le garçon invisible - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > le garçon invisible

le garçon invisible

Il Ragazzo invisibile
Italie - 2015 - 1h40
sorti en France le 15 juillet 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Gabriele Salvatores

scénario : Alessandro Fabbri, Ludovica Rampoldi, Stefano Sardo
direction de la photographie : Italo Petriccione
musique ou chansons : Ezio Bosso, Federico De Robertis
avec : Ludovico Girardello (Michele), Valeria Golino (Giovanna), Fabrizio Bentivoglio (Basili), Christo Jivkov (Andreij), Noa Zatta (Stella), Assil Kandil (Candela), Filippo Valese (Martino), Enea Barozzi (Brando), Riccardo Gasparini (Ivan), Vernon Dobtcheff (Artiglio), Vilius Tumalavicius (Biondo), Vincenzo Zampa (Minnella), Diana Hobel (professeur Siani), Kseniya Rappoport (Yelena)
séances : semaine du mercredi 16 décembre 2015
mercredi 16 jeudi 17 vendredi 18 samedi 19 dimanche 20 lundi 21 mardi 22
20:45*
séance spéciale :
* aspect du cinéma italien - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Contes italiens" - en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Michele habite dans une ville tranquille au bord de la mer. On ne peut pas dire qu’il soit très aimé à l’école, ce n’est pas un bon élève et il n’excelle dans aucun sport. Mais au fond, ça lui est égal. Il lui suffirait d’être remarqué par Stella, la fille qu’il ne peut pas s’empêcher de regarder en classe même s’il a le sentiment d’être totalement transparent à ses yeux. Et puis voilà qu’un jour, une découverte extraordinaire vient bouleverser son train-train quotidien : Michele se regarde dans le miroir et découvre qu’il est invisible...

notes de production

Pour le cinéaste Gabriele Salvatores, il s’agissait de traiter ici du thème de l’adolescence sur un thème fantastique. L’idée du pouvoir que se découvre le personnage de Michele joué par Ludovico Girardello renvoie pour le réalisateur à la transformation du corps au moment de la puberté, comme il l’explique : j’ai toujours pensé que l’adolescence était l’une des périodes les plus difficiles dans la vie d’un être humain. Notre propre corps nous devient étrangers, on se regarde dans le miroir et on ne se reconnaît pas, on sent qu’à l’intérieur de nous-mêmes, un étrange pouvoir (un superpouvoir ?) est en train de naître sans qu’on sache comment l’utiliser... Et ce d’autant plus que l’on n’a pas encore bien compris qui l’on est et quelle est notre place dans le monde. Je suis certain que tous les adolescents se sont sentis, au moins une fois, "invisibles". Ou ils ont désiré l’être. Et tous, au moins une fois, auront désiré avoir un pouvoir spécial qui les protège et fasse d’eux des héros "just for one day", comme le chante David Bowie (1).
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1445

Le film marque les retrouvailles entre Gabriele Salvatores et la comédienne Valeria Golino qui interprète ici le rôle de Giovanna, la mère de Michele. Le réalisateur avait dirigé l’actrice italienne dans Puerto escondido (2). La perspective de travailler de nouveau avec Gabriele Salvatores fut notamment l’une des raisons principales qui décida Valeria Golino à tourner dans Le Garçon invisible.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Puerto_Escondido_(film,_1992)

Le Garçon invisible est la toute première expérience comme comédien pour le jeune Ludovico Girardello qui joue le personnage de Michele. C’est au terme d’une série de cinq essais que le jeune homme fut retenu pour le film.

A la suite du film, Le Garçon invisible fut décliné sous la forme d’une bande dessinée puis d’un roman. Compte tenu de la thématique des super héros que développe le film, la bande dessinée se présente sous la forme d’un comic-book (3) à la manière des albums Marvel (4) qui ont influencé Gabriele Salvatores au moment de la réalisation du film. Le roman va, quant à lui, se focaliser essentiellement sur les personnages et les évènements qu’ils vivent dans le présent du film.
Le Garçon invisible a été conçu comme un projet cross-média. Un album publié par Panini Comics et réalisé par des professionnels de la bande dessinée comme Diego Cajelli, Alessandro Vitti, Giuseppe Camuncoli et Werther Dell’Edera est disponible dans les kiosques, tandis que les librairies proposent un roman co-signé par les scénaristes du film. Le final du long métrage reste quant à lui ouvert, peut-être dans la perspective de faire une suite, dont le personnage principal sera peut-être une fille...
http://cineuropa.org/nw.aspx?t=newsdetail&l=fr&did=282713
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Comic_book
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marvel_Comics

Pour Gabriele Salvatores, Le Garçon invisible est l’occasion de réfléchir au concept de réalisme qui a énormément influencé le cinéma. Le réalisateur déclare : même si le fantastique n’est pas très présent dans notre cinéma, il a nourri les jeunes générations. Notre culture moderne, basée sur la forme esthétique du réalisme, s’est enrichie de nouvelles idées et de nouveaux imaginaires. Le concept même de réalisme, après la découverte de l’inconscient et l’avènement de la "réalité virtuelle", devrait être redéfini.

Le personnage de Michele se découvre un jour le pouvoir de se rendre invisible. Un pouvoir particulier dont Gabriele Salvatores explique pourquoi il l’a choisi plutôt qu’un autre : parmi tous les superpouvoirs, l’invisibilité est celui qui est le plus intime et le plus discret : on ne peut pas voler dans les airs, on ne devient pas une torche humaine, on n’abat pas les murs... On peut seulement disparaitre. Un superpouvoir de l’âme. Une phrase m’a toujours frappé, celle de Stan Lee, l’auteur de Spiderman (5) chez Marvel : "des super-héros avec des super problèmes".
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Spider-Man

Au sein du casting du film, on retrouve le comédien français Vernon Dobtcheff, éternel second rôle aussi bien du cinéma français (ayant notamment tourné avec Jean-Paul Rappeneau, Claude Lelouch, André Cayatte ou Jean-Jacques Annaud) qu’étrangers (Pier Paolo Pasolini, Paolo Sorrentino, Steven Spielberg...).

Gabriele Salvatores
Né le 30 juillet 1950 à Naples.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gabriele_Salvatores

Alessandro Fabbri
http://www.imdb.com/name/nm1453153/

Ludovica Rampoldi
http://www.imdb.com/name/nm2002638/

Stefano Sardo
http://www.imdb.com/name/nm2827922/

Italo Petriccione
http://www.imdb.com/name/nm0677920/

Federico De Robertis
http://www.imdb.com/name/nm0211181/

Valeria Golino
voir fiche du film Miele
http://www.citebd.org/spip.php?film1162

Fabrizio Bentivoglio
Né le 4 janvier 1957 à Milan.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fabrizio_Bentivoglio

Christo Jivkov
http://www.imdb.com/name/nm0998941/

Vernon Dobtcheff
voir fiche du film La Grande Bellezza
http://www.citebd.org/spip.php?film1086

extrait(s) de presse

La Voix du nord - De quoi nous réconcilier avec le mythe du super-héros, trop souvent destiné à alimenter d’insipides blockbusters hollywoodiens.
Le Jdd - À la fois fable fantastique qui traite des émois de l’adolescence et film de superhéros, ce long métrage néanmoins cohérent et bien ficelé trouve le ton juste entre humour et action.
Tf1 cinéma - Ce film de super-héros pour enfants, divertissant et efficace sur le moment, confirme la singularité du réalisateur Gabriele Salvatores qui, depuis des décennies, tente de reproduire les codes du cinéma Hollywoodien en Italie. Une démarche qui mérite d'être saluée et soutenue.
àVoir-àLire - Un teen movie super-héroïque à l’européenne qui, sous des atours d’honnête divertissement, à découvrir en famille, porte aussi un regard sensible sur l’adolescence et ses tourments.
Culturopoing - Si ce "Garçon invisible" est précieux, c'est parce qu'il parvient à rester ludique et délirant avec une grande modestie.
Télérama - "Le Garçon invisible" s'avère une bonne surprise. (...) Plutôt rare : un film de superhéros sensible...