L’Homme qui venait d’ailleurs - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > L’Homme qui venait d’ailleurs

L’Homme qui venait d’ailleurs

The Man who fell to earth
Gb, Usa - 1976 - 2h19
sorti en France le 6 juillet 1977
film - version originale sous-titrée en français
de

Nicolas Roeg

scénario : Paul Mayersberg
d'après l'oeuvre de : Walter Tevis
direction de la photographie : Anthony B. Richmond
musique ou chansons : John Phillips, Stomu Yamashta
avec : David Bowie (Thomas Jerome Newton), Buck Henry (Oliver Farnsworth), Candy Clark (Mary-Lou), Rip Torn (Nathan Bryce), Bernie Casey (Peters), Jackson D. Kane (professeur Canutti), Rick Riccardo (Trevor), Tony Mascia (Arthur), Linda Hutton (Elaine), Hilary Holland (Jill), Adrienne Larussa (Helen), Lilybelle Crawford (bijoutier), Richard Breeding (réceptionniste), Albert Nelson (serveur), Peter Prouse (associé de Peters)
séances : semaine du mercredi 15 avril 2015
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
18:30*
séance spéciale :
* mar 21 à 18h30 - ciné mardi : "Beau oui, comme Bowie", en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Furyo")

synopsis

Venu d’une autre planète malmenée par la sécheresse pour chercher de l’eau sur terre, Newton bâtit un empire industriel grâce à sa maîtrise de technologies futuristes. Riche, il entreprend de construire un vaisseau qui lui permettra de retourner chez lui. Mais la rencontre de Mary-Lou vient bouleverser l’ordre des choses et Newton, déchiré par cet amour véritable, sombre peu à peu…

notes de production

L’Homme qui venait d’ailleurs est l’adaptation de L’Homme tombé du ciel (1), roman éponyme de l’écrivain américain Walter Tevis publié en 1963.
(1) http://www.noosfere.org/icarus/livres/niourf.asp?numlivre=999
http://www.culture-sf.com/L-homme-tombe-du-ciel-Walter-Tevis-cf-511

Le film respecte assez fidèlement le livre mais on constate que de nombreux détails ont été modifiés voire supprimés :
- Newton, incarné par David Bowie, apparaît comme un homme maigre, de taille moyenne avec une chevelure orange vif propre au style du chanteur. Le personnage du livre, lui, est un homme de plus de deux mètres aux cheveux bouclés blond platine. La différence la plus marquante est sans doute le caractère du héros, le film le montrant comme quelqu’un de stoïque, insensible à ce qui lui arrive et à l’échec de sa mission.
- le personnage de Marie-Lou diffère également : le roman la présente comme une sorte de gouvernante, nommée Betty-Joe, au service de Newton. Entre eux il n’y a aucune relation intime. À la fin du film, Marie-Lou et Bryce sont ensemble, ce qui est conforme à l’intrigue du roman.
- parmi les personnages secondaires, le mystérieux voiturier français, Brinnarde, qui est un agent du Fbi (2), devient dans le film, Arthur, chauffeur personnel de Newton.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Federal_Bureau_of_Investigation
- le docteur Bryce est un personnage beaucoup plus complexe dans le film. Alors que dans le livre, Tevis le peint comme un veuf solitaire, le film sous-entend qu’il est divorcé depuis peu et que, en pleine crise identitaire, il collectionne les relations amoureuses avec de jeunes étudiantes. Sa rencontre avec le professeur Canutti dans le film va développer cette crise. Le passage où Bryce découvre la véritable identité de Newton en le photographiant secrètement avec un appareil photo radiographique est une scène qui suit l’intrigue du roman. D’autre part, au début du film, la présence d’une ombre lors de l’atterrissage du vaisseau de Newton sur Terre souligne que le gouvernement a connaissance de sa présence. Un fait qui n’est découvert qu’à la fin du roman.
- l’avocat de Newton et le copiste Oliver Farnsworth sont aussi considérablement plus développés dans le roman. La description que donne Nicolas Roeg de la vie privée de Farnsworth suggère clairement qu’il est homosexuel et a une relation sérieuse avec un homme plus jeune. Sa mort brutale n’apparaît que dans le film.
- la mission de Newton est vague dans le film. Le roman explique que son vaisseau est destiné à rentrer automatiquement sur Anthea (planète d’où est originaire Newton), puis d’en emmener les derniers survivants sur Terre afin qu’ils infiltrent les différents gouvernements et dirigent le monde. Dans un chapitre-clé, Newton révèle à Bryce qu’Anthea a été pratiquement détruite par une guerre nucléaire qui y a exterminé toutes les espèces - il ne reste que 300 survivants. Il révèle aussi que sa véritable motivation est l’intervention de son espèce sur Terre pour empêcher une guerre nucléaire.
- les descriptions et détails sur le temps diffèrent aussi entre roman et film. Le roman utilise des dates définies par des périodes, des événements (élections de présidents, débuts de guerres), quand la version révisée du livre est divisée en trois sections principales : 1985, 1988 et 1990. L’action entière du roman se déroule sur tout juste cinq ans. Dans l’édition de 1963, les dates commencent en 1972 et finissent en 1976. Il y a une petite incohérence dans la chronologie de la version revisitée du roman.
- dans le film, il n’y a ni calendrier ni montre, aucune référence au passage des années, à part une brève indication du cadre historique dans la première section du film : lorsque Newton rencontre Farnsworth à New York, on aperçoit un drapeau des États-Unis de 1976.
- le final, avec l’examen médical secret de Newton, apparaît dans le roman mais est particulièrement court dans le film ; c’est en fin de compte une radiographie du crâne de Newton par les yeux. Ayant les yeux très sensibles aux rayons, il essaye d’empêcher les médecins de faire leurs expériences, échoue et reste aveugle.

Pour le rôle de l’extraterrestre, le cinéaste avait tout d’abord pensé à Michael Crichton (3).
Dans la version originale, lors d’une scène, Mary-Lou demande : Tommy, can you hear me ? (4) (Tommy, est-ce que tu m’entends ?). C’est une référence à la chanson homonyme issue de l’opéra rock Tommy des Who (1969).
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_Crichton
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tommy,_Can_You_Hear_Me%3F

David Bowie a travaillé sur la bande originale du film mais elle fut rejetée par la production. La plupart des morceaux furent ensuite repris pour son album Low (5) sorti en 1977.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Low_%28album_de_David_Bowie%29

L’Homme qui venait d’ailleurs marque la première apparition de David Bowie dans un long-métrage de fiction. L’acteur sera plus présent sur grand écran durant les années 80 avec des rôles dans le film fantastique Les Prédateurs (6) de Tony Scott aux côtés de Catherine Deneuve et le film de guerre Furyo (7).
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Pr%C3%A9dateurs_%28film,_1983%29
(7)

Il ne s’agit pas de la seule incursion de Nicolas Roeg dans le cinéma fantastique. En 1973, le réalisateur avait déjà mis en scène l’excellent Ne vous retournez pas (8) qui est aujourd’hui considéré comme l’un des classiques du cinéma fantastique des années 70.
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film1231

L’Homme qui venait d’ailleurs fut tourné en grande partie au Nouveau Mexique, à Los Alamos (9) où se trouvent les antiques cimetières des indiens Pueblos (10), mais aussi le Centre américain de recherches nucléaires (11).
D’habitude, nota Nicolas Roeg, lorsqu’on cherche les extérieurs d’un film, il faut adapter le scénario aux paysages choisis. Là, ce fut stupéfiant : tous les paysages décrits par le roman et le scénario non seulement existaient mais étaient voisins.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Los_Alamos
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Pueblos
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Laboratoire_national_de_Los_Alamos

L’Homme qui venait d’ailleurs dans le monde :
- El hombre que cayó a la tierra (Argentine, Espagne)
- Човекът, който падна на земята (Bulgarie)
- O Homem que caiu na terra (Brésil)
- Manden som kom ned på jorden (Danemark)
- Mies toisesta maailmasta (Finlande)
- Muukalaisen kasvot (Finlande tv)
- O anthropos pou epese sti gi (Grèce)
- A Földre pottyant férfi (Hongrie)
- L’Uomo che cadde sulla terra (Italie)
- Czlowiek, który spadl na ziemie (Pologne)
- O Homem que veio do espaço (Portugal)
- Mannen utan ansikte (Suède)
- Человек, который упал на Землю (Urss)
- Dünyaya düsen adam (Turquie)
- Der Mann, der vom himmel fiel (Allemagne)

Trucages et réalisation technique sont d’une indéniable qualité, mais le principal mérite de Nicolas Roeg est d’avoir choisi David Bowie comme acteur, alors qu’il est une superstar de pop-music (12). Le choix pouvait paraître surprenant, mais Newton, étant un extra-terrestre, ne pouvait ressembler à personne. Venant d’ailleurs, Newton doit avoir une manière de se mouvoir, de respirer, d’exprimer ses pensées et ses sentiments tout à fait différente de la nôtre. Il me fallait une personnalité unique. Or Bowie est tout cela, naturellement... (Nicolas Roeg)
Bien dirigé, Bowie est effectivement saisissant. Cet androgyne roux, frêle d’apparence, dont on sent constamment la tension, la vulnérabilité, incarne étonnamment celui qui est différent, qui vient d’ailleurs et qui va se laisser corrompre par l’alcool, l’abus de la télévision pour oublier le déchirement de la séparation, la possession d’un amour terrestre, et la haine que suscite sa réussite, son mystère, sa différence même.
La parabole est limpide, la critique des milieux d’affaires, de la Cia aussi est, presque trop simple apparemment, mais il est difficile de juger un scénario à la fois confus et manichéen, dans la version projetée en France, lorsqu’on sait que le film a été amputé d’une bonne heure. L’aberration la plus complète rène, ici, au niveau de la distribution, chaque pays doit avoir, paraît-il, droit à un montage d’une durée différente de L’Homme qui venait d’ailleurs. C’est monstrueux.
Jacqueline Lajeunesse in La Saison cinématographique 78
(12) ce n’est pas la seule fois où Nicolas Roeg a dirigé un chanteur de rock dans l’un de ses films. En 1970, le réalisateur faisait tourner Mick Jagger, le chanteur des Rolling stones dans Performance (13) et Art Garfunkel dans le film Enquête sur une passion (14).
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Performance_%28film%29
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Enqu%C3%AAte_sur_une_passion

Ne vous retournez pas a droit à un bel accueil critique et Nicolas Roeg pense à adapter au cinéma Victory (15) de Joseph Conrad (16) en utilisant de nouveau Donald Sutherland. La chose ne dure que très peu de temps et périclite (17). Toutefois, Nicolas Roeg retrouvera les écrits de Joseph Conrad quelques années plus tard en adaptant Heart of darkness (18) pour la télévision. Mais, à l’époque, il s’engage donc sur l’adaptation d’un autre livre. Pas de chance, la Mgm (19) décide d’annuler purement et simplement Deadly honeymoon quelques jours avant les premières prises de vues. Ensuite, Nicolas Roeg est orienté vers Out of Africa (20) qu’il ne réalisera pas non plus au profit de Sydney Pollack. Finalement, le cinéaste anglais se souvient d’un livre qu’il a lu quelques années auparavant et qui date du début des années 60. Un ouvrage de science-fiction écrit par Walter Tevis qui fut aussi l’auteur du livre ayant donné à l’écran L’Arnaqueur (21) puis La Couleur de l’argent (22). L’écriture du scénario sera faite par un critique de cinéma, Paul Mayersberg...
Au moment de sa sortie, il est décidé de raccourcir le film en éliminant diverses séquences et le film sera très mal accueilli dans les salles. Cela n’empêche pas Dino De Laurentiis (23) de miser tout de même sur Nicolas Roeg en vue d’adapter Flash Gordon (24) pour le grand écran. Mais au bout d’un an, le producteur n’est pas enthousiasmé par le traitement du cinéaste et donnera finalement la réalisation à Mike Hodges. De son côté, le livre de Walter Tevis sera une nouvelle fois adapté sans grand succès pour la télévision américaine (25) au milieu des années 80. Dernièrement, on pourra noter quelques similitudes avec l’intrigue de K-Pax (26), adapté d’un autre ouvrage, où un personnage clame être un extraterrestre alors que les autorités l’envoient directement à l’asile.
Antoine Rigaud in Devil dead
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Victoire_%28roman%29
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Conrad
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Victory_%28film,_1995%29
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Au_c%C5%93ur_des_t%C3%A9n%C3%A8bres
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/Metro-Goldwyn-Mayer
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Out_of_Africa
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Arnaqueur
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Couleur_de_l%27argent
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dino_De_Laurentiis
(24) http://fr.wikipedia.org/wiki/Flash_Gordon_%28film,_1980%29
(25) Le Naufragé des étoiles de Bobby Roth (1987)
(26) http://fr.wikipedia.org/wiki/K-PAX_:_L%27Homme_qui_vient_de_loin

Tandis que David Bowie est au cœur actuellement d’une exposition/événement (27) à la Philarmonie de Paris (28) jusqu’au 31 mai 2015, on apprend qu’il travaille à l’adaptation pour la scène de L’Homme qui venait d’ailleurs (The Man Who Fell to Earth), drame de science-fiction de Nicolas Roeg réalisé en 1976. L’information, relayée par Nme (29) a été révélée par The New York times (30). Elle a été confirmée par un porte-parole du chanteur et musicien.
La rock-star britannique coécrit cette comédie musicale, intitulée Lazarus (31), avec le dramaturge irlandais Enda Walsh (32). Cette collaboration était un secret bien gardé et stipulé par contrat. La pièce sera dirigée par le metteur en scène d’avant-garde belge Ivo Van Hove (33). Les deux hommes se sont rencontrés par l’intermédiaire du producteur de théâtre Robert Fox (34). Lazarus est programmée pour la fin de l’année 2015 au New York theater workshop de Broadway.
http://www.cinechronicle.com/2015/04/david-bowie-adapte-lhomme-qui-venait-dailleurs-sur-scene-94486/
(27) http://davidbowieis.philharmoniedeparis.fr/fr/exposition
(28) http://fr.wikipedia.org/wiki/Philharmonie_de_Paris
(29) http://fr.wikipedia.org/wiki/New_Musical_Express
(30) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_New_York_Times
(31) http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/rock/david-bowie-prepare-une-piece-basee-sur-lhomme-qui-venait-dailleurs-215883
(32) http://fr.wikipedia.org/wiki/Enda_Walsh
(33) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ivo_van_Hove
(34) http://www.imdb.com/name/nm0289221/

Nicolas Roeg
voir fiche du film Ne vous retournez pas
http://www.citebd.org/spip.php?film1231

Paul Mayersberg
Né le 18 juin 1941 à Cambridge.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Mayersberg

Walter Tevis
Né Walter Stone Tevis à San Francisco le 28 février 1928, décédé à New York le 8 août 1984.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Tevis

Anthony B. Richmond
voir fiche du film Ne vous retournez pas
http://www.citebd.org/spip.php?film1231

John Phillips
Né John Edmund Andrew Philips à Parris Island (Caroline du sud) le 30 août 1935, décédé le 18 mars 2001, à Los Angeles.
Membre fondateur des Mamas & the Papas dont il signe la plupart des succès...
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Phillips_%28musicien%29

Stomu Yamashta
http://www.amarokprog.net/groupes_3316.html
http://nezumi.dumousseaux.free.fr/wiki/index.php?title=Stomu_Yamashta

David Bowie
Né David Robert Jones le 8 janvier 1947 à Londres.
Il se fait connaitre du monde entier en 1969 avec son album Space oddity puis, en 1972, par l’intermédiaire de son alter ego décadent Ziggy Stardust...
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bowie

Buck Henry
Né le 9 décembre 1930 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Buck_Henry

Candy Clark
Née Candace June Clark le 20 juin 1947 à Norman (Oklahoma).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Candy_Clark

Rip Torn
Né Elmore Rual Torn le 6 février 1931 à Temple (Texas).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rip_Torn

Bernie Casey
Né le 8 juin 1939 à Wyco (Virginie occidentale).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernie_Casey

Jackson D. Kane
http://www.imdb.com/name/nm0437332/

extrait(s) de presse

Devil dead - "L'Homme qui venait d'ailleurs" est tour à tour intrigant et passionnant. Il ne plaira pas pour autant à tout le monde en raison de l’approche artistique différente du tout venant...
Scifi movies - Opéra métaphysico-psychologique, fascinant, mais déroutant ! A voir.