La Prisonnière du désert - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Prisonnière du désert

La Prisonnière du désert

ciné môme - ciné répertoire
The Searchers
Usa - 1956 - 1h59
sorti en France le 8 août 1956
accessible aux enfants à partir de 8 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

John Ford

scénario : Frank S. Nugent
d'après l'oeuvre de : Alan Le May
direction de la photographie : Winton C. Hoch, Alfred Gilks
musique ou chansons : Max Steiner
avec : John Wayne (Ethan Edwards), Jeffrey Hunter (Martin Pawley), Vera Miles (Laurie Jorgensen), Ward Bond (révérend Samuel Johnson Clayton, capitaine des Texas rangers), Natalie Wood (Debbie Edwards), John Qualen (Lars Jorgensen), Olive Golden (Ma Jorgensen), Harry Carey Jr. (Brad Jorgensen), Henry Brandon (le Balafré), Ken Curtis (Charlie McCorry), Antonio Moreno (Emilio Gabriel Fernandez y Figueroa), Hank Worden (Moïse Harper), Lana Wood (Debbie enfant), Patrick Wayne (lieutenant Greenhill), Dorothy Jordan (Martha Edwards), Walter Coy (Aaron Edwards), Pippa Scott (Lucy Edwards), Robert Lyden (Ben Edwards), Peter Mamakos (Jerem Futterman, le commerçant)
séances : semaine du mercredi 8 avril 2015
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
17:00*
séance spéciale :
* mar 14 à 17h00 - film inscrit au dispositif "Ecole et cinéma" - tarif unique 3,50 €

synopsis

Texas, 1868. Des Comanches attaquent le ranch d'Aaron Edwards, qui est tué ainsi que sa femme et son plus jeune fils. Ethan, le frère d'Aaron, apprenant le drame, part à la recherche de Lucy et Debbie, ses deux nièces disparues au cours de l'attaque. Bientôt, il n'est plus accompagné dans sa quête que de Martin Pawley (fils adoptif d'Aaron Edwards et donc neveu d'Ethan) et de Brad Jorgensen, le fiancé de Lucy...

notes de production

Avant de commencer un tournage, je regarde toujours quatre films, généralement Les Sept samouraïs (1), Lawrence d’Arabie (2), La Vie est belle (3) et La Prisonnière du désert.
Steven Spielberg
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Sept_Samoura%C3%AFs
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lawrence_d%27Arabie_%28film%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_vie_est_belle_%28film,_1946%29

La Prisonnière du désert marque la 16ème des 24 collaborations de John Ford avec John Wayne. Le film est également une étape dans la carrière de l’acteur, dont le rôle d’homme assoiffé de vengeance n’est, pour l’une des premières fois, pas totalement positif. John Wayne décidera d’ailleurs de nommer l’un de ses fils du nom de son personnage, Ethan.

De l’aveu même de John Wayne, La Prisonnière du désert est un hommage à l’acteur de western Harry Carey (4). La femme du comédien, Olive et son fils Harry Carey Jr. apparaissent dans le film, respectivement dans les rôles de Madame Jorgensen et de Brad Jorgensen. John Wayne a par ailleurs avoué que sa démarche particulière dans La Prisonnière du désert était calquée sur celle de Harry Carey, lui qui avait repris dans Le Fils du désert (5) le rôle tenu par Carey dans Trois sublimes canailles (6).
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Carey
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Fils_du_d%C3%A9sert
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Trois_sublimes_canailles

Le rôle de Debbie Edwards, la fille enlevée par les Indiens, a été confié à Natalie Wood, mais aussi à Lana Wood, la véritable sœur de l’actrice de West side story (7), qui incarne le personnage dans sa jeunesse. C’est d’ailleurs pendant le tournage de La Prisonnière du désert que, Svetlana Gurdin de son vrai nom, décida de devenir Lana Wood, en référence à sa sœur.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/West_Side_Story

Adapté du roman homonyme d’Alan Le May, La Prisonnière du désert est basé sur une histoire vraie (8), celle d’une fille blanche kidnappée par des Comanches (9) au Texas (10).
(8) en 1839, au Texas, une petite fille est enlevée par les Comanches et est devenue plus tard la femme d’un des chefs. Elle fut retrouvée et ramenée dans la communauté blanche contre son gré.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Comanches
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Texas

Très en avance sur son temps, John Ford avait décidé de garder des traces du tournage de La Prisonnière du désert produit par la Warner (11). Ce making-of (12) est disponible dans l’édition dvd française du film. La Mgm (13) avait elle aussi pour habitude de filmer les coulisses de ses tournages, pour les diffuser ensuite en salles, avant le film en question, comme ce fut le cas pour Convoi de femmes (14) de William Wellman.
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Warner_Bros.
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Making-of
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Metro-Goldwyn-Mayer
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Convoi_de_femmes

John Wayne n’était pas le seul fidèle de John Ford à être présent sur les plateaux de La Prisonnière du désert. Jeffrey Hunter et Vera Miles étaient ou deviendraient eux aussi des habitués du cinéaste. Le premier en jouant par la suite dans La Dernière fanfare (15) et Le Sergent noir (16), la seconde en apparaissant dans Planqué malgré lui (17) et L’ Homme qui tua Liberty Valance (18).
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Derni%C3%A8re_Fanfare
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Sergent_noir
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Planqu%C3%A9_malgr%C3%A9_lui
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Homme_qui_tua_Liberty_Valance

La Prisonnière du désert s’inscrit dans la lignée expressionniste des films de Ford à la fois par le jeu des acteurs (regards d’Ethan, geste d’accueil de la belle-sœur) par un emploi tranché de la couleur notamment pendant les attaques de nuit (à l’opposée des teintes plus douces de She wore a yellow rubban) (19) et surtout par l’emploi de contrastes violents.
http://www.cineclubdecaen.com/realisat/ford/prisonnieredudesert.htm
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Charge_h%C3%A9ro%C3%AFque

La Prisonnière du désert a été tourné en août 1955 dans le mythique décor naturel de Monument valley (20), théâtre de très nombreux westerns (Rio grande (21), La Chevauchée fantastique (22) du même John Ford), dont les légendaires pitons de roche rouge ont pu être apprécié en Cinémascope (23) et en Technicolor (24), deux procédés utilisés par John Ford.
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_Valley
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rio_Grande_%28film,_1950%29
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chevauch%C3%A9e_fantastique
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/CinemaScope
(24) http://fr.wikipedia.org/wiki/Technicolor_%28proc%C3%A9d%C3%A9%29

- Les plans qui ouvrent et ferment le film (la caméra se trouve à l’intérieur de la maison et par un subtil plan séquence Ford sort de celle-ci et embrasse avec sa caméra Ethan Edwards et l’impressionnant paysage de Monument valley), sont considérés parmi les meilleurs du cinéma de Ford.
- Ford aborde de nouveau le problème des guerres indiennes et des prisonnières dans Les Deux cavaliers (25).
- Le film rompt avec les westerns manichéens : le personnage d’Ethan s’acharne sur des causes perdues, il n’hésite pas non plus à abattre des bisons pour accélérer le déclin du peuple indien. Celui-ci est abordé avec beaucoup de dignité. Dans le John Ford de Peter Bogdanovich (26), Ford déclare : c’est un peuple très digne - même lorsqu’il a été battu. Naturellement, ce n’est pas très populaire aux Usa. Le public aime voir les Indiens être tués. Il ne les considère pas comme des êtres humains, possédant une culture profonde, différente de la nôtre. Si vous regardez les choses en détail, vous découvrez pourtant que leur religion ressemble en beaucoup de points à la nôtre.
- Le groupe britannique The Searchers (27) doit son nom au film.
(25) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Deux_Cavaliers
(26) http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Bogdanovich
(27) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Searchers_%28groupe%29

La Prisonnière du désert, qui fait partie du premier groupe de films répertoriés par le National film registry (28) en 1989, a été classé par l’American film institute (29) parmi les 100 meilleurs films de tous les temps et a été qualifié dans un article du New York magazine (30) de film le plus important de l’histoire américaine. Entertainment weekly (31) l’a décrété 13e meilleur film de toute l’histoire du cinéma et plus grand western jamais réalisé.
L’influence de La Prisonnière du désert est perceptible dans des films très différents tels que Star wars (32), Rencontres du troisième type (33), Kill Bill II (34) et Impitoyable (35), pour n’en citer que quelques-uns, car nombreux sont les films qui lui doivent beaucoup. Dans Hardcore (36) de Paul Schrader (le scénariste de Taxi driver) (37) et Paris, Texas (38) (Palme d’or du festival de Cannes 1984) de Wim Wenders, on trouve des références directes à La Prisonnière du désert.
Même la fameuse réplique de John Wayne dans le film, That’ll be the day a inspiré à Buddy Holly (39) une chanson qui deviendra un tube en 1957.
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/la-prisonniere-du-desert-western,4067
(28) http://fr.wikipedia.org/wiki/National_Film_Registry
(29) http://fr.wikipedia.org/wiki/American_Film_Institute
(30) http://fr.wikipedia.org/wiki/New_York_%28magazine%29
(31) http://fr.wikipedia.org/wiki/Entertainment_Weekly
(32) http://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars
(33) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rencontres_du_troisi%C3%A8me_type
(34) http://fr.wikipedia.org/wiki/Kill_Bill#Kill_Bill_Vol._2
(35) http://fr.wikipedia.org/wiki/Impitoyable
(36) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hardcore_%28film%29
(37) http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxi_Driver
(38) http://fr.wikipedia.org/wiki/Paris,_Texas
(39) http://fr.wikipedia.org/wiki/Buddy_Holly

John Ford
Né John Martin Feeney le 1er février 1894 à Cape Elizabeth (Maine), décédé le 31 août 1973 à Palm Desert (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ford

Frank S. Nugent
Né le 27 mai 1908 à New York, décédé le 30 décembre 1965 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Frank_S._Nugent

Alan Le May
Né le 3 juin 1899 à Indianapolis, décédé le 27 avril 1964 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0494435/

Winton C. Hoch
Né le 31 juillet 1905 à Storm Lake (Iowa), décédé le 20 mars 1979 à Santa Monica.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Winton_C._Hoch

Alfred Gilks
Né le 29 décembre 1891 en Californie (lieu indéterminé), décédé le 6 septembre 1970 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Gilks

Max Steiner
Né Maximilian Raoul Walter Steiner le 10 mai 1888 à Vienne, décédé le 28 décembre 1971 à Hollywood.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Steiner

John Wayne
Né Marion Michael Morrison le 26 mai 1907 à Winterset (Iowa), décédé le 11 juin 1979 à Los Angeles.
S’il a joué dans des films policiers, des films de guerre et quelques comédies romantiques, c’est dans ses nombreux westerns que John Wayne s’est réellement imposé, sous la direction de deux réalisateurs particulièrement : John Ford et Howard Hawks. C’est devant la caméra de Don Siegel, éternel complice de Clint Eastwood, qu’il fera ses derniers pas dans Le Dernier des géants...
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Wayne

Jeffrey Hunter
Né Henry Herman McKinnies Jr le 25 novembre 1926 à La Nouvelle-Orléans, décédé le 27 mai 1969 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeffrey_Hunter

Vera Miles
voir fiche du film L’Ultimatum des trois mercenaires
http://www.citebd.org/spip.php?film1170

Ward Bond
Né Wardell Edwin Bond le 9 avril 1903 à Benkelman (Nebraska), décédé le 5 novembre 1960 à Dallas.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ward_Bond

Natalie Wood
Née Natalia Nikolaevna Zakharenko (Наталья Николаевна Захаренко) le 20 juillet 1938 à San Francisco, décédée dans des circonstances discutables le 29 novembre 1981 près de l’île Santa Catalina (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Natalie_Wood

John Qualen
Né Johan Mandt Kvalen à Vancouver le 8 décembre 1899, décédé à Torrance (Californie) le 12 septembre 1987.
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Qualen

Olive Golden
Née le 31 janvier 1896 à New York, décédée le 13 mars 1988 à Carpinteria (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Olive_Carey

Harry Carey Jr.
Né Henry George Carey Jr le 16 mai 1921 à Santa Clarita (Californie), décédé le 27 décembre 2012 à Santa Barbara.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Harry_Carey_Jr.

Henry Brandon
Né le 8 juin 1912 à Berlin, décédé le 15 février 1990 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henry_Brandon

Ken Curtis
Né le 2 juillet 1916 à Lamar (Colorado), décédé le 28 avril 1991 à Fresno (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ken_Curtis

Antonio Moreno
voir la fiche de L’Etrange créature du lac noir
http://www.citebd.org/spip.php?film947

Hank Worden
Norton Earl « Hank » Worden, né le 23 juillet 1901 à Rolfe (Iowa), décédé le 6 décembre 1992 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hank_Worden

Lana Wood
Née Svetlana Nikolaevna Zakharenko le 1er mars 1946 à Santa Monica.
Jeune sœur de Natalie Wood, elle est Abondance Delaqueue face à James Bond dans Les diamants sont éternels...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lana_Wood

Patrick Wayne
Né le 15 juillet 1939 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Wayne

Dorothy Jordan
Née le 9 août 1906 à Clarksville (Tennessee), décédée le 7 décembre 1988 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dorothy_Jordan_%28actrice_am%C3%A9ricaine%29

Walter Coy
Né le 31 janvier 1909 à Great Falls (Montana, décédé le 11 décembre 1974 à Santa Barbara.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Coy

Pippa Scott
Née le 10 novembre 1935 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pippa_Scott

Peter Mamakos
http://www.imdb.com/name/nm0540992/

extrait(s) de presse

Ciné-club de Caen - "La Prisonnière du désert" s'inscrit dans la lignée expressionniste des films de Ford...
Dvd classik - Un chef-d’œuvre au souffle romanesque ininterrompu, à la direction artistique parfaite, à l’esthétique qui emporte tout sur son passage et qui n’empêche pas les auteurs d’en profiter pour fustiger une fois de plus en arrière-plan l’atrocité du génocide indien.
Les Inrocks - Western à la fois global et unique, "La Prisonnière du désert" est un monument dans un autre, presque entièrement circonscrit par le minéral et grandiloquent Monument valley...
Il était une fois le cinéma - Dans "La Prisonnière du désert", le Bien et le Mal se croisent, se déchirent et s’aiment. Ce sera donc son chant du cygne.
Télérama - Un western majeur et complexe de John Ford où, pour la seule fois sous sa direction, John Wayne joue un personnage énigmatique et peu sympathique, à l'image de certains héros névrotiques d'Anthony Mann...
Ecran large - Ses couleurs étonnantes font de "La Prisonnière du désert" une oeuvre formellement flamboyante. Son immensité écrase les personnages, que Ford filme souvent en plan large, pour nous rappeler leur petitesse (et donc la nôtre) face aux éléments...
Art cinéma - Comme tous les grands westerns "La Prisonnière du désert" propose une vision différente du genre...
Western movies - La réalisation de John Ford est tout simplement remarquable. Les paysages sont superbes. Un bon western.