little go girls - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > little go girls

little go girls

France - 2015 - 1h33
sorti en France le 9 mars 2016
documentaire - film francophone
de

Eliane de Latour

scénario : Eliane de Latour
musique ou chansons : Eric Thomas
séances : semaine du mercredi 9 mars 2016
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
20:30*
séance spéciale :
* ciné mardi : "quand les femmes font leur cinéma" - en présence de Eliane de Latour et de la productrice Jane Roger, séance animée avec Hidden circle - film couplé avec "Les Suffragettes" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € - soirée en partenariat avec la Mpp, Femmes Solidaires, Sisyphe vidéo et Ciné passion 16.

synopsis

A Abidjan, les Go de ghetto empruntent un chemin chaotique entre délinquance et sexe tarifé pour gagner un peu d’autonomie. Très jeunes, majoritairement musulmanes, elles fuient les violences familiales quitte à vivre clandestinement et dans le déshonneur. Aux dernières marches de la prostitution, ce sont des parias. Mais Bijou, Blancho, Chata, Mahi et quelques autres décident de changer leur destin, elles entrent à la Casa des Go où de nouvelles difficultés surgissent... Qui en sortira vraiment ?

notes de production

Avant de réaliser Little go girls, Éliane de Latour avait déjà donné à voir l’intimité des "fraîchnies" d’Abidjan, de jeunes prostituées, à l’occasion d’une exposition photographique soutenue par la Mairie de Paris en 2011.

En plus de filmer les jeunes femmes, la réalisatrice Éliane de Latour a fondé une Casa des Go afin de les recueillir et de les sortir de leur ghetto. C’est principalement dans cette maison que la cinéaste a tourné son film.

Little go girls est un documentaire pratiquement sans dialogue, la réalisatrice préférant se concentrer sur les expressions des visages et des corps de ses protagonistes.

À Abidjan, les Go se servent de leur corps comme d’un tiroir-caisse pour avoir un peu de liberté quitte à vivre dans le déshonneur. Très jeunes, elles fuient les violences familiales. Prises dans des trajectoires de résistance et de soumission, elles affrontent l’autorité dans l’espoir de pouvoir, un jour, choisir seule. Cette quête folle de liberté, les amène dans les ghettos de « fraîchenies » où je les photographie. À l’extérieur, on ne voit en elles que des « maudites, hurlantes, violentes, des filles foutues » qui apportent la honte et le malheur. Mes portraits semblent leur apporter le reflet d’une dignité, ils me permettent d’établir un lien avec elles. Trois ans après, je les filme, sans narration, sans parole ou presque. Elles me font cadeau de leur intimité dans un demi silence. Pour avoir travaillé deux ans sur les sites de prostitution, je le reçois comme une grâce qui permet de faire émerger une autre face d’elles-mêmes en rupture avec les préjugés qui les condamne à la flétrissure. Un peu plus tard, elles tentent ensemble de sortir du bannissement. Au moment où elles arrivent à se libérer, elles se débarrassent de leurs corvées sur deux petites bonnes, analphabètes comme elles. Une malmenée trouvera toujours une plus faible qu’elle dans un système de dépendance qui s’étend à toutes les relations dans un monde où "chacun est dans son chacun". Dans nos univers saturés de discours, je cherche un cinéma tourné vers l’expression intérieure de l’être qui souffre et résiste, sans qu’il n’ait forcément envie d’en parler face caméra...
Éliane de Latour

(...) Les Go transgressent les valeurs collectives avec violence, elles exhibent leur force à se prendre en main hors des puissances tutélaires qui les assignent à une infériorité de nature et de destin. Elles ont un furieux désir de sortir de la flétrissure qui les accable, et de cesser cette activité qu’elles détestent pour subvenir à leurs besoins, leurs rêves, leurs ambitions...
http://elianedelatour.com/little-go-girls/

Little go girls va sortir bientôt dans la jungle des 23 films par semaine dont une partie est portée par de très grosses sociétés qui opèrent avec des stratégies commerciales qui unifient l’offre, plus qu’avec des lignes éditoriales diversifiées comme celles des plus petits distributeurs. Si on souhaite un paysage cinématographique varié, au plus grand profit des spectateurs, il faut aider les "jeunes pousses" de cette jungle...
http://www.kisskissbankbank.com/little-go-girls

Éliane de Latour
https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89liane_de_Latour

Eric Thomas
http://compagnie-laronde.fr/eric-thomas-compositeur-et-musicien/