Videodrome - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Videodrome

Videodrome

ciné répertoire
Zonekiller (en Canada anglophone)
Canada - 1982 - 1h27
sorti en France le 16 mai 1984
Prix du meilleur film de science-fiction au Festival international du film fantastique de Bruxelles 1984
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

David Cronenberg

scénario : David Cronenberg
direction de la photographie : Mark Irwin
musique ou chansons : Howard Shore
avec : James Woods (Max Renn), Sonja Smits (Bianca O'Blivion), Deborah Harry (Nicki Brand), Peter Dvorsky (Harlan), Leslie Carlson (Barry Convex), Jack Creley (Brian O'Blivion), Lynne Gorman (Masha), Julie Khaner (Bridey), Reiner Schwartz (Moses), David Bolt (Raphael), Lally Cadeau (Rena King), Henry Gomez (Brolley), Jayne Eastwood (visiteuse), David Cronenberg (Max Renn casqué)
séances : semaine du mercredi 11 mars 2015
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:30*
séance spéciale :
* mar 17 à 18h30 : ciné mardi : "Les fêlés de l'écran" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Réalité") - soirée en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Le patron d'une petite chaîne érotique sur le câble capte par hasard un mystérieux programme-pirate dénommé Vidéodrome, qui met en scène tortures et sévices sexuels. Son visionnage provoque peu à peu des hallucinations et autres altérations physiques. La frontière entre réalité et univers télévisuel devient bien mince, et la folie guette...

notes de production

En ce début des années 80, la télévision est depuis longtemps bien implantée dans chaque foyer, le public des salles obscures s’est en partie détourné de celles-ci pour la contemplation du tube cathodique. Plusieurs cinéastes se confrontent à son pouvoir sans cesse grandissant : Argento (1) livre avec Ténèbres (2) une charge féroce contre l’empire berlusconien naissant, De Palma (3) décrit dans Blow out (4) un héros aussi solitaire et marginalisé par rapport à l’industrie du spectacle que l’est Max Renn dans Videodrome, s’abîmant dans une quête de vérité politique écartée par les médias (avant eux, Peter Watkins (5) et Michelangelo Antonioni (6) ont déjà pris acte du nouveau règne de l’image, Sidney Lumet (7) a offert avec Network (8) une satire grinçante du milieu médiatique). Tenant autant du brûlot que de la méditation, Videodrome ne ressemble à aucun de ces films...
http://www.dvdclassik.com/critique/videodrome-cronenberg
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1263
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9n%C3%A8bres_%28film%29
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1330
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Blow_Out
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Watkins
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Michelangelo_Antonioni
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film512
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Network,_main_basse_sur_la_t%C3%A9l%C3%A9vision

Incompréhensible ! Tel est le verdict du public qui a assisté à la projection test (9) en 1982 à Boston. La version projetée faisait alors 1 h 12, ce qui illustre la tendance naturelle de David Cronenberg à pratiquer le plus de coupes possibles en vue de faire des films denses et serrés.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Preview

Deborrah Harry, chanteuse culte du groupe Blondie (10), joue ici le rôle de Nikki Brand, la déesse virtuelle d’une secte sadomasochiste.
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Blondie_%28groupe%29

Admiratif du travail de Cronenberg, Andy Warhol (11) a décrit Videodrome comme le Orange mécanique (12) des années 80.
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Andy_Warhol
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Orange_m%C3%A9canique

Une grande partie de la bande annonce du film a été réalisée à partir d’un ordinateur Commodore 64 (13). A sa sortie en 1982, l’outil s’est vendu à des millions d’exemplaires.
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Commodore_64

David Cronenberg montre encore une fois sa fascination pour l’homme atteint dans son intégrité physique (qu’on se rappelle la trompe phallique sous l’aisselle de l’héroïne de Rage (14), les enfants sans sexe ni estomac de Chromosome 3 (15) et bien sûr la métamorphose insectoïde du scientifique de La Mouche (16)). Cet intérêt quasi-morbide pour la mutation du corps humain et les effets monstrueux qui en découlent, est ici parfaitement relayé par les effets spéciaux de Rick Baker (17) (voire entre autres, la stupéfiante scène où la cassette vhs est absorbée par le corps de James Woods, devenu magnétoscope vivant).
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rage_%28film,_1977%29
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chromosome_3
(16) http://www.citebd.org/spip.php?film795
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rick_Baker
Avec Videodrome, Rick Baker releva l’un des défis les plus intéressants de sa carrière. Il ne s’agissait plus en effet de donner la vie à un monstre classique (voir Le Loup-garou de Londres) (18), mais de créer des entités méca-organiques entièrement neuves. Ainsi, l’explosion du téléviseur est un simple effet mécanique : l’appareil fut rempli de saucisses, de faux sang et de gelée qui furent libérés par un jet d’air comprimé, simulant parfaitement une explosion de tripes.
L’opération fut d’autant plus difficile que, selon le technicien de 34 ans, Cronenberg avait des idées très bizarres. Il n’arrêtait pas de modifier le scénario, si bien que nous avons conçu des effets qui n’apparaissent pas à l’écran.
Guy Delcourt in Images et loisirs (1985)
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Loup-garou_de_Londres

Comme souvent dans son œuvre, Cronenberg confronte modernité (technologique notamment) et corporalité. Les téléviseurs et leurs excroissances (magnétoscopes) se transforment en grosses bouches pour sucer une tête, les cassettes sont vivantes, les abdomens s’ouvrent… Les personnages sont en grande partie spectateurs de ce qui leur arrive. Cronenberg utilise une caméra qui évite de nous montrer trop d’éléments inutiles au propos. La musique est de Howard Shore, complice de Cronenberg sur plusieurs de ses films.

Il y a un message dans Videodrome, comme dans tous les films de Cronenberg : le rapport entre soi et les médias, la télévision, la vidéo, le rapport de ceux-ci à la réalité. Dans un film suivant, eXistenZ (19), Cronenberg pousse plus loin le combat entre le réel et la représentation ou la fiction, et ce combat n’est plus seulement symbolique ou dialectique, il s’agit d’un combat armé entre factions rivales (qui rappelle fortement les luttes des luddites (20) au début du XIXe siècle britannique) au milieu desquelles un témoin, propulsé au rang d’acteur involontaire ne comprend pas tout ce qui lui arrive. Où finit la chair ? Où commence la manipulation du réel ? Qui décide réellement de ce qui est et de ce qui semble ? Tout cela est déjà contenu dans Vidéodrome, l’expérience de la chair en plus, la passion et son mystère.
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/EXistenZ
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Luddisme

David Cronenberg a enregistré trois fins alternatives au film. C’est l’acteur James Woods qui a sélectionné celle qui a finalement été retenue.

Le personnage de Brian O’Blivion est inspiré de Marshall McLuhan (21), un éminent professeur de littérature anglaise et théoricien de la communication canadien, auprès de qui le réalisateur a étudié.
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Marshall_McLuhan

David Tsubouchi, qui incarne un des vendeurs de films pornographiques japonais, est devenu quelques années après la sortie du film, ministre dans le gouvernement ontarien. Son apparition dans Videodrome, aussi brève fut-elle, a suscité une vive polémique au moment de sa nomination, notamment auprès de l’opposition.

Même s’il fut un échec commercial, Videodrome a été salué par la critique lors de sa sortie en salles, et a même reçu le prix du meilleur film de science-fiction au Festival international du film fantastique de Bruxelles.

En 2009, on apprenait qu’Universal (22) engageait Ehren Kruger (23), scénariste de Transformers 2 (24) ou Le Cercle (25), pour écrire un remake de Videodrome, et Adam Berg pour diriger cette relecture hautement risquée, et peu désirée...
http://www.cinemateaser.com/2012/08/47912-universal-engage-adam-berg-pour-diriger-le-remake-de-videodrome
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Pictures
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ehren_Kruger
(24) http://fr.wikipedia.org/wiki/Transformers_2
(25) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Cercle_%28film,_2002%29

David Cronenberg signait ainsi une œuvre d’une densité telle qu’elle a sans doute sérieusement secoué tous ceux qui ne voyaient en ce réalisateur qu’un gentil bisseux, tellement dense qu’elle ne peut pas se contenter d’un seul niveau de lecteur ou d’une seule résolution. Videodrome c’est autant la révolution que la capitulation face au fascisme, c’est autant le sexe créateur que destructeur, c’est la base du cinéma de David Cronenberg avant qu’il ne s’embourgeoise, c’est un des plus grands rôles de James Woods et un des films les plus dérangeants des années 80. Par ce qu’il montre bien sur, parfois dégoutant, mais surtout par ce qu’il entraîne comme réflexion, consciente ou inconsciente, sur la condition de l’homme et son rapport à l’image. Fascinant et d’une richesse infinie.
http://www.filmosphere.com/movies/critique-videodrome-1983/

David Cronenberg
voir fiche du film A Dangerous method
http://www.citebd.org/spip.php?film750

Mark Irwin
Né le 7 août 1950 à Toronto.
http://www.imdb.com/name/nm0410419/

Howard Shore
voir fiche du film Jimmy P. (psychothérapie d’un indien des plaines)
http://www.citebd.org/spip.php?film1134

James Woods
Né le 18 avril 1947 à Vernal (Utah).
http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Woods

Sonja Smits
Née le 13 avril 1958 dans la Vallée d’Ottawa.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sonja_Smits

Deborah Harry
Née le 1er juillet 1945 à Miami.
Connue comme étant la chanteuse du groupe rock new-yorkais Blondie...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Deborah_Harry

Peter Dvorsky
Né le 25 septembre 1951 à Partizánske (Tchécoslovaquie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Dvorsk%C3%BD

Leslie Carlson
Né le 24 février 1933 à Mitchell (Dakota du sud).
http://www.imdb.com/name/nm0137967/

Jack Creley
Né le 6 mars 1926 à Chicago.
http://www.imdb.com/name/nm0155043/

Lynne Gorman
http://www.imdb.com/name/nm0331098/

Julie Khaner
Née le 5 décembre 1957 à Montréal.
http://www.imdb.com/name/nm0451364/

Reiner Schwartz
http://www.imdb.com/name/nm0777405/

David Bolt
http://www.imdb.com/name/nm0093329/

Lally Cadeau
Née le 10 janvier 1948 à Burlington (Ontario).
http://www.imdb.com/name/nm0128119/

Jayne Eastwood
Née le 17 décembre 1946 à Toronto.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jayne_Eastwood

extrait(s) de presse

Critikat - "Videodrome" s’inscrit pleinement dans une diatribe contre la télévision...
àVoir-àLire - Un film viscéral et cérébral noyé dans le désespoir au modernisme toujours intact...
Télérama - Trente ans après, le film reste inépuisable. Sur le mélange aliénant de plaisir et de dégoût qu'engendre la télé, on a rarement fait mieux depuis.
Dvd classik - "Videodrome" regorge d’humour noir, d’un ludisme à la fois choquant et délicieux...
Film de culte - On retrouve dans tous les films de Cronenberg son obsession pour le corps, livré aux parasites, aux déformations...
Cinéma fantastique - "Vidéodrome" est une fuite, une chute, une descente vers la rédemption, non pas vers le bonheur car chez Cronenberg le bonheur n’existe pas...
Devil dead - David Cronenberg pousse le bouchon jusqu'au complot en transformant son héros en véritable magnétoscope humain programmé pour tuer...
Les Inrocks - "Videodrome", Cronenberg ne filme rien de moins que l’image au temps de la programmation. Le pire étant que l’avenir lui donne sans cesse raison. Et s’il était le dernier documentariste ?