Paris, Texas - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Paris, Texas

Paris, Texas

ciné répertoire
France, Allemagne, Gb, Usa - 1984 - 2h27
sorti en France le 19 septembre 1984
Palme d'or et Prix du jury oecuménique Cannes 1984 - Bafta 1985 du meilleur réalisateur
film - version originale sous-titrée en français
de

Wim Wenders

scénario : Sam Shepard, L.M. Kit Carson
direction de la photographie : Robby Müller
musique ou chansons : Ry Cooder
avec : Harry Dean Stanton (Travis Henderson), Nastassja Kinski (Jane Henderson), Dean Stockwell (Walt Henderson), Aurore Clément (Anne Henderson), Hunter Carson (Hunter Henderson), Sam Berr (le pompiste), Bernhard Wicki (le docteur Ulmer), Claresie Mobley (la loueuse de voitures), Viva (la femme à la télévision), Socorro Valdez (Carmelita), Edward Fayton (l'ami d'Hunter), Justin Hogg (Hunter à 3 ans), Tom Farrell (l'homme qui crie), John Lurie (Slater), Jeni Vici (Stretch), Sally Norvell (l'infirmière Bibs), Sharon Menzel (la comédienne), The Mydolls (le groupe de musique)
séances : semaine du mercredi 22 avril 2015
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
21:00*
15:50
séance spéciale :
* Festival Play it again (1ère édition) organisé en partenariat avec l’Adfp (Association des distributeurs de films de patrimoine) - tarif unique 3,50 €

synopsis

Comme poussé par une idée fixe, Travis, le personnage principal du film, marche seul dans le désert du Texas. Il tente sans succès de boire, arrive finalement dans un bar isolé et y perd conscience. Il est recueilli par un médecin qui trouve sur lui une carte avec le numéro de téléphone de son frère, Walt Henderson. Celui-ci fait le trajet depuis Los Angeles pour le retrouver. Travis n'avait plus donné signe de vie depuis quatre ans. Malgré leurs retrouvailles, Travis ne dit rien, ne mange pas et ne dort pas. Il refuse de prendre l'avion pour retourner à Los Angeles, ce qui oblige son frère à faire tout le trajet en voiture. Ce n'est que progressivement qu'il retrouve l'usage de la parole. Lorsque son frère lui demande où il espérait aller en errant dans le désert, Travis répond enfin qu'il comptait se rendre à Paris, au Texas, où ses parents l'auraient conçu...

notes de production

L’intrigue de Paris, Texas se passe au Texas et en Californie. Le tournage s’est déroulé dans ces deux états américains, et notamment à Houston et à Los Angeles, comme dans le film. Par ailleurs, le restaurant qu’appelle Travis au téléphone depuis la maison de Walt est véritablement situé à Cabazon et non à San Bernadino, quelques 45 miles plus loin. Certaines scènes furent également filmées à l’aéroport de Burbank (Californie), à celui d’El Paso (Texas), ainsi que dans le désert Mojave et au Nouveau-Mexique.
Le tournage du film s’est déroulé réellement du 29 septembre 1983 au 11 décembre 1983 au Texas, dans le parc national de Big Bend, à Marathon, Fort Stockton, Nordheim, Port Arthur, El Paso et Houston, mais aussi en Californie, à Los Angeles, et au Nouveau-Mexique, à Deming. Aucune scène n’a été tournée à Paris au Texas, qui est, en fait, loin d’être désertique (c’est un chef-lieu de comté de 25 000 habitants).

Sam Shepard et L.M. Kit Carson sont les auteurs du scénario de Paris, Texas. Sam Shepard est plus connu pour ses performances d’acteur, notamment dans Les Moissons du ciel (1) et L’Etoffe des héros (2). Aux Usa, il est un dramaturge et un metteur en scène de théâtre réputé. Kit Carson, tout autant acteur que scénariste et producteur, a notamment participé à l’écriture d’A Bout de souffle made in Usa (3) avec François Truffaut (4) et Jean-Luc Godard (5).
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film518
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27%C3%89toffe_des_h%C3%A9ros
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%80_bout_de_souffle,_made_in_USA
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film1411
(5) http://www.citebd.org/spip.php?film1276

L.M. Kit Carson a co-écrit le scénario de Paris, Texas. C’est son fils, Hunter Carson (qu’il a eu avec Karen Black (6)), qui joue le rôle d’Hunter dans le film. Il s’agissait pour le jeune garçon de son tout premier rôle, alors qu’il n’avait que neuf ans. C’est à peine plus vieux qu’on le retrouvera en 1986 dans L’Invasion vient de Mars (7) de Tobe Hooper.
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film859
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27invasion_vient_de_Mars

Durant la séquence à l’aéroport texan, Walt Henderson, joué par Dean Stockwell, est au téléphone avec sa femme. On peut alors entendre dans le haut-parleur l’annonce suivante : un message pour Joy Stockwell, Joy Stockwell. Austin va arriver d’une minute à l’autre. Joy n’est autre que la femme de Stockwell et Austin, leur fils, né pendant la production du film.

Anatole Dauman (8), producteur d’origine polonaise, se spécialise dès ses débuts dans le film d’auteur. En 1984, il produit Paris, Texas de Wim Wenders. Il retrouve le réalisateur en 1987 pour Les Ailes du désir (9). Nastassja Kinski apparaît pour la première fois au cinéma en 1974 dans Faux mouvement (10) de Wim Wenders. Elle a alors 14 ans. Elle retrouve le réalisateur dix ans plus tard pour Paris, Texas. L’actrice jouait exceptionnellement dans quatre films différents cette même année 1984 : on avait pu la voir dans Faut pas en faire un drame (11), L’Hôtel New Hampshire (12) et dans Maria’s lovers (13).
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Anatole_Dauman
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Ailes_du_d%C3%A9sir
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_Mouvement_%28film%29
(11) http://www.notrecinema.com/communaute/v1_detail_film.php3?lefilm=18124
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27H%C3%B4tel_New_Hampshire_%28film%29
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Maria%27s_Lovers

Paris, Texas est le film préféré de Harry Dean Stanton parmi toutes les productions dans lesquelles il a joué. Il était à l’époque déjà apparu dans pas moins de 48 longs-métrages, sans compter ses nombreux rôles télévisuels. Pourtant, l’acteur ne prononce pas un mot avant la 26ème minute du film, incarnant un personnage pour le moins hors-norme.

John Lurie a travaillé à plusieurs reprises avec Jim Jarmusch (14). Il joue notamment dans Stranger than paradise (15) et Down by law (16), films dont il a également composé la musique. Il tient un second rôle dans Paris, Texas. De grands noms de la musique clamèrent par la suite que le film était définitivement leur préféré, tels Kurt Cobain (17) et Elliott Smith (18). Quant au compositeur Ry Cooder, il reprit le blues du guitariste Blind Willie Johnson (19), Dark was the night comme thème pour le film de Wenders dont il dirigea la bande originale. Il retrouve le cinéaste en 1997 pour The End of violence (20). Un an plus tard, les deux hommes travaillent à nouveau ensemble pour Buena vista social club (21), dans lequel Cooder apparaît dans son propre rôle en plus d’enregistrer la musique du film.
(14) http://www.citebd.org/spip.php?film1262
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Stranger_Than_Paradise
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Down_by_Law
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Kurt_Cobain
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Elliott_Smith
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/Blind_Willie_Johnson
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_End_of_Violence
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Buena_Vista_Social_Club_%28film%29

Wim Wenders a tourné Paris, Texas dans l’ordre chronologique, c’est-à-dire en suivant le déroulement de l’intrigue. Habituellement, les scènes d’un film sont tournées dans le désordre et l’histoire est remise dans le bon ordre lors du montage.

Robby Müller est le chef opérateur attitré de Wim Wenders. Les deux hommes ont notamment travaillé ensemble pour Faux mouvement, L’Ami américain (22) ou encore Paris, Texas. Directeur de la photographie reconnu, il a également travaillé sur plusieurs films de Jarmusch, notamment Dead man (23) et Ghost dog (24), ainsi que pour Lars von Trier dans Breaking the waves (25) et Dancer in the dark (26).
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Ami_am%C3%A9ricain
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dead_Man
(24) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ghost_Dog_:_La_Voie_du_samoura%C3%AF
(25) http://fr.wikipedia.org/wiki/Breaking_the_Waves
(26) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dancer_in_the_Dark

Sur le tournage de Paris, Texas, l’assistante de Wim Wenders n’est autre que Claire Denis (27). Le réalisateur fait à nouveau appel à elle pour Les Ailes du désir. Par la suite, elle réalisera ses propres films. On lui doit notamment Beau travail (28) et Vendredi soir (29).
(27) http://www.citebd.org/spip.php?film373
(28) http://fr.wikipedia.org/wiki/Beau_Travail
(29) http://fr.wikipedia.org/wiki/Vendredi_soir

Paris, Texas est une co-production anglaise, française et allemande. Le film bénéficie d’un casting international : aux côtés des acteurs américains Harry Dean Stanton, Dean Stockwell, et Hunter Carson, on retrouve une actrice allemande, Nastassja Kinski, et une Française, Aurore Clément.

Wim Wenders affectionne tout particulièrement le road movie (30). Rien d’étonnant, donc, à ce que sa société de production berlinoise s’appelle Road movies filmproduktion (31). Avant Paris, Texas, Wenders réalise un tryptique sur le thème de l’errance. Les trois films en sont Alice dans les villes (32), Faux mouvement et Au fil du temps. Le réalisateur allemand s’est par ailleurs toujours intéressé à la culture américaine, qu’il s’agisse des personnages de Walt Disney ou du pop art (33), en passant par Chaplin. Il tourne régulièrement aux Usa et le décor sert toujours son propos : Paris, Texas montre la quête d’identité d’un individu du désert texan aux grandes villes californiennes. The End of violence fait état de la banalisation de la violence dans la culture américaine et The Million dollar hotel (34) témoigne de l’exclusion des marginaux dans cette société.
(30) http://fr.wikipedia.org/wiki/Road_movie
(31) http://en.wikipedia.org/wiki/Road_Movies_Filmproduktion
(32) http://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_dans_les_villes
(33) http://fr.wikipedia.org/wiki/Pop_art
(34) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Million_Dollar_Hotel

En 1984, Paris, Texas est projeté en sélection officielle au festival de Cannes (35). Le film remporte la Palme d’or, le prix de la Critique Internationale et le prix Œcuménique. En 2014, soit trente ans après la sortie du film, sa version restaurée est de nouveau projetée au festival de Cannes, au sein de la sélection Cannes classics (36).
(35) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_de_Cannes_1984
(36) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cannes_Classics

Après sa première le 19 mai au Festival de Cannes 1984, le film reçoit trois prix : la Palme d’or, à l’unanimité, le prix Fipresci (37) ex æquo avec Voyage à Cythère (38) de Theodoros Angelopoulos et le prix du Jury œcuménique. Il est projeté au Sundance film festival (39) en 1985 et à nouveau en 2006 dans la catégorie Sundance collection. De plus, le film remporte le Bafta (40) 1985 du meilleur réalisateur ; il était également nominé dans les catégories meilleur film, meilleur scénario adapté et meilleure musique de film.
(37) http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_FIPRESCI_du_Festival_de_Cannes
(38) http://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_%C3%A0_Cyth%C3%A8re
(39) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_du_film_de_Sundance
(40) http://fr.wikipedia.org/wiki/British_Academy_of_Film_and_Television_Arts

Il était prévu que film sorte en Rfa (41) le 28 septembre 1984. La société de production Road movies filmproduktion et la société de distribution Filmverlag der autoren (42), dont Wenders est membre depuis sa fondation en 1971, avaient décidé de diffuser 40 copies dans de petits cinémas. Constatant le succès du film au Festival de Cannes et les bonnes réactions de la critique, Wenders demande la diffusion d’au moins 80 copies et va jusqu’à bloquer la sortie du film en Allemagne pour obtenir satisfaction.
(41) http://fr.wikipedia.org/wiki/Allemagne_de_l%27Ouest
(42) http://de.wikipedia.org/wiki/Filmverlag_der_Autoren
Ce n’est donc que le 4 janvier 1985 qu’un accord est trouvé, alors que le film est déjà sorti à l’étranger : Paris, Texas est diffusé à partir du 11 janvier dans 65 salles.

Paris, Texas, quoiqu’il en soit, est le premier film de Wenders sur l’Amérique, et non plus seulement sur son rapport à l’Amérique, comme Alice, Hammett (43) ou L’Etat des choses (44). Celui-là, dit-il, je le regarde comme le film que j’aurais voulu faire dès le début. J’avais le sentiment d’avoir toujours un film à faire dans cette Amérique dont j’ai toujours rêvé. Il y avait aussi la volonté d’en finir avec ma fixation sur l’Amérique. Cette fixation, c’était surtout le désir de tourner dans les grands espaces qui ont enchanté mon enfance...
Surtout, au demeurant, Paris, Texas marque un tournant essentiel dans l’œuvre de Wenders. Et à plusieurs niveaux. Un aboutissement provisoire où tout n’est que maturité et plénitude. Maîtrise de la coulée narrative, saisie sereine et harmonieuse de l’espace. N’ose-t-il pas, en effet, entrer enfin dans une vraie histoire, simplement, à cœur ouvert. Histoire d’un désir désir d’une histoire. N’ayant plus peur ni honte de l’émotion, il réinvente du même coup le mélodrame familial, comme si, pour la première fois au cinéma, un homme était à la recherche de l’enfant et de la femme qu’il aime. Pour la première fois aussi, il abandonne les béquilles et la cinéphilie ; Foin de références cinématographiques : la vraie vie est ailleurs. Nourrir le cinéma par le cinéma devenait une forme d’impuissance et d’aliénation. Comme une expérience de seconde main. Vivre et filmer par procuration. Je n’en pouvais plus de raconter la mort du cinéma, avoue-t-il. Après L’Etat des choses, un film totalement narcissique qui était une mise en question du cinéma et de ses moyens, il s’agissait vraiment pour moi de retrouver une joie de raconter, une maîtrise du récit. Sans cela, je crois que je n’aurais pas pu survivre comme cinéaste.
Voilà qui est clair : Wenders repart, et du bon pied, pour de nouvelles aventures, mais l’errance est finie. L’amour est au bout de la route. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, il a pu faire appel à deux de ses amis américains dont il avait, en vain, souhaité la collaboration sur Hammett : Sam Shepard (qui, quinze ans auparavant, avait travaillé au scénario du Zabriskie point (45) d’Antonioni) pour le script, et Ry Cooder pour la musique...
Michel Boujut in Wim Wenders (Edilig, mars 1986)
(43) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hammett_(film)
(44) http://fr.wikipedia.org/wiki/L’%C3%89tat_des_choses
(45) http://fr.wikipedia.org/wiki/Zabriskie_Point_(film)

Wim Wenders
voir fiche du film Pina
http://www.citebd.org/spip.php?film654

Sam Shepard
voir fiche du film Les Moissons du ciel
http://www.citebd.org/spip.php?film518

L.M. Kit Carson
Né Lewis Minor Carson le 12 août 1941 à Irving, décédé le 20 octobre 2014 à Dallas.
http://fr.wikipedia.org/wiki/L._M._Kit_Carson

Robby Müller
Né le 4 avril 1940 à Willemstad (Curaçao, Antilles néerlandaises).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robby_M%C3%BCller

Ry Cooder
Né Ryland Peter Cooder le 15 mars 1947 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ry_Cooder

Harry Dean Stanton
voir fiche du film This must be the place
http://www.citebd.org/spip.php?film720

Nastassja Kinski
Née le 24 janvier 19611 à Berlin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nastassja_Kinski

Dean Stockwell
Né le 5 mars 1936 à Hollywood.
Célèbre pour avoir été Le Garçon aux cheveux verts pour Joseph Losey...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dean_Stockwell

Aurore Clément
Née le 12 octobre 1945 à Soissons.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Aurore_Cl%C3%A9ment

Hunter Carson
Né le 26 décembre 1975 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0141246/

Bernhard Wicki
Né le 28 octobre 1919 à Sankt Pölten (Autriche) et décédé le 5 janvier 2000 à Rosenheim (Allemagne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernhard_Wicki

Viva
Née le 23 août 1938 à Syracuse (État de New York).
http://www.imdb.com/name/nm0900201/

Socorro Valdez
Né le 20 décembre 1953 à San José (Californie).
http://www.imdb.com/name/nm0883698/

Tom Farrell
Né le 3 mai 1950 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0268352/

John Lurie
Né le 14 décembre 1952 à Minneapolis (Minnesota).
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Lurie

Sally Norvell
http://www.imdb.com/name/nm0636347/

Sharon Menzel
http://www.imdb.com/name/nm0579964/

extrait(s) de presse

Télérama - "Paris, Texas" ou comment Wim Wenders a réalisé son rêve américain...
Film de culte - Le film le plus beau et le plus émouvant de ces vingt dernières années, et ce pour longtemps encore.
Critikat - La démarche, nouvelle, du réalisateur auprès de son acolyte Sam Shepard pour un scénario à quatre mains, l’amour entre un homme et une femme rarement abordé par Wim Wenders, le regard vierge sur les lieux et les personnages participent d’un renouvellement de l’œuvre du réalisateur allemand...
Dvd classik - Revoir "Paris, Texas" aujourd’hui constitue encore un choc. Parce que tout le monde peut constater que le film n’a pas pris une ride en premier lieu, qu’ensuite tout bonnement, l’émotion véhiculée par la simplicité apparente de l’histoire reste universelle...
Ciné club de Caen - Ce que "Paris-Texas" nous fait découvrir, c'est le rôle même du cinéma, cette possibilité de percevoir la réalité brute, hors de toute catégorie, de tout système qui en effacerait l'altérité absolue...