le dernier jour d’yitzhak rabin - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > le dernier jour d’yitzhak rabin

le dernier jour d’yitzhak rabin

Israël, France - 2015 - 2h30
sorti en France le 16 décembre 2015
compétition officielle Mostra de Venise 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Amos Gitaï

scénario : Marie-Jose Sanselme, Amos Gitaï
direction de la photographie : Eric Gautier
musique ou chansons : Amit Poznansky
avec : Ischac Hiskiya (président de la Commission), Pini Mitelman (membre de la Commission), Tomer Sisley (chauffeur de Rabin), Michael Warshaviak (membre de la Commission), Einat Weizman (avocate de la Commission), Yogev Yefet (assassin de Rabin), Rotem Keinan (avocat de la Commission), Tomer Russo (directeur de l’Hôpital), Uri Gottlieb (conseiller juridique du gouvernement), Ruti Asarsai (policière), Dalia Shimko (psychiatre), Gdalya Besser (officier de police), Odelia More (professeur), Eldad Prywes (garde du corps de Rabin), Shalom Shmuelov (agent de renseignement), Mali Levi (la journaliste), Liron Levo (le soldat), Shimon Peres (acteur)
séances : semaine du mercredi 3 février 2016
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
21:00
11:00*
21:00
11:00*
séance spéciale :
* matinale 3,50 €

synopsis

4 novembre 1995. Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, l’homme des accords d’Oslo et Prix Nobel de la paix, est assassiné sur la place des Rois d’Israël à Tel Aviv après un long discours contre la violence et pour la paix. Son assassin : un étudiant juif religieux d’extrême droite. Vingt ans après, le cinéaste Amos Gitaï revient sur cet événement traumatisant avec un nouvel éclairage. Replaçant l’assassinat dans son contexte politique et sociétal, "Le Dernier jour d’Yitzhak Rabin" mêle reconstitutions fictives et images d’archives afin d’offrir un véritable thriller politique...

notes de production

Amos Gitaï songe à l’assassinat d’Yitzhak Rabin et à une éventuelle adaptation cinématographique depuis la date du meurtre, le 4 novembre 1995. Cette envie a pris une autre dimension depuis deux ans, en un temps où les déchirements moyen-orientaux ont eu une autre ampleur. On peut d’ailleurs apercevoir via des images d’archives le premier ministre israélien actuel, Benjamin Netanyahou (1), présenté comme opposant à Yitzhak Rabin
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Benyamin_Netanyahou

Le Dernier jour d’Yitzhak Rabin a été présenté en sélection officielle au festival de Venise 2015. Une habitude pour le cinéaste puisque chacune de ses œuvres est présentée au festival depuis 2012. Il a même reçu en 2013 le prix Robert Bresson (2), récompense englobant l’œuvre d’un artiste.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Robert-Bresson

Afin de coller au plus près des faits, Amos Gitaï a procédé à un important travail de recherche, amorcé deux ans avant le tournage. Il est venu voir en personne le président de la Commission de l’époque, en charge d’enquêter sur l’assassinat. Les conclusions tirées par cette assemblée à l’époque ne furent qu’en partie rendues publiques. Un morceau concernant l’implication d’un éventuel agent double et l’analyse sur certaines mouvances d’extrême droite sont restés secrets mais ont été mis à disposition, presque vingt ans après les faits, du réalisateur.

Yitzhak Rabin (3) fut d’abord militaire de formation et participa à de nombreux conflits moyen-orientaux, dont la Guerre de Six Jours. Sa carrière politique commença en 1968 lorsqu’il devint ambassadeur aux Etats-Unis. Il fut élu Premier ministre d’Israël à deux reprises, entre 1974 et 1977 puis entre 1992 et 1995. C’est lors de son second mandat qu’il signa les accords d’Oslo, processus démarchant la paix entre son pays et la Palestine. Son action déclencha aussi la haine d’une partie de la population, aspect renforcé après son prix Nobel en 1994 partagé avec Yasser Arafat. Il fut assassiné en 1995 par un étudiant d’extrême droite. 20 ans plus tard, Le Dernier jour d’Yitzhak Rabin relate ce moment crucial du pays.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Yitzhak_Rabin

Selon Amos Gitaï, la commission Shangar (4) s’est contentée d’analyser les erreurs tactiques qui ont conduit au meurtre d’Yitzhak Rabin, sans prendre la peine de décrypter en profondeur les groupes d’influence qui ont joué un rôle dans la mort du Premier ministre de l’époque. Après l’avoir clairement exposé à l’ancien président de la commission lors de ses recherches, le cinéaste a imaginé pour son film une assemblée qui réparerait cette omission-ci.
(4) http://yaquoiachercher.canalblog.com/archives/2015/12/12/33057472.html

Afin de donner plus de poids à sa reconstitution, Amos Gitaï a pris le parti de mélanger les reconstitutions filmées avec des images d’archives non retouchées. Ces dernières se composent d’extraits de discours télévisés et d’entretiens conduits par le réalisateur lui-même lors de la préparation du film. Les partis-pris esthétiques ont été influencés par ce choix, ainsi que le montage, qui a été selon le cinéaste plus long à achever que d’habitude.

Considérant que les Israéliens sont désormais quotidiennement confrontés à la violence, Amos Gitaï fut soucieux de construire le film sans faire appel à une version figurée d’Yitzhak Rabin et de son assassin. Aucun acteur ne prend donc le rôle de l’ex premier ministre, afin que les personnages gravitent autour de son absence, comme autour d’un trou noir, explique le cinéaste.

Lorsque Rabin et Peres ont commencé à travailler à un accord de paix avec les Palestiniens après avoir remporté les élections de 1992, je me suis décidé à de mettre fin à mon absence de 10 ans qui avait commencé avec la guerre du Liban en 1982. J’ai estimé en effet que nous étions en train d’assister à un moment historique. Après les années de sclérose qui avaient suivi la guerre du Liban, Arte m’a commandé le film Donnons une chance à la paix (5), pour une émission dédiée aux négociations de paix. Pour ce projet, j’ai mené plusieurs entretiens avec différents acteurs du processus de paix, aussi bien israéliens que palestiniens. J’ai rencontré plusieurs fois Yitzhak Rabin et l’ai suivi à Washington et au Caire. J’ai été témoin des attaques malsaines dont il a fait l’objet, et que j’ai filmées.
Le soir de sa mort, le 4 novembre, j’étais allé à Haïfa rendre visite à ma mère qui venait d’avoir un accident de la route. Elle venait de reprendre ses esprits et me parlait de l’amitié entre sa mère, ma grand-mère Esther, et Rosa Cohen, la mère de Yitzhak Rabin. Aucun Israélien ne peut oublier l’événement qui s’est produit ce soir-là...
Amos Gitaï
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/le-dernier-jour-d-yitzhak-rabin,343144
(5) Entre 1982 et 1992, Amos Gitaï quitte sa terre natale d’Israël. Année charnière de la Guerre du Liban, 1982 voit Israël envahir le Liban sud afin de stopper des attaques palestiniennes. Le processus de paix engagée par Yitzhak Rabin dix ans plus tard le pousse, sous l’égide d’Arte, à construire un documentaire intitulé Donnons une chance à la paix. Il va logiquement à la rencontre du nouveau Premier ministre israélien et le suit même lors de ses visites en terre étrangère. Cette œuvre mutera suite à la mort de l’homme politique en 1995 pour devenir L’Arène du meurtre, où le cinéaste revient avant Le Dernier jour d’Yitzhak Rabin sur cet assassinat public.
http://www.amosgitai.com/html/film.asp?docid=56&lang=0
http://www.amosgitai.com/html/film.asp?docid=58&lang=0

Amos Gitaï
Né le 11 octobre 1950 à Haïfa.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Amos_Gita%C3%AF

Marie-Jose Sanselme
http://www.imdb.com/name/nm0763035/

Eric Gautier
voir fiche du film Après mai
http://www.citebd.org/spip.php?film940

Amit Poznansky
voir fiche du film Footnote
http://www.citebd.org/spip.php?film738
http://www.imdb.com/name/nm0694782/

Tomer Sisley
Né Tomer Gazit le 14 août 1974 à Berlin.
Interprète incontournable du rôle de Largo Winch...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tomer_Sisley

Michael Warshaviak
http://www.imdb.com/name/nm0913158/

Einat Weizman
http://www.imdb.com/name/nm0919385/

Yogev Yefet
http://www.imdb.com/name/nm4570803/

Rotem Keinan
http://www.imdb.com/name/nm4440460/

Tomer Russo
http://www.imdb.com/name/nm0751741/

Uri Gottlieb
http://www.imdb.com/name/nm0332016/

Ruti Asarsai
http://www.imdb.com/name/nm6514637/

Dalia Shimko
http://www.imdb.com/name/nm0793703/

Gdalya Besser
http://www.imdb.com/name/nm0078797/

Odelia More
http://www.imdb.com/name/nm1159808/

Eldad Prywes
http://www.imdb.com/name/nm2072249/

Shalom Shmuelov
http://www.imdb.com/name/nm0794625/

Mali Levi
http://www.imdb.com/name/nm1363885/

Liron Levo
http://www.imdb.com/name/nm0506270/

Shimon Peres
Né Szymon Perski le 2 août 1923 à Wiśniew (Pologne).
Président de l’État d’Israël du 15 juillet 2007 au 24 juillet 2014...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Shimon_Peres

extrait(s) de presse

Le Nouvel obs - Si ce film de combat qu’a réalisé Amos Gitaï sidère et convainc autant, c’est qu’il procède d’une mise en œuvre experte de tous les moyens que le cinéma peut offrir. C’est à la fois éblouissant et terrifiant.
Télérama - L'auteur de "Kippour" entremêle des images d'archives saisissantes, des interviews inédites et des scènes reconstituées avec des acteurs. Le tout relié par un montage si fluide qu'il faut parfois plusieurs secondes pour s'apercevoir que l'on est passé du documentaire à la fiction...
La Voix du nord - Résultat, de longs tunnels de dialogues et des séquences anxiogènes dignes de certains thrillers paranoïaques et des plaidoyers humanistes de Costa Gavras. Le tout constituant un ensemble assez harmonieux.
Première - Construit comme le plus haletant des thrillers, sublimé par une noblesse formelle de requiem, il prend le relais de l’Histoire avec un mélange d’indignation, de pédagogie et d’engagement qui élève autant qu’il éclaire.
La Croix - Ce film, admirablement maîtrisé, pièce majeure pour une relecture de l’histoire d’Israël, éclaire le présent, jusqu’au malaise.
France tv - Ce docu-fiction est surtout un hommage. Un plaidoyer pro-Rabin qui livre un nouvel éclairage sur la soirée du 4 novembre.
Le Huffington post - "Le Dernier jour d'Yitzhak Rabin", ce film que Benyamin Netanyahu devrait détester...
àVoir-àLire - (...) un objet filmique admirable dans sa dichotomie.