chala, une enfance cubaine - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > chala, une enfance cubaine

chala, une enfance cubaine

ciné môme
Conducta
Cuba - 2015 - 1h48
sorti en France le 23 mars 2016
accessible aux enfants à partir de 8 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Ernesto Daranas

scénario : Ernesto Daranas
direction de la photographie : Alejandro Pérez
musique ou chansons : Juan Antonio Leyva, Magda Rosa Galbán
avec : Alina Rodríguez (Carmela), Armando Valdés Freire (Chala), Silvia Águila (Raquel), Yuliet Cruz (Sonia), Armando Miguel Gómez (Ignacio), Amaly Junco (Yeni), Miriel Cejas (Marta), Idalmis García (Mercedes), Tomás Cao (Carlos), Héctor Noas (Pablo)
séances : semaine du mercredi 30 mars 2016
mercredi 30 jeudi 31 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
14:00*
14:00*
14:00*
séance spéciale :
* tarif jeune (- 18 ans) 3,50 € - adulte accompagnant 6,00 €
séances : semaine du mercredi 6 avril 2016
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
14:00*
14:00*
14:00*
14:00*
14:00*
séance spéciale :
* tarif jeune (- 18 ans) 3,50 € - adulte accompagnant 6,00 €
* tarif jeune (- 18 ans) 3,50 € - adulte accompagnant 6,00 € - mardi dernière séance

synopsis

Chala, jeune cubain, malin et débrouillard, est livré à lui-même. Elevé par une mère défaillante qui lui témoigne peu d’amour, il prend soin d’elle et assume le foyer. Il rapporte de l’argent en élevant des chiens de combat. Ce serait un voyou des rues sans la protection de Carmela, son institutrice, et ses sentiments naissants pour sa camarade Yeni...

notes de production

Armando Valdes Freire a été sélectionné pour le film parmi plus de 7 000 enfants de différentes écoles primaires et secondaires. Pourtant, il n’a pas été un premier choix, car il a été recalé au premier tour. Une des conditions à remplir était entre autres de savoir nager, ce qui n’était pas son cas. Mais l’équipe était confiante, ils savaient qu’il pourrait surmonter cet obstacle.

Le projet Chala est né d’une collaboration avec un groupe d’étudiants de la Faculté des Médias Audiovisuels de l’ISA de la Havane (1) : ils ont eu une part active dans le travail, le choix du thème, l’enquête parallèle pour le script, et la sélection des enfants du film. Le film se base sur des événements réels que nous avons abondamment documentés sur le terrain raconte Ernesto Daranas.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Havane

Pour le rôle de l’enseignante Carmela, Ernesto Daranas s’est inspiré d’une des maîtresses d’école de ses enfants pour développer le personnage : il existe une maîtresse de la Vieille Havane se nommant Carmela qui a fait la classe à l’un de mes enfants. Elle a servi de référant à notre personnage. Elle m’a aidé pour une partie du scénario, explique le cinéaste.

Décédée d’un cancer cet été, Alina Rodríguez (Carmela) était l’une des actrices cubaines les plus connues de sa génération. Nous reste alors Carmela, son dernier rôle pour lequel elle sera primée au Havana Film Festival de New York en 2014. Celle qui était très impliquée dans plusieurs projets communautaires (RHC) en dirigeant au jeu d’acteur des professionnels et amateurs, était aussi connue pour ses rôles dans des pièces théâtre.

Pour trouver les enfants qui jouent dans Chala, Ernesto Daranas a parcouru avec son équipe les écoles primaires et secondaires de Cerro, du Centre la Havane (1) et de la Vieille Havane : nous avons ainsi trouvés les enfants que nous souhaitons, certains avec des problématiques, un environnement familial très similaires à celles que nous voulions aborder, lesquels ont beaucoup apportées à l’histoire, explique le cubain.

Pour préparer les enfants à bien entrer dans leurs rôles, Ernesto Daranas a organisé des ateliers où il travaillait beaucoup l’improvisation avec des scènes qui ne sont pas dans le film, pour les entraîner : nous n’avons pas commencé à travailler avec le véritable scénario tant que ce que nous souhaitions ne fut pas obtenu, déclare le metteur en scène.

Ernesto Daranas parle de la violence régnant à Cuba et qu’il met en scène dans Chala : en ce qui concerne la violence, elle est souvent l’expression de conflits et d’insatisfactions qui ne peuvent être résolues qu’en s’attaquant à leurs causes réelles. Tout cela a un impact inévitable sur l’enfance, la famille, l’école et la société.

Entretien avec Ernesto Daranas
Comment es-tu arrivé à ce sujet ?
Nous avons conçu ce projet comme un film - un atelier pour un groupe d’étudiants de la Faculté des Médias Audiovisuels de l’ISA. Ils ont une part active dans le travail, le choix du thème, l’enquête parallèle pour le script, et la sélection des enfants du film. Conduite est le résultat du travail effectué, articulé sur un ensemble de préoccupations personnelles...
https://socio13.wordpress.com/2014/10/22/ernesto-daranas-realisateur-cubain-le-film-conduite-reflete-le-declin-de-leducation-en-raison-de-pres-dun-quart-de-siecle-de-crise-economique-a-cuba/

Ernesto Daranas
http://www.imdb.com/name/nm1954936/

Alejandro Pérez
http://www.imdb.com/name/nm1286298/

Juan Antonio Leyva
http://www.imdb.com/name/nm1935957/

Magda Rosa Galbán
http://www.imdb.com/name/nm1927429/

Alina Rodríguez
http://www.imdb.com/name/nm0735715/

extrait(s) de presse

Trigon film - Tout cela donne un film paradoxalement et incroyablement optimiste au regard de la misère humaine et de la rigidité sociale qu’il met en scène car le film exprime une chaleur humaine qui semble capable de tout emporter avec elle.
Réveil communiste - Chala est un enfant magnifique, plein de vie et des solutions plein la tête, avec l’amour et la grande loyauté de sa mère et de son professeur, qui le garde comme si c’était un ange.
La Habana - L’habile direction d’acteurs d’expérience et d’enfants n’ayant aucune expérience d’acteur préalable, confirme Ernesto Daranas comme l’un des grands réalisateurs du cinéma cubain d’aujourd’hui.
Les Ecrans de Claire - Il faut aller voir ce long métrage pour la beauté et l’énergie de ces enfants, pour l’intérêt du sujet et pour le jeu naturel et convaincant des acteurs.
Oblikon - (...) un film juste, qui ne rentre pas dans les clichés du manichéisme...