Une belle fin - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Une belle fin

Une belle fin

Still life
Gb, Italie - 2013 - 1h27
sorti en France le 1er avril 2015
film - version originale sous-titrée en français
de

Uberto Pasolini

scénario : Uberto Pasolini
direction de la photographie : Stefano Falivene
musique ou chansons : Rachel Portman
avec : Eddie Marsan (John May), Joanne Froggatt (Kelly Stoke), Karen Drury (Mary), Andrew Buchan (Mr Pratchett), Neil D'Souza (Shakthi), David Shaw Parker (gardien de Billy Stokes), Michael Elkin (gardien), Ciaran McIntyre (Jumbo), Bronson Webb (préposé à la morgue), Leon Silver (préposé au crématorium), Lloyd McGuire (officier de prison), Wayne Foskett (Garry), Hebe Beardsall (Lucy), Deborah Frances-White (Mlle Pilger), Andrew Ashford (préposé au cimetière)
séances : semaine du mercredi 13 mai 2015
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
14:00
18:30
20:30
18:30
21:00
18:30
20:30
18:30
séances : semaine du mercredi 20 mai 2015
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
16:20
16:20
16:20
séances : semaine du mercredi 27 mai 2015
mercredi 27 jeudi 28 vendredi 29 samedi 30 dimanche 31 lundi 1er mardi 2
16:20
16:20
16:20

synopsis

Modeste fonctionnaire dans une banlieue de Londres, John May se passionne pour son travail. Quand une personne décède sans famille connue, c’est à lui de retrouver des proches. Malgré sa bonne volonté, il est toujours seul aux funérailles, à rédiger méticuleusement les éloges des disparus. Jusqu'au jour où atterrit sur son bureau un dossier qui va bouleverser sa vie : celui de Billy Stoke, son propre voisin...

notes de production

Le titre original, Still life (1), peut être interprété de deux manières. Il peut signifier vie immobile, comme celle du héros, pour qui rien n’évolue. Mais il peut également vouloir dire encore la vie, titre qui serait ainsi le reflet du sujet profond du long métrage.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Still_Life

Le thème principal du film est l’isolement social des gens qui sévit de plus en plus dans notre société et qu’a voulu dénoncer le réalisateur. Depuis le tournage d’Une belle fin, il a d’ailleurs décidé de rencontrer et de connaître ses voisins !

L’idée d’Une belle fin est partie d’une interview qu’Uberto Pasolini a lue dans un journal de Londres, sur un employé des pompes funèbres. Intéressé par le sujet, le réalisateur a alors rencontré de nombreux salariés dans cette branche et assisté à plusieurs enterrements pour apporter de la crédibilité à son film.

La vie du personnage principal étant plate et immobile, le réalisateur a choisi de filmer Une belle fin à travers une caméra fixe, représentant ainsi le point de vue de John May, qui se croit limité.

Pour créer le personnage de John, Uberto Pasolini s’est inspiré de sa personnalité mais également de ses qualités manquantes. Il explique : je me suis un peu inspiré de moi-même pour écrire ce personnage, qui me ressemble, par exemple dans son sens de l’organisation, jusqu’à la maniaquerie. Mais aussi de ce que je sais que je ne suis pas : je n’ai pas sa générosité, ne suis pas prêt à m’ouvrir à de nouvelles relations si je ne l’ai pas décidé, si je ne peux pas les contrôler. C’est aussi sans doute pour corriger ce tort que j’ai fait ce film.

S’il n’a pas voulu imiter son style, le but d’Uberto Pasolini en réalisant Une belle fin était de se rapprocher des films de Yasujirō Ozu (2), réalisateur japonais connu pour son cinéma modeste et intériorisé.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yasujir%C5%8D_Ozu

Pour évoquer le changement intérieur qui s’opère chez John, Uberto Pasolini a décidé d’intégrer de la couleur au fur et à mesure du film. Ainsi, seul au début d’Une belle fin, John est entouré par un monde gris/bleu. Plus l’intrigue avance, plus il rencontre des gens et des couleurs, plus vives, qui s’installent sur l’image.

Une belle fin a gagné le Prix du meilleur réalisateur dans la section Orizzonti de la dernière Mostra de Venise ainsi que le Prix Pasinetti (Syndicat des journalistes italiens) du Meilleur film et le Prix de la confédération internationale des cinémas art et essai (Cicae) du meilleur film. Le film a été également primé, entre autres, au Festival de Reykjavic, d’Abu Dhabi et d’Edimbourg.

Entretien avec Uberto Pasolini
Pourquoi avez-vous décidé de raconter l’histoire d’un homme qui a pour métier de retrouver les parents des gens morts dans la solitude ?
Par curiosité sur le thème social de l’isolement des gens, de plus en plus fréquent dans les sociétés occidentales. Le sens du voisinage n’existe presque plus. Moi-même, avant de faire le film, je ne savais pas qui étaient mes voisins. Maintenant, je les connais tous - en ce sens, Still life a changé ma vie. Mais au-delà de l’enquête sociale, il y a aussi une raison personnelle : j’ai divorcé récemment, et après avoir vécu toutes ces années avec une femme et trois filles, il y a des soirs où je me retrouve à rentrer dans une maison où les lumières sont éteintes et où personne ne m’attend. Ainsi, je me suis projeté dans ce que doit être la vie de ceux qui vivent cette solitude tous les jours. Le point de départ visuel du film, c’est l’image d’un cercueil solitaire, sans personne autour. Qui ne s’est jamais demandé combien de personnes il y aurait à son enterrement ?
http://cineuropa.org/ff.aspx?t=ffocusinterview&l=fr&tid=2656&did=249424

Uberto Pasolini
Né le 1er mai 1957 à Rome.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Uberto_Pasolini

Stefano Falivene
http://www.imdb.com/name/nm0266113/

Rachel Portman
Née le 11 décembre 1960 à Haslemere (Royaume-Uni).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rachel_Portman

Eddie Marsan
Né Edward Maurice C. Marsan à Londres le 23 juillet 1968.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Eddie_Marsan

Joanne Froggatt
Née le 23 août 1980 à Littlebeck (Yorkshire).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Joanne_Froggatt

Karen Drury
http://www.imdb.com/name/nm0238635/

Andrew Buchan
Né le 19 février 1979 à Stockport (Angleterre).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Andrew_Buchan

Neil D’Souza
http://www.imdb.com/name/nm0195937/

David Shaw Parker
http://www.imdb.com/name/nm0789573/

Ciaran McIntyre
http://www.imdb.com/name/nm1635458/

Bronson Webb
http://www.imdb.com/name/nm0916037/

Leon Silver
http://www.imdb.com/name/nm0798737/

Lloyd McGuire
http://www.imdb.com/name/nm0570247/

Wayne Foskett
http://www.imdb.com/name/nm0287562/

Hebe Beardsall
http://www.imdb.com/name/nm3661137/

Deborah Frances-White
http://www.imdb.com/name/nm2617198/

Andrew Ashford
http://www.imdb.com/name/nm3239842/

extrait(s) de presse

Télérama - Le réalisateur atteint une telle maîtrise que les moyens qu’il utilise ne sont plus apparents et c’est peut-être cela la signature des plus grands...
Le Cinéma vu simplement - Même si Uberto Pasolini commence son film de façon fataliste, celui-ci fait preuve d’un réel optimisme dans l’aboutissement de son propos capturant de façon très belle cette mort qui nous effraie tant, et cette trace qu’on laisse après elle.