les chansons que mes frères m’ont apprises - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les chansons que mes frères m’ont apprises

les chansons que mes frères m’ont apprises

Songs my brothers taught me
Usa - 2014 - 1h34
sorti en France le 9 septembre 2015
Quinzaine de réalisateurs Cannes 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Chloé Zhao

scénario : Chloé Zhao
direction de la photographie : Joshua James Richards
musique ou chansons : Peter Golub
avec : John Reddy (Johnny), Jashaun St. John (Jashaun), Taysha Fuller (Aurelia), Eleonore Hendricks (Angie), Travis Lone Hill (Travis), Cat Clifford (Cat), Irene Bedard (Lisa), Dakota Brown (Dakota), Kevin Hunter (Kevin), Lauren Janis (Lauren), Keanna Rowland (Keanna), Jorge Dullknife (Jorge), Gabby Montileaux (Gabby), Allen Reddy (Bill), Derrick Janis (Victor)
séances : semaine du mercredi 4 novembre 2015
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
18:30
20:30
18:30
11:00
16:30
21:00
14:00
18:30
20:30
18:30
séances : semaine du mercredi 11 novembre 2015
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
21:00
18:30
21:00
11:00
18:30
20:30
18:30

synopsis

Johnny vient de terminer ses études. Lui et sa petite amie s'apprêtent à quitter la réserve indienne de Pine Ridge pour chercher du travail à Los Angeles. La disparition soudaine du père de Johnny vient bousculer ses projets. Il hésite également à laisser derrière lui Jashaun, sa petite sœur de treize ans dont il est particulièrement proche. C'est tout simplement son avenir que Johnny doit maintenant reconsidérer…

notes de production

Chloé Zhao a souhaité réaliser ce film après avoir elle-même vécu pendant près de quatre ans au cœur de la réserve de Pine Ridge. Après avoir passé pas mal de temps dans la réserve au milieu des Indiens Lakotas, j’ai été presque jalouse de leur attachement à leur maison, leur famille, leur communauté et leur terre et à leur « chez eux ». C’est un sentiment que j’ai véritablement admiré et envié. Mais cet attachement profond a également des désavantages. J’ai pu voir les combats qu’ils doivent mener à cause de cette dépendance, explique-t-elle.
https://en.wikipedia.org/wiki/Pine_Ridge_Indian_Reservation

Constatant à quel point certaines communautés peuvent être attachées à leurs terres, malgré la rudesse de la vie qu’elles y endurent, la cinéaste tenait à mettre en scène ce film afin de répondre à une question qu’elle jugeait complexe : comment quitte-t-on le seul endroit qu’on a jamais connu ?

Le tournage des Chansons que mes frères m’ont apprises a notamment eu lieu au cœur des paysages sauvages des Badlands et des grandes plaines du Dakota du Sud, en hommage à l’amour que la réalisatrice porte pour le grand Ouest Américain.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Parc_national_des_Badlands

Par souci d’authenticité, la plupart des acteurs du film ne sont pas des professionnels mais de simples habitants de la réserve.

Au moment où les prises de vues ont débuté, aucun scénario n’avait été écrit. Chloé Zhao rédigeait chaque matin les scènes qu’elle devait tourner dans la journée, pour échapper à un mode narratif trop conventionnel et se permettre de capturer des instants de vie le plus naturellement possible (comme lorsque la maison de Jashaun a été ravagée par un incendie au beau milieu du tournage) : avec son accord et celui de sa famille, j’ai réécrit le scénario et re-tourné certaines scènes pour faire de ce tas de cendre, la maison dans laquelle le père de Jashaun (dans le film) est mort brûlé. On a filmé Jashaun lorsqu’elle découvre ce qui reste de sa maison. La scène devait être brève, mais Jashaun a voulu continuer, déambuler au milieu des gravats et chercher dans les cendres certaines de ses affaires perdues dans l’incendie. Nous avons tous été extrêmement touchés par sa force et son courage.

Le comédien Travis Lone Hill, qui interprète le personnage de Travis, est également un artiste d’arts visuels et un tatoueur. Les vêtements, ainsi que les tableaux et posters présents dans le film, sont ses œuvres personnelles.

Les Chansons que mes frères m’ont apprises a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2015. Le film a aussi été montré au Festival de Sundance de la même année.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Quinzaine_des_r%C3%A9alisateurs
https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_du_film_de_Sundance

Irene Bedard incarne dans le film Lisa, la mère veuve des deux personnages principaux joués par John Reddy et Jashaun St. John. La comédienne de 48 ans n’est pas connue du grand public mais a, au début de sa carrière, doublé le personnage culte Pocahontas dans le dessin animé de Disney, Pocahontas, une légende indienne, sorti en France en novembre 1995.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pocahontas_(film,_1995)

Chloé Zhao
http://www.imdb.com/name/nm3144293/

Joshua James Richards
http://www.imdb.com/name/nm4452305/

Peter Golub
http://www.imdb.com/name/nm0003526/

extrait(s) de presse

Le Nouvel obs - Chloé Zhao choisit de livrer plutôt des indications et des renseignements sur la vie dans cette réserve, avec assez de maîtrise et de doigté pour ne jamais faire la leçon. Les images (...) sont d'une beauté à couper le souffle.
L'Humanité - Chloé Zhao inscrit le récit dans la nature, décor de western, et l’intègre aux activités des personnages (dont le rodéo et les balades à cheval). D’où un superbe film social et paysager à la fois, où les Indiens américanisés préservent une part irréductible.
Sud ouest - Voilà l'un des plus beaux films qu'on puisse découvrir en cette rentrée, signé par une réalisatrice d'origine chinoise, Chloé Zhao, qui a consacré quatre années de sa vie à une réserve indienne du Dakota du Sud.
Critikat - Une chronique familiale brutale et tendre qui se débarrasse des clichés pour mieux cerner cette communauté invisible.
Culturebox - Ce film poignant et réaliste restera peut-être comme un témoignage sur la 7e génération après Sitting Bull qui prophétisait que tout recommencerait avec elle.
La Voix du nord - Chloé Zhao porte un regard aimant sur ce monde en vase clos dont elle scrute les errances, les aliénations. Elle en arrache de tendres et cruels instants de vie. Plein les yeux, plein le cœur !
Télérama - "Les Chansons que mes frères m'ont apprises" se démarque avec délicatesse des codes du genre pour former une oeuvre singulière, révélant au passage une cinéaste qui signe un très beau premier film aux accents forcément initiatiques.
La Croix - "Les Chansons que mes frères m’ont apprises" montre le désespoir des adultes, les déterminismes attachés au lieu, la lutte de la communauté contre le fléau de l’alcoolisme, mais aussi l’espérance que portent les plus jeunes, le maintien de traditions fortes, la beauté des grandes plaines et des badlands (...).