les premiers, les derniers - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les premiers, les derniers

les premiers, les derniers

Belgique, France - 2015 - 1h38
sorti en France le 27 janvier 2016
prix Europa cinémas et prix Oecuménique Berlin 2016
film - film francophone
de

Bouli Lanners

scénario : Bouli Lanners
direction de la photographie : Jean-Paul de Zaeytijd
avec : Albert Dupontel (Cochise), Bouli Lanners (Gilou), Suzanne Clément (Clara), Michael Lonsdale (Jean-Berchmans), David Murgia (Willy), Aurore Broutin (Esther), Philippe Rebbot (Jésus), Serge Riaboukine (le chef des chasseurs), Lionel Abelanski (l'homme de l'entrepôt), Virgile Bramly (le teigneux), Max von Sydow (le croque-mort), Dominique Bettenfeld (propriétaire du téléphone)
séances : semaine du mercredi 16 mars 2016
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
20:35
21:00
11:00*
18:30
20:35
18:30*
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
* dernière séance

synopsis

Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d’un téléphone volé au contenu sensible. Leur chemin va croiser celui d’Esther et Willy, un couple en cavale. Et si c’était la fin du monde ? Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ? Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers...

notes de production

Bouli Lanners collabore à nouveau avec son chef opérateur attitré Jean-Paul De Zaeytijd avec qui il a travaillé sur ses précédentes réalisations Travellinckx (1), Muno (2), Ultranova (3), Eldorado (4) et Les Géants (5). Les deux hommes ont cherché à ce que Les Premiers, les derniers soit doté d’une image noire, crépusculaire, âpre, avec des intérieurs confinés et sombres et des extérieurs très froids. Paradoxalement, cette tonalité créée via le numérique a pour objectif de faire naître l’espoir, le cinéaste considérant ce film comme son oeuvre la plus positive à ce jour.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Travellinckx
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Muno_(film)
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ultranova
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film131
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film658

Max Von Sydow et Michael Lonsdale complètent le casting de Les Premiers, les derniers : au delà du fait d’avoir l’immense bonheur de tourner avec eux, c’est l’image du père que j’ai essayé de créer en leur confiant ces deux rôles. Il me fallait deux personnages plus âgés que Gilou, plus fragiles physiquement mais tellement plus forts sur le plan moral. Ce dont Gilou a besoin pour rebondir et pour se reprendre en main, c’est un père qui lui fait prendre conscience que sa fragilité à lui est toute relative, confie Bouli Lanners.

Les Premiers, les derniers partage une thématique commune avec les autres films de Bouli Lanners, à savoir celle d’une cellule familiale traditionnelle explosée, qu’on essaie de reconstituer par tous les biais possibles.

Bouli Lanners, également scénariste du film, est allé puiser l’inspiration de son nouveau film dans sa propre existence. Sa cousine autiste a récemment trouvé un compagnon, relation qu’il a repris à son compte pour les personnages d’Esther et Willy. Le personnage qu’il incarne à l’écran, Gilou, est soumis à un cœur défaillant, comme Lanners lui-même qui a dû être opéré du cœur peu avant le tournage. Enfin, le décor se rapproche d’un monorail découvert par le cinéaste au nord de la Beauce (6).
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Beauce_(r%C3%A9gion)
Le film a été tourné en partie le long de la voie d’essai de l’aérotrain d’Orléans.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_d%27essai_de_l%27a%C3%A9rotrain_d%27Orl%C3%A9ans

Bouli Lanners nous en dit plus sur la signification du titre Les Premiers, les derniers : ce qui nous relie aux premiers Hommes, nous qui sommes peut-être les derniers, c’est ce même désir absolu d’exister à travers le clan familial. J’aime l’idée d’un lien qui nous relie encore à eux. Ça me rassure. Et puis, Le premier et Le dernier, c’est Dieu. Les premiers hommes, à la différence des animaux avaient une conscience et recherchaient le divin. Même si ma foi est cabossée, je suis moi aussi toujours à la recherche du divin. Nous sommes peut-être les derniers, mais nous ne sommes pas très différents des premiers.

Entretien avec Bouli Lanners
Quel fut le point de départ de ce film ?
Une image, juste une image que j’ai pu voir grâce au train de nuit Toulouse-Paris dans lequel je ne dormais pas. Une espèce de rampe de lancement en béton qui traversait la plaine sur des kilomètres. Je ne savais pas ce que c’était, j’avais l’impression que c’était un aqueduc. J’ai repéré le nom des gares que je traversais, j’y suis retourné. Et voilà...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/les-premiers-les-derniers,343319

Bouli Lanners
voir fiche du film Les Géants
http://www.citebd.org/spip.php?film658

Jean-Paul de Zaeytijd
http://www.imdb.com/name/nm0212492/

Albert Dupontel
voir fiche du film Le Grand soir
http://www.citebd.org/spip.php?film839

Suzanne Clément
voir fiche du film Laurence Anyways
http://www.citebd.org/spip.php?film863

Michael Lonsdale
voir fiche du film Des hommes et des dieux
http://www.citebd.org/spip.php?film480

David Murgia
voir fiche du film Alleluia
http://www.citebd.org/spip.php?film1349

Aurore Broutin
Née à Dunkerque, le 18 novembre 1982.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aurore_Broutin

Philippe Rebbot
https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Rebbot

Serge Riaboukine
Né le 29 décembre 1957 à Givors.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Serge_Riaboukine

Lionel Abelanski
Né le 22 octobre 1964 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Abelanski

Virgile Bramly
https://fr.wikipedia.org/wiki/Virgile_Bramly

Max von Sydow
voir fiche du film Shutter island
http://www.citebd.org/spip.php?film578

Dominique Bettenfeld
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Bettenfeld

extrait(s) de presse

Le Nouvel obs - Magistralement mis en scène par Bouli Lanners, qui joue l’un des deux rôles principaux, l’autre étant tenu par Albert Dupontel, le film est une sorte de leçon des ténèbres, où la lumière est au cœur du récit...
France tv info - Si ce film est teinté d'une forme de pessimisme, la patte du cinéaste est encore bien là. Sa poésie, sa musique si particulière, ses héros itinérants et ses routes de campagne.
Paris match - Même s'il ne tient pas toujours son scénario par la bride, Bouli Lanners nous offre un singulier moment de cinéma. Au fond, "Les premiers, les derniers", c'est un peu Tarantino chez Bruno Dumont…
La Croix - Une violence mâtinée de rire à la manière de Tarantino alterne avec une bouleversante délicatesse qui entraîne vers la poésie ce western âpre et pourtant lumineux.
La Voix du nord - Au-delà de la foi, s’impose une certitude absolue : ce Bouli-là n’est pas seulement un bon film, c’est surtout un film bon !
Le Parisien - Les friches industrielles et le papier peint des chambres d'hôtel sont à se pendre. Mais les acteurs ont une sacrée gueule et l'intrigue tient debout. Avis aux amateurs de polar.
àVoir-àLire - Pour sa quatrième réalisation, Bouli Lanners nous offre une belle odyssée biblique, sombre mais optimiste, qui repose sur son travail graphique et l’éclectisme de son casting.
Unidivers - C’est tellement savoureux, esthétique et bien joué qu’en sortant on se demande encore ce qu’il y avait à comprendre… Mais quel excellent moment on a passé.