moonwalkers - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > moonwalkers

moonwalkers

Belgique, France - 2015 - 1h47
sorti en France le 2 mars 2016
Prix du public Etrange festival 2015
accessible aux enfants à partir de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Antoine Bardou-Jacquet

scénario : Dean Craig
direction de la photographie : Glynn Speeckaert
musique ou chansons : Kasper Winding, Alex Gopher
avec : Ron Perlman (Tom Kidman), Rupert Grint (Jonny), Robert Sheehan (Leon), Stephen Campbell Moore (Derek Kaye), Jeanne Abraham (une employée), Kerry Shale (monsieur White), Jay Benedict (colonel Dickford), Eric Lampaert (Glen), John Flanders (agent Murphy de la Cia), Erika Sainte (Ella), Kevin Bishop (Paul), Tom Audenaert (Renatus)
séances : semaine du mercredi 24 février 2016
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 1er
21:00*
séance spéciale :
* ciné mardi : "ground control to major Tom" - film couplé avec "2001, l'odyssée de l'espace" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € - soirée animée avec Hidden circle
séances : semaine du mercredi 2 mars 2016
mercredi 2 jeudi 3 vendredi 4 samedi 5 dimanche 6 lundi 7 mardi 8
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
11:00*
14:00
18:30
21:00
11:00*
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 9 mars 2016
mercredi 9 jeudi 10 vendredi 11 samedi 12 dimanche 13 lundi 14 mardi 15
18:30
18:30
21:00
21:00
11:00*
18:30
18:30
18:30
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 16 mars 2016
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
14:00
14:00
14:00*
séance spéciale :
* dernière séance

synopsis

En juillet 1969, Tom Kidman, l'un des meilleurs agents de la Cia de retour du Vietnam, est envoyé à Londres pour rencontrer Stanley Kubrick et le convaincre de filmer un faux alunissage au cas où la mission Apollo 11 échouerait. Kidman ne trouve pas Kubrick, mais il tombe sur Jonny, le manager raté d'un groupe de rock hippie. C'est le début d'un long périple...

notes de production

Le film est inspiré par les rumeurs sur le programme Apollo 11 selon lesquelles les vaisseaux du programme Apollo 11 ne se seraient jamais posés sur la Lune et qu’il s’agirait en fait d’une mise en scène réalisée sur Terre. Ce thème avait déjà fait l’objet du faux documentaire Opération Lune (1). Par ailleurs, dans le documentaire Room 237 (2) sur Stanley Kubrick, il est indiqué que des indices seraient cachés dans Shining (3).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Lune
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film913
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Shining_(film)

C’est en cherchant des images des premiers hommes ayant marché sur la lune pour les montrer à son fils de 6 ans qu’Antoine Bardou-Jacquet a constaté que la plupart sont consacrées à la théorie du complot. L’une d’elles, via le documentaire The Dark side of the moon (1), voyait même Stanley Kubrick impliqué dans cette soi-disante imposture. Pour tourner en ridicule cette théorie, le metteur en scène en est venu à imaginer comment la Cia (4) aurait pu mettre sur pied un tel dispositif. Il a ainsi écrit une dizaine de pages sur cette idée et les a présentées à un producteur.
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Central_Intelligence_Agency

Il faut évidemment revisiter le film Capricorn one (5) de Peter Hyams qui raconte aussi une histoire de faux alunissage filmé en réalité dans un hangar. Le plus amusant c’est que c’est ce même Peter Hyams qui réalisera quelques années plus tard la suite de 2001, l’odyssée de l’espace (6).
Gilles Marchal
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Capricorn_One
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film1636

Les costumes de Moonwalkers évoquent des références précises de personnages marquants de l’époque durant laquelle se déroule l’intrigue du film, à savoir la fin des années 1960 (7). Antoine Bardou-Jacquet explique : la fille porte une robe blanche à fleurs inspirée de Jane Birkin (8), Rupert rappelle davantage le Blow up d’Antonioni (9), le personnage de Glenn est une sorte de Jimmy Page (10), Derek a des costumes entre Brian Jones (11) et Carnaby street (12), les Hells angels (13) ont des look empruntés aux vrais Hell’s angels londoniens qui faisaient la sécurité aux concerts des Rolling stones (14)…
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_1960
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jane_Birkin
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Blow-Up
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_Page
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Brian_Jones_(musicien)
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carnaby_Street
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Hells_Angels
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Rolling_Stones

Contrairement à ce qu’il a l’habitude de faire en publicité, la branche professionnelle d’où il vient, Antoine Bardou-Jacquet a privilégié pour Moonwalkers la comédie et non les effets complexes ou autres mouvements de caméras difficiles. Le réalisateur a davantage cherché à retranscrire une atmosphère avec pour objectif de faire rire les spectateurs.

La raison principale ayant poussé Ron Perlman à accepter le rôle provient du fait que Moonwalkers soit une comédie. Comme sa filmographie en témoigne, il s’agit d’un genre dans lequel l’acteur s’illustre peu compte tenu de son physique de dur à cuire, même si ce dernier rappelle tout de même qu’il a fait ses débuts en tant qu’humoriste.
C’est l’agent le plus coriace de la Cia (4) et il a participé aux missions les plus secrètes. Il souffre désormais d’un stress post-traumatique, mais il n’en parle à personne parce qu’il ne veut pas se mettre en danger en révélant ses faiblesses psychologiques. Il doit tenir le cap même s’il a des visions, qu’il a les mains qui tremblent et qu’il a des suées en raison des horreurs dont il a été témoin au Vietnam (15) . Lorsque ce dur à cuire qui est allé au combat se retrouve face à ces artistes et à ces poseurs, il explose - surtout quand il n’obtient pas ce qu’il veut. Il n’est pas habitué à ce que sa mission échoue : il est prêt à tout pour obtenir ce dont il a besoin.
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Vi%C3%AAt_Nam

Pour les besoins du tournage, Rupert Grint a dû apprendre à marcher sur la lune ! Ainsi, le comédien a étudié des images d’archives pour bien cerner la dimension physique de la gravité zéro (16) et la reproduire de manière convaincante.
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Gravit%C3%A9_Z%C3%A9ro

Moonwalkers se déroule dans l’ambiance psychédélique du Londres des seventies (17). Une époque qui fascine particulièrement Antoine Bardou-Jacquet pour sa richesse culturelle : l’année 1969 a été riche et fascinante. Du concert des Stones à Hyde park (18) aux premiers pas sur la lune, Woodstock (19), Warhol (20), la guerre du Vietnam etc. C’est une période incroyable sur le plan culturel et musical : David Bowie (21), The Who (22), les Stones (14), Led Zeppelin (10) … C’est un tournant, une libération, on passe d’un monde gris contrôlé par des vieux à un monde en couleur où la jeunesse expérimente tout ce qui passe, la sexualité, les drogues, des modes de vie différents…"
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ann%C3%A9es_1970
(18) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Stones_in_the_Park
(19) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Woodstock
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Andy_Warhol
(21) http://www.citebd.org/spip.php?film1445
(22) http://www.citebd.org/spip.php?film1243

L’équipe a eu recours aux effets infographiques pour représenter certaines avenues londoniennes pleines de monde, mais aussi pour concevoir les plans se déroulant dans l’espace ou encore le trip sous acide (25) de Ron Perlman qui mélange prises de vue réelles expérimentales et images de synthèse.

La maison du personnage du réalisateur a été pensée par les décorateurs comme une sorte de mélange entre celle de Mick Jagger dans le film Performance (23) et la Factory (24) d’Andy Warhol. Soit une grande maison abandonnée d’architecture classique, aménagée par une communauté d’artistes plus ou moins talentueux et portés sur le Lsd (25).
(23) https://fr.wikipedia.org/wiki/Performance_(film)
(24) https://fr.wikipedia.org/wiki/Factory
(25) https://fr.wikipedia.org/wiki/LSD

Antoine Bardou-Jacquet
http://www.imdb.com/name/nm5532666/

Dean Craig
http://www.imdb.com/name/nm1918877/

Glynn Speeckaert
voir fiche du film Les Garçons et guillaume, à table !
http://www.citebd.org/spip.php?film1094

Kasper Winding
voir fiche du film The Salvation
http://www.citebd.org/spip.php?film1358
http://www.imdb.com/name/nm0934719/

Alex Gopher
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alex_Gopher

Ron Perlman
Né Francis Ronald Perlman le 13 avril 1950 à New York.
La Guerre du feu, puis Le Nom de la rose, tous deux de Jean-Jacques Annaud vont le propulser dans le tourbillon du 7ème art (pas que, il y a eu aussi La Belle et la bête à la tv + Sons of anarchy plus récemment)...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ron_Perlman

Rupert Grint
Né Rupert Alexander Lloyd Grint) le 24 août 1988 à Watton-at-Stone, Hertfordshire (Gb).
Pas facile d’échapper à l’univers d’Harry Potter (il y joue Ron Weasley), et pourtant il y parvient...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rupert_Grint

Robert Sheehan
Né le 7 janvier 1988 à Portlaoise, Comté de Laois (Irlande).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Sheehan

Stephen Campbell Moore
Né Stephen Thorpe le 30 novembre 1979 à Londres.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Campbell_Moore

Jeanne Abraham
http://www.imdb.com/name/nm6932303/

Kerry Shale
http://www.imdb.com/name/nm0787715/

Jay Benedict
voir fiche du film Chico & Rita
http://www.citebd.org/spip.php?film652
http://www.imdb.com/name/nm0070779/

Eric Lampaert
http://www.imdb.com/name/nm3382553/

John Flanders
http://www.imdb.com/name/nm1712811/

Erika Sainte
Née le 14 juillet 1981.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Erika_Sainte

Kevin Bishop
http://www.imdb.com/name/nm0084107/

Tom Audenaert
Né le 21 mai 1979 à Lokeren (Belgique).
voir fiche du film Hasta la vista
http://www.citebd.org/spip.php?film789
http://www.imdb.com/name/nm2058024/

extrait(s) de presse

Filmosphère - Antoine Bardou-Jacquet livre un premier film propre et qui tient la route de bout en bout et marqué de nombreuses fulgurances visuelles...
Cinéséries - "Moonwalkers" est une petite comédie étonnante, assurée d’être la première bonne surprise de l’année 2016 et la découverte d’un jeune réalisateur à suivre de très près...
Journal des sorties - Tango schizophrénique ou juste psychédélique, le film d’Antoine Bardou-Jacquet réussit l’impossible : divertir comme un trip qui ne finirait pas descente en piqué. A ranger dans la catégorie des très bonnes surprises.
Film de culte - "Moonwalkers" joue sur la corde sensible du choc des cultures, des âges et des générations et y ajoutant une petite touche de polar...
Cinécomça - "Moonwalkers" est tout simplement excellent ! Un trio d’enfer, une BO rythmée, de l’action et beaucoup d’humour font du film une petite pépite qu’il faudra courir voir en salles lors de sa sortie.
GentleGeek - Pour son premier long-métrage, Antoine Bardou-Jacquet signe une comédie hallucinée et psychédélique...
Celluloïdz - Délicieusement drôle, foutrarquement inventif et ingénieusement écrit, "Moonwalkers" est généreux en gags visuels, comme en dialogues truculents, fort de la subtilité et le pince sans rire de son humour so british. Une découverte hilarante et qui pourrait bien devenir culte.
Sueurs froides - "Moonwalkers" est une superbe découverte, inattendue de la part d'un si jeune cinéaste. Un potentiel futur auteur et en tout cas, quelqu'un dont on attend vivement les prochains films.