a peine j’ouvre les yeux - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > a peine j’ouvre les yeux

a peine j’ouvre les yeux

على حلّة عيني
France, Tunisie - 2015 - 1h42
sorti en France le 23 décembre 2015
Prix du public Venise 2015 - Label Europa cinéma du meilleur film européen
film - version originale sous-titrée en français
de

Leyla Bouzid

scénario : Leyla Bouzid, Marie-Sophie Chambon
direction de la photographie : Sebastien Goepfert
musique ou chansons : Khyam Allami
avec : Baya Medhaffar (Farah), Ghalia Benali (Hayet), Montassar Ayari (Borhène), Aymen Omrani (Ali), Lassaad Jamoussi (Mahmoud), Deena Abdelwahed (Inès), Youssef Soltana (Ska), Marwen Soltana (Sami), Najoua Mathlouthi (Ahlem), Youness Ferhi (Moncef), Fathi Akkeri (Jghal le poète du bar), Saloua Mohammed (Hamida)
séances : semaine du mercredi 23 décembre 2015
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
18:30
21:00
18:30
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
séances : semaine du mercredi 30 décembre 2015
mercredi 30 jeudi 31 vendredi 1er samedi 2 dimanche 3 lundi 4 mardi 5
18:30
21:00
18:30
11:00*
18:30
21:00
11:00*
18:30
21:00
18:30
21:00
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 6 janvier 2016
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
16:15
18:30
20:45*
séance spéciale :
* dernière séance

synopsis

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin, mais elle ne voit pas les choses de la même manière. Elle chante au sein d¹un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits...

notes de production

Bien que le film se déroule sous l’ère Ben Ali, l’écriture et le tournage se sont faits bien après son départ. La jeune cinéaste tunisienne Leyla Bouzid explique comment elle a travaillé sur ce projet au gré des moments historiques et cruciaux traversés par son pays.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Zine_el-Abidine_Ben_Ali

Quand la révolution a eu lieu, il y a eu une grande volonté de la filmer et de la représenter. De nombreux documentaires ont été réalisés à ce moment là, tous remplis d’espoir, tournés vers l’avenir. J’ai eu, moi aussi, cette envie forte de filmer. Mais filmer ce qu’on avait vécu et subi : le quotidien étouffant, les pleins pouvoirs de la police, la surveillance, la peur et la paranoïa des Tunisiens depuis 23 ans. La révolution (ou révoltes, les points de vue divergent) surprenait le monde entier mais elle ne venait pas de nulle part. On ne pouvait pas, d’un coup, balayer des décennies de dictature et se tourner vers l’avenir sans revenir sur le passé. C’était une évidence pour moi qu’il fallait aborder le passé rapidement, tant que le vent de liberté soufflait encore. Comme la plupart des Tunisiens, mon euphorie était forte au début, puis les phases d’enchantements et de désenchantements n’ont fait que se succéder.

Leyla Bouzid ne voulait pas que les évènements liés à l’actualité influencent son travail. Ce sont davantage les différents parcours émotionnels des personnages qui ont été placés au centre de A peine j’ouvre les yeux.

Leyla Bouzid a cherché à rendre compte via son film de la peur que les Tunisiens ressentaient sous l’ère Ben Ali (qui n’est plus président depuis début 2011). Mais, pendant le tournage, la cinéaste a remarqué que beaucoup de personnes avaient presque oublié ce que voulait dire vivre sous Ben Ali, à savoir la peur et la paranoïa...

La réalisatrice Leyla Bouzid avait envie de filmer une jeunesse tunisienne bouillonnante et créative, qui fait de la musique et se bat pour son quotidien. La religion n’est ainsi pas au centre de la vie des personnages de A peine j’ouvre les yeux. La cinéaste voulait parler de ce type de jeunes qui sont, selon elle, oubliés des médias : les seuls qui ont un droit de parole dans les médias sont ceux qui se replient dans l’extrémisme et la violence. Il me semble important de dire qu’il y a aussi une autre jeunesse portée par la vie, lui donner une voix à travers Farah, montrer qu’elle est muselée par une terreur qui émane du système. Il y a d’autres formes de terreur que le terrorisme.

A peine j’ouvre les yeux pose la question des conséquences qu’il y a lorsque l’on cherche, en Tunisie, à se défaire de la famille, de la société et du système. Cette problématique s’illustre pleinement dans le parcours du personnage de Farah qui a une soif de vivre envers et contre tous et qui pour cela se heurte à des obstacles et des punitions. Je crois qu’en Tunisie on paye tous un prix, qu’on soit artiste ou pas. Et ce, à un moment ou un autre de son parcours, au niveau intime, familial, social, scolaire. Dans la société tunisienne, soit on fait des concessions, soit on se heurte à quantité d’obstacles, explique Leyla Bouzid.

L’histoire du film n’est pas autobiographique mais il y a quelques situations que Leyla Bouzid a connues, comme par exemple celle de découvrir qu’un ami proche était en fait un indic de la police...

L’héroïne du film est campée par Baya Medhaffar qui effectue pour l’occasion sa première expérience dans un long métrage. Leyla Bouzid se souvient à quel point la jeune comédienne ressemble à son personnage de jeune femme cherchant à vivre sa vie : pour le rôle de Farah, il fallait une jeune fille de 18 ans, très libre, prête et capable d’incarner ce rôle qui nécessitait de chanter et de jouer. C’est un rôle difficile pour quelqu’un de novice. J’ai fait un casting très long ; pendant plus d’un an, j’ai rencontré énormément de filles, certaines à de nombreuses reprises. Baya s’est présentée assez tôt mais je n’étais pas sûre, j’ai énormément douté. Le choix était difficile et on peut dire que Baya s’est vraiment battue pour arracher le rôle. Elle le voulait absolument, elle adorait le personnage et n’avait aucun souci de censure ou d’interdit. Elle est d’ailleurs, plus libre encore que Farah, plus explosive. C’est une fille qui a une liberté exceptionnelle. C’était très précieux pour incarner le rôle et c’est ce qui m’a convaincue.

Le film fait la part belle aux bas-fonds de la ville de Tunis : sa vie nocturne, ses bars, etc. Pendant le tournage, la scène où Hayet rentre dans le bar a été délicate puisqu’elle a été tournée dans un vrai bar mal famé où les hommes dévisageaient les femmes de l’équipe...

Composée par l’Irakien Khyam Allami, la musique du film est primordiale puisqu’elle se devait, comme dans la réalité, de traduire un exutoire ainsi qu’une certaine forme de résistance pour les Tunisiens. Leyla Bouzid se rappelle comment elle a rencontré Khyam Allami : j’ai rencontré énormément de musiciens, mais on ne parvenait pas à s’entendre. Et puis un jour, par hasard, j’ai été à un concert à Paris et j’y ai découvert un groupe dont la musique m’a transportée : "Alif ensemble". Khyam était l’un des cinq musiciens, issus de différents pays arabes (Liban, Egypte, Palestine, Irak). Et puis son énergie, sa formation, ressemblait à ce que je voulais. (Leur premier album est sorti le 4 septembre 2015.) Puis, j’ai découvert que le luthier du groupe était Irakien et avait vécu les trois dernières années en Tunisie, il parlait le tunisien, connaissait les lieux où je voulais tourner, les dessous de la vie des jeunes, Baya... Après cela, tout est allé très vite et très simplement.

Après Venise (prix du public, prix du meilleur film européen), Namur, Bastia, St Jean de Luz, Tubingen, Bordeaux, le film a été présenté aux Journées cinémathographiques de Carthage à Tunis devant une salle comble de 1 800 personnes. Il y a obtenu entre autres le Tanit de bronze, le prix du jury pour la première œuvre et le prix Fipresci de la critique internationale.

Entretien avec Leyla Bouzid
Le film se déroule sous l’ère Ben Ali, mais l’écriture et le tournage se sont faits bien après son départ. Comment votre travail évoluait-il au gré des moments historiques et cruciaux traversés par la Tunisie ?
Quand la révolution a eu lieu, il y a eu une grande volonté de la filmer et de la représenter. De nombreux documentaires ont été réalisés à ce moment là, tous remplis d’espoir, tournés vers l’avenir. J’ai eu, moi aussi, cette envie forte de filmer. Mais filmer ce qu’on avait vécu et subi : le quotidien étouffant, les pleins pouvoirs de la police, la surveillance, la peur et la paranoïa des Tunisiens depuis 23 ans. La révolution (ou révoltes, les points de vue divergent) surprenait le monde entier mais elle ne venait pas de nulle part. On ne pouvait pas, d’un coup, balayer des décennies de dictature et se tourner vers l’avenir sans revenir sur le passé. C’était une évidence pour moi qu’il fallait aborder le passé rapidement, tant que le vent de liberté soufflait encore. Comme la plupart des Tunisiens, mon euphorie était forte au début, puis les phases d’enchantements et de désenchantements n’ont fait que se succéder. Pour le film, je ne souhaitais pas que les différentes émotions liées à l’actualité m’influencent. Mon curseur était d’être uniquement guidée par la cohérence du parcours émotionnel des personnages au moment de l’histoire racontée. Il s’agissait d’être le plus juste possible dans la fiction et son ancrage contextuel et historique...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/a-peine-j-ouvre-les-yeux,344486

Leyla Bouzid
http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=17325

Marie-Sophie Chambon
http://lesindelebiles.fr/membres/marie-sophie-chambon/

Sebastien Goepfert
http://www.imdb.com/name/nm3939297/

Baya Medhaffar
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/598202-baya-medhaffar.html

extrait(s) de presse

France tv info - L’ambiance est à la fois légère et lourde. La caméra de Leyla Bouzid suit à Tunis, avec beaucoup de finesse et de sensibilité, Farah... et les membres de son groupe de rock engagé...
Télérama - Gracieux coup de poing que ce premier long métrage qui combine ardeur politique et qualités musicales - les scènes de concert du groupe sont électrisantes. A travers le portrait de cette insoumise, ce teen movie d'émancipation exprime, aussi, la soif de liberté de toute une génération.
Le Point - Une jolie réussite à la fois mélancolique et rageuse à l'image de sa protagoniste.
Première - Ce vibrant premier film multiplie les séquences musicales rageuses puis prend un recul inattendu pour offrir la peinture d’une Tunisie qui se remet lentement à respirer.
Libération - Rien ne change sous le soleil scénaristique des dictatures. Mais ce premier film réalisé par la Tunisienne Leyla Bouzid, et qui a raflé nombre de prix au cours de sa carrière en festivals, se révèle bien plus attachant quand il aborde les relations entre Farah et sa mère.
Abus de ciné - Un film engagé qui ne serait que peu de chose sans sa fougueuse interprète principale, la jeune Baya Medhaffar.
France tv info - "A peine j’ouvre les yeux" : un film sur le passé et le présent de la Tunisie...
Cineuropa - "A peine j’ouvre les yeux" raconte avec puissance, expressivité et volonté politique, la vie quotidienne à un moment particulier pour le pays...