hors jeu - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > hors jeu

hors jeu

ciné môme
Offside
Iran - 2006 - 1h28
sorti en France le 6 décembre 2006
Ours d'argent (grand prix du jury) Berlin 2006
accessible aux enfants à partir de 8 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Jafar Panahi

scénario : Jafar Panahi, Shadmehr Rastin
direction de la photographie : Mahmoud Kalari, Rami Agami
musique ou chansons : Yuval Barazani, Korosh Bozorgpour
avec : Sima Mobarak Shahi (première fille), Safdar Samandar (soldat Azari), Shayesteh Irani (la fumeuse), Ayda Sadeqi (la footballeuse), Golnaz Farmani (la fille au tchador), Melika Shafahi (la femme soldat), Mohammad Kheir-abadi (un soldat de Mashad), Masoud Kheymeh-kabood (un soldat de Téhéran)
séances : semaine du mercredi 4 mars 2015
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
14:00*
14:00
14:00
séance spéciale :
* film inscrit au dispositif "Collège au cinéma" - tarif unique 3,50 €

synopsis

Qui est cet étrange garçon assis tranquillement dans le coin d'un bus rempli de supporters déchaînés en route pour un match de foot ? En réalité, ce garçon effacé est une fille déguisée. En Iran, les femmes aussi aiment le foot mais elles ne sont pas autorisées à entrer dans les stades. Avant que le match ne commence, elle est arrêtée et confiée à la brigade des moeurs. Pourtant, cette jeune fille refuse d'abandonner. Elle use de toutes les techniques possibles pour voir le match, malgré tout...

notes de production

Cinquième long métrage de Jafar Panahi, Hors jeu a remporté le Grand prix du jury (présidé par Charlotte Rampling) au Festival de Berlin en 2006 (1), ex-æquo avec Soap (2) de Pernille Fischer Christensen. Le réalisateur iranien est un grand habitué des festivals internationaux, dont il repart rarement bredouille : Caméra d’or à Cannes en 1995 pour Le Ballon blanc (3), Léopard d’or en 1997 au Festival de Locarno pour Le Miroir (4), il a remporté le Lion d’or à Venise en 2000 pour Le Cercle (5). Son précédent long métrage, Sang et or (6), avait été présenté sur la Croisette, dans le cadre de la section Un Certain regard.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale_2006
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Soap_%28film,_2006%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Ballon_blanc
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Miroir_%28film,_1997%29
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cercle_%28film,_2000%29
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sang_et_Or_%28film,_2003%29

Jafar Panahi vient de remporter l’Ours d’or de la 65e Berlinale 2015 avec son film Taxi.
http://www.telerama.fr/cinema/et-l-ours-d-or-de-la-berlinale-revient-a-taxi-de-jafar-panahi,122963.php

Le cinéaste revient sur la genèse du projet : il y a huit ans, l’équipe nationale iranienne battait l’Australie et se qualifiait pour la coupe du monde. Les joueurs reçurent un accueil triomphant de la part de la population. En Iran, l’entrée dans un stade de foot est interdite aux femmes. Mais cette fois-ci, près de cinq mille femmes passèrent au dessus de la loi et entrèrent dans le stade pour célébrer la victoire des joueurs. Cet évènement suscita de nombreux débats. Je me rappelle avoir lu à cette époque l’article d’un journaliste sportif qui expliquait que dans la Grèce ancienne les femmes étaient confrontées au même problème. Pour pouvoir supporter leurs fils qui étaient de vrais héros sportifs, elles se déguisaient en garçon. Il y a quatre ans, j’étais dans les gradins du stade où s’entraîne notre équipe nationale et à ma grande surprise, je reconnus ma fille, cheveux courts et chemise large, qui se faufilait parmi les hommes. L’idée du film est née ce jour-là. Quand j’ai réalisé que l’Iran était à nouveau sur le point de se qualifier pour la coupe du monde, j’ai décidé que c’était le moment de le faire.

Depuis la révolution islamique en 1979, les femmes sont interdites d’entrée au stade en Iran. En avril 2006, le président Ahmadinejad (7) a souhaité revenir sur cette décision, ce qui a provoqué la foudre des ayatollahs locaux, horrifiés par cette possible mixité. Le président a donc abandonné son idée de décret. Quant au film lui-même, il était toujours interdit en Iran au moment de sa sortie en France.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mahmoud_Ahmadinejad

Hors jeu a été tourné le 8 juin 2005 pendant que se jouait Iran-Bahrein (8), match de qualification pour la Coupe du monde. Dans la première séquence, le spectateur s’invite dans le car des supporters qui partent assister à la rencontre, et le film s’achève avec leurs réactions à la fin du match. Le film est construit sur le modèle d’un documentaire. L’endroit, l’évènement et les personnages sont réels, précise le réalisateur. Par ailleurs, l’unité de temps donne au spectateur le sentiment de regarder un évènement qui se déroule en temps réel. Je voulais que l’action reflète cette ambiguïté entre fiction et documentaire. C’est pour cette raison que j’ai choisi de ne pas travailler avec des comédiens professionnels. Leur présence aurait introduit une notion de fausseté.
(8) Au terme de la rencontre, c’est l’Iran qui l’a emporté un but à 0 face au Bahrein. A la suite des matchs de qualification, l’Iran a pu participer à la Coupe du Monde 2006. Le pays, qui faisait partie du groupe D, avec le Mexique, l’Angola et le Portugal, n’est pas allé au-delà du 1er tour.

Jafar Panahi revient sur les obstacles rencontrés au cours du tournage : en Iran, il n’est pas très difficile d’obtenir une autorisation pour filmer un match de football, mais si vous filmez des filles dans un stade, ce n’est pas la même chose. Et puis nous savions que ma réputation en tant que réalisateur serait un problème. Nous avons essayé d’être très discrets, et évité tout contact avec la presse. Cependant, cinq jours avant la fin du tournage, un journal publia un article mentionnant que je tournais un nouveau film. Les militaires reçurent immédiatement l’ordre d’interrompre le tournage et de saisir mes rushes afin qu’ils soient vérifiés. J’ai évidemment refusé et dit à l’officier chargé du cinéma en Iran que je ne voulais pas voir un seul soldat sur les lieux de tournage. Heureusement, il ne restait que quelques scènes à tourner, dans un minibus. Nous avons quitté la zone sous contrôle militaire et terminé le film à six kilomètres de Téhéran.

Comme dans Le Cercle, il est encore question de la condition de la femme en Iran : ce que je veux, c’est susciter une prise de conscience. Faire comprendre au monde occidental qu’en Iran, nombreux sont ceux qui ne jouissent pas des libertés fondamentales, et qu’on ne peut toujours pas mener une vie normale, expliquait Jafar Panahi lors de la conférence de presse à Berlin.Il a toutefois précisé : je voulais que le spectateur quitte avec la salle avec le sourire.

Une large partie de Hors jeu est consacrée au face-à-face entre les jeunes filles et les soldats qui leur interdisent de pénétrer dans le stade. Mais cette confrontation vire en fait presque à la conversation entre jeunes du même âge. Le cinéaste explique : en Iran, le service militaire est obligatoire, les soldats ne sont pas des fonctionnaires mais des appelés. Ces hommes sont issus de familles ordinaires, ils sont comme tout le monde... Ils peuvent donc facilement comprendre les désirs et les envies de leur génération. Ces soldats sont là pour imposer des interdictions, et ils ne se sentent pas toujours très à l’aise avec ce qu’ils font. De l’autre côté, vous avez les plus âgés, avec des points de vue beaucoup plus traditionnels. Les traditionalistes représentent 10% de la population mais ils ont le pouvoir. Evidemment, il y a un choc entre ces deux générations. Les différents personnages sont également liés par leur passion du football : au début tous ces gens sont des étrangers les uns pour les autres. Et plus la victoire approche, plus il sont soudés, formant presque une famille. Il n’y a que le football qui rend cela possible expliquait le cinéaste lors de la conférence de presse au Festival de Berlin.

Jafar Panahi
Né Djafar Panahi le 11 juillet 1960 à Mianeh (Iran).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jafar_Panahi

Shadmehr Rastin
http://www.imdb.com/name/nm2158640/

Mahmoud Kalari
voir fiche du film Le Passé
http://www.citebd.org/spip.php?film1041

Rami Agami
http://www.imdb.com/name/nm0012834/

extrait(s) de presse

Positif - (...) la beauté de "Hors jeu" est bien dans sa capacité à concilier le cocasse et la souffrance, comme il parvient, avec une virtuosité rare, à entrelacer une scénarisation très rigoureuse et une captation du réel féconde et stimulante.
Le Jdd - Le récit est limpide, l'action nerveuse et la mise en scène ingénieuse et brillante, toujours sur le fil de la fiction et du documentaire. les acteurs, non professionnels, sont magnifiques.
Le Monde - (...) Panahi signe ici un film peut-être moins puissant, moins inventif, mais d'une force et d'une limpidité indéniables.
Les Inrocks - Une approche qui évite l'écueil du manichéisme et ancre le film dans une matière réaliste soutenue ici par une belle et intense forme documentaire (...)
Score - Si la portée politique est évidente, la réussite du film tient plus à une mise en scène innovante au point de distiller tension et suspense dans les moments les plus inattendus. Une réjouissante claque à la ségrégation sexuelle institutionnalisée.
Elle - Qui n'est pas "Hors Jeu"? Jafar Panahi a tourné son film avec des acteurs amateurs, pendant qu'un match avait lieu. Et en prenant le risque que la totalité de ses rushes soient confisqués...
Libération - (...) Une demi-comédie aux relents amers.
àVoir-àLire - Jafar Panahi, derrière la simplicité de son argument, s’en prend au ridicule, à l’absurde et aux contradictions du régime.