marguerite - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > marguerite

marguerite

France, Tchéquie, Belgique - 2015 - 2h09
sorti en France le 16 septembre 2015
compétition officielle Venise 2015
film - film francophone
de

Xavier Giannoli

scénario : Xavier Giannoli, Marcia Romano
direction de la photographie : Glynn Speeckaert
musique ou chansons : Ronan Maillard
avec : Catherine Frot (Marguerite Dumont), André Marcon (Georges Dumont), Michel Fau (Atos Pezzini / Divo), Christa Théret (Hazel), Denis Mpunga (Madelbos), Sylvain Dieuaide (Lucien Beaumont), Aubert Fenoy (Kyril Von Priest ), Théo Cholbi (Diego), Sophie Leboutte (Félicité La Barbue), Astrid Whettnall (Françoise Bellaire)
séances : semaine du mercredi 20 janvier 2016
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
20:30*
18:30*
11:00*
16:00*
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 20 au 26 janvier 2016. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 13 et 20 janvier 2016
* Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la séance du film "Marguerite" prévue mercredi 20 janvier à 11h00 est reportée au dimanche 24 à 11h00. C’est "Birdman" qui fera l’ouverture du festival Télérama / Afcae mercredi à 11h00.
* Festival Télérama / Afcae du 20 au 26 janvier 2016. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 13 et 20 janvier 2016

synopsis

À Paris, dans les années 1920. Marguerite est une aristocrate vieillissante, passionnée de musique. Persuadée de son talent, elle a plaisir à chanter devant ses amis à son domicile, mais elle chante excessivement faux, et ni ses amis ni son mari n'osent lui dire la vérité. Un jour, elle décide de chanter à l'opéra devant un vrai public, elle engage donc comme professeur de chant Atos Pezzini, un chanteur d'opéra sur le retour...

notes de production

La naissance du projet remonte à déjà plusieurs années lorsque le réalisateur, Xavier Giannoli, a un jour entendu à la radio la voix d’une cantatrice interprétant La Reine de la nuit (1) de Mozart. Cette femme avait la particularité de chanter faux. Le réalisateur a alors fait des recherches et a découvert qu’il s’agissait de Florence Foster Jenkins (2) et qu’elle avait vécu aux Usa dans les années 1940. Cette dernière avait l’habitude de chanter devant un cercle d’intimes mais ces derniers ne lui avaient jamais dit qu’elle chantait faux. Ce mélange de cruauté et de potentiel comique a alors donné à Xavier Giannoli l’envie de développer l’idée en film.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fl%C3%BBte_enchant%C3%A9e
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Foster_Jenkins

Marguerite marque le retour de Catherine Frot au cinéma après trois ans d’absence et la sortie de la comédie Les Saveurs du palais de Christian Vincent (3). Il se trouve justement que ce film était distribué par Wild bunch, qui distribuait également le précédent film de Xavier Giannoli, Superstar (4). Catherine Frot a alors confié qu’elle adorerait travailler avec le réalisateur et comme un coup du destin, trois semaines plus tard, la comédienne recevait une première version du scénario de Marguerite. A ce moment-ci, elle jouait au théâtre dans la pièce de Samuel Beckett, Oh les beaux jours... (5) et a invité Xavier Giannoli à venir la voir sur scène. Ce dernier, après avoir vu la composition de l’actrice, a été convaincu qu’elle demeurait l’actrice idéale pour incarner Marguerite.
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Saveurs_du_palais
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Superstar_(film,_2012)
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Oh_les_beaux_jours

Pour interpréter Marguerite, Catherine Frot s’est préparé de manière intensive. En effet, la comédienne devait réussir à chanter faux mais la complexité résidait dans le fait de bien chanter faux et de trouver ce qu’il y avait de beau dans le faux. Outre les inévitables cours de chant, Frot a également lu l’ouvrage Les tragédiennes de l’opéra : de Rose Caron à Fanny Heldy, le feu sacré des déesses du Palais Garnier 1875-1939 (6) sur les conseils du réalisateur afin de se familiariser avec les figures de cantatrices célèbres qui existaient à l’époque où se déroule le film.
(6) https://www.librairiechantepages.fr/livre/1884361-les-tragediennes-de-l-opera-de-rose-caron-a-f--bibliotheque-musee-de-l-opera-albin-michel

Même si Marguerite s’inspire d’une femme ayant réellement existé, Xavier Giannoli se défend d’avoir réalisé un biopic : c’est une évocation libre d’un personnage ayant réellement existé. C’est assez comparable pour le travail que j’avais fait pour A l’origine : je commence par une enquête fouillée, je me document énormément, puis j’écris une histoire romanesque en en parlant avec ma complice Marcia Romano pour trouver les lignes de force de l’histoire. L’important, c’est d’avoir un regard personnel, de proposer un point de vue sur la vérité humaine qui s’exprime dans un destin aussi original... et après de se sentir libre d’en faire du cinéma.

Catherine Frot et Michel Fau, qui joue ici Atos Pezzini, le professeur de chant de Marguerite, n’avaient jamais travaillé ensemble avant le film de Xavier Giannoli. Depuis la fin du tournage, ils ont de nouveau collaboré ensemble mais cette fois-ci au théâtre pour la pièce Fleur ce cactus (7) de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, que le comédien met en scène et dans laquelle l’actrice tient le rôle principal.
(7) http://www.franceculture.fr/blog-les-trois-coups-2015-10-14-fleur-de-cactus-de-pierre-barillet-et-jean-pierre-gredy-theatre-anto

Même si Marguerite semble sur certains aspects une comédie, le film ne se réduit pas qu’à son seul aspect comique : il y a quelque chose d’hilarant à la voir chanter faux des grands airs classiques ou risquer sa candeur désarmante au milieu des cyniques. Mais le film est d’abord une histoire d’amour entre un homme et une femme qui cherchent comment continuer à s’aimer. Alors oui, j’espère que l’on a envie de rire en suivant les aventures de Marguerite, mais j’espère également qu’entre deux rires, c’est aussi toute la vie humaine qui s’évalue : le désir et la mort, déclare le metteur en scène.

Même si Catherine Frot a pris des cours de chant, elle fut néanmoins doublée par une chanteuse lyrique professionnelle pour les chants. En effet, l’exercice supposait une telle technique que l’actrice a bien failli passer à côté de l’extinction de voix. Afin de ne pas prendre de risque, le réalisateur a demandé à une chanteuse lyrique professionnelle de prêter sa voix aux scènes de chant que la comédienne a ensuite doublées en playback (8). Pour que l’exercice soit parfait, Frot s’est entraînée à travailler une gestuelle et un visage typiques de chanteuse lyrique.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Playback

Le réalisateur souhaitait que le film soit une expérience musicale totale. De ce fait, Marguerite regorge de musiques riches et variées à l’image tout aussi bien des morceaux classiques comme Casta diva (9) de Bellini que de musiques baroques comme celles de Vivaldi (10) et Purcell (11), du jazz, des mélodies plus contemporaines comme celles de Poulenc (12) et Honegger (13), du dideridgoo australien (14) ou encore de la musique indienne (15).
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Norma_(op%C3%A9ra)
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Antonio_Vivaldi
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Purcell
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Poulenc
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Honegger
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Didgeridoo
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Musique_indienne

Xavier Giannoli et son directeur de la photographie, Glynn Speeckaert, souhaitaient donner au film une image sans trop de couleurs, épurée et contrastée avec des fulgurances de rouge à certains moments intervenant sur certains vêtements ou décors. Marguerite a par ailleurs été tourné avec des objectifs des années 1950 diffusant sensiblement la lumière et donnant au film une texture singulière avec à certains moments des reflets inattendus tels que des éclats et des dissonances dans l’image, que le réalisateur souhaitait garder vivante.

Pour évoquer le travail des seconds rôles autour de Catherine Frot, Xavier Giannoli utilise la métaphore de l’orchestre : nous avons un peu travaillé comme un orchestre autour de Catherine. Je crois qu’un casting est d’abord riche d’acteurs que l’on n’a pas ou peu vus au cinéma. Les seconds rôles sont les premiers qui donnent un sentiment de vérité au film et je voulais qu’ils soient tous fort, inattendus.

Marguerite est le premier film historique réalisé par Xavier Giannoli. Le réalisateur explique son choix : mon film précédent se déroulait dans l’univers des médias contemporains et essayait de capter quelque chose de la modernité qui me fascine et m’effraie. J’étais heureux de tout changer et de m’aventurer dans un univers radicalement différent. Je n’ai pas voulu faire une reconstitution mais une évocation personnelle de cette époque.

Sur le tournage, Xavier Giannoli a appris qu’un biopic hollywoodien était en préparation sur Florence Foster Jenkins, la femme qui a inspiré l’histoire de Marguerite. Le film américain, intitulé Florence Foster Jenkins (16), sera réalisé par Stephen Frears et réunira Meryl Streep dans le rôle de la cantatrice et Hugh Grant.
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/Florence_Foster_Jenkins_(film)

Au cours de ses recherches sur Florence Foster Jenkins, Xavier Giannoli est tombé sur un disque de cette dernière où une photo la montrait affublée d’une paire d’ailes d’ange blanches dans le dos ainsi qu’un diadème de reine. Le regard de la cantatrice face à l’objectif a tant marqué le réalisateur qu’il a décidé de réutiliser les ailes d’ange sur l’affiche du film montrant Catherine Frot de dos face à une salle de spectacle.

Entretien avec Xavier Giannoli
Qu’est-ce qui vous touche chez Marguerite ?
J’aime les personnages à idée fixe, les obsessionnels, car ils entraînent tout le film dans leur mouvement et lui donnent une tension, un rythme, un point de fuite. Marguerite vit une passion, dans tous les sens du terme : l’apprentissage de la souffrance et le bonheur de vivre pour la musique. Elle chante divinement faux mais on sent qu’elle exprime un besoin rageur de vivre. Marguerite nous ressemble car nous avons tous besoin d’illusions pour vivre...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/marguerite,340384

Xavier Giannoli
Né le 7 mars 1972 à Neuilly-sur-Seine.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Giannoli

Marcia Romano
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcia_Romano

Glynn Speeckaert
voir fiche du film Les Garçons et guillaume, à table !
http://www.citebd.org/spip.php?film1094

Ronan Maillard
http://www.lamusiquedefilm.net/2015/09/marguerite-de-ronin-maillard.html

Catherine Frot
Née le 1er mai 1956 à Paris.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Frot

André Marcon
voir fiche du film Les Garçons et guillaume, à table !
http://www.citebd.org/spip.php?film1094

Michel Fau
Né à Agen en 1964.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Fau

Christa Théret
voir fiche du film Renoir
http://www.citebd.org/spip.php?film970

Denis Mpunga
Né le 29 septembre 1959 à Mushenge (Congo belge).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Denis_Mpunga

Sylvain Dieuaide
http://www.imdb.com/name/nm2306276/

Aubert Fenoy
http://www.imdb.com/name/nm2517999/

Théo Cholbi
voir fiche du film Tristesse club
http://www.citebd.org/spip.php?film1288

Sophie Leboutte
http://www.imdb.com/name/nm0495844/

Astrid Whettnall
voir fiche du film Au nom du fils
http://www.citebd.org/spip.php?film1284

extrait(s) de presse

La Voix du nord - Photo, lumière, décors, costumes, rien n’est laissé au hasard ! Et Giannoli de signer une œuvre ambitieuse, tumultueuse et lumineuse qui eut certes gagné à être resserrée. Une fervente ode à la liberté d’expression, fertile en frissons et en émotions.
Le Nouvel obs - La reconstitution d'époque est parfaite, les acteurs sont grands, c'est comique et touchant d'un même élan, manière de dire qu'à "Marguerite" il ne manque rien.
Le Point - La comédienne met une option sur les César 2016 en campant la cantatrice qui chantait faux dans l'un des plus beaux films français de l'année.
Les Inrocks - Giannoli brasse ce feuilleté de motifs avec virtuosité, fait de sa Marguerite un personnage aussi ridicule qu’émouvant et de son film autant une comédie qu’une tragédie.
Positif - Loin de tout cynisme, Xavier Giannoli signe un retour d'envergure après l'échec de "Superstar". Et réussit la synthèse pleine de maturité de ses deux meilleurs films, "Quand j'étais chanteur" (...) et "A l'origine" (...).
àVoir-àLire - Marguerite Dumont chante faux, avec une maladresse à honnir ; le jeu troublant de fausse vraie ingénue de Catherine Frot se mue peu à peu en quelque chose de complexe qui permet, ni plus ni moins, de faire entrer son personnage au panthéon des grands rôles féminins du cinéma français. Magnifique Catherine Frot, bravo !
Télérama - Xavier Giannoli filme avec la cruauté de Billy Wilder la lente vampirisation des sincères et des faibles par ceux qui ne croient qu'à la vérité de l'apparence.
Sud ouest - Xavier Giannoli réussit à faire un tableau de l’époque dans sa formidable énergie, brossant à l’intérieur de ce décor baroque le portrait d’une femme mue par l’amour.