carol - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > carol

carol

Gb, Usa - 2015 - 1h58
sorti en France le 13 janvier 2016
Queer palm et prix d'interprétation féminine (Rooney Mara) Cannes 2015 - 6 nominations aux Oscar 2016 (dont Meilleure actrice et Meilleure actrice dans un second rôle)
film - version originale sous-titrée en français
de

Todd Haynes

scénario : Phyllis Nagy
d'après l'oeuvre de : Patricia Highsmith
direction de la photographie : Edward Lachman
musique ou chansons : Carter Burwell
avec : Cate Blanchett (Carol Aird), Rooney Mara (Therese Belivet), Sarah Paulson (Abby Gerhard), Kyle Chandler (Harge Aird), Jake Lacy (Richard), Carrie Brownstein (Genevieve Cantrell), Cory Michael Smith (Tommy), Jake Lacy (Richard), John Magaro (Dannie), William Willet (serveur du NYc), Kevin Crowley (Fred Haymes), Misty M. Jump (personnel du Oak Room), Jim Dougherty (Mr. Semco), Steven Andrews (photographe du New York times), Giedre Bond (amie de Richard)
séances : semaine du mercredi 3 février 2016
mercredi 3 jeudi 4 vendredi 5 samedi 6 dimanche 7 lundi 8 mardi 9
16:10
20:55
20:55
16:10
16:10
20:55
20:55
séances : semaine du mercredi 10 février 2016
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
11:00*
16:10
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 17 février 2016
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
16:10
16:10
séances : semaine du mercredi 24 février 2016
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 1er
16:10
14:00
11:00*
séance spéciale :
* matinale 3,50 €

synopsis

New York 1952. Carol est élégante, sophistiquée, riche et mariée. En cette veille de Noël, elle erre dans un grand magasin à la recherche d'un cadeau pour sa fille. Elle y rencontre une jeune vendeuse, Thérèse, spontanée, charmante, fragile. Toutes deux sont seules le soir de Noël. Carol propose alors à Thérèse de partir avec elle pour un voyage improvisé au cœur de l'Amérique. Un road trip au cours duquel elles vont tomber follement amoureuses...

notes de production

Le film est tiré du roman du même nom de Patricia Highsmith qui a été publié en 1952. Même s’il est aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre, cet ouvrage a d’abord été publié sous le nom de Claire Morgan, l’un des 40 pseudonymes inventés par Patricia Highsmith tout au long de sa carrière. La raison ? Il s’agit d’une œuvre sur une relation lesbienne dont la thématique et le message vont à l’encontre des valeurs propres à la société américaine des années 1950. Lors de sa sortie, Carol (1) a connu un grand succès à la fois commercial (1 million d’exemplaires vendus) et critique (l’auteur s’est rendue compte via de nombreuses lettres à quel point la communauté lesbienne avait apprécié le livre).
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Carol_(roman)

Carol a été présenté en compétition au Festival de Cannes 2015 et a obtenu les récompenses suivantes : la Queer palm (2) et le prix d’interprétation féminine pour Rooney Mara.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Queer_Palm

Lorsque le projet en était à ses débuts, Rooney Mara s’est vu offrir le rôle de Therese Belivet mais le refusa parce qu’elle était épuisée. Mia Wasikowska (3) a ensuite été sollicitée mais préféra tourner l’horrifique Crimson peak (4). Ensuite Rooney Mara revint dans la course.
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1262
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimson_Peak

Côté mise en scène, il était question que John Crowley (à qui l’on doit l’émouvant Boy A (5) qui a révélé Andrew Garfield) réalise le film mais c’est finalement Todd Haynes qui endossa la casquette de metteur en scène.
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film197

Le metteur en scène Todd Haynes (ouvertement gay) s’y connait en amour interdit puisqu’il a réalisé Loin du paradis (6) qui traitait de la délicate question de l’homosexualité dans l’Amérique bourgeoise des années 1950.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Loin_du_paradis_(film,_2002)

Todd Haynes collabore ici pour la deuxième fois avec la comédienne Cate Blanchett puisqu’il l’avait fait tourner dans l’original I’m not there (7) où six acteurs se sont glissés dans la peau de Bob Dylan. Par ailleurs, Carol est le deuxième film dans lequel elle joue qui est adapté d’un roman écrit par Patricia Highsmith après le thriller Le Talentueux Mr. Ripley (8) où elle s’affichait aux côtés des très en vogue Matt Damon, Gwyneth Paltrow et Jude Law.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/I%27m_Not_There
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Talentueux_Mr._Ripley

De par la relation taboue entre Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan et Carol, femme séduisante prisonnière d’un mariage peu heureux, le réalisateur Todd Haynes voulait capturer le climat social des années 1950. Une période d’après guerre durant laquelle la société tolérait mal la différence.

Carol est le vingtième film adapté de l’un des livres de Patricia Highsmith. Son plus connu reste sans nul doute Monsieur Ripley qui a donné lieu à plusieurs films dont Plein soleil (9) et Le Talentueux Mr. Ripley (8).
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1388

L’histoire d’amour dépeinte dans le livre et le film s’inspire de la romance entre l’auteur Patricia Highsmith et une certaine Virginia Kent Catherwood, une femme bourgeoise plus âgée qu’elle qui a perdu la garde de son enfant du fait de ses relations homosexuelles.

Carol est une personne qui peut paraître distante, froide et introvertie, mais je crois qu’au moment de sa rencontre avec Therese, elle est en fait en train de s’écrouler. De son côté, Therese n’est à l’aise dans aucun des cercles qu’elle côtoie. Je crois donc qu’elles se retrouvent particulièrement troublées par l’intensité du lien qui très vite les unit. Si Therese n’est que le produit de son âge et de son milieu, Carol, son aînée, risque davantage. Si elle succombe vraiment à cette attirance, elle se met bien plus en danger que cette fille beaucoup plus jeune qu’elle. Il y a chez Carol, une mélancolie, une nostalgie et un sentiment d’appréhension étrangers à Therese.

L’histoire se déroulant dans le New York des années 1950, Todd Haynes et son équipe ont décidé de tourner à Cincinnati (10), dans l’Ohio, parce que les immeubles d’avant-guerre et les appartements de cette ville se prêtaient parfaitement à une reconstitution réaliste de cette décennie. Le tournage a duré 35 jours.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cincinnati

Todd Haynes collabore pour la quatrième fois avec le directeur de la photographie Ed Lachman. Ensemble, ils ont souhaité tourner le film en 16 mm (11) pour conférer à l’ensemble une apparence de 35 mm (12) de l’époque. Les deux hommes se sont inspirés du travail des femmes photographes des années 1950.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_16_mm
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm

La chef costumière Sandy Powell (13) a cherché à faire en sorte que Carol apparaisse comme une femme à la mode à travers ses habits pour que le personnage de Therese soit à la fois impressionné et admiratif devant elle.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sandy_Powell

Toujours pour coller au mieux à l’esprit des années 1950, la chef décoratrice Judy Becker (14) a mis l’accent sur les scènes d’intérieur et ses tons verdâtres, jaunes et vieux rose de l’époque. Des couleurs légèrement ternies renforçant cet impression d’être dans une ville de l’après-guerre avant que l’éclat de la présidence d’Eisenhower (15) ne vienne redorer le pays.
(14) http://www.imdb.com/name/nm0065473/
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Dwight_D._Eisenhower

Carol bénéficie d’un budget d’environ 12 millions $. A titre de comparaison, Loin du paradis et I’m not there avaient respectivement coûté 13,5 et 20 $.

Carol, c’est une histoire d’amour inattendue entre deux femmes d’âges et de milieux différents. Therese, une jeune femme, la vingtaine, découvre la vie quand elle fait la rencontre de Carol, une femme plus âgée, de belle allure, mère d’une petite fille et en instance de divorce. Après leur coup de foudre, les deux femmes se retrouvent rapidement confrontées aux conventions et aux interdits de l’époque...
Todd Haynes
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/carol,339403

Todd Haynes
Né le 2 janvier 1961 à Los Angeles.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Todd_Haynes

Phyllis Nagy
http://www.imdb.com/name/nm0619507/

Patricia Highsmith
voir fiche du film Plein soleil
http://www.citebd.org/spip.php?film1388

Edward Lachman
Né le 31 mars 1948 à Morristown (New Jersey).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Lachman

Carter Burwell
Né le 18 novembre 1955 à New York.
Connu pour ses nombreuses collaborations avec les frères Coen...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carter_Burwell

Cate Blanchett
voir fiche du film Blue Jasmine
http://www.citebd.org/spip.php?film1142

Rooney Mara
voir fiche du film Les Amants du Texas
http://www.citebd.org/spip.php?film1152

Sarah Paulson
voir fiche du film 12 years a slave
http://www.citebd.org/spip.php?film1204

Kyle Chandler
Né le 17 septembre 1965 à Buffalo.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kyle_Chandler

Jake Lacy
http://www.imdb.com/name/nm3821405/

Carrie Brownstein
Née Carrie Rachel Grace Brownstein le 27 septembre 1974 à Seattle.
Surtout connue comme la chanteuse et guitariste du groupe Sleater-Kinney...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Carrie_Brownstein

Cory Michael Smith
Né le 14 novembre 1986 à Columbus (Ohio).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cory_Michael_Smith

Jake Lacy
http://www.imdb.com/name/nm3821405/

John Magaro
voir fiche du film My soul to take
http://www.citebd.org/spip.php?film950
http://www.imdb.com/name/nm1910274/

William Willet
http://www.imdb.com/name/nm5865357/

Kevin Crowley
http://www.imdb.com/name/nm0189755/

Misty M. Jump
http://www.imdb.com/name/nm6993652/

Jim Dougherty
http://www.imdb.com/name/nm1346040/

extrait(s) de presse

Film de culte - Il faut un talent fou pour parvenir à rendre un film aussi émouvant sans jamais montrer les étapes obligatoires d’une histoire d’amour...
Télérama - La beauté du film vient de son élégance presque désuète, de la perfection des mouvements de caméra qui semblent observer, constamment, chez l’héroïne, ce vernis de bienséance qui se craquelle…
Libération - Todd Haynes est un garçon brillant, l’un des cinéastes américains les plus articulés et captivants à écouter dans l’exercice du dépiautage analytique de son œuvre...
Le Monde - C’est l’un des plus beaux films qu’ait réalisés Todd Haynes et, à nos yeux, le plus beau qu’on ait vu cette année à Cannes...