quartier lointain - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > quartier lointain

quartier lointain

Belgique, Luxembourg, Allemagne, France - 2010 - 1h38
sorti en France le 24 novembre 2010
accessible aux enfants à partir de 10 ans
film - film francophone
de

Sam Garbarski

scénario : Sam Garbarski, Jérôme Tonnerre, Philippe Blasband
d'après l'oeuvre de : Jiro Taniguchi
direction de la photographie : Timo Salminen
musique ou chansons : Air, Jean-Benoît Dunckel, Nicolas Godin
avec : Pascal Greggory (Thomas adulte), Jonathan Zaccaï (Bruno), Alexandra Maria Lara (Anna), Léo Legrand (Thomas adolescent), Laura Moisson (Corinne), Laura Martin (Sylvie), Pierre-Louis Bellet (Rousseau), Tania Garbarski (Nelly), Laurence Lipski (Rachel), Louis Bianchi (Godin adolescent), Théo Dardenne (Chabrot), Augustin Lepinay (Jules), Pauline Chappey (Emma), Juliette Lembrouk (Alice), Jean-François Wolff (surveillant), Charlie Dupont (contrôleur), Jacques Berenbaum (prof de latin), Odile Mathieu (prof de maths), Clément Chebli (adolescent salon de la BD), Patrick Zimmermann (Dr. Dumontel), Evelyne Didi (Mémé Yvette), Sophie Duez (Catherine), Lionel Abelanski (Godin adulte)
séances : semaine du mercredi 28 janvier 2015
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
14:00*
séance spéciale :
* jeudi 29 à 14h00 : rencontre avec Jirô Taniguchi (journaliste Nicolas Finet) - 14h30 : projection du film "Quartier lointain" au tarif unique de 2,50 €

synopsis

Thomas, la cinquantaine, père de famille, arrive par hasard dans la ville de son enfance. Pris d’un malaise, il se réveille quarante ans plus tôt, dans son corps d’adolescent. Projeté dans le passé, il va non seulement revivre son premier amour, mais aussi chercher à comprendre les raisons du mystérieux départ de son père. Mais peut-on modifier son passé en le revivant ?

notes de production

Quartier lointain est le troisième long-métrage du réalisateur. Il repasse derrière la caméra pour ce film aux allures fantastiques après avoir goûté au réalisme en suivant au plus près de la caméra les déboires d’une veuve de cinquante ans, Maggie, qui se décidait à travailler dans un peep show (1) de Soho (2) pour sauver son petit-fils. Elle prenait le nom d’Irina Palm (3). Le premier long-métrage quant à lui s’intéressait avec un humour désabusé aux désordres laissés par la doyenne, la grand-mère Rosa, au sein d’une famille de confession juive (Le Tango des Rashevski) (4).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Peep_show
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Soho_%28Londres%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Irina_Palm
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tango_des_Rashevski

Le film de Sam Garbarski est une adaptation de la bande dessinée publiée par Jiro Taniguchii en 2002 (4 bis). La re­mé­mo­ra­tion du passé est une constante dans l’en­semble de l’œuvre de Ta­ni­gu­chi et est au centre de Quar­tier loin­tain. La bédé a connu un vif succès public et critique puisqu’elle a été auréolée de l’Alph Art du meilleur scénario au Festival d’Angoulême 2003 (5) et primée au Forum de Monaco en 2004. Après quelques œuvres historiques, Jiro Taniguchi s’est intéressé à des récits plus intimistes autour du foyer familial, mettant en avant la nostalgie de l’enfance ou encore la beauté de la nature. C’est cet éloge du quotidien (aux accents magiques) que l’on retrouve dans Quartier lointain.
(4 bis) http://fr.wikipedia.org/wiki/Quartier_lointain
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_d%27Angoul%C3%AAme_2003

Le travail d’adaptation du manga (6) a été une véritable gageure pour le réalisateur ainsi que ses scénaristes (Jérôme Tonnerre et Philippe Blasband). Ces derniers ont énormément concentré les événements : une grande partie du manga se déroule au collège or cinématographiquement, l’histoire adolescente apparaissait trop prégnante dans la vie de Thomas. Dans le manga il faut un mois pour que l’adolescent se rende compte que son père est en train de partir de la maison. Une telle longueur aurait été préjudiciable pour le film : alors il fallait scénaristiquement éviter cette longueur dans le sens cinématographique. Alors on l’a fait revenir au moment où son père aurait déjà dû être reparti. C’était une belle trouvaille de Jérôme Tonnerre rapporte le cinéaste. Par ailleurs l’équipe a supprimé les flashbacks qui auraient nui à la linéarité du scénario.
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Manga

Si la transposition du manga à l’écran a été périlleuse c’est également à cause du contexte historique qui renvoie à l’histoire du Japon après-guerre. Or le réalisateur délaisse le cadre japonais pour les Alpes Françaises. Le cinéaste explique les écueils qu’il a fallu éviter : j’ai essayé le plus possible d’être moi-même et de ne pas trop m’obséder ni avec la bande dessinée, ni avec le Japon. Pour un Belge né en Allemagne, d’origine polonaise, faire un film japonais, c’est dangereux (...) Je me suis approprié l’histoire et l’âme de cette histoire, et j’ai par là peut être rencontré mon âme sœur. J’ai essayé de rester moi-même, par rapport à ce que j’ai ressenti lorsque j’ai lu la bédé. Même s’il fallait respecter un minimum de conventions ce n’est pas tant le contexte historique qui a séduit le réalisateur que la virtuosité formelle éblouissante du manga : l’aspect formel est crucial dans cette œuvre : la mise en scène, les cadrages sont parfaits, les décors apportent une vraie profondeur (...) La vraie difficulté n’était pas de transposer l’histoire en France, mais de restituer au mieux cette dimension esthétique dans le film.

L’auteur du manga explique combien le passage du manga à l’écran lui a offert un nouveau regard sur son œuvre : la présence des acteurs est une chose difficilement égalable dans un manga. Je dirais que c’est du « rythme réel ». C’est ce réalisme qui permet au spectateur de se glisser aussi facilement dans la peau des personnages du film. Et puis il y a la musique, qui est un moyen extraordinaire d’exprimer les sentiments des personnages d’une manière plus intense et plus complexe.. Outre cela il évoque le fait que Sam Garbarski ait su donner une vision plus esthétique du manga en mettant l’accent sur les décors et les costumes notamment. Il a également été séduit par le paysage naturel, les contreforts alpins, qui donnent une dimension aérienne et lyrique au film puisque le réalisateur s’attarde souvent sur des détails tels qu’un vol de papillon ou un coin de ciel, des plans qu’il se plaît à nommer les plans Tanigushi qui rappellent l’esthétique japonaise du , ces moments de temps suspendu où rien ne semble se passer.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma_%28esth%C3%A9tique%29

Le réalisateur a décidé de faire de son personnage principal un dessinateur. On le voit donc griffonner et crayonner en cours de mathématiques ou chez lui des silhouettes qui ressemblent étrangement aux personnages croqués par Jiro Taniguchi. Une mise en abyme judicieuse qui permet au cinéaste de faire un clin-d’œil à celui qui l’a influencé. Par ailleurs ce détail a son importance d’un point de vue dramatique, puisqu’elle a permis au cinéaste de boucler la possibilité que peut-être cette histoire s’est uniquement passée dans la tête du personnage.

Le groupe Air, remarqué pour les bandes originales des films de Sofia Coppola, Lost in translation (7) et Virgin suicides (8), a réalisé la bande originale de Quartier lointain. Le groupe français d’éléctro pop (9) a immédiatement accepté la proposition du réalisateur, puisqu’il voue un culte au manga de Jiro Taniguchi. Sam Garbarski se souvient : j’avais lu la bédé en écoutant Air. Taniguchi lui-même a tous ses disques, Air aime beaucoup cet auteur et, avant chaque scène, je faisais écouter la musique du groupe aux acteurs et aux techniciens. Le résultat est bluffant, le groupe signe des mélodies vaporeuses aux accents japonisants qui sonnent comme un hommage à l’auteur de mangas.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lost_in_Translation
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Virgin_Suicides_%28film%29
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Synthpop

Entretien avec Jirô Taniguchi
Depuis sa publication en 2002, cet album a connu un énorme succès en France et en Europe, comment expliquez-vous cet engouement du public occidental ?
Franchement, je n’en ai aucune idée. J’ai beau m’être souvent posé la question, cela demeure un merveilleux mystère. Au Japon, "Quartier lointain" a obtenu un Prix du Secrétariat à la Culture, mais n’a pas connu un succès public comparable. C’est d’autant plus étonnant pour moi que cette histoire se déroule au début des années soixante, dans un contexte très japonais. J’imaginais plutôt mes lecteurs à l’image d’Hiroshi, le personnage principal, un cadre moyen, un « salary man » d’une quarantaine d’années comme il y en a beaucoup à Tokyo. Que des Belges, des Français ou des Italiens puissent comprendre et apprécier un univers aussi différent des leurs, a été à la fois, un immense bonheur et une révélation...
Entretien avec Sam Garbarski
Qu’est-ce qui vous a donné envie d’adapter cette histoire au cinéma ?
Ce n’est pas mon histoire et pourtant c’est tellement mon histoire ! Même si "Quartier lointain" se déroule aux antipodes, dans un pays et une culture très différents des nôtres, ce manga véhicule des valeurs et une émotion universelles. Tout le monde ou presque peut s’identifier au personnage d’Hiroshi et se laisser emporter dans son voyage...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/quartier-lointain-comedie-dramatique,107753-note-81423

La bédé japonaise est très marquée par le langage du cinéma. Je suis moi-même un gros consommateur de dvd, j’en loue énormément chaque semaine, ça me nourrit. Je regarde beaucoup de genres différents, mais les derniers films qui m’ont transporté datent maintenant de cinq ou six ans. Il y avait La Vie des autres (10) du réalisateur allemand Florian Henckel von Donnersmarck et surtout Le Retour (11) du Russe Andreï Zviaguintsev. C’est un peu l’inverse de Quartier lointain, l’histoire de deux frères déstabilisés par le retour de leur père. De cet homme depuis longtemps disparu, ils ne connaissaient qu’une photographie. Les paysages du grand nord, la gêne palpable entre le père et les fils a quelque chose de magique...
Jirô Taniguchi
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/quartier-lointain-comedie-dramatique,107753-note-81425
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_des_autres
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Retour_%28film,_2003%29

L’œuvre de Jirō Taniguchi a fait l’objet d’une exposition monographique en France : Éloge du détour, produite en 2012 par l’Abbaye de Fontevraud, sous la direction artistique de Xavier Kawa-Topor appuyée par l’aide de Ilan Nguyen. Cette exposition a été présentée en différents lieux en France dont la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême.
Jirō Taniguchi est l’un des principaux invités du 42e festival international de la bande dessinée d’Angoulême. À cette occasion, une grande exposition monographique intitulée Taniguchi, l’homme qui rêve lui est consacrée, la première de cette envergure qui lui soit dédiée en Europe.

Sam Garbarski
Né le 13 février 1948 à Krailling (Allemagne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sam_Garbarski

Jérôme Tonnerre
http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9r%C3%B4me_Tonnerre

Philippe Blasband
voir fiche du film Marie Heurtin
http://www.citebd.org/spip.php?film1353

Jiro Taniguchi
Né le 14 août 1947 à Tottori (Japon).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jir%C5%8D_Taniguchi

Timo Salminen
Né le 11 juillet 1952 à Helsinki.
http://www.imdb.com/name/nm0758742/

Air
http://fr.wikipedia.org/wiki/Air_%28groupe%29

Jean-Benoît Dunckel
Né le 7 septembre 1969 à Versailles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Beno%C3%AEt_Dunckel

Nicolas Godin
Né le 25 décembre 1969 au Chesnay.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Godin_%28musicien%29

Pascal Greggory
voir fiche du film Le Mariage à trois
http://www.citebd.org/spip.php?film415

Jonathan Zaccaï
Né le 22 juillet 1970 à Bruxelles.
voir fiche du film Tiens-toi droite
http://www.citebd.org/spip.php?film1343

Alexandra Maria Lara
Née Alexandra Plătăreanu le 12 novembre 1978 à Bucarest.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandra_Maria_Lara

Léo Legrand
Né le 5 novembre 1995 à Longjumeau (Essonne).
http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9o_Legrand

Tania Garbarski
voir fiche du film Je te survivrai
http://www.citebd.org/spip.php?film1287

Augustin Lepinay
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/166548-augustin-lepinay.html

Pauline Chappey
http://enfantsacteurs.skyrock.com/3108849951-Pauline-Chappey.html

Juliette Lembrouk
http://www.imdb.com/name/nm2623638/

Sophie Duez
Née le 6 octobre 1962 à Nice.
Elle Marche à l’ombre de Gérard Lanvin à ses débuts au cinéma...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marche_%C3%A0_l%27ombre_%28film%29

Lionel Abelanski
Né le 22 octobre 1964 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Abelanski

extrait(s) de presse

Films actu - Outre une ambiance visuelle soignée et la partition aérienne du groupe Air, qui confèrent au film une atmosphère onirique, "Quartier Lointain" doit également à l'interprétation de Jonathan Zaccaï et Léo Legrand.
La Croix - Adaptation d'un manga à succès, "Quartier lointain" propose un voyage dans le temps, sensible et mélancolique.
Le Point - Épuré, tout en émotion retenue, ce "Quartier lointain" a quelque chose de Modiano, l'auteur justement d'un certain "Quartier perdu"..
Télérama - Une transposition réussie du manga sensible de Jirô Taniguchi.
Le Jdd - Sam Garbarski retrouve le climat étrange et poétique qui imprégnait les pages de la bédé et signe une aventure singulière (...).
Libération - "Quartier lointain" parvient à donner une consistance crédible et émouvante à cette idée que l'on a tous eu le désir un jour de vouloir prévenir, et préventivement réparer, les douleurs du passé.