back home - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > back home

back home

Louder than bombs
Norvège, France, Danemark - 2014 - 1h49
sorti en France le 9 décembre 2015
compétition officielle Cannes 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Joachim Trier

scénario : Joachim Trier, Eskil Vogt
direction de la photographie : Jakob Ihre
musique ou chansons : Ola Fløttum
avec : Isabelle Huppert (Isabelle Reed), Gabriel Byrne (Gene Reed), Jesse Eisenberg (Jonah Reed), Devin Druid (Conrad Reed), Amy Ryan (Hannah), David Strathairn (Richard), Ruby Jerins (Melanie), Rachel Brosnahan (Erin), Megan Ketch (Amy), Harry M. Ford (Ralph), Venus Schultheis (Miriam), Sean Cullen (Lars Hecht)
séances : semaine du mercredi 6 janvier 2016
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
20:45
18:30
21:00
11:00*
18:30
14:00
20:45
18:30
20:45
séance spéciale :
* matinale 3,50 €
séances : semaine du mercredi 13 janvier 2016
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
20:30
16:15
18:30*
séance spéciale :
* dernière séance

synopsis

Alors que se prépare une exposition consacrée à la célèbre photographe Isabelle Reed trois ans après sa mort accidentelle, son mari et ses deux fils sont amenés à se réunir dans la maison familiale et évoquer ensemble les fantômes du passé…

notes de production

Back home (1) a été présenté en compétition officielle au festival de Cannes 2015. Ce n’est pas la première fois que Joachim Trier s’est rendu sur la Croisette puisque son second long métrage, Oslo, 31 août (2), a été présenté au festival de Cannes 2011, dans la section Un Certain regard (3). Par ailleurs, le cinéaste a été en 2014 membre du jury de la section Cinéfondation (4) et courts métrages sous la présidence d’Abbas Kiarostami (5).
(1) sous le titre Plus fort que les bombes
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film825
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Un_certain_regard
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9fondation
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film436

Le film a pour titre Back home dans le but de refléter le décalage entre les petits tracas du quotidien familial et la vie professionnelle d’une mère dont le métier est photographe de guerre : ce décalage est, je trouve, très intriguant. Bien sûr, il s’agit aussi du titre du premier album américain des Smiths (6) à l’époque où le groupe débarquait aux Etats-Unis. Pour autant, il ne s’agit pas d’un film sur la guerre ou sur les Smiths. J’ai d’ailleurs appris que les Smiths avaient eux-mêmes emprunté ce titre à la poétesse américaine Elizabeth Smart (7) et son recueil "By grand central station I sat down and wept", note le metteur en scène Joachim Trier.
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Smiths
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Elizabeth_Smart

C’est la dimension universelle de Nouvelle donne (8) et Oslo, 31 août (2), les précédents films de Joachim Trier appréciés dans plusieurs pays, qui a poussé le cinéaste et son scénariste Eskil Vogt à se lancer dans Back home, qui lui aussi comporte une histoire susceptible de parler à tout le monde. Les deux hommes voulaient également travailler avec des comédiens confirmés en provenance d’horizons variés, ce qui a été le cas sur ce nouveau film qui est - et c’est une première pour Trier - un projet de type international.
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film103

Pour la première fois, le metteur en scène Joachim Trier a posé ses caméras aux Etats-Unis. Il explique que cela n’a rien changé à sa manière de procéder si ce n’est qu’un tournage à New York supposait une équipe bien plus importante qu’en Norvège : j’ai pris du temps pour répéter avec les comédiens afin de créer ce lien de confiance qui est primordial quel que soit l’endroit où vous êtes. Et puis, au moment de donner le premier tour de manivelle, je me suis tourné vers mon directeur de la photo Jakob Ihre, et je lui ai dit : c’est ce que nous avons toujours eu l’habitude de faire, n’est-ce pas ? Ce n’est pas si différent ? C’était effectivement la même chose, qu’il s’agisse des risques que nous prenions, de notre travail, ou de la nécessité de créer une atmosphère de travail qui permette aux comédiens d’être les plus libres possible.

Les deux précédents films de Joachim Trier, Nouvelle donne (8) et Oslo, 31 août (2), étaient tous les deux portés par le comédien norvégien Anders Danielsen Lie. Avec Back home, c’est la première fois que le metteur en scène travaille avec des gens aussi connus et expérimentés que Isabelle Huppert, Jesse Eisenberg, Gabriel Byrne, Amy Ryan ou encore David Strathairn.

Jonah est une sorte de surdoué qui a toujours pensé qu’il était plus proche de sa mère que n’importe qui d’autre. D’une certaine manière, son histoire est celle d’une peine trop longtemps contenue, et comment la façade de ce jeune professeur ambitieux qui vient tout juste d’être père s’effrite à mesure qu’il réévalue l’image de sa mère, explique Joachim Trier.

Comme il l’a fait sur le milieu des toxicomanes dans Oslo, 31 août (2), Joachim Trier s’est beaucoup documenté sur le reportage de guerre pour que le film sonne le plus juste possible. Il a ainsi reçu le soutien de plusieurs agences prestigieuses et il a pu utiliser le travail de différents photographes pour créer celui de la célèbre photographe Isabelle Reed que l’on voit dans le film. Parmi les clichés visibles à l’écran, il y en a plusieurs de la Française Alexandra Boulat connue pour son travail sur les zones de guerre en ex-Yougoslavie (9), en Irak (10), en Afghanistan (11) et en Palestine (12).
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Yougoslavie
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Irak
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Afghanistan
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine

Dans le film, qui se déroule 3 ans après la mort de la photographe Isabelle Reed, Joachim Trier a cherché à éviter les clichés de la représentation de la mort de la mère où tout le monde pleure. Il a davantage voulu se concentrer sur les conséquences de cette mort sur la vie de son mari et ses deux fils en tentant de répondre aux questions suivantes : Pourquoi la perception des parents peut différer au sein d’une même fratrie ? Comment pouvez-vous trouver un langage commun, tout en ayant parfois envie de rompre ?

A travers le personnage d’Isabelle Huppert, Joachim Trier a voulu évoquer la contradiction entre le métier admirable du reporter et son besoin infini d’être présent dans la vie des siens. Il s’agit là d’un conflit pouvant parler à beaucoup de gens. Par ailleurs, le personnage d’Isabelle Reed est inspiré de plusieurs grands photographes de guerre. Le réalisateur avait rencontré la célèbre actrice au festival de cinéma de Stockholm et depuis a toujours rêvé de la faire tourner.

Le titre du film français devait être Plus fort que les bombes (1) mais en raison des attentats du 13 novembre il est devenu Back home. Memento films précise :
le film de Joachim Trier est un film nostalgique sur la famille, ce n’est ni un film de guerre ni un film militant sur fond d’attaques terroristes comme pouvait laisser penser son titre original. En ces périodes troublées, nous avons voulu lui trouver un titre moins ambigu, évitant tout malentendu sur le contenu même du film. Son nouveau titre Back home est à la fois doux et mélancolique à l’image du film.
http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/19/le-film-plus-fort-que-les-bombes-change-de-nom-back-home_n_8600098.html

Entretien avec Joachim Trier
Comment est né ce projet ?
Après mon premier long métrage, j’ai été sollicité aux Etats-unis. J’ai commencé à lire des scénarios en anglais et à recevoir différentes offres. J’ai rencontré pas mal de gens au sein de l’industrie du cinéma américain, mais je ne suis pas parvenu à trouver un projet qui corresponde à mes envies artistiques. Nous avions plein d’idées, avec Eskil Vogt mon scénariste, du coup il nous paraissait plus naturel d’utiliser celles-ci plutôt que de travailler à partir d’un scénario existant. Il ne faut pas oublier que je viens d’un pays dont la langue n’est parlée que par cinq millions de personnes, c’est pourquoi il était évident pour moi d’aller étudier à Londres où j’ai réalisé trois courts métrages en anglais, tous primés. Eskil et moi avons toujours voulu faire des films pour un public international, à ce titre l’accueil enthousiaste qui a accompagné les sorties de Nouvelle donne (8) et Oslo, 31 août (2) dans plusieurs pays à travers le monde a été une expérience très gratifiante. C’était intéressant de constater le paradoxe entre la spécificité culturelle de ces films et leur dimension finalement très universelle. Forts de cette leçon, nous avons effectué de nombreuses recherches avant de nous lancer dans Plus fort que les bombes (1), tant au niveau du contexte américain que des personnages. Je crois sincèrement que, au-delà de votre langue maternelle, c’est votre langage cinématographique qui vous définit comme cinéaste. De plus, tourner en anglais permettait de travailler avec des comédiens incroyables à la renommée internationale, ce dont j’avais envie depuis longtemps. Cinéphile depuis mon plus jeune âge, j’ai grandi en regardant des films du monde entier. Une fois adulte, ce serait également tout naturel d’aller à la Cinémathèque d’Oslo pour voir le même soir un film français de Louis Malle (13), un film japonais d’Ozu (14) ou un film américain de Sidney Lumet (15). Pour moi, le cinéma a toujours été un moyen de transcender les barrières linguistiques...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/back-home,330390
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Malle
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film356
(15) http://www.citebd.org/spip.php?film512

Joachim Trier
voir fiche du film Oslo, 31 août
http://www.citebd.org/spip.php?film825

Eskil Vogt
voir fiche du film Blind
http://www.citebd.org/spip.php?film1460

Jakob Ihre
voir fiche du film Oslo, 31 août
http://www.citebd.org/spip.php?film825
http://www.imdb.com/name/nm1257420/

Ola Fløttum
https://fr.wikipedia.org/wiki/Ola_Fl%C3%B8ttum

Isabelle Huppert
voir fiche du film Valley of love
http://www.citebd.org/spip.php?film1484

Gabriel Byrne
voir fiche du film Le Temps de l’aventure
http://www.citebd.org/spip.php?film1019

Jesse Eisenberg
voir fiche du film The Social network
http://www.citebd.org/spip.php?film533
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jesse_Eisenberg

Devin Druid
http://www.imdb.com/name/nm4917921/

Amy Ryan
voir fiche du film birdman ou (la surprenante vertu de l’ignorance)
http://www.citebd.org/spip.php?film1427

David Strathairn
Né le 26 janvier 1949 à San Francisco.
https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Strathairn

Ruby Jerins
voir fiche du film Shutter island
http://www.citebd.org/spip.php?film578
http://www.imdb.com/name/nm2157839/

Rachel Brosnahan
Née le 2 avril 1990 à Milwaukee (Wisconsin).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Brosnahan

Megan Ketch
http://www.imdb.com/name/nm3430569/

Harry M. Ford
http://www.imdb.com/name/nm3091192/

Venus Schultheis
http://www.imdb.com/name/nm5908744/

Sean Cullen
http://www.imdb.com/name/nm1332395/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Une œuvre subtile et imaginative servie cette fois par un casting prestigieux...
Le Figaro - Pour éviter toute confusion sur le contenu du film, le titre originel, jugé trop ambigu après les évènements de Paris, a été supprimé pour sa exploitation en France...
La Croix - Puzzle d’amour à jamais incomplet.