les deux amis - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les deux amis

les deux amis

France - 2014 - 1h40
sorti en France le 23 septembre 2015
Semaine internationale de la critique Cannes 2015
film - film francophone
de

Louis Garrel

scénario : Louis Garrel, Christophe Honoré
d'après l'oeuvre de : Alfred de Musset
direction de la photographie : Claire Mathon
musique ou chansons : Philippe Sarde
avec : Golshifteh Farahani (Mona), Vincent Macaigne (Clément), Louis Garrel (Abel), Mahaut Adam (Colette), Pierre Maillet (le réceptionniste de l'hôtel), Christelle Deloze (la directrice de la prison), Laurent Laffargue (le metteur en scène), Rachid Hami (l'acteur gare de Lyon), Pierre Deverines (l'homme de la station service), Aymeline Valade (la femme de la station service), Luc Poignant (le policier du commissariat), Eric Bartonio (l'assistant tournage mai 68), Michelle Goddet (la femme des bains douches)
séances : semaine du mercredi 23 septembre 2015
mercredi 23 jeudi 24 vendredi 25 samedi 26 dimanche 27 lundi 28 mardi 29
18:30
20:40
18:30
20:40
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
20:40
18:30
20:40
18:30
séances : semaine du mercredi 30 septembre 2015
mercredi 30 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
16:15
20:40
20:40
18:30
21:00
11:00
18:30
20:40

synopsis

Clément, figurant de cinéma, est fou amoureux de Mona, vendeuse dans une sandwicherie de la gare du Nord. Mais Mona a un secret, qui la rend insaisissable. Quand Clément désespère d’obtenir ses faveurs, son seul et meilleur ami, Abel, vient l’aider. Ensemble, les deux amis se lancent dans la conquête de Mona...

notes de production

J’ai écrit ce scénario avec Christophe Honoré, qui m’a fait jouer dans six de ses films. Quand je lui ai proposé de collaborer à l’écriture, c’est autant au réalisateur, qu’à l’écrivain et au dialoguiste qu’il est, que je me suis adressé. Nous avons essayé d’écrire une comédie, une variation légère de la pièce de Musset, Les Caprices de Marianne (1). Je suis enthousiasmé par les possibilités romanesques et poétiques du trio amoureux. Il peut être si gai et exaltant. Nous avons cherché à plonger Abel, Vincent et Mona dans des situations tantôt extrêmes, tantôt triviales, décalées ou absurdes. Il nous semble que c’est par le rocambolesque, la légèreté et la vitesse que le film et ses personnages auront la chance d’être profonds.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Caprices_de_Marianne
Un jour je suis allé voir une chorégraphie de Roland Petit (2) présentée ainsi : musique Bach (3), chorégraphie Roland Petit et argument Jean Cocteau (4). On pourrait dire à propos des Deux amis argument Musset. C’est avec cette scène que je suis entré au Conservatoire (5) et que j’ai rencontré un de mes grands amis. Plus tard j’ai découvert que cette pièce avait inspiré un des plus beau films français, La Règle du jeu (6) de Jean Renoir.
Louis Garrel
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Roland_Petit
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Johann_Sebastian_Bach
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film441
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conservatoire
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A8gle_du_jeu

Les Deux amis est le premier long métrage de Louis Garrel. Auparavant, le comédien avait réalisé deux courts métrages, Mes copains (7) et Petit tailleur (8) ainsi qu’un moyen métrage, La Règle de trois (9), qui a remporté le Prix Jean Vigo (10) du court métrage 2012.
(7) http://www.formatcourt.com/2009/10/mes-copains-de-louis-garrel/
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Tailleur
(9) http://www.troiscouleurs.fr/2012/07/courts-metrages-la-regle-de-trois/
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Jean-Vigo

Oscillant entre le registre le film romantique et la comédie populaire, Les Deux amis a été influencé par différents films que Louis Garrel avait en tête en amont du tournage : la comédie Marche à l’ombre (11) de Michel Blanc pour l’histoire d’amitié entre les deux hommes que jouaient Michel Blanc et Gérard Lanvin, et, dans un autre registre, le film romantique et la thématique du triangle amoureux avec l’un des films les plus célèbres du cinéma français sur ce sujet, César et Rosalie (12) de Claude Sautet.
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_%C3%A0_l%27ombre_%28film%29
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%A9sar_et_Rosalie

Louis Garrel a souhaité donner un rythme particulièrement vif à son film en rentrant rapidement dans le vif du sujet. Il déclare : je savais que le scénario avait un prologue assez long avant que l’action ne commence vraiment. J’ai parlé avec la directrice de photographie du film Claire Mathon - qui a été une grande alliée pendant le tournage pour que l’on soit tout le temps en mouvement. Dans Jules et Jim (13), entre le début du film, l’histoire de l’amitié entre les deux garçons, et la rencontre avec le personnage que joue Jeanne Moreau, il n’y a que cinq minutes. Dans le cinéma américain l’action arrive aussi très rapidement. Dans le théâtre classique aussi. Un défaut contemporain est de faire des introductions de plus en plus longues. Par rapport aux idées de mise en scène, je pensais tout le temps au dynamisme du début du film.
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_et_Jim_%28film%29

La musique du film est signée Philippe Sarde, compositeur attitré des films de Claude Sautet ou Roman Polanski (14). Louis Garrel explique comment il en venu à travailler avec le musicien : j’aime beaucoup les mélodies au cinéma, c’est la raison pour laquelle j’ai appelé Philippe Sarde. Il s’est pointé à une projection de mon film en me prévenant qu’il allait peut-être s’endormir. "Cela ne voudra pas dire que je n’aime pas, mais que je vois les images et que j’en rêve" m’a-t-il dit. En sortant de la salle il a trouvé que c’était un film sur la culpabilité, et cela l’a inspiré.
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1471

Louis Garrel a souhaité filmer la relation d’amitié unissant son personnage et celui qu’interprète Vincent Macaigne comme une idylle amoureuse entre deux amants avec cette idée que l’amitié est aussi forte que l’amour dans la mesure où elle suscite autant de jalousie et de désir. Le réalisateur a donc écrit avec l’aide de Christophe Honoré une scène de rupture comme si les deux amis formaient un couple.

Louis Garrel a tenu à tourner son film en 35mm (15) : je voulais tourner en 35mm depuis le départ. Pas par fétichisme, mais parce que cela me permet de me concentrer davantage. Il y a l’idée que quelque chose de précieux se déroule pendant la prise.
(15) https://fr.wikipedia.org/wiki/Format_35_mm

Louis Garrel, qui connaissait bien Golshifteh Farahani et Vincent Macaigne pour avoir déjà travaillé avec eux, a tenu à répéter avec ces derniers bien en amont du tournage. Le réalisateur s’est notamment inspiré de la méthode de Benoît Jacquot (16) qui prend la météo de ses comédiens le premier jour du tournage et que si cette météo est mauvaise, il faut dans ce cas changer de fusil d’épaule. Pour Louis Garrel, l’avantage des répétitions est que cela permet avant tout de tester la qualité des dialogues ainsi que de la mise en scène.
(16) http://www.citebd.org/spip.php?film1434

La sensibilité et l’émotion à fleur de peau sont au cœur du film de Louis Garrel. Le metteur en scène/acteur/scénariste explique : c’est peut-être un film pour personnes très sensibles, car il décrit des oscillations du cœur extrêmement précises. Il n’y a pas beaucoup de suspense, le film n’a pas d’autre structure narrative que celle du sentiment intime. Je voulais faire un film de chambre, au plus près de l’intimité.

Louis Garrel nous offre, l’air de rien, une balade poétique et buissonnière à travers nos souvenirs du cinéma français. Contre toute attente, il ne convoque pas exclusivement la Nouvelle vague et ses héritiers mais plutôt Claude Sautet, pour le triangle amoureux et les ambiances parisiennes, et certaines comédies populaires reposant sur des duos masculins antagonistes, à la fois inséparables et mal assortis. Comme si César et Rosalie marchaient à l’ombre.
Olivier Père in Arte (18 mai 2015)

Louis Garrel
voir fiche du film L’Astragale
http://www.citebd.org/spip.php?film1447

Christophe Honoré
Né le 10 avril 1970 à Carhaix (Finistère).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Honor%C3%A9

Alfred de Musset
Né le 11 décembre 1810 à Paris où il est décédé le 2 mai 1857.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_de_Musset

Claire Mathon
voir fiche du film Le Dernier coup de marteau
http://www.citebd.org/spip.php?film1420

Philippe Sarde
voir fiche du film Max et les ferrailleurs
http://www.citebd.org/spip.php?film798

Golshifteh Farahani
voir fiche du film Syngué sabour, pierre de patience
http://www.citebd.org/spip.php?film1007

Vincent Macaigne
voir fiche du film Tristesse club
http://www.citebd.org/spip.php?film1288

Pierre Maillet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Maillet

extrait(s) de presse

Le Monde - Comme chez Musset, le spectateur se trouve placé dans la situation de celui qui sait. Dès le début, il découvre le secret dont ne veut à aucun prix parler Mona...
Libération - Garrel veut esquisser sa propre voie. Avec une certaine agilité, il y parvient.
Télérama - Deux garçons, une fille… quelle possibilité ? L'amitié si chère à Louis Garrel est mise à rude épreuve. Et la rupture amicale pointe son nez, l'air de rien...
Arte - Golshifteh Farahani, sublime, n’a jamais été aussi bien filmée et dirigée. Pour une fois on ne contemple pas que sa photogénie, mais sa (belle) personne et la subtilité de son interprétation...