Le Garçon et le monde - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Le Garçon et le monde

Le Garçon et le monde

ciné môme
O Menino e o mundo
Brésil - 2013 - 1h19
sorti en France le 8 octobre 2014
Cristal du long métrage et Prix du public Annecy 2014
accessible aux enfants à partir de 6 ans
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Alê Abreu

scénario : Alê Abreu
musique ou chansons : Ruben Feffer, Gustavo Kurlat, Emicida, Nana Vasconcelos, Barbatuques, Gem
séances : semaine du mercredi 21 janvier 2015
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
14:00*
14:00
14:00
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 21 au 27 janvier 2015. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 14 et 21 janvier 2015 - séances "Ciné passion 16" au Club de Barbezieux le 21 à 14h00, le 24 à 16h30, le 25 à 16h30, le 27 à 20h30.

synopsis

À la recherche de son père, un garçon quitte son village et découvre un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges. Un voyage lyrique et onirique illustrant avec brio les problèmes du monde moderne...

notes de production

Alê Abreu explique pourquoi son dessin animé présente des caractéristiques proches de celles des dessins crayonnés par la main d’un enfant : je ne cherchais pas nécessairement à dessiner comme un enfant, mais je cherchais la même liberté qu’ils ont quand ils dessinent.

Une langue imaginaire a été inventée pour les besoins du dessin animé. Il s’agit en fait du portugais qui est prononcé à l’envers. Comme nous explique le réalisateur : nous voulions être dans le regard de l’enfant, être à la fois universels et latino-américains. Ce regard nous a permis une immense liberté de création : nous avons imaginé un autre pays, une autre planète et nous avons inventé des dialogues.

Alê Abreu et son équipe ont eu recours à plusieurs techniques : crayons de couleurs, pastels à l’huile, feutres hydrographiques et toutes sortes de peintures. Ils ont également utilisé des stylos à bille. Concernant les fonds et autres graphismes, ils ont intégré des collages de journaux et revues.

Un dessin nécessite dans un premier temps un support vierge, blanc. Le blanc, commente Alê Abreu, c’est comme un enfant qui arrive au monde et qui commence à apprendre et accumuler des savoirs. Le blanc est également un symbole métaphysique. Sa présence quasi spirituelle tout au long du film renforce l’idée que le monde est une chose très petite et limitée. Nous sommes entourés d’inconnu ou de vide, et cela nous tiraille et nous questionne : d’où venons-nous ? Où allons-nous ? C’est pourquoi le début du Garçon et le monde est rythmé par le flux et le reflux du vide et du plein.

Cent cinquante professionnels du cinéma dont vingt animateurs, ont été nécessaires à l’élaboration de ce dessin animé. Alê Abreu a, quant à lui, dessiné toutes les animations et les décors.

Le Garçon et le monde a nécessité cinq ans de travail. Un an et demi de développement pour esquisser les jalons de l’histoire et les personnages, finaliser les décors, les dessins et les graphismes. Puis l’addition des couleurs et la mise en mouvement des éléments. Et enfin trois ans de production et six mois pour la préparation de la sortie du film.

Dans Le Garçon et le monde, la musique orchestre tout. Elle impose son rythme dans les séquences et dans la construction de certaines scènes. Nous avons traité la bande son du film comme un corps sonore, où musiques, ambiances et sons se mélangent et brisent les limites que nous rencontrons traditionnellement dans les films. Nous avons d’abord cherché la mélodie de la flûte qui ouvre et conclut le film. Tous les autres thèmes ont été créés à partir de ces quelques notes. Nous désirions que la création musicale, à l’image de l’animation, croise plusieurs rythmes et styles musicaux, explique Alê Abreu.

Alê Abreu a confié la direction de la création musicale à Ruben Feffer et Gustavo Kurlat, avec qui il avait déjà collaboré sur Garoto cosmico.

Alê Abreu a fait appel à l’un des plus grands percussionnistes du monde musical, Nana Vasconcelos, qui a à son actif huit Grammy awards. Sa musique m’a toujours guidé et me stimulait dans la recherche de nouvelles voix dans mon travail graphique et cinématographique confie le réalisateur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Grammy_Awards

Le projet artistique du Garçon et le monde se voit compléter par le groupe de musiciens Gem, qui joue avec des objets récupérés, des déchets. Pour le film, le groupe s’est occupé des bruitages, des ambiances et des sons. De même les Barbatuques qui est un groupe de percussions corporelles a participé à la bande originale du film, comme nous l’explique Alê Abreu : (...) le désir de collaborer avec les Barbatuques est apparu dès les premières scènes de l’animatique. Esthétiquement, la percussion corporelle est en adéquation avec tout ce qu’il y a d’organique dans le film. Les Barbatuques ont également fait les choeurs des voix et l’un des membres du groupe, Lua Horta, a interprété la voix de la mère.

Le rap du Garçon et le monde est interprété par Emicida, la révélation brésilienne montante. Son rap qui est mélancolique et contestataire correspondait parfaitement au projet : les musiques de protestation sont à l’origine du film et nous avons trouvé que le rap occupait aujourd’hui cette place. Et puis nous avons découvert que l’histoire du chanteur était en lien avec celle du Garçon, souligne le réalisateur.

Entretien avec Alê Abreu
Comment est né le projet "Le Garçon et le monde" ?
Je travaillais au développement de Canto Latino (un film documentaire d’animation sur l’histoire du monde latino-américain) en écoutant de la musique protestataire des années 60-70, quand j’ai retrouvé mes carnets de dessins dans lesquels j’avais ébauché le personnage du garçon. Le style “simple gribouillis” que j’avais emprunté pour réaliser ce dessin m’interpella. Immédiatement le désir m’est venu d’intégrer ce garçon dans le film que je préparais. J’ai commencé à créer des petits passages où on le voyait porté par le vent, courir à travers une forêt, partir à la rencontre d’autres personnages. dans un prémontage, j’ai joint ces petites séquences et cherché à créer des relations entre elles, notamment en expérimentant des sons et des musiques...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/le-garcon-et-le-monde-animation,323439-note-119592

Alê Abreu
http://www.imdb.com/name/nm0994245/

extrait(s) de presse

Fiches du cinéma - Alê Abreu appréhende le monde de contrastes sur lequel s'est construit l'Amérique latine. Plongée onirique, poétique et virtuose dans un univers riche et singulier.
L'Express - ...plus beau film d'animation de l'année...
Positif - Difficile, avec des mots, de rendre compte de la richesse du film, qu'elle soit musicale ou graphique [...] Émouvant, fascinant.
Télérama - Petit miracle : ce film d'animation venu du Brésil est un pur moment de grâce, de temps suspendu. Un bonheur total.
àVoir-àLire - Éclatant de couleurs et de poésie, "Le garçon et le monde" est une fable captivante et émouvante sur le monde moderne.
Cinéma teaser - "Le Garçon et le monde" confirme l'émergence d'une animation brésilienne exigeante.
Critikat - Un film ambitieux qui cherche à représenter simultanément la sensibilité d’un petit garçon et la complexité de l’histoire du Brésil.
Le Jdd - Ce film bariolé, inclassable, s'adresse autant aux adultes qu'aux plus petits. Une réussite.