Le Château de sable - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Le Château de sable

Le Château de sable

ciné môme
Canada - 1977 - 0h45
sorti en France le 15 avril 2015
accessible aux enfants à partir de 3/4 ans
film d'animation - version française
de

Co Hoedeman

séances : semaine du mercredi 17 juin 2015
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
15:35
15:35
15:35
séances : semaine du mercredi 24 juin 2015
mercredi 24 jeudi 25 vendredi 26 samedi 27 dimanche 28 lundi 29 mardi 30
15:35
15:35
15:35*
séance spéciale :
* Fête du Cinéma, du dimanche 28 juin au mercredi 1er juillet inclus - http://www.fncf.org/online/pid111/la-fete-du-cinema-2015.html

synopsis

Un programme de 3 courts métrages signés Co Hoedeman : "Tchou-tchou", "Le Théâtre de Marianne" et "Le Château de sable" (Oscar du meilleur court-métrage d'animation 1978), où un petit homme de sable construit, avec l'aide de ses amis, un château pour se protéger du vent...

notes de production

Inventif et fantaisiste, Co Hoedeman conte trois histoires où les choses les plus familières (un jeu de construction, des papiers découpés, des objets…) deviennent des êtres autonomes en constante métamorphose.

Le Château de sable est un concentré de trois courts métrages qui ont marqué la carrière de Co Hoedeman, dont l’un d’eux a une saveur particulière pour le metteur en scène puisqu’il lui a valu l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 1978.

Tchou-tchou
1972, (13’)
Fait à partir d’un jeu de construction en bois, ce court métrage d’animation explore un monde imaginaire appartenant aux enfants. Une fille et un garçon s’amusent dans une ville de cubes, de cylindres et de cônes, qu’ils ont eux-mêmes bâtie. Surgit un dragon qui bouscule leurs blocs et dérange tout. Que faire et comment écarter l’intrus ? Utilisant différentes astuces, ils réussiront à faire de leur ennemi leur meilleur partenaire. Film sans paroles.
Le Théâtre de Marianne
2004, (15’)
Film d’animation magique pour petits et grands. Sur la scène d’un grand théâtre apparaît un castelet. Le Théâtre de Marianne, domaine d’une petite marionnette fait vivre sous sa baguette trois saltimbanques, silhouettes en volume sorties de son chapeau. Chacun exécute son numéro, non sans difficulté. Puis la maladresse de l’un, l’espièglerie de l’autre autant que l’esprit enflammé du troisième engendrent quelques conflits, jusqu’à provoquer le chaos. Comment créer l’harmonie sans perdre la maîtrise ? Le spectacle virerait-il à l’échec ? Qui mène vraiment le jeu, la petite marionnette ou bien ses saltimbanques ? Un grand spectacle dans un minuscule univers, c’est celui de Co Hoedeman, génie ensorceleur, maître de l’illusion et ici, virtuose de l’éclairage : un spectacle dans un spectacle et tous deux dans un film !
Le Château de sable
1977, (13’)
Animation mettant en scène un petit homme de sable, qui avec l’aide de ses amis, se construit un château pour se protéger du vent. Mais la tempête ne lui facilite pas la tâche... Film sans paroles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/50e_c%C3%A9r%C3%A9monie_des_Oscars

Le film a été notamment soutenu par l’Onf (Office National du Film du Canada) (1) ainsi que par l’Afcae (Association Française des Cinémas Art et Essai) (2).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Office_national_du_film_du_Canada
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_fran%C3%A7aise_des_cin%C3%A9mas_d’art_et_d’essai

C’est Monsieur Yves Bouveret, délégué général de l’association des cinémas indépendants du département du Val d’Oise et qui est en charge l’organisation du Festival d’animation Image par Image où Le Château de sable fut diffusé, qui a convaincu la société de distribution Cinéma public films (3) de programmer le film dans les salles de cinéma. Il déclare : ces films d’une durée et d’un rythme différents, peuvent paraître désuets à nos yeux d’adultes, dans le contexte d’aujourd’hui, étant habitués à rebondir d’outils en informations numériques avec virtuosité. Il est vrai que nous oublions vite le plaisir de l’émerveillement, d’une poésie narrative directe ou d’une forme de surréalisme animé à la temporalité différente. Les très jeunes spectateurs ont pris le temps de contempler et de vagabonder dans ces œuvres fragiles, ces histoires racontées en images, sans paroles, et accompagnées simplement par la musique.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cin%C3%A9ma_Public_Films

Co Hoedeman
http://www.imdb.com/name/nm0388394/