans la série New York, police judiciaire l’a rendu mondialement célèbre)...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fred_Dalton_Thompson

Catherine Scorsese
http://www.imdb.com/name/nm0778734/

Charles Scorsese
http://www.imdb.com/name/nm0778737/

Zully Montero
Née Clara Zully Montero le 25 janvier 1944 à La Havane.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Zully_Montero

extrait(s) de presse

Dvd classik - On retrouve ici les obsessions de Scorsese et son bagage catholique : les affres de la culpabilité, la quête douloureuse de rédemption cathartique, une Amérique nourrie aux illusions et fragilisée par ses démons intérieurs qui ne demandent qu'à sortir au moindre manquement à une discipline de nature morale, institutionnelle ou légale...
Il était une fois le cinéma - (...) de cette simple histoire de film noir d’un homme fraîchement sorti de prison qui revient tourmenter son ancien avocat par esprit de vengeance, Martin Scorsese et son scénariste Wesley Strick en tirent une odyssée religieuse subversive autour du thème de la culpabilité...
Citizen poulpe - Au final, c’est une sorte de conte qui nous est raconté ici par Scorsese, avec son lot de folklore et sa dimension morale.
Télérama - "Les Nerfs à vif" est une oeuvre forte et convulsive.
Cinéma fantastique - En sa qualité de thriller et de remake, "Les Nerfs à vif" permet en effet à Scorsese de faire officiellement irruption dans une histoire des formes et par là même, de les corrompre de l’intérieur en poussant à leur paroxysme les thèmes emblématiques de son cinéma : la culpabilité, la trahison, l’expiation - en bref, la religion...
Odyssée du cinéma - Tout en réalisant un remake, Scorsese parvient à inclure des thématiques qui lui sont chères : le péché et la rédemption notamment...
Frenetic arts - "Les Nerfs à vif" n'est plus une simple et efficace affaire de vengeance, mais relève désormais de la puissance biblique...