Dans la cour - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Dans la cour

Dans la cour

France - 2014 - 1h37
sorti en France le 23 avril 2014
Sélection officielle Berlin 2014
film - film francophone
de

Pierre Salvadori

scénario : Pierre Salvadori, David Colombo-Léotard
direction de la photographie : Gilles Henry
musique ou chansons : Grégoire Hetzel, Stephin Merritt
avec : Gustave Kervern (Antoine), Catherine Deneuve (Mathilde), Féodor Atkine (Serge, le mari de Mathilde), Pio Marmai (Stéphane), Oleg Kupchik (Lev), Michèle Moretti (Colette, la libraire ésotérique), Nicolas Bouchaud (M. Maillard), Garance Clavel (l'ex d'Antoine), Carole Franck (la femme de l'agence d'emploi), Olivier Charasson (le spécialiste), Fanny Pierre (la jeune mère)
séances : semaine du mercredi 21 janvier 2015
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:00*
18:30
14:00
16:00
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 21 au 27 janvier 2015. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 14 et 21 janvier 2015

synopsis

Antoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d'errance, il se fait embaucher comme gardien d'immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon. Peu à peu, son angoisse grandit pour se transformer en panique : et si l'immeuble s'effondrait... Tout doucement, Antoine se prend d'amitié pour cette femme qu'il craint de voir sombrer vers la folie. Entre dérapages et inquiétudes, tous deux forment un tandem maladroit, drolatique et solidaire qui les aidera, peut-être, à traverser cette mauvaise passe...

notes de production

La trame du film s’est dessinée après que le réalisateur et son scénariste aient découvert la fin de la série Hbo (1), The Wire (2), où le personnage de Bubbles cite Franz Kafka (3) : vous pouvez retenir la souffrance du monde, vous êtes libre de le faire, et c’est en accord avec votre nature. Mais peut-être est-ce la seule souffrance que vous auriez pu éviter. Pierre Salvadori confie que cette phrase l’a marqué et lui a apporté des réponses sur sa propre personne et sur le film.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Home_Box_Office
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sur_%C3%A9coute
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film1389

Le titre de travail de Dans la cour était Guillaume, le personnage principal (incarné par Gustave Kervern) rappelant Guillaume Depardieu (4) à Pierre Salvadori.
(4) Au moment où je bouclais ce dossier, la nouvelle est tombée. On dit que la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit. Faut voir. J’en connais un qui les accumulait. Côté mouise, il était difficile de faire un concours avec lui. Guillaume Jean Maxime Antoine Depardieu, plutôt connu sous le nom de Guillaume Depardieu, est décédé brusquement le 13 octobre 2008 des suites d’une pneumonie foudroyante contractée en Roumanie lors du tournage de L’Enfance d’Icare. Icare, vous savez, celui qui s’est fait pousser des ailes en croyant qu’il allait voler. Disparition d’un écorché vif qui montait doucement, mais sûrement, les marches d’une gloire qui lui tendait les bras. Des bras trop courts sans doute pour un être qui ne baissait pas les siens. Et puis, peut-on suspecter un mec dont la société de production s’appelle "Post mortem" de manquer de lucidité. Pour nous en tout cas, terminus à Versailles.
texte écrit par Gilles Marchal à l’occasion de la sortie de Versailles
http://www.citebd.org/spip.php?film96

Le réalisateur Pierre Salvadori avoue avoir écrit Dans la cour pour Catherine Deneuve, car il n’imaginait personne d’autre être capable de camper un personnage qui puisse devenir aussi fou. Il souligne la rapidité, le goût pour la comédie, le choc, et l’incroyable voix de l’actrice, qui incarne ici Mathilde, une jeune retraitée angoissée.

Trublion du Groland (5) et complice de Benoît Delépine (6), Gustav Kervern est habitué à réaliser et à jouer de petits rôles dans ses propres réalisations, et n’avait jamais eu, jusqu’à Dans la cour, un rôle de cette ampleur au cinéma. Il incarne le personnage d’Antoine, un musicien de 40 ans qui lâche sa carrière musicale sur un coup de tête et survit comme gardien d’immeuble.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Groland
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film839

Pour son neuvième long-métrage, le réalisateur Pierre Salvadori est allé hors des sentiers de la comédie, genre qu’il avait l’habitude d’aborder dans ses précédentes réalisations (Les Apprentis (7), Après vous) (8) : j’ai le sentiment que faire Dans la cour, pour moi, aujourd’hui, c’est presque un renoncement à un genre. J’ai eu envie de m’éloigner de la comédie par épuisement (car c’est assez éprouvant d’écrire des comédies comme celles que j’ai faites ces dernières années), et, effectivement, peut-être aussi par manque de stimulation.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Apprentis
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Apr%C3%A8s_vous

6,9 millions d’euros, c’est le budget du film Dans la cour, neuvième long-métrage réalisé par Pierre Salvadori. Une somme qui est très inférieure au budget de son précédent film, De vrais mensonges (9), qui a coûté presque trois fois plus cher : (...) Je n’ai pas arrêté d’en parler avec les producteurs : je ne voulais pas que ce film coûte trop cher.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/De_vrais_mensonges

Entretien avec Pierre Salvadori
Comment est née l’idée de "Dans La cour" ?
Cela faisait longtemps que j’avais le projet d’un film avec un personnage limite. Une femme folle d’inquiétude. Folle au vrai sens du terme. Pour rendre service à un aveugle, Mathilde lui lit quotidiennement la presse. Mais sa fatigue et sa fragilité la submerge, jusqu’à ce qu’elle n’arrive plus à absorber le trop plein de mauvaises nouvelles. Je me suis souvent demandé comment on s’immunisait contre tout ça. Comment peut-on savoir autant de choses et vivre avec, sans paniquer ? Mathilde, elle, n’y arrive plus...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/dans-la-cour,304078-note-115814

Pierre Salvadori
Né le 8 novembre 1964 en Tunisie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Salvadori

David Colombo-Léotard
http://www.imdb.com/name/nm0529642/

Gilles Henry
http://www.imdb.com/name/nm0377836/

Grégoire Hetzel
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gr%C3%A9goire_Hetzel

Stephin Merritt
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stephin_Merritt

Gustave Kervern
voir la fiche du film Near death experience
http://www.citebd.org/spip.php?film1309

Catherine Deneuve
voir fiche du film Elle s’en va
http://www.citebd.org/spip.php?film1135

Féodor Atkine
voir fiche du film Aux yeux de tous
http://www.citebd.org/spip.php?film870

Pio Marmai
voir fiche du film Alyah
http://www.citebd.org/spip.php?film926

Oleg Kupchik
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/363107-oleg-kupchik.html

Michèle Moretti
voir fiche du film La Guerre est déclarée
http://www.citebd.org/spip.php?film656

Nicolas Bouchaud
voir fiche du film La Belle vie
http://www.citebd.org/spip.php?film1236

Garance Clavel
Née le 11 avril 1973 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Garance_Clavel

Carole Franck
voir fiche du film Amour
http://www.citebd.org/spip.php?film933

Olivier Charasson
http://www.imdb.com/name/nm1454151/

Fanny Pierre
http://www.imdb.com/name/nm5995907/

extrait(s) de presse

Le Parisien - On est sous le charme de "Dans la cour", rencontre improbable et inoubliable d'un gardien d'immeuble et d'une retraitée, joués par Gustave Kervern et Catherine Deneuve.
àVoir-àLire - Intelligent, vif, mélancolique et par-dessus tout marqué du sceau de l’authenticité, Dans la cour passe du rire aux larmes avec une aisance de tous les instants en s’appuyant sur des comédiens d’une humanité formidable...
Le Monde - Le huitième long-métrage de Pierre Salvadori en vingt ans de carrière est, nettement, le plus réussi. Pourquoi ? Simple. Il est le plus désespéré, donc le plus beau.
Fiches du cinéma - Salvadori renoue avec une forme plus souple dans cette noire et drôle chronique de la dépression ordinaire. Un film infiniment aimable.
Les Inrocks - Une « mélancomédie » élégante sur des dépressifs qui réapprennent à vivre. Pierre Salvadori délaisse les comédies sophistiquées et signe son film le plus intime et émouvant.
Libération - Avec "Dans la cour", il parvient à ce balancement gracieux avec une fluidité qui tranche singulièrement dans le paysage à demi-sinistré de la comédie à la française.
Positif - Une comédie dépressive qui glisse avec grâce de l'humour à la gravité. A la fois inattendus et évidents, les deux comédiens exhalent à merveille la polyphonie, en apparence modeste mais savante au fond, des dialogues et des situations.
Telerama - [...] une beauté aérienne, ­funambule, irradiante, que le film finit par libérer, on ne sait comment.