Calvary - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Calvary

Calvary

Irlande, Gb - 2014 - 1h45
Sundance film festival 2014
avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
film - version originale sous-titrée en français
de

John Michael McDonagh

scénario : John Michael McDonagh
direction de la photographie : Larry Smith
musique ou chansons : Patrick Cassidy
avec : Brendan Gleeson (Père James Lavelle), Chris O'Dowd (Jack Brennan), Kelly Reilly (Fiona Lavelle), Aidan Gillen (Dr. Frank Harte), Dylan Moran (Michael Fitzgerald), Isaach de Bankolé (Simon), M. Emmet Walsh (l'écrivain), Marie-Josée Croze (Teresa), Domhnall Gleeson (Freddie Joyce), David Wilmot (Père Leary), Pat Shortt (Brendan Lynch), Gary Lydon (inspecteur Stanton), Killian Scott (Milo Herlihy), Orla O'Rourke (Veronica Brennan), Owen Sharpe (Leo), David McSavage (l'Evêque Garret Montgomery), Michael Og Lane (Mícheál), Mark O'Halloran (officier de prison), Declan Conlon (père), Anabel Sweeney (fille), Una Caryll (Soeur nuit), Doug Matthews (prisonnier)
séances : semaine du mercredi 12 août 2015
mercredi 12 jeudi 13 vendredi 14 samedi 15 dimanche 16 lundi 17 mardi 18
21:00
18:30
21:00
18:30

synopsis

La vie du père James est brusquement bouleversée par la confession d’un mystérieux membre de sa paroisse, qui menace de le tuer. Alors qu’il s’efforce de continuer à s’occuper de sa fille et d’aider ses paroissiens à résoudre leurs problèmes, le prêtre sent l’étau se refermer inexorablement sur lui, sans savoir s’il aura le courage d’affronter le calvaire très personnel qui l’attend…

notes de production

Le titre du film Calvary signifie calvaire en anglais. Il désigne à la fois le monument représentant la crucifixion du Christ, mais également une période d’intense questionnement personnel ou de souffrance morale. Dans le film, le Père James Lavelle, joué par Brendan Gleeson est donc touché majoritairement par la deuxième définition du mot, durant toute la durée de son enquête.

Calvary, le film noir de John Michael Mcdonagh, débute par une menace. Dans une petite paroisse perdue au fin fond de l’Irlande, un homme entendu en confession conseille au père James, le bienveillant prêtre local, de mettre ses affaires en ordre car il prévoit de l’assassiner le dimanche suivant. Commence alors un angoissant compte à rebours pour l’homme d’Église. Au cours des sept jours qui vont suivre, il va tenter de faire amende honorable auprès de ses paroissiens et rencontrer les divers suspects, présents en nombre dans la petite ville, qu’il soupçonne d’être à l’origine de la menace : du médecin athée à l’humour caustique et aux idées bien tranchées au spéculateur financier accablé par la culpabilité, en passant par un mari jaloux et un petit ami infidèle qui ne tient pas à être jugé.
Au fil de ses entrevues avec ses paroissiens - dont chacun a des raisons, justifiées ou non, de lui en vouloir -, une atmosphère de plus en plus inquiétante s’installe autour du père James. Pourtant, à l’approche du dimanche fatidique, alors que le prêtre se trouve non seulement confronté aux limites de la foi moderne mais également à son propre statut de mortel, il prend aussi conscience de la force de la bienveillance, du pardon et de l’humilité.
Calvary est le deuxième long métrage écrit et réalisé par John Michael Mcdonagh. On y retrouve l’essentiel du casting de son précédent film, L’Irlandais (1), qui avait valu à Brendan Gleeson d’être cité au Golden Globe. Avec un humour féroce, Calvary explore des émotions complexes et s’interroge sur la question de la moralité. Le film dresse le portrait diaboliquement drôle d’un homme d’Église pris au piège, forcé de se confronter à la vie moderne, avec son lot de désirs et de péchés, de corruption et de compassion, sans jamais se départir de sa foi.
(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Irlandais_(film,_2011)
Brendan Gleeson déclare : le père James fait figure de bouc émissaire, il paye pour les fautes d’autrui parce qu’il est le représentant d’une organisation qu’il a rejointe, mais dont il ne partage pas les aspirations. À travers lui, nous avons voulu explorer la difficulté à rester honnête et bon alors qu’on fait l’objet d’attaques.
L’histoire suit les principes du thriller, mais à l’inverse d’un polar traditionnel, John Michael Mcdonagh a choisi d’écrire un film dans lequel le crime n’a pas encore été commis. Calvary est porté par le personnage d’un prêtre qui tente de comprendre ce qui pourrait pousser l’un de ses paroissiens au meurtre, alors qu’il est lui-même confronté aux démons de son passé, qu’il s’interroge sur son choix de carrière et sur le sens de son existence. Et il n’a que sept jours pour résoudre ce mystère.
Le réalisateur déclare : le compte à rebours de l’intrigue fait à la fois référence à La Loi du silence (2) d’Alfred Hitchcock et aux cinq étapes du deuil. Établies par la psychiatre Elizabeth Kübler-Ross (3), les phases du deuil sont le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l’acceptation, et chacune d’elles est présente dans l’histoire.
(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Loi_du_silence
(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_K%C3%BCbler-Ross
Pourtant, Calvary n’a rien d’un thriller classique car le personnage principal est un homme vertueux. John Michael Mcdonagh confie : il est beaucoup plus difficile d’écrire l’histoire d’un homme aussi altruiste que le père James, car en général un thriller est porté par un antihéros ou un méchant.
Le scénario a séduit les producteurs de la société Reprisal films, Chris Clark et Flora Fernandez Marengo, qui avaient déjà produit L’Irlandais. Tous deux ont été fascinés par la séquence d’ouverture du film mettant en scène la troublante confession d’un homme maltraité dans l’enfance qui avoue son intention de tuer un innocent - à savoir le père James.
Chris Clark raconte : au début du film, le prêtre est menacé en pleine confession et doit ensuite faire face à ses démons pour déterminer s’il pourra affronter son assassin, et si oui, comment. Le suspense augmente progressivement, un peu comme dans un western où l’on attend avec impatience le duel final.
Flora Fernandez Marengo explique : John est brillant comme scénariste et comme réalisateur. Il sait exactement ce qu’il veut. Il planifie tout dans les moindres détails et avec beaucoup de sérieux. Dès les premières versions, ses scénarios sont déjà très développés. Dans le cas de Calvary, l’histoire était tellement aboutie que nous avons immédiatement pu nous mettre en quête des acteurs.
James Flynn, d’Octagon films, déclare : le film est brillamment construit. Il s’agit d’un thriller mais également d’une histoire poignante sur la famille, le temps qui passe, la souffrance et l’amour. C’est une histoire à la portée universelle qui aborde de nombreux thèmes.
L’équipe s’est installée 29 jours dans le pittoresque village de pêcheurs d’Easkey, dans le comté de Sligo (4) en Irlande où le tournage a débuté le 24 septembre 2012. La plage que l’on peut voir dans le film est celle de Streedagh dans le nord du comté. Une fois les séquences dans la boîte, l’équipe se dirigea vers Dublin pour deux semaines de tournage où quelques prises de vues furent faites dans le château Ardgillan Balbriggan.
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/calvary,308273
(4) https://fr.wikipedia.org/wiki/Sligo

John Michael McDonagh écrivit le scénario de Calvary durant le tournage de L’Irlandais (2011) et partit, dès le mois de février 2012, à la recherche de son casting pour ce nouveau projet, casting qui s’annonça définitif en août 2012.
Une partie du casting de L’Irlandais s’est retrouvée dans Calvary dont, entre autres, Brendan Gleeson (dans le rôle principal) et David Wilmot.

Calvary fut présenté au Sundance film festival (5) de 2014 et fut projeté à la Berlinale (6) de la même année.
(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_du_film_de_Sundance
(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale

Contrairement au thriller classique, où l’on tente d’élucider un meurtre réalisé au début du film, Calvary met en scène une enquête sur un crime… Qui va être commis sept jours plus tard ! Le père James Lavelle tentera ainsi durant tout le film de découvrir qui, dans le village, le tuera à la fin de la semaine.

Marie-Josée Croze, Québécoise d’origine et naturalisée française (vue dans plusieurs films français, dont Ne le dis à personne) (7) joue une touriste française, seule personne qui soutient le Père James Lavelle.
(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ne_le_dis_%C3%A0_personne_(film)

John Michael McDonagh
https://fr.wikipedia.org/wiki/John_Michael_McDonagh

Larry Smith
http://www.imdb.com/name/nm0809040/

Patrick Cassidy
https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Cassidy

Brendan Gleeson
Né le 29 mars 1955 à Dublin.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Brendan_Gleeson

Chris O’Dowd
Né le 9 octobre 1979 à Boyle (Irlande).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_O’Dowd

Kelly Reilly
Née le 18 juillet 1977 à Chessington (Gb).
Cette jolie rouquine débute au cinéma dans L’Auberge espagnole de Cédric Klapisch...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Kelly_Reilly

Aidan Gillen
Né le 24 avril 1968 à Dublin.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Aidan_Gillen

Dylan Moran
Né le 3 novembre 1971 à Navan (Irlande).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dylan_Moran

Isaach de Bankolé
Né Zachari Bankolé le 12 août 1957 à Abidjan (Côte d’Ivoire).
Inoubliable dans Ghost dog, la voie du samouraï de Jim Jarmusch...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_de_Bankol%C3%A9

M. Emmet Walsh
Né le 22 mars 1935 à New York.
https://fr.wikipedia.org/wiki/M._Emmet_Walsh

Marie-Josée Croze
voir fiche du film Les Invasions barbares
http://www.citebd.org/spip.php?film1106

Domhnall Gleeson
Né le 12 mai 1983 à Dublin.
Célèbre pour son rôle de Bill Weasley dans la saga Harry Potter...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Domhnall_Gleeson

David Wilmot
http://www.imdb.com/name/nm0932837/

Pat Shortt
voir fiche du film Queen and country
http://www.citebd.org/spip.php?film1421

Gary Lydon
Né le 11 septembre 1964 à Londres.
http://www.imdb.com/name/nm0527994/

Killian Scott
http://www.imdb.com/name/nm2832424/

Orla O’Rourke
http://www.imdb.com/name/nm1365326/

Owen Sharpe
http://www.imdb.com/name/nm0789261/

David McSavage
http://www.imdb.com/name/nm1305829/

Michael Og Lane
http://www.imdb.com/name/nm4335120/

Mark O’Halloran
http://www.imdb.com/name/nm0641177/

Declan Conlon
http://www.imdb.com/name/nm0174834/

Anabel Sweeney
http://www.imdb.com/name/nm5364078/

Una Caryll
http://www.imdb.com/name/nm3574010/

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - Profondeur des thèmes, intelligence de l'écriture et beauté de la photographie font du film de John Michael McDonagh une indéniable réussite...
àVoir-àLire - Une œuvre délicate et fine, portée par des acteurs solides, toujours avec un humour cocasse qui confère un côté burlesque à l’ensemble.
Cinéma teaser - Pour son deuxième film, John McDonagh aborde avec tact un sujet délicat et offre à Brendan Gleeson l'un de ses meilleurs rôles.
Culture box - John Michael McDonagh n'a pas véritablement choisi son camp entre drame, polar et comédie, picorant dans tous ces genres. Une position qui se défend, car ce film protéiforme déploie un charme incontestable.
Ecran large - On demeure vissé à son siège, écrasé par la force évocatrice de cet implacable réquisitoire contre une époque vide de sens.
La Croix - Héros, personnages secondaires, intrigue, forme visuelle, interprétation: à bien des titres, "Calvary" s'avère original et réussi. (...) Un thriller hors norme et pince-sans-rire, aussi rude qu'intense.
Le Jdd - Un long métrage où la tension monte crescendo et qui se révèle parfois drôle et touchant.
Positif - Sous couvert de clarté christique, ce film se révèle tout entier dédié au chaos, au doute, à l'abime. C'est ce paradoxe, dérangeant et malin qui le rend épatant.