Summer wars - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Summer wars

Summer wars

ciné môme
サマーウォーズ, Samā Wōzu
Japon - 2008 - 1h54
sorti en France le 9 juin 2010
accessible aux enfants à partir de 10 ans
film d'animation - version originale sous-titrée en français
de

Mamoru Hosoda

scénario : Satoko Okudera
musique ou chansons : Akihiko Matsumoto
voix : Kenji Koiso (Ryunosuke Kamiki), Ikezawa Kazuma (Mitsuki Tanimura), Sakae Jinnouchi (Sumiko Fuji), Wabisuke Jinnouchi (Ayumu Saitô), Natsuki Shinohara (Nanami Sakuraba), Sakuma Takashi (Takahiro Yokokawa), Yorihiko ( Yoji Tanaka), Yumi Jinnouchi (Riisa Naka)
séances : semaine du mercredi 7 janvier 2015
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
14:00
14:00
21:00*
séance spéciale :
* "Parlons d’images" : mar 13 à 21:00 - précédé d’une Conférence d’Alexis Blanchet - soirée organisée en partenariat avec le Pôle régional d'éducation artistique et de formation au cinéma et à l'audiovisuel, le Pôle image Magelis, le réseau Canopé de la Charente - tarif unique 3,50 €
séances : semaine du mercredi 14 janvier 2015
mercredi 14 jeudi 15 vendredi 16 samedi 17 dimanche 18 lundi 19 mardi 20
14:00

synopsis

Bienvenue dans le monde de OZ : la plateforme communautaire d'internet. En se connectant depuis un ordinateur, une télévision ou un téléphone, des millions d'avatars alimentent le plus grand réseau social en ligne pour une nouvelle vie, hors des limites de la réalité. Kenji, un lycéen timide et surdoué en mathématiques, effectue un job d'été au service de la maintenance d'OZ. A sa grande surprise, la jolie Natuski, la fille de ses rêves, lui propose de l'accompagner à Nagano, sa ville natale. Il se retrouve alors embarqué pour la fête traditionnelle du clan Jinnouchi. Il comprend bientôt que Natsuki ne l'a invité que pour jouer le rôle du " futur fiancé " et faire bonne figure vis-à-vis de sa vénérable grand mère. Au même moment, un virus attaque OZ, déclenchant catastrophe sur catastrophe au niveau planétaire. Avec l'aide de Kenji, tout le clan Jinnouchi se lance alors dans une véritable croisade familiale pour sauver le monde virtuel et ses habitants...

notes de production

Le film a été nommé dans pas moins de 10 festivals différents entre 2009 et 2010. Parmi eux, le Festival international du film de Berlin, le Hong Kong asian film festival, le Festival international du film de Dubaï et le Festival international du film de Leeds.

En avril 2010, au Japon, la société Index a sorti sur les iPhone (1) une application hanafuda (2) tirée de la licence Summer wars. Hanafuda est un jeu traditionnel de cartes japonais, (le favori du clan Jinnouchi) qui sera un élément important du film.
(1) (Summer Wars Hanafuda iPhone Koi-Koi : サマーウォーズ」iPhoneアプリ~花札KOIKOI).
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hanafuda

Une importante partie du film se déroule dans Oz : un réseau social universel et mondial auquel on accède via tout appareil ayant un écran, branché à Internet et permettant (entre autres) de se créer un avatar.

En 2003, le réalisateur Mamoru Hosoda a marqué les esprits en réalisant Superflat Monogram (3) (une publicité pour Louis Vuitton (4)) sur la demande de l’artiste d’art contemporain Takashi Murakami (5), de même que l’animation d’un clip vidéo publicitaire pour le quartier de Roppongi hills (6).
(3) http://www.animeka.com/animes/detail/superflat-monogram.html
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Vuitton
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Takashi_Murakami
(6) http://www.kanpai.fr/voyage-japon/tokyo-city-view-roppongi-hills

En 2006, avec son précédent film, La Traversée du temps (7), Mamoru Hosoda a pu laisser libre cours à ses talents en choisissant l’équipe avec qui il souhaitait travailler. Les meilleurs artistes l’ont rejoint sans hésiter sur ce projet qu’il a réalisé au sein du studio Madhouse productions. Sorti dans 13 salles au Japon, le film est resté 40 semaines à l’affiche.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Travers%C3%A9e_du_temps_%28film,_2006%29
(8) http://roanapura.city.free.fr/studio-madhouse-black-lagoon.html
Lorsqu’en 1972 le studio Mushi pro (9) fondé par Osamu Tezuka fait faillite, les plus talentueux de ses membres décident de se regrouper et de fonder un nouveau studio qu’ils appellent Madhouse. Le studio remporte son premier succès en 1973 avec Jeu, set et match (10), coproduit avec la Tms. A la même époque, Madhouse commence à travailler avec des artistes qui deviendront des partenaires incontournables.
Devenu un des leaders dans le monde en matière de cinéma d’animation, le studio favorise une politique de cinéma d’auteur dans tous ses longs-métrages, laissant libre cours à l’imagination de cette nouvelle vague de l’animation japonaise, dont la renommée s’étend désormais dans le monde entier à travers de nombreuses récompenses dans les festivals internationaux (entre autres ceux d’Annecy, de Catalogne et de Venise).
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mushi_Production
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeu,_set_et_match_!

Si la première réunion autour du projet Summer wars se déroule en avril 2007, la première version du script est terminée à la fin 2007, et la production démarre début 2008.
Environ 500 personnes ont travaillé sur la production de Summer wars pendant 3 ans. Le film a eu le succès attendu avec plus d’un million d’entrées au cinéma au Japon.

L’univers de Summer wars
Oz dispose d’un système de sécurité de pointe, en effet celui-ci est protégé par un code à 2056 chiffres.
On accède à Oz via tout appareil ayant un écran et branché à Internet (télévision, ordinateur, console de jeu vidéo, téléphone mobile…), il faut aussi se créer un avatar, personnalisable.
Sur Oz, il est possible de :
- communiquer : grâce à un système très performant, les messages envoyés par les internautes sont retranscrits dans toutes les langues : on peut donc communiquer aisément avec des gens du monde entier.
- se détendre : on peut pratiquer virtuellement le sport ou l’activité de son choix.
- combattre : certaines zones sont prévues pour que les avatars puissent se battre, ou tout simplement affronter une IA spécialement créée pour cela.
- apprendre : il est également possible de suivre des cours, et ce peu importe l’endroit où se trouve le professeur.
- acheter et consommer : la majorité des marques existent également sur Oz. Il est possible de faire du shopping sans sortir de chez soi.
- travailler : il existe une zone de bureau où l’on peut travailler ou faire des affaires, des milliers d’entreprises y ont déjà bâti une succursale.
- faire des formalités administratives : la plupart des administrations et antennes gouvernementales peuvent être contactées. Par exemple, les impôts peuvent être directement payés dans Oz.

Personnages principaux
- Kenji Koiso (小磯 健二) : lycéen de 17 ans, peu doué pour les relations sociales et très doué en mathématique. Il a raté de peu la place de représentant du Japon aux Olympiades de mathématiques.
- Natsuki Shinohara (篠原 夏希) : cette jeune fille a promis à sa grand-mère de lui présenter son fiancé pour ses 90 ans. Désespérée de ne pas en trouver, elle demande donc à Kenji de se faire passer pour celui-ci.
- Ikezawa Kazuma (池沢 佳主馬) : ce cousin de Natsuki est passionné par les combats et la victoire, qui lui permettent de sortir de sa timidité. Son avatar, King Kazma, est mondialement connu pour ses compétences au combat. Il sera d’une grande aide à Kenji dans sa guerre contre Love Machine.
- Love machine : cette intelligence artificielle a réussi à pirater le système d’Oz, pourtant réputé inviolable, et provoque de considérables perturbations dans le monde d’Oz, ce qui affecte grandement le monde réel. À noter que Love machine est un titre des Morning musume (11), groupe très connu au Japon. Dans le film en vostf, elles sont appelées Momusu qui est une contraction très usitée.
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Morning_Musume
- Le clan Jinnouchi : ce clan très ancien, implanté dans la province de Nagano, était autrefois composé de grands guerriers, mais par la suite il fit fortune grâce au commerce de la soie pendant l’ère Meiji, jusqu’à ce que le grand-père de Natsuki finisse par tout dépenser. Tout le monde se connaît dans cette grande famille composée de gens au caractère et métier très variés (pêcheur, policier, joueur de baseball, informaticien, espion…). Pendant le film, ils se réunissent pour célébrer le 90e anniversaire de la chef de famille.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Summer_Wars

Ce film mélange une vision de la campagne japonaise et la technologie moderne, dont Internet.
Le titre du film fait référence aux guerres féodales dont l’oncle patron-pêcheur ne cesse de rappeler les épisodes glorieux,
Plusieurs éléments du film ne sont pas sans rappeler le scénario de Digimon (12), le film, également scénarisé par Mamoru Hosoda :
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Digimon
- l’attaque d’un monde informatique par une entité qui ne cesse de monter en puissance, entité qui d’ailleurs ne fait que vouloir s’amuser.
- la scène où le héros utilise son dernier recours en tapant avec un long cri sur la touche entrée de son clavier.
- les deux films se déroulent durant l’été.
- le héros se bat sur Internet avec les moyens dont il dispose en pleine campagne japonaise.
- une défaite cuisante des gentils lors de leur premier affrontement ayant pour résultat une menace de destruction massive dans le monde réel de la part du méchant (satellite et missile nucléaire).
- les deux films ont le mot war dans leur titre : l’un Summer wars, l’autre Our war game (13).
(13) http://www.anime-kun.net/animes/fiche-digimon-adventure-our-war-game-1639.html

Summer wars, le manga tiré du film, en 3 volumes, dessins de Iqura Sugimoto (14) basé sur le travail de Yoshiyuki Sadamoto (15).
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Iqura_Sugimoto
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yoshiyuki_Sadamoto
Summer wars - King Kazma vs. queen Oz (16), en deux tomes, de Yumehito Ueda.
(16) http://www.bdencre.com/2011/11/6115_summer-wars-king-kazma-vs-queen-oz-t1-t2-hosoda-ueda-kaze-750e/

Entretien avec Mamoru Hosoda
Selon vous, comment a évolué l’animation japonaise ces 20 dernières années ?
Je dirais que la spécificité de l’animation japonaise d’aujourd’hui vient en effet des années 90, tout simplement parce que c’était une période où beaucoup de changements sont intervenus. Dans les années 60-70-80, les dessins animés japonais étaient vraiment faits pour les enfants, même si on a eu quelques séries qui ont réussi à atteindre les adultes, comme Gundam (17) ou Yamato (18). Dès les années 90, les films des studios Ghibli (19) ont commencé à rapporter énormément d’argent. Porco rosso (20) ou Princesse Mononoké (21) ont ainsi rapporté des sommes considérables et ont montré à l’industrie que les enfants n’étaient pas les seuls à regarder des dessins animés. Et c’est aussi dans les années 90 qu’a explosé le phénomène Sailor moon (22), qui a rapporté plusieurs centaines de milliards de yens de bénéfice, et que la saga Evangelion (23) a vu le jour, saga qui passionne encore un très gros noyau de fans. Ces séries ont marqué le public geek (24), qui est un public de niche mais un gros public quand même. Et donc, voilà ce qu’ont apporté les années 90 : désormais, l’animation japonaise allait s’adresser en priorité au grand public, sur le modèle de Ghibli, et aux geeks, sur le modèle d’Evangelion...
http://eigagogo.free.fr/fr/entretien-mamoru-hosoda.php
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Gundam
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yamato_%28Naruto%29
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/Studio_Ghibli
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Porco_Rosso
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Princesse_Mononok%C3%A9
(22) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sailor_Moon
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/Neon_Genesis_Evangelion
(24) http://fr.wikipedia.org/wiki/Geek

Mamoru Hosoda
voir fiche du film Les Enfants loups, Ame & Yuki
http://www.citebd.org/spip.php?film960

Satoko Okudera
voir fiche du film Les Enfants loups, Ame & Yuki
http://www.citebd.org/spip.php?film960

extrait(s) de presse

Cahiers du cinéma - Signé par l'un des plus talentueux animateurs japonais actuels, "Summer wars" est une oeuvre complexe et sans cesse euphorique.
Excessif - L'une des réussites rares de "Summer wars" réside dans cette faculté de confronter virtuel et réel, le numérique au physique...
L'Ecran fantastique - Au-delà de l'intelligence du propos et de l'excellent suspense de l'intrigue, "Summer wars" bénéficie d'une réalisation exemplaire(...)
Libération - Mamoru Hosoda transforme en guerre graphique un Internet devenu fou. Virtuose.
Mad movies - "Summer wars" est une belle démonstration de mise en scène. Menée à un rythme soutenu, l'intrigue jongle avec les genres comme avec les personnages, dans un numéro d'équilibriste parfaitement orchestré proche du récit choral (...). Après "La Traversée du temps", oeuvre de la révélation, Summer Wars est bien celle de la confirmation pour Mamoru Hosoda et l'installe définitivement comme l'un des plus importants que compte l'industrie du dessin animé nippone...
Le Nouvel obs - On ne sait ce qui séduit le plus : l'ambition d'un scénario réussissant la combinaison pourtant improbable entre douce chronique familiale et SF apocalyptique, la pertinence de la mise en scène optimisant la synergie des deux récits ou l'inventivité débridée et virtuose du graphisme.
Films actu - Chaleureux, épique, tendre, drôle et trépidant, Summer Wars réconcilie tradition et modernité à travers une histoire à la fois solidement ancrée dans les préoccupations actuelles et empreinte d'une fantaisie de tous les instants. Un divertissement aussi ambitieux que généreux, qui entérine la place de Hosoda parmi les grands de l'animation.
Positif - (...) un film au scénario original et un mélange des genres assez excitant.