Love streams (torrents d’amour) - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Love streams (torrents d’amour)

Love streams (torrents d’amour)

ciné répertoire
Love streams
Usa - 1983 - 2h21
sorti en France le 9 janvier 1985
Ours d'or Berlin 1984 et prix Fipresci
film - version originale sous-titrée en français
de

John Cassavetes

scénario : Ted Allan, John Cassavetes
d'après l'oeuvre de : Ted Allan
direction de la photographie : Al Ruban
musique ou chansons : Bo Harwood
avec : John Cassavetes (Robert), Gena Rowlands (Sarah), Diahnne Abbott (Susan), Seymour Cassel (Jack Lawson), Margaret Abbott (Margarita), Jakob Shaw (Albie Swanson), Michele Conway (Agnes Swanson), Eddy Donno (le beau-père), Joan Foley (le juge Dunbar) Al Ruban (Milton Kravitz), Tom Badal (Sam), Gregg Berger (chauffeur de taxi), Xan Cassavetes (chanteur), Leslie Hope (Joanie), David Rowlands (le psy)
séances : semaine du mercredi 11 février 2015
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
20:40*
séance spéciale :
* mar 17 à 20h40 : ciné mardi : "coup de Cannon à Hollywood" - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "The Go-go boys") - soirée en partenariat avec Hidden circle

synopsis

Frère et soeur, Sarah et Robert éprouvent l'un pour l'autre un amour inébranlable. Et pourtant, tout les oppose. Sarah, passionnée à la limite de la démence, se donne entièrement à ceux qu'elle aime. Robert, solitaire, n'a, lui, que des relations éphémères et l'ardeur de ses sentiments se tarit de jour en jour. La crise qu'ils traversent les réunit de nouveau. Une étrange et folle relation s'établit entre ces deux êtres à la dérive...

notes de production

Love streams a pour point de départ une pièce de Ted Allan, I’ve seen you cut lemons, dont la création à Londres date de 1972. Cassavetes s’empare du texte et s’engage dans une longue période de réécriture, la pièce change de titre plusieurs fois passant de Brother/sister à Everyone else is a stranger pour finalement s’intituler Love streams. Après plusieurs représentations qui voient Jon Voight et Gena Rowlands dans les rôles principaux, Cassavetes entreprend des démarches pour en faire une adaptation au cinéma. Jon Voight se retire du projet quelques semaines avant le tournage, Cassavetes, atteint d’un cancer, se voit contraint de reprendre le rôle...
http://www.objectif-cinema.com/analyses/150.php

John Cassavetes décide de modifier complètement les 30 dernières minutes du film, après la première projection en salle qui connut un vif succès, sous le prétexte de ne pas vouloir donner au public ce qu’il attendait.

Soutenu par la présence de sa femme, l’actrice Gena Rowlands, et d’amis comédiens comme Seymour Cassel ou Peter Falk, John Cassavetes poursuit en effet son œuvre sur la faillite des rapports conjugaux : Faces (1965-1969) , Husbands (1970), Minnie and Moskowitz (1971), Une femme sous influence (1975), Meurtre d’un bookmaker chinois (1976) (1), Gloria (1980), Love streams, son plus grand succès commercial et Big trouble (1986).
(1) The Killing of a chinese bookie est sorti en France le 19 avril 1978 sous le titre Le Bal des vauriens. Curieux choix d’autant que d’après mes souvenirs, il y avait effectivement quelques balles et quelques vauriens, mais de bal, nenni point, même si l’action se situait en grande partie dans une boîte de nuit. La critique parue dans la Saison cinématographique 78 était signée François Guérif (actuel directeur de la collection Rivages/Noir).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rivages/Noir
Gilles Marchal

Après avoir produit Chuck Norris, Sylvester Stallone et d’autres acteurs musclés spécialistes du film d’action, les producteurs Menahem Golan et Yoram Globus, directeurs de la société Cannon (2), cherchent à acquérir une sorte d’éthique cinématographique . Avant de faire faillite en 1987, ils produisent alors John Cassavetes (Love streams), Robert Altman (Fool for love), Franco Zeffirelli (Otello), ou encore Jean-Luc Godard (King Lear).
(2) voir la fiche du film The Go-go boys.
http://www.citebd.org/spip.php?film1407

Dans Love streams, John Cassavetes décrit la relation entre un homme et sa sœur, seuls survivants de leur famille, il s’attache aux échecs et aux mystères intimes de leur relation. En réalité, il se sent proche des personnages de son film, lui même n’ ayant plus aucun parents.

Le tournage de Love streams commence immédiatement après que John Cassavetes ait terminé de jouer dans Tempête (3) de Paul Mazursky, bien qu’il soit déjà sérieusement malade.
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Temp%C3%AAte_%28film,_1982%29

Dans Love streams, John Cassavetes nous entraine à faire attention au corps, à la voix, au visage de ses personnages. Il s’attache et essaye avec une grande acuité, de nous faire comprendre l’importance du langage du corps.

Entretien avec Menahem Golan et Yoram Globus
Comment avez-vous été amenés à produire le dernier film de John Cassavetes, "Love streams" ?
YG : Il avait ce scénario, qu’il voulait tourner chez lui pour un petit budget, et il savait que nous lui donnerions la liberté qu’Hollywood était incapable de lui donner. Nous nous sommes rencontrés via nos agents, et ça a été une vraie histoire d’amour. Cassavetes était un grand cinéaste et une personne extraordinaire, d’une grande honnêteté. Tellement honnête que lorsque nous avons signé le contrat, il nous a dit : « mais pourquoi voulez-vous perdre de l’argent avec mon film, personne n’ira le voir ! ». Nous lui avons dit : « nous allons produire ce film parce que nous vous aimons, et parce que nous savons que ce sera un beau film ». Nous lui laissions bien entendu le director’s cut, mais lorsqu’il nous a présenté un premier montage de 2h15, nous lui avons suggéré de couper 15 minutes, parce que nous pensions que le film avait un fort potentiel commercial. Il est revenu une semaine plus tard avec un nouveau montage : il avait rajouté une demi-heure ! Il nous punissait pour lui avoir demandé de couper ! Comme prévu, le film était magnifique. Il a gagné l’Ours d’Or à Berlin...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/the-go-go-boys-documentaire,320006

Love streams décrit la relation entre un homme et sa sœur, seuls survivants de leur famille. J’ai tenté d’y comprendre la nature de ces deux personnages, leurs faillite, leurs mystères intimes. Cet homme et cette femme éprouvent un profond sentiment de vide, et cependant s’accrochent à leur existence, comme la plupart d’entre nous. Ils tentent de s’inventer de nouvelles vies, en affrontant directement leurs échecs...
Je me suis attaché à eux parce que je n’ai plus de famille, et que celle-ci me manque...
Le titre Love streams renvoie à une notion de flux et de reflux, à la recherche d’une continuité vitale qui ne peut être trouvée que dans l’amour. Si la philosophie est l’amour de la sagesse, il y a aussi une sagesse de l’amour. Celle-ci consiste à savoir comment aimer, et qui aimer. Elle nous rend conscients de l’importance de nos amis et de la nécessité d’une continuité dans notre vie.

John Cassavetes in Images et loisirs

On vous retrouve crédité au générique de "Love streams" de John Cassavetes. Pour quelle raison ?
John a tourné Love streams en 1983, trois ans après cette tragédie (4). Un jour, il m’a appelé pour m’expliquer qu’il avait besoin de réaliser une scène. Je lui ai répondu que je ne lui serai d’aucune utilité, mais il a insisté et j’ai cédé. En fait, il voulait juste me faire sortir de chez moi où j’étais enfermé. Ce geste de soutien inestimable me bouleverse encore aujourd’hui...
extrait d’un entretien de Thierry Chèze avec Peter Bogdanovich, publié dans Studio Ciné live n° 68 (avril 2015)
(4) l’assassinat de Dorothy Stratten, compagne alors de Bogdanovich, par son ex compagnon. Bob Fosse a relaté l’histoire dans son film Star 80.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dorothy_Stratten
http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Bogdanovich
http://www.filmotv.fr/film/star-80/552.html

John Cassavetes
Né le 9 décembre 1929 à New York, décédé le 3 février 1989 à Los Angeles.
C’est comme acteur dans la série tv Johnny Staccato qu’il se fait connaitre avant de révéler ses talents de réalisateur avec Shadows en 1959...
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Cassavetes

Ted Allan
Né le 26 janvier 1916 à Montréal, décédé le 29 juin 1995 à Toronto.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ted_Allan

Al Ruban
http://fr.wikipedia.org/wiki/Al_Ruban

Bo Harwood
http://www.imdb.com/name/nm0367802/

Gena Rowlands
Née Virginia Rowlands le 19 juin 1930 à Cambria (Wisconsin).
Compagne de John Cassavetes avec qui elle aura 3 enfants...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gena_Rowlands

Diahnne Abbott
Née le 1er janvier 1945 à New York.
Ex-compagne de Robert De Niro...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Diahnne_Abbott

Seymour Cassel
Né le 22 janvier 1935 à Détroit.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Seymour_Cassel

Joan Foley
http://www.imdb.com/name/nm0284162/

Tom Badal
http://www.imdb.com/name/nm0045922/

Gregg Berger
Né le 10 décembre 1950 à Saint Louis.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gregg_Berger

Xan Cassavetes
Née Alexandra Cassavetes le 21 septembre 1965 à Los Angeles.
Fille de John Cassavetes et de Gena Rowlands...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandra_Cassavetes

Leslie Hope
Née le 6 mai 1965 à Halifax (Canada).
On a pu la voir plus récemment dans le rôle de Teri Bauer (femme de Jack) dans la première saison de la série 24 heures chrono...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Leslie_Hope

extrait(s) de presse

Ciné-club de Caen - Prévu pour être incarné par John Voight à l'origine, que Cassavetes se voit contraint d'évincer, le rôle masculin principal lui échoit à deux semaines du tournage ce qui l'oblige à refondre le personnage pour l'adapter à sa personnalité.
Objectif cinéma - "Love streams" possède un titre intraduisible : courants d’amour, flux, passages, torrents, circulations, méandres, autant de termes qui rendent compte maladroitement de ce qui est à l’œuvre dans ce film...
Dvdclassik - Pour qualifier "Love streams", on pourrait parler de concentré d’émotions humaines sur celluloïd, d’illustration filmique de la simplicité de la vie et de la complexité de l’existence...
àVoir-àLire - Du très grand cinéma d’auteur.
Objectif cinéma - Ce qui frappe surtout dans "Love streams", c’est que Cassavetes-réalisateur ne cesse de filmer des escaliers dans lesquels Cassavetes-acteur ne cesse de tomber...