dheepan - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > dheepan

dheepan

France - 2015 - 1h55
sorti en France le 26 août 2015
Palme d'or Cannes 2015
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

Jacques Audiard

scénario : Jacques Audiard, Noé Debré, Thomas Bidegain
direction de la photographie : Éponine Momenceau
musique ou chansons : Nicolas Jaar
avec : Antonythasan Jesuthasan (Dheepan), Kalieaswari Srinivasan (Yalini), Claudine Vinasithamby (Illayaal), Vincent Rottiers (Brahim), Faouzi Bensaïdi (monsieur Habib), Marc Zinga (Youssouf), Bass Dhem (Azziz), Franck Falise (le gardien du hall C), Tarik Lamli (résident du Pré), Joséphine de Meaux (la directrice de l'école), Jean-Baptiste Pouilloux (juriste au foyer), Nathan Anthonypillai (l'interprète), Vasanth Selvam (colonel Cheran), Kartik Krishnan (le faussaire au Sri Lanka), Tassadit Mandi (la dame dans l'escalier), Marie Trichet (la jeune femme chez M. Habib)
séances : semaine du mercredi 20 janvier 2016
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
16:00*
11:00*
18:30*
20:45*
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 20 au 26 janvier 2016. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 13 et 20 janvier 2016

synopsis

Dheepan est un combattant des Tigres tamouls. La guerre civile touche à sa fin au Sri Lanka, la défaite est proche, Dheepan décide de fuir. Il emmène avec lui une femme et une petite fille qu'il ne connaît pas, espérant ainsi obtenir plus facilement l'asile politique en Europe. Arrivée à Paris, cette « famille » vivote d'un foyer d'accueil à l'autre, jusqu'à ce que Dheepan obtienne un emploi de gardien d'immeuble en banlieue. Dheepan espère y bâtir une nouvelle vie et construire un véritable foyer pour sa fausse femme et sa fausse fille. Bientôt cependant, la violence quotidienne de la cité fait ressurgir les blessures encore ouvertes de la guerre. Le soldat Dheepan va devoir renouer avec ses instincts guerriers pour protéger ce qu'il espérait voir devenir sa « vraie » famille...

notes de production

Sans en être une adaptation, Dheepan fait référence aux fameuses Lettres persanes (1) de Montesquieu, ouvrage centré sur le regard que deux voyageurs persans posent sur la société française et ses lacunes au temps de Louis XIV. Les trois personnages principaux étrangers du film de Jacques Audiard découvrent ainsi, comme ceux du livre du célèbre philosophe, les disfonctionnements d’un pays qu’ils ne connaissent pas, la France.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Lettres_persanes

Hormis Vincent Rottiers et Marc Zinga, Jacques Audiard a fait appel à des acteurs non professionnels pour tenir les rôles principaux de Dheepan. En effet, avant le film, Antonythasan Jesuthasan et Kalieaswari Srinivasan n’avaient jamais fait de cinéma. Néanmoins, tous les deux avaient certaines accointances avec le milieu artistique puisque Antonythasan Jesusathasan a écrit plusieurs romans prenant pour cadre son pays (le Sri Lanka) (2) tandis que Kalieaswari Srinisavan est connue en Inde (3) comme actrice de théâtre.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sri_Lanka
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Inde

C’est la troisième fois que Jacques Audiard collabore avec le scénariste Thomas Bidegain après Un Prophète (4) et De rouille et d’os (5). Lors de la dernière édition du Festival de Cannes (6), Thomas Bidegain venait également présenter son premier film en tant que réalisateur, Les Cowboys (7) avec François Damiens, qui fut présenté à la Quinzaine des réalisateurs (8).
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_proph%C3%A8te
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film963
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_2015
(7) http://www.quinzaine-realisateurs.com/les-cowboys-f14423.html
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Quinzaine_des_r%C3%A9alisateurs

Dheepan a la particularité d’avoir été tourné presque exclusivement en langue tamoul (9), ce qui représente une spécificité plutôt notable dans la mesure où cette langue est très peu représentée dans la culture occidentale.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tamoul

Si Jacques Audiard s’entoure de personnes avec qui il aime travailler à l’image du scénariste Thomas Bidegain, il marque avec Dheepan la fin de sa collaboration avec le célèbre compositeur Alexandre Desplat. Ce dernier a en effet travaillé sur chacun des films du cinéaste de Regarde les hommes tomber (10) à De rouille et d’os (5) en passant par Sur mes lèvres (11) et Un Prophète (4). La musique de Dheepan est composée par Nicolas Jaar qui signe ici sa première bande originale pour le cinéma.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Regarde_les_hommes_tomber
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sur_mes_l%C3%A8vres

Antonythasan Jesuthasan joue un personnage qui n’est pas si éloigné de son vécu. En effet, l’acteur a combattu comme enfant soldat au sein des Tigres de Libération de l’Ilam Tamoul (12) pendant trois ans. Comme le personnage de Dheepan, l’acteur a quitté son pays et s’est installé en France en 1993 où il a demandé le statut de réfugié politique.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Tigres_de_lib%C3%A9ration_de_l’%C3%8Elam_tamoul

Dheepan emprunte au western (13) et s’impose comme une relecture du genre. En Charles Bronson (14) des temps modernes, Antonythasan Jesuthasan évolue non pas dans l’Ouest américain mais dans une cité de la région parisienne, plus précisément à la cité de la Coudraie à Poissy (15), dans les Yvelines. A noter qu’un autre film fut tourné au même endroit puisque Pierre Morel y a dirigé John Travolta dans From Paris with love (16).
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Western
(14) https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Bronson
(15) http://www.lesinrocks.com/2015/08/28/actualite/comment-audiard-a-transforme-une-cite-paisible-en-zone-de-guerre-pour-dheepan-11770001/
(16) https://fr.wikipedia.org/wiki/From_Paris_with_Love

C’est la première fois que Jacques Audiard remporte la Palme d’or (17) pour un de ses films et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette récompense fut une grande surprise. Certes, le réalisateur est un habitué de la compétition cannoise puisqu’il y a remporté le Grand prix du jury en 2009 pour Un Prophète (4). Néanmoins, l’accueil de la presse fut dans l’ensemble assez mitigé et les pronostics misaient plutôt sur un autre film. A vrai dire, peu de personnes s’attendaient à ce que le long métrage soit présent au palmarès et encore moins qu’il remporte la récompense suprême. Au final, la victoire de Dheepan est une énorme surprise et vient grossir le rang des palmes d’or françaises de ces dernières années après le sacre de Laurent Cantet pour Entre les murs (18) et Abdellatif Kechiche avec La Vie d’Adèle (19).
(17) https://fr.wikipedia.org/wiki/Palme_d%27or
(18) http://www.citebd.org/spip.php?film109
(19) http://www.citebd.org/spip.php?film1101

A l’origine, le film avait un tout autre nom puisqu’il devait s’intituler Erran. Puis, le titre fut finalement changé pour faire place à Dheepan, l’homme qui n’aimait pas la guerre avant de finalement revenir à quelque chose de plus court, Dheepan, le nom de l’immigré qu’interprète Antonythasan Jesuthasan dans le film.

Dans Dheepan, Vincent Rottiers campe un caïd qui sort de prison et revient dans sa cité. A noter que le comédien avait déjà joué un personnage qui sort de prison dans Avant l’aube (20) et était incarcéré dans Qu’un seul tienne et les autres suivront (21).
(20) https://fr.wikipedia.org/wiki/Avant_l’aube
(21) https://fr.wikipedia.org/wiki/Qu’un_seul_tienne_et_les_autres_suivront

Dheepan comporte certains thèmes communs avec d’autres films de Jacques Audiard. Par exemple le héros débrouillard débarquant dans un monde qui lui est étranger et qui apprend petit à petit à le maîtriser, ce qui n’est pas sans rappeler Tahar Rahim et son apprivoisement de la prison dans Un Prophète (4), ou encore Matthias Schoenaerts refaisant sa vie chez sa sœur dans De rouille et d’os (5), entre combats de boxe et temps passé avec Marion Cotillard.

Jacques Audiard
voir fiche du film De rouille et d’os
http://www.citebd.org/spip.php?film963

Noé Debré
https://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%A9_Debr%C3%A9

Thomas Bidegain
https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Bidegain

Éponine Momenceau
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/358194/eponine-momenceau
http://www.afcinema.com/La-directrice-de-la-photographie-Eponine-Momenceau-parle-de-son-travail-sur-Dheepan-de-Jacques-Audiard.html

Nicolas Jaar
Né le 10 janvier 1990 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Jaar

Antonythasan Jesuthasan
https://fr.wikipedia.org/wiki/Antonythasan_Jesuthasan

Vincent Rottiers
voir fiche du film Renoir
http://www.citebd.org/spip.php?film970
Faouzi Bensaïdi

Marc Zinga
voir fiche du film Qu’Allah bénisse la France
http://www.citebd.org/spip.php?film1311

Bass Dhem
http://www.imdb.com/name/nm0223540/

Franck Falise
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/541636-franck-falise.html

Tarik Lamli
http://www.imdb.com/name/nm7165109/

Joséphine de Meaux
Née le 23 janvier 1977 à Boulogne-Billancourt.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9phine_de_Meaux

Jean-Baptiste Pouilloux
http://www.imdb.com/name/nm1412971/

Kartik Krishnan
http://www.imdb.com/name/nm3760511/

Tassadit Mandi
voir fiche du film Asphalte
http://www.citebd.org/spip.php?film1507

Marie Trichet
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/581227-marie-trichet.html

extrait(s) de presse

Femme actuelle - Un choc des cultures superbe et poignant.
Le Point - Un film nerveux et généreux qui est bien plus qu'une simple chronique sociale.
Paris match - Une fois encore, Jacques Audiard porte le cinéma français à des hauteurs où il est un des rares à pouvoir le hisser (…) dans ce film maîtrisé de bout en bout.
Positif - Pour le spectateur aussi, "Dheepan" est du grand cinéma spectaculaire en dépit de ses partis pris radicaux (...) Ce qui m'émeut le plus dans le cinéma d'Audiard, c'est la manière dont ses personnages se sauvent les uns des autres. (...) "Dheepan" est bien un film d'Audiard.
Elle - On a adoré "Dheepan", film ample et intime à la fois, tout en intériorité.
Le Jdd - "Dheepan" avance tambour battant, porté par des inconnus magnifiques. Et au bout, il y a l’humanité et l’amour qui sauve de tout. Une belle Palme d’or.
Le Nouvel obs - "Dheepan" est arrivé à Cannes à peine terminé (…) la palme d’or a rendu toute modification impossible. Et tout compte fait, c’est très bien ainsi.
Télérama - Le septième opus de Jacques Audiard est longtemps surprenant, et indiscutablement pertinent par son sujet.