Que viva Eisenstein ! - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Que viva Eisenstein !

Que viva Eisenstein !

The Eisenstein handshakes
Pays-bas, Mexique, Finlande, Belgique - 2015 - 1h45
sorti en France le 8 juillet 2015
Sélection officielle festival de Berlin 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Peter Greenaway

scénario : Peter Greenaway
direction de la photographie : Reinier van Brummelen
avec : Elmer Bäck (Sergueï Eisenstein), Luis Alberti (Palomino Canedo), Maya Zapata (Concepcion Canedo), Rasmus Slätis (Grisha Alexandrov), Jakob Öhrman (Eduard Tisse), Lisa Owen (Mary Craig Sinclair), Stelio Savante (Hunter Kimbrough)
séances : semaine du mercredi 8 juillet 2015
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
14:00
18:30
18:30
21:00
14:00*
21:00*
11:00*
11:00
14:00
18:30
18:30
18:30
séance spéciale :
* les matinales samedi et dimanche à 11h00 sont au tarif unique de 3,50 €
séances : semaine du mercredi 15 juillet 2015
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
20:35
18:30
21:00
14:00
18:30
11:00*
20:35*
18:30
20:35
séance spéciale :
* les matinales samedi et dimanche à 11h00 sont au tarif unique de 3,50 €
séances : semaine du mercredi 22 juillet 2015
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
16:00

synopsis

En 1931, fraîchement éconduit par Hollywood et sommé de rentrer en URSS, le cinéaste Sergueï Eisenstein se rend à Guanajuato, au Mexique, pour y tourner son nouveau film "Que Viva Mexico !". Chaperonné par son guide Palomino Cañedo, il se brûle au contact d’Éros et de Thanatos. Son génie créatif s’en trouve exacerbé et son intimité fortement troublée.Confronté aux désirs et aux peurs inhérents à l’amour, au sexe et à la mort, Eisenstein vit à Guanajuato dix jours passionnés qui vont contribuer à façonner le reste de sa carrière...

notes de production

A l’origine, Que viva Eisenstein ! ne devait pas être un long-métrage de fiction mais un documentaire. Peter Greenaway, grand amateur du cinéaste soviétique, a finalement décidé de privilégier la piste de la fiction mais en gardant quelques ressorts du documentaire puisque le film inclut différents documents de ce dernier comme des photographies, des images d’archives ainsi que des extraits de certains de ses films.

Sujet principal de Que viva Eisenstein !, Sergueï Eisenstein (1) figure en bonne place au rang du panthéon cinéphilique de Peter Greenaway. Le cinéaste britannique a découvert le réalisateur soviétique il y a plus de quarante ans et ce fut alors comme une révélation : j’ai découvert Eisenstein par hasard, à 17 ans, en 1959, dans un cinéma de l’East end (2) de Londres, 11 ans après sa mort à l’âge de 50 ans. J’ai été fasciné par La Grève (3), un film qu’il a réalisé alors qu’il n’avait que 27 ans. Je n’avais encore jamais vu de film datant des prémices du cinéma véhiculer un contenu aussi sérieux. A côté, les films américains avaient un côté tape-à-l’œil et sentimental, les allemands étaient extravagants et invraisemblables, et les français trop égocentriques et littéraires. A l’inverse, le cinéma d’Eisenstein était porteur d’un vrai message, transmis de façon réfléchie et rapide, avec une véritable intelligence cinématographique.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sergue%C3%AF_Eisenstein
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/East_End
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Gr%C3%A8ve_(film,_1925)

L’œuvre d’Eisenstein occupe une place très particulière dans la vie de Peter Greenaway. Ce dernier est plus qu’un simple passionné du cinéaste soviétique, c’est un véritable spécialiste. Au fil du temps, le réalisateur britannique a lu tout ce qui se rapprochait de près ou de loin à Eisenstein mais s’est également déplacé sur les différents lieux de tournage de ses films, que ce soit à Odessa (4) ou Saint-Pétersbourg (5) ainsi qu’à Alma Alta (6) au Kazahstan, lieu de l’exil forcé de ce dernier. En outre, Peter Greenaway a également organisé une exposition de peintures à Londres intitulée "Eisenstein at the Winter Palace".
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Odessa
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-P%C3%A9tersbourg
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Almaty

Le titre du film de Peter Greenaway rend hommage à un film éponyme (7) réalisé par Sergueï Eisenstein en 1931. Ce long-métrage est resté inachevé notamment à cause d’une post-production chaotique et des prises de vues du Mexique éparpillées à travers le monde après son départ du pays. En outre, l’irascibilité du cinéaste ainsi que son goût de la provocation à cause d’une affaire de dessins érotiques placés dans sa valise n’ont pas aidé le film et n’ont fait que contribuer davantage à son échec.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Que_Viva_Mexico!

Pour le rôle d’Eisenstein, Peter Greenaway cherchait un acteur capable de se donner sans retenue. En effet, le cinéaste britannique exigeait un certain niveau d’intensité du comédien qui allait incarner le réalisateur soviétique : je cherchais un acteur prêt à me confier temporairement son cœur, son âme, son esprit, son corps et sa queue pour dresser le portrait d’un homme on ne peut plus humain, mis à nu, aussi bien émotionnellement que physiquement - vomi, merde, pleurs, baise, sueur et hurlements compris. Il n’a jamais été question de tourner une hagiographie. Avec un peu de chance, le film serait un portrait cinématographique réaliste de dix jours dans la vie d’un des géants du cinéma, mais toute génuflexion admirative était formellement exclue.

Venu du théâtre, Elmer Bäck est la véritable révélation du film dans le rôle d’Eisenstein. Ce n’est qu’au terme d’un long processus de recherches intensives que Peter Greenaway a réussi à mettre la main sur cet acteur finlandais. Le réalisateur déclare à son sujet : il avait trimé des heures durant dans les salles de répétition du théâtre radical non subventionné de Berlin, il connaissait bien toutes les vicissitudes et le dénuement de la vie théâtrale. Son élocution était naturellement prometteuse, mais il m’a ensuite montré un accent russe qui a achevé de me convaincre, même si je ne pouvais pas garantir que cet accent serait considéré comme authentique à Saint-Pétersbourg ou Vladivostock (8). Après tout, il y existe de multiples accents en Russie, et Einsenstein venait de Riga (9), en Lettonie, où apparemment il a parlé exclusivement allemand jusqu’à l’âge de cinq ans. Elmer Bäck était vraiment convaincant en Eisenstein.
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Vladivostok
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Riga

Le film de Peter Greenaway est un habile mélange d’effets spéciaux et de ce que l’on pourrait qualifier de bricolage. Le réalisateur qui a vraiment tourné à Guanajuato (10), ville où Eisenstein s’était réellement rendu, a développé avec son film toute une esthétique en rapport avec ce site très photogénique et visuel. Peter Greenaway a notamment souhaité jouer avec les attentes des spectateurs en faisant croire à la présence d’effets spéciaux lorsqu’il n’y en avait pas et inversement, en éliminer lorsque cela était trop prévisible.
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Guanajuato

Une fois n’est pas coutume, Peter Greenaway a eu les honneurs d’un festival de cinéma des plus prestigieux pour présenter en exclusivité son dernier film puisque Que viva Eisenstein ! a concouru en sélection officielle lors de la dernière édition du Festival de Berlin.

Peter Greenaway
Né le 5 avril 1942 à Newport (Pays de Galles).
Bien que son œuvre soit très empreinte de noirceur, l’humour britannique, pince-sans-rire et l’humour noir, y sont très présents. Son travail n’est pas sans rapport avec la pataphysique et l’Oulipo...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Greenaway

Reinier van Brummelen
http://www.imdb.com/name/nm0115956/

Elmer Bäck
http://www.imdb.com/name/nm1731720/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Elmer_B%C3%A4ck

Luis Alberti
http://www.imdb.com/name/nm4845909/

Maya Zapata
Née à Mexico le 30 novembre 1981.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maya_Zapata

Rasmus Slätis
http://www.imdb.com/name/nm2445147/

Jakob Öhrman
http://www.imdb.com/name/nm1732330/

Lisa Owen
http://www.imdb.com/name/nm0654196/

Stelio Savante
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stelio_Savante
http://www.imdb.com/name/nm0767445/

extrait(s) de presse

Film de culte - Derrière ses obsessions de geek inventif, Greenaway montre qu'il a du coeur. Grâce à un personnage principal touchant, Que Viva Eisenstein ! est son film le plus simple et le plus humain depuis un bout de temps.
L'Info tout court - Il est difficile de ne pas penser aux futurs spectateurs médusés à la vision de cet irrévérencieux "Que viva Eisenstein", tourné par un Peter Greenaway revigoré...
Télérama - Peter Greenaway : “personne en Russie ne veut admettre qu'Eisenstein était homosexuel”...