Réalité - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Réalité

Réalité

France, Belgique - 2014 - 1h27
sorti en France le 18 février 2015
Hors compétition Fantastic'Arts, festival du film fantastique Gérardmer 2015
film - film francophone
de

Quentin Dupieux

scénario : Quentin Dupieux
direction de la photographie : Quentin Dupieux
musique ou chansons : Philippe Glass
avec : Alain Chabat (Jason Tantra), Jonathan Lambert (Bob Marshal), Élodie Bouchez (Alice), Kyla Kenedy (Reality), John Glover (Zog), Eric Wareheim (Henri), Erik Passoja (Billie, assistant de Bob), Matt Battaglia (Mike, père de Reality), Susan Diol (Gaby, mère de Reality), Patrick Bristow (Dr Klaus), Brad Greenquist (Jacques), Jon Heder (Dennis), Sandra Nelson (infirmière asile psychiatrique), Roxane Mesquida (hôtesse), Jonathan Spencer (Blue), Bambadjan Bamba (Tony)
séances : semaine du mercredi 11 mars 2015
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
21:00*
séance spéciale :
* mar 17 à 21h00 : ciné mardi : "Les fêlés de l'écran" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Videodrome") - soirée en partenariat avec Hidden circle
séances : semaine du mercredi 18 mars 2015
mercredi 18 jeudi 19 vendredi 20 samedi 21 dimanche 22 lundi 23 mardi 24
18:30
20:45
18:30
21:00
14:00
18:30
20:45
18:30

synopsis

Jason Tantra, un cameraman placide, rêve de réaliser son premier film d'horreur. Bob Marshall, un riche producteur, accepte de financer son film à une seule condition : Jason a 48 heures pour trouver le meilleur gémissement de l'histoire du cinéma…

notes de production

Initialement prévu en France et en Corée, le tournage de Réalité a finalement eu lieu à Los Angeles, où il était moins cher de réaliser le film. Ecrit à la base uniquement en français, le scénario a été retravaillé avec des touches d’anglais, pour que les spectateurs ne trouvent pas étrange de n’entendre parler que français aux Usa.

En chantier depuis 2008, Réalité voit enfin le jour sept ans plus tard. Le réalisateur Quentin Dupieux avait en effet dû arrêter son projet en 2008, Alain Chabat n’étant pas disponible à l’époque, puis par faute de moyens.

La maison du producteur dans le film est la propriété d’un particulier américain. Grand cinéphile, l’homme a accepté de baisser le prix de location après lecture du scénario !

Afin de réaliser la scène de présentation du projet de Jason au producteur, Quentin Dupieux s’est inspiré de son propre ressenti lors de la même expérience. Il a également mis un peu de sa personnalité dans chaque personnage du film.

Afin d’aider Alain Chabat à rentrer dans son personnage, Quentin Dupieux a créé, en se basant sur un de ses amis, un homme imaginaire, qui devait servir de modèle à l’acteur. Il explique : Manu pour moi c’est un mec hyper sympa, avec des envies mais qui en même temps est relax. C’est difficile à expliquer parce que ça relève davantage du feeling. Souvent sur le tournage je disais à Alain : fais-le plus Manu.

Pour la première fois, Quentin Dupieux a le sentiment d’avoir créé, avec Jason, un personnage auquel le public peut s’attacher, car il est foncièrement gentil. Il explique : j’ai toujours eu l’impression que mes personnages étaient soit détestables, soit trop bizarres pour être aimés. Or ce personnage est aimable, gentil. Le personnage du scénario était déjà sympathique mais c’est Alain Chabat qui l’a rendu extrêmement attachant.

Afin d’appuyer le fait que Jason ne sorte jamais de son rêve et soit bloqué dans une spirale infinie, Quentin Dupieux a choisi un unique morceau de musique (les cinq premières minutes de Music with changing parts (1) de Philippe Glass) qu’il répète tout au long du film.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Music_with_Changing_Parts

Entretiens avec Quentin Dupieux
"Réalité" devait se tourner en France au départ.
Il y a eu plusieurs versions de ce film, au début certains passages devaient même se tourner en Corée. On a cru que les financements qu’on allait avoir en France allaient être avantageux et ça n’a pas marché comme on voulait. On l’a finalement tourné à Los Angeles car c’était moins cher de le faire là-bas...
http://www.gncr.fr/films-soutenus/realite
"Réalité" a été tourné dans les environs de L.A., la ville du rêve et de l’utopie pour le monde du cinéma, dans laquelle on peut vite perdre la notion de réalité justement. Et finalement, le rêve de gloire du réalisateur joué par Alain Chabat vire au cauchemar. Est-ce que ça aurait pu se passer dans une autre ville, ou c’est pour ça que vous avez choisi L.A. ?
Ma seule volonté quand je tourne c’est qu’on soit nulle part. Quand je tourne Réalité, pour moi, on n’est pas à L.A. D’ailleurs on n’y est pas, on est en Californie, mais à un moment à Malibu, après dans la forêt à Santa Clarita. On est dans la zone du rêve, y’a pas un panneau “Los Angeles”, on ne voit pas Hollywood, je ne joue pas avec la ville.
J’ai toujours envie qu’on soit nulle part. Quand j’ai fait Steak (2) j’avais pas envie qu’on se dise “ah c’est au Québec, c’est à Montréal”. Pareil pour Rubber (3). Il n’y a pas de lieu, et c’est ça qui est intéressant...

http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/interview-quentin-dupieux-realite/
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Steak_%28film%29
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film543

Quentin Dupieux
voir fiche du film Rubber
http://www.citebd.org/spip.php?film543

Philippe Glass
voir fiche du film Stoker
http://www.citebd.org/spip.php?film1061

Alain Chabat
Né le 24 novembre 1958 à Oran (Algérie).
Il veut être dessinateur de bédé ou chanteur de rock...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Chabat

Jonathan Lambert
Né Rodolphe-Jonathan Lambert le 24 juin 1973 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jonathan_Lambert

Élodie Bouchez
voir fiche du film La Faute à Voltaire
http://www.citebd.org/spip.php?film510

Kyla Kenedy
Née Kyla Kennedy White le 4 février 2003.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kyla_Kenedy

John Glover
Né le 7 août 1944 à Salisbury (Maryland).
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Glover

Eric Wareheim
http://www.imdb.com/name/nm1728099/

Erik Passoja
http://www.imdb.com/name/nm0664928/

Matt Battaglia
http://www.imdb.com/name/nm0061307/

Susan Diol
Née le 25 mai 1962 à Marquette (Michigan).
http://www.imdb.com/name/nm0227888/

Patrick Bristow
Né le 26 septembre 1962 à Los Angeles.
http://www.imdb.com/name/nm0109956/

Brad Greenquist
Né le 8 octobre 1959.
http://www.imdb.com/name/nm0339159/

Jon Heder
Né le 26 octobre 1977 à Fort Collins (Colorado).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jon_Heder

Sandra Nelson
Née le 29 décembre 1964 à Madison (Wisconsin).
http://www.imdb.com/name/nm0625727/

Roxane Mesquida
voir fiche du film Rubber
http://www.citebd.org/spip.php?film543

Jonathan Spencer
http://www.imdb.com/name/nm0817990/

Bambadjan Bamba
http://www.imdb.com/name/nm2262926/

extrait(s) de presse

Libération - Du cinéaste, c’est là de loin le film le plus accompli, le plus beau, depuis l’ahurissant "Steak", qui l’avait révélé à quelques adulateurs esseulés au milieu de fans de grasses comédies déroutés.
àVoir-àLire - Film décousu et déroutant, qui interroge la fiction et ses limites, "Réalité" est avant tout un long-métrage drôle et décalé, totalement jouissif, qui s'amuse avec les canons narratifs du 7e art pour mieux les dynamiter.
Fiches du cinéma - Un récit gagné par la démence, traversé de suspenses sans enjeux et de péripéties aberrantes, où brille notamment Alain Chabat.
Critikat - Bien que toujours dans sa position de démiurge, Dupieux large assez d’amarres de la rationalité pour créer une illusion de vagabondage sans entraves, et l’on s’y laisse prendre de bonne grâce.
Les Inrocks - Il trouve ici la formule la plus aboutie de cette utopie de cinéma vers laquelle convergent tous ses films depuis ses débuts : (...) Un cinéma de pur mouvement, fait de boucles et de crescendos, dont la finalité est moins de créer du sens que de provoquer chez le spectateur un effet de transe euphorique.
Positif - Réflexion sur le cinéma, jeu scénaristique de haut vol, cette "Réalité" est bien plus qu'une bonne blague: un cadavre exquis d'une belle finesse.
Télérama - Construction gigogne, rêve dans le rêve, film dans le film du film... La mise en abyme, assez vertigineuse, a de quoi nous laisser bouche bée (...). Quentin Dupieux n'est pas seulement drôle et brillant, il est surtout bizarre, d'une inquiétante étrangeté.
Le Monde - Surréaliste avec plusieurs générations de retard, Quentin Dupieux a ses inconditionnels et ses contempteurs et, à stricte équidistance de ces deux extrêmes, continue de laisser une bonne part de ses spectateurs tout simplement hagards.