l’homme irrationnel - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > l’homme irrationnel

l’homme irrationnel

Irrational man
Usa - 2015 - 1h36
sorti en France le 14 octobre 2015
Hors compétition Cannes 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Woody Allen

scénario : Woody Allen
direction de la photographie : Darius Khondji
avec : Joaquin Phoenix (Abe), Emma Stone (Jill), Parker Posey (Rita), Jamie Blackley (Roy), Meredith Hagner (Sandy), Ben Rosenfield (Danny), Ethan Phillips (le père de Jill), Susan Pourfar (Carol), Julie Ann Dawson (une étudiante), Tom Kemp (le juge Spangler), Allie Marshall (la fille en jupe rouge), Betsy Aidem (la mère de Jill), David Aaron Baker (Biff), Nancy Ellen Shore (une membre de la faculté), J.P. Valenti (un serveur), Gary Wilmes (Hal), Abby Rain Heiser (une jeune fille au parc), Tamara Hickey (Ms. Leonard)
séances : semaine du mercredi 14 octobre 2015
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
21:00
11:00
14:00
16:00
18:30
21:00
11:00
14:00
16:00
18:30
20:30
14:00
18:30
20:30
14:00
18:30
20:30
séances : semaine du mercredi 21 octobre 2015
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
14:00
18:30
20:45
18:30
20:45
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
16:00
18:30
21:00
11:00
14:00
16:00
18:30
20:45
14:00
18:30
20:45
14:00
18:30
20:45
séances : semaine du mercredi 28 octobre 2015
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
16:00
20:45
14:00
18:30
16:00
21:00
14:00
18:30

synopsis

Professeur de philosophie, Abe Lucas est un homme dévasté sur le plan affectif, qui a perdu toute joie de vivre. Il a le sentiment que quoi qu’il ait entrepris - militantisme politique ou enseignement - n’a servi à rien. Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue en manque de compagnie qui compte sur lui pour lui faire oublier son mariage désastreux. Ensuite, avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Si Jill est amoureuse de son petit copain Roy, elle trouve irrésistibles le tempérament torturé et fantasque d’Abe, comme son passé exotique. Et tandis que les troubles psychologiques de ce dernier s’intensifient, Jill est de plus en plus fascinée par lui. Mais quand elle commence à lui témoigner ses sentiments, il la rejette. C’est alors que le hasard le plus total bouscule le destin de nos personnages dès lors qu’Abe et Jill surprennent la conversation d’un étranger et s’y intéressent tout particulièrement. Après avoir pris une décision cruciale, Abe est de nouveau à même de jouir pleinement de la vie. Mais ce choix déclenche une série d’événements qui le marqueront, lui, Jill et Rita à tout jamais...

notes de production

Dans L’Homme irrationnel, le comédien Joaquin Phoenix interprète un professeur de philosophie. Un thème qui passionne le réalisateur, Woody Allen, notamment depuis qu’il a découvert le travail du cinéaste Ingmar Bergman (1). Cette passion lui a ainsi permis d’écrire plusieurs pièces de théâtre sur ce sujet et réaliser des films tels que Crimes et délits (2) ou encore Match point (3) : depuis que je suis tout petit, je suis attiré, pour je ne sais quelle raison, par ce qu’on appelle en général les "grandes questions existentielles" (...). Dans mon parcours professionnel, j’en ai fait des sujets qui prêtent à rire lorsqu’il s’agit d’une comédie et, s’il s’agit d’une oeuvre plus sombre, des objets de conflit entre mes personnages.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ingmar_Bergman
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Crimes_et_D%C3%A9lits
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Match_Point

Ce film marque les retrouvailles entre Woody Allen et Emma Stone que le cinéaste a notamment dirigée dans son précédent film, Magic in the moonlight (4). La jeune comédienne serait-elle en passe de devenir la nouvelle muse du réalisateur à l’instar, précédemment, de grandes actrices hollywoodiennes comme Diane Keaton (5), Mia Farrow (6) ou encore Scarlett Johansson (7) ?
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1328
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Diane_Keaton
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film1471
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film1216

Après plusieurs incursions dans la comédie romantique d’époque telle que Minuit à Paris (8) ou Magic in the moonlight, il semblerait que Woody Allen revienne avec L’Homme irrationnel au thriller amoureux et philosophique à l’instar de Match point, un des plus grands succès du réalisateur.
(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Minuit_%C3%A0_Paris

Woody Allen est un fan de jazz, ses films en sont toujours fortement imprégnés et il est lui-même joueur de trompette. L’Homme irrationnel n’échappe pas à la règle puisque la bande originale du film reprend plusieurs morceaux du groupe Ramsay Lewis trio (9), comme le metteur en scène en témoigne : cette musique possède un tempo et une énergie qui s’accordent très bien aux images, que les personnages conduisent ou marchent à son rythme, ou encore qu’ils se comportent mal. C’est une partition enlevée qui évoque le caractère orageux des personnages.
(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ramsey_Lewis

Ce film marque également une nouvelle collaboration entre Woody Allen et Darius Khondji, son chef opérateur attitré depuis quelques années. Sauf que ce dernier compose ici une image bien éloignée de l’univers romantique et lumineux qu’il avait pu créer lors des tournages de Minuit à Paris et de Magic in the moonlight. Ainsi, le réalisateur a notamment déclaré qu’il ne souhaitait pas : styliser l’image à outrance car le plus important, c’est que le spectateur se passionne pour le parcours des personnages, et les comédiens ont parfaitement joué le jeu.

Ce qui a attiré Emma Stone sur ce projet, outre le fait de retrouver Woody Allen, est le fait que le scénario traite du hasard et du destin. Deux thèmes très présents dans la filmographie du réalisateur qui explique vouloir à nouveau explorer une philosophie qui lui est chère : je crois ferme dans le caractère totalement aléatoire et futile de l’existence (...). C’est ce que j’ai tenté de montrer dans Match point et qu’Abe enseigne à ses étudiants. La vie tout entière se déroule sans rythme, ni rationalité. Nous sommes tous soumis aux fragiles contingences de l’existence. Comme chacun sait, il suffit d’être au mauvais endroit, au mauvais moment…

Le film a notamment été tourné à Newport (10) ainsi qu’à Providence (11) et ses environs. Quant au fictif Braylin college, c’est l’université de Salve Regina qui a servi de cadre.
(10) https://fr.wikipedia.org/wiki/Newport_%28Rhode_Island%29
(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Providence_%28Rhode_Island%29

Joaquin Phoenix interprète à nouveau un dépressif résigné, à l’instar des personnages qu’il a pu incarner précédemment dans Two lovers (12), The Master (13) ou Her (14) : Abe a toujours cherché à faire quelque chose de constructif de sa vie (...). Mais il a vécu des événements terribles et, au bout d’un certain temps, il s’est mis à avoir le sentiment que ses actions, quelles qu’elles soient, étaient inefficaces. Et s’il a aimé son métier d’enseignant autrefois, il estime que ses cours n’auront une incidence majeure que sur un tout petit nombre de ses étudiants. La plupart d’entre eux mèneront des vies banales et ne se pencheront même pas sur leur passé quand leur fin sera proche.
(12) https://fr.wikipedia.org/wiki/Two_Lovers
(13) https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Master_%28film%29
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1216

Le cœur du film se trouve dans la relation complexe et ambiguë que Abe commence à entretenir avec une de ses étudiantes, Jill, interprétée par Emma Stone et qui, aveuglé par son romantisme, va tenter de sauver son professeur du pessimisme infini dans lequel il s’est noyé : l’idée même qu’elle puisse sauver un type dépressif, alcoolique et suicidaire lui semble valorisante d’un point de vue narcissique (...). Elle n’est encore jamais venue en aide à quelqu’un au fond du trou, et elle ne se rend pas compte que cela peut la précipiter, elle aussi, dans l’abîme.

Woody Allen
voir fiche du film Blue Jasmine
http://www.citebd.org/spip.php?film1142

Darius Khondji
voir fiche du film Amour
http://www.citebd.org/spip.php?film933

Joaquin Phoenix
voir fiche du film Her
http://www.citebd.org/spip.php?film1216

Emma Stone
voir fiche du film Birdman ou (la surprenante vertu de l’ignorance)
http://www.citebd.org/spip.php?film1427

Parker Posey
Née le 8 novembre 1968 à Baltimore.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Parker_Posey

Jamie Blackley
Né le 8 juillet 1991 à Douglas (Île de Man).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jamie_Blackley

Meredith Hagner
http://www.imdb.com/name/nm2993517/

Ben Rosenfield
http://www.imdb.com/name/nm4101208/

Ethan Phillips
voir fiche du film Inside Llewyn Davis
http://www.citebd.org/spip.php?film1188

Susan Pourfar
http://www.imdb.com/name/nm1581522/

Julie Ann Dawson
http://www.imdb.com/name/nm5661359/

Tom Kemp
http://www.imdb.com/name/nm0447376/

Betsy Aidem
http://www.imdb.com/name/nm0014483/

David Aaron Baker
http://www.imdb.com/name/nm0048379/

Nancy Ellen Shore
http://www.imdb.com/name/nm6004313/

J.P. Valenti
http://www.imdb.com/name/nm5528958/

Gary Wilmes
http://www.imdb.com/name/nm1675596/

Abby Rain Heiser
http://www.imdb.com/name/nm6304952/

Tamara Hickey
http://www.imdb.com/name/nm0382671/

extrait(s) de presse

Télérama - Dans la filmographie du maître, le film se rapproche de "Crimes et délits" et de "Match point", deux tragi-comédies diaboliques, avec engrenage fatal.
àVoir-àLire - Pas de révolution chez Woody Allen, qui perpétue avec L’homme irrationnel son penchant pour les comédies féroces et sophistiquées. Où l’amour, comme toujours chez le cinéaste, n’est jamais au fond qu’une histoire de fesses.
Les Inrocks - Le réalisateur revient à sa veine noire avec le portrait d’un quadra nihiliste qui bascule dans la folie criminelle...
Paris match - Fasciné par les grandes questions existentielles, Woody Allen poursuit sa quête philosophique en brodant l’intrigue de « L’Homme irrationnel » sur le thème du hasard et du destin...
Film de culte - (...) Et l’espace d’un instant, on a l’impression que derrière cette virulence, Woody règle a peut-être des comptes à régler...
Culture box - Quel bonheur de voir ce cinéaste toujours aussi inventif. Qu'il s'agisse du scénario, qu'il a écrit, de la réalisation, qu'il assume, quel talent ! "L'Homme irrationnel" est une perle.
Positif - Il faut louer d’ailleurs, quand bien même elle ne surprend plus, la maestria de Woody Allen à raconter une histoire dépouillée de toute fioriture (...) Mais le cinéaste ose aussi, selon les leçons de ses maîtres, transgresser les codes narratifs établis, proposer un récit en double voix off toute manckiewiczienne, et l’accorder à un personnage qui devrait en être privé.
La Croix - La vie est-elle affaire de morale ? De choix ? D’esthétique ? De hasard ? Les grandes questions alléniennes s’entrechoquent à nouveau dans "L’Homme irrationnel", réjouissante livraison annuelle de l’infatigable bateleur du cinéma américain.