Histoire de la peur - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Histoire de la peur

Histoire de la peur

Historia del miedo
Argentine, France - 2013 - 1h20
sorti en France le 5 novembre 2014
San Sebastian 2013, sélection officielle Berlin 2014
film - version originale sous-titrée en français
de

Benjamin Naishtat

scénario : Benjamin Naishtat
direction de la photographie : Soledad Rodriguez
avec : Jonathan Da Rosa (Pola), Tatiana Giménez (Tati), Mirella Pascual (Teresa), Claudia Cantero (Edith), Francisco Lumerman (Camilo), Cesar Bordon (Carlos), Valeria Lois (Beatriz), Elsa Bois (Amalia), Edgardo Castro (Marcelo), Mara Bestelli (Mariana), Daniel Leguizamón (l'adolescent)
séances : semaine du mercredi 14 janvier 2015
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
16:40
16:40
16:40

synopsis

Buenos Aires, dans la chaleur de l’été, entre quartiers pavillonnaires sécurisés et terrains vagues recouverts d’immondices. Les aboiements de chiens errants, les coupures de courant à répétition et les nuages de fumées incontrôlables poussent les habitants à se confronter à leurs instincts les plus primaires...

notes de production

Historia del miedo a été présenté en 2014 au Festival international du film de Karlovy Vary (1) (République tchèque), au Festival international du film de San Francisco (2) ainsi qu’à la Berlinale (3) et au Festival Cinélatino à Toulouse.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_du_film_de_Karlovy_Vary
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Festival_international_du_film_de_San_Francisco
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Berlinale

Le réalisateur argentin Benjamin Naishtat signe son premier long-métrage avec Historia del miedo.

Benjamin Naishtat a écrit le scénario lorsqu’il vécut durant deux années à Lille, dans le nord de la France. Le réalisateur s’est imprégné des tensions sociales existantes, aussi bien dans la région du Nord-Pas-de-Calais qu’en Argentine pour créer la trame de son film.

Jonathan Da Rosa, qui interprète Pola, joue son premier rôle dans un long-métrage.
Influences cinématographiques

Durant la phase d’écriture, le réalisateur a visionné des films d’horreur des années 1970 et 1980, en particulier ceux de John Carpenter (4). La Ciénaga (5) de Lucrecia Martel l’a également influencé dans la création de l’atmosphère propre à Historia del miedo.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Carpenter
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_ci%C3%A9naga

Avec Historia del miedo, Benjamin Naishtat a voulu parler de la misère sociale inhérente à l’Argentine d’aujourd’hui mais surtout de la peur qui en découle : aujourd’hui la peur et l’insécurité sont en Argentine le sujet politique par excellence. C’est l’un des moteurs qui m’a poussé à réaliser ce film, déclare celui-ci.

Experimental, Historia del miedo mélange les genres. De son propre aveu, Benjamin Naishtat a voulu une narration classique basée sur des personnages avec certains éléments de genre. En effet, la dimension fantastique du film n’est pas négligeable et elle pousse le spectateur à réagir face à des menaces permanentes : un peu comme un film d’horreur en somme.

Entretien avec Benjamin Naishtat
La question parait presque absurde pour un film aussi radical et original, mais y a t-il eu un point de départ particulier à l’origine d’"Historia del miedo" ?
On m’a beaucoup posé cette question, mais comme je ne suis toujours pas vraiment sûr de la réponse, j’ai bien peur d’avoir répondu des choses différentes à chaque fois. Bien avant d’avoir envie de faire ce film, dès que j’ai terminé mon école de cinéma, l’envie s’est imposée très naturellement de parler des tensions de classe dont je suis entouré. Avec le temps, cette envie est devenue un film très formel, une expérimentation autour des genres cinématographiques : prendre le film social, mettre un peu de vidéo d’archives, voir ce que cela allait donner comme texture de narration. Voilà le point de départ, ou du moins mon premier intérêt : créer un dispositif bizarre pour raconter le réel...
http://www.filmdeculte.com/people/entretien/Entretien-avec-Benjamin-Naishtat-20400.html

Benjamin Naishtat
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/364111/benjamin-naishtat

Soledad Rodriguez
http://www.imdb.com/name/nm1918662/

Jonathan Da Rosa
http://www.imdb.com/name/nm5510319/

extrait(s) de presse

Positif - La peur de l'inconnu est difficilement explicable sinon raisonnable. Au bout du compte, un ensemble parfaitement cohérent se met en place (...) Bien vu !
La Croix - Un objet cinématographique saisissant.
Libération - Peur de déranger, de mal faire, de décevoir, d’être soi-même : c’est presque une nomenclature (obsession borgésienne) que le film décline, un système qui finirait par lasser si l’ironie et l’humour absurde ne s’y mêlaient.
Tf1 news - Un film d'horreur social sciemment opaque, infiniment moins puissant que "Les Bruits de Recife" sorti en début d'année, mais qui parvient malgré tout à instiller un léger trouble, redevable à la composition des plans, à l'organisation de l'espace, au son; bref, à la forme.
Film de culte - Un film inclassable, radical et passionnant.
L'Officiel des spectacles - Benjamin Naishat a pris quatre années pour réaliser ce premier film étonnant et atypique, à l’ironie rappelant parfois celle de Luis Bunuel...