Journal d’une femme de chambre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Journal d’une femme de chambre

Journal d’une femme de chambre

France, Belgique - 2015 - 1h35
sorti en France le 1er avril 2015
sélection officielle Berlin 2015
film - film francophone
de

Benoît Jacquot

scénario : Benoît Jacquot, Hélène Zimmer
d'après l'oeuvre de : Octave Mirbeau
direction de la photographie : Romain Winding
musique ou chansons : Bruno Coulais
avec : Léa Seydoux (Célestine), Vincent Lindon (Joseph), Clotilde Mollet (madame Lanlaire), Hervé Pierre (monsieur Lanlaire), Mélodie Valemberg (Marianne), Patrick d'Assumçao (le capitaine), Vincent Lacoste (Georges), Joséphine Derenne (grand-mère de Georges), Dominique Reymond (la placeuse), Rosette (Rose), Adriana Asti (la maquerelle), Aurélia Petit (la maîtresse)
séances : semaine du mercredi 1er avril 2015
mercredi 1er jeudi 2 vendredi 3 samedi 4 dimanche 5 lundi 6 mardi 7
16:15
20:50
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
11:00
16:00
20:50
18:30
20:50
séances : semaine du mercredi 8 avril 2015
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
18:30
20:40
18:30
16:15
18:30
20:40
séances : semaine du mercredi 15 avril 2015
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
20:40
18:30
20:40

synopsis

Début du XXème siècle, en province. Très courtisée pour sa beauté, Célestine est une jeune femme de chambre nouvellement arrivée de Paris au service de la famille Lanlaire. Repoussant les avances de Monsieur, Célestine doit également faire face à la très stricte Madame Lanlaire qui régit la maison d’une main de fer. Elle y fait la rencontre de Joseph, l’énigmatique jardinier de la propriété, pour lequel elle éprouve une véritable fascination...

notes de production

Benoit Jacquot a souhaité adapter le roman d’Octave Mirbeau (1) car il y trouvait un écho direct avec le climat sociopolitique actuel. En un sens, le roman lui donnait l’opportunité d’évoquer des questions d’actualité comme l’esclavage salarié, l’antisémitisme, la discrimination sexuelle.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Journal_d%27une_femme_de_chambre

Deux autres films ont été adaptés du même roman d’Octave Mirbeau, un réalisé par Jean Renoir (2), l’autre par Luis Buñuel (3). Selon Benoit Jacquot : leur point commun est d’être tiré du livre de Mirbeau. À part ça, ils sont si différents qu’il est difficile de les comparer. Ce n’était donc pas insensé d’en proposer un troisième. C’est du moins l’argument que je me suis donné.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Journal_d%27une_femme_de_chambre_%28film,_1946%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Journal_d%27une_femme_de_chambre_%28film,_1964%29

A l’instar de nombreux de ses longs métrages, Benoit Jacquot souhaitait à nouveau faire d’une femme le personnage principal de son nouveau film : le film me donnait aussi l’occasion de suivre à nouveau un personnage féminin du premier au dernier plan comme je l’ai fait souvent, explique-t-il. C’était aussi une manière d’aborder un sujet qui lui tient à cœur : la discrimination sexuelle.

Le personnage de Joseph, interprété par Vincent Lindon, est violemment antisémite. Benoit Jacquot voulait remonter à l’origine de ce mal et faire écho à l’antisémitisme d’aujourd’hui : il remonte tout autant à l’époque de Georges Boulanger (4), Edouard Drumont (5) et Maurice Barrès (6) et s’est cristallisé au moment de l’affaire Dreyfus (7) qui est à peu près celle où se déroule le film. Les historiens le savent : ce qui s’est passé à ce moment-là a déterminé ce que nous vivons aujourd’hui - la ségrégation de classe, de race, de sexe, déclare le réalisateur.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Boulanger
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89douard_Drumont
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Barr%C3%A8s
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Dreyfus

Journal d’une femme de chambre est construit comme une succession de petites fables. De l’aveu du réalisateur Benoit Jacquot, il s’agit d’un ensemble de petites histoires qui ont chacune leur morale.

Pour une bonne partie du casting, excepté les acteurs principaux Léa Seydoux et Vincent Lindon, Benoit Jacquot a privilégié des comédiens de théâtre peu connus au cinéma : il faut jouer constamment avec les limites : ne surtout pas être dans la réserve mais ne pas dépasser non plus la ligne au-delà de laquelle plus rien n’est crédible. Les acteurs formés au théâtre maîtrisent très bien ces techniques.

Benoit Jacquot dirige à nouveau Léa Seydoux trois ans après Les Adieux à la reine (8). Le cinéaste déclare lui avoir vraiment confié le film. Pour Vincent Lindon, c’est sa quatrième collaboration avec Benoit Jacquot.
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Adieux_%C3%A0_la_reine_%28film%29

C’est Hélène Zimmer, co-scénariste, qui a fait découvrir à Benoit Jacquot le roman d’Octave Mirbeau. Elle m’a dit avec autorité que je devais (…) en faire un film. Son ton m’a suffisamment frappé pour que je me lance dans sa lecture et comprenne pourquoi elle m’y poussait. Je lui ai proposé de s’associer à l’écriture, déclare-t-il.

Comme à son habitude quand il réalise un film d’époque, Benoit Jacquot a fait en sorte de rendre Journal d’une femme de chambre le plus moderne possible : c’est quasiment un principe chez moi : j’essaie de naturaliser une langue qui n’est plus tout à fait la nôtre, la rendre contemporaine ; respecter les tournures de l’époque du film et donner l’impression qu’elles sont d’aujourd’hui. Je travaille de la même façon. sur les costumes qui correspondent précisément à la période représentée, mais sont portés et manipulés comme des vêtements actuels, indique-t-il.

Léa Seydoux décrit son personnage comme pragmatique, en permanence dans la survie. Selon elle, c’est une femme forte et intelligente qui exploite ses patrons autant qu’elle est exploitée par eux. Au lieu de tomber dans la victimisation, sa condition fait qu’elle s’est vraiment endurcie et désire changer de condition.

Benoît Jacquot
voir fiche du film 3 cœurs
http://fr.wikipedia.org/wiki/Beno%C3%AEt_Jacquot

Hélène Zimmer
http://www.imdb.com/name/nm3509272/

Octave Mirbeau
Né le 16 février 1848 à Trévières (Calvados), décédé le 16 février 1917 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Octave_Mirbeau

Romain Winding
http://fr.wikipedia.org/wiki/Romain_Winding

Bruno Coulais
voir fiche du film Le Chant de la mer
http://www.citebd.org/spip.php?film1327

Léa Seydoux
voir fiche du film La Vie d’Adèle, chapitres 1 & 2
http://www.citebd.org/spip.php?film1101

Vincent Lindon
voir fiche du film Augustine
http://www.citebd.org/spip.php?film881

Clotilde Mollet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Clotilde_Mollet

Hervé Pierre
Né aux Fins le 22 avril 1955.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Pierre

Mélodie Valemberg
http://www.imdb.com/name/nm6059056/

Patrick d’Assumçao
voir fiche du film L’Inconnu du lac
http://www.citebd.org/spip.php?film1186

Vincent Lacoste
voir fiche du film Hippocrate
http://www.citebd.org/spip.php?film1297

Joséphine Derenne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9phine_Derenne

Dominique Reymond
voir fiche du film Tristesse club
http://www.citebd.org/spip.php?film1288

Rosette
Née à Cherbourg le 6 septembre 1959.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosette_%28actrice%29

Adriana Asti
Née le 30 avril 1933 à Milan.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Adriana_Asti

Aurélia Petit
voir fiche du film Le Temps de l’aventure
http://www.citebd.org/spip.php?film1019

extrait(s) de presse

Film de culte - C'est l’ambiguïté du personnage de Célestine qui porte le film. A la fois grivoise et pure, elle n'hésite pas à manipuler tout le monde...