White bird - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > White bird

White bird

White bird in a blizzard
Usa - 2014 - 1h31
sorti en France le 15 octobre 2014
Festival du film Sundance 2014 : sélection "Premieres"
film - version originale sous-titrée en français
de

Gregg Araki

scénario : Gregg Araki
d'après l'oeuvre de : Laura Kasischke
direction de la photographie : Sandra Valde-Hansen
musique ou chansons : Robin Guthrie, Harold Budd
avec : Shailene Woodley (Kat Connors), Eva Green (Eve Connors), Christopher Meloni (Brock Connors), Shiloh Fernandez (Phil), Gabourey Sidibe (Beth), Thomas Jane (détective Scieziesciez), Dale Dickey (Mme Hillman), Angela Bassett (Dr. Thaler), Mark Indelicato (Mickey), Sheryl Lee (May), Brenda Koo (Cindy), Michael Patrick McGill (Aaron), Ava Acres (Kat, à 8 ans), Colette Stone (étudiante gothique), Joshua Rodriguez (danseur gothique), Brandy Futch (hôtesse de l'air),
séances : semaine du mercredi 10 décembre 2014
mercredi 10 jeudi 11 vendredi 12 samedi 13 dimanche 14 lundi 15 mardi 16
14:00
18:30
séances : semaine du mercredi 17 décembre 2014
mercredi 17 jeudi 18 vendredi 19 samedi 20 dimanche 21 lundi 22 mardi 23
18:30

synopsis

Kat Connors a 17 ans lorsque sa mère disparaît sans laisser de trace. Alors qu’elle découvre au même moment sa sexualité, Kat semble à peine troublée par cette absence et ne paraît pas en vouloir à son père, un homme effacé. Mais peu à peu, ses nuits peuplées de rêves vont l’affecter profondément et l’amener à s’interroger sur elle-même et sur les raisons véritables de la disparition de sa mère…

notes de production

Le film est inspiré d’un roman de Laura Kasischke (1). C’est la 3ème fois qu’un livre de l’auteure est adapté au cinéma, les deux premiers ayant donné lieu aux films La Vie devant ses yeux (2) et Suspicious river (3).
(1) il s’agit de l’adaptation du roman Un oiseau blanc dans le blizzard.
http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/1256
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_devant_ses_yeux
(3) http://en.wikipedia.org/wiki/Suspicious_River

Gregg Araki a lu le livre de Laura Kasischke sur les conseils d’un ami producteur. Il raconte avoir été bouleversé par l’aspect à la fois lyrique et poétique de sa langue de l’ouvrage, et ajoute : Laura Kasischke a une façon impressionniste d’appréhender le monde. C’est très cinématographique.

Gregg Araki a lui-même travaillé le scénario, laissant libre court à ses envies pour l’adaptation du livre. Il a tout d’abord transposé l’histoire initiale, qui se déroule dans l’Ohio (4), en Californie, dans une ville identique à celle où il a grandi. Il explique avoir eu besoin de connaître intimement l’atmosphère d’un lieu pour pouvoir créer l’univers d’un film.
Ensuite, il a choisi de déplacer l’histoire à la toute fin des années quatre-vingt, initialement dans la deuxième moitié de la décennie, parce qu’il a toujours eu une fascination pour cette période, d’un point de vue culturel mais surtout musical.
Enfin, Gregg Araki a modifié quelques personnages, transformant les deux amies blanches de Kat en une Afro-américaine obèse et un jeune homme homosexuel. Deux images d’outsiders chères au metteur en scène, fasciné par ces personnages qui ne correspondent pas à la norme et qui s’inventent un monde à eux.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ohio

Gregg Araki fut influencé par des films comme The Ice storm (5) et American beauty (6), qui traitent de la vie de façade en banlieue et du déclin du rêve américain, thèmes que l’on retrouve dans son film : au fond, le roman de Laura pointe de manière très éloquente l’échec du rêve américain : elle montre que cet idéal ne fonctionne pas pour tout le monde, explique-t-il.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Ice_Storm
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/American_Beauty

L’aspect féministe de l’histoire de White bird a immédiatement attiré Gregg Araki : la perspective féministe de l’œuvre de Laura a été prépondérante pour moi car la théorie féministe au cinéma a beaucoup influencé mon travail. Il s’agit du parcours d’une jeune fille qui apprend à vivre sa sexualité, qui affronte un drame intime. (…) Les préoccupations féminines m’ont toujours intéressé et c’est pour cela que je me suis intéressé au travail de Laura.

Gregg Araki a choisi une bande son en accord avec la fin des années 1980, époque où se déroule l’histoire du film. On y retrouve notamment les groupes Joy division (7), New order (8), Cocteau twins (9) et The Cure (10). Par ailleurs, le metteur en scène retrouve son compositeur fétiche Robin Guthrie qui avait travaillé sur Mysterious skin (11) et Kaboom (12).
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Joy_Division
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/New_Order
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Cocteau_Twins
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Cure
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mysterious_Skin
(12) http://www.citebd.org/spip.php?film517

Inspiré par le cinéma surréaliste, comme celui de David Lynch (13), Gregg Araki organisa la narration du film autour des rêves du personnage de Kat : les rêves nous donnent un aperçu de la relation émotionnelle qui les lie et traduisent les troubles auxquels la jeune fille est en prise au plus profond d’elle-même. (…) En lisant le livre de Laura, l’omniprésence des rêves m’a évidemment touché. Les rêves de Kat sont la trame de l’histoire.
(13) http://www.citebd.org/spip.php?film808

L’adolescence est un thème central dans la filmographie du réalisateur, et White bird ne fait pas exception à la règle : l’adolescence est une période de transition et de changement où rien n’est stable ni certain. La vie des adolescents est toujours en suspens. Ils incarnent donc naturellement des sujets dramatiques très intéressants.

Gregg Araki fut fasciné par l’interprétation de Shailene Woodley dans The Descendants (14), et elle est une fan inconditionnelle de Mysterious skin. Ainsi, lorsque le manager de l’actrice a insisté pour qu’ils se rencontrent, le feeling est tout de suite passé entre eux. Après la lecture du scénario, Shailene a accepté le rôle immédiatement, confiante dans le talent du cinéaste qui possède un style particulièrement original.
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Descendants

Malgré le fait qu’Eva Green soit plus jeune que le personnage qu’elle incarne, Gregg Araki n’a pu se résoudre à choisir une autre actrice, car depuis qu’il l’a découverte dans Innocents : the dreamers (15), il la perçoit comme une des personnes les plus belles et les plus rayonnantes que je connaisse. Un travail de maquillage a donc été effectué pour la vieillir légèrement.
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Innocents:_The_Dreamers

Shailene Woodley est devenue une actrice très demandée à Hollywood... Pour preuve, on la retrouve dans quatre productions en 2014 : White bird, Divergente (16), The Spectacular now (17) et Nos étoiles contraires (18).
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Divergente
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Spectacular_Now
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Nos_%C3%A9toiles_contraires_%28film%29

Le film a été présenté au festival Sundance 2014, dans la sélection Premières, et en compétition au 40e Festival de Deauville.

Gabourey Sidibe et Angela Basset, toutes deux à l’affiche de White bird, s’étaient déjà donné la réplique dans la troisième saison de la série horrifique American horror story (19). Il est en de même pour Chris Meloni et Eva Green, qui peu de temps avant la sortie du film, se côtoyaient dans Sin city : j’ai tué pour elle (20).
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/American_Horror_Story
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sin_City_:_J%27ai_tu%C3%A9_pour_elle

Entretien avec Gregg Araki
Votre film traite de l’adolescence, un thème qui n’a cessé de marquer votre travail en tant que cinéaste, mais d’une manière tout à fait différente que dans vos précédents films.
L’adolescence est une période de transition et de changement où rien n’est stable ni certain. La vie des adolescents est toujours en suspens. Ils incarnent donc naturellement des sujets dramatiques très intéressants. J’ai aujourd’hui la cinquantaine et je n’essaie pas de perpétuer mon adolescence à travers mes films. Ma vision sur cette période de l’existence a changé avec le temps. On le voit dans White bird, le côté "rock’n’roll" de l’adolescence est quasiment absent. Le film se concentre sur la famille perturbée et dysfonctionnelle de Kat. L’atmosphère du film est à la fois plus tranquille, austère et intérieure... La différence qui peut exister entre The Doom generation (21), réalisé 20 ans plus tôt et celui-là, est la frénésie. The Doom generation était très énergique voire chaotique, celui-ci avance plus en douceur... White bird est un film plus classique tant au niveau de la structure que du ton...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/white-bird-drame-thriller,308165
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Doom_Generation

Gregg Araki
voir fiche du film Kaboom
http://www.citebd.org/spip.php?film517

Laura Kasischke
Née le 5 décembre 1961 àGrand Rapids (Michigan).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Laura_Kasischke

Sandra Valde-Hansen
http://www.imdb.com/name/nm2019413/

Robin Guthrie
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robin_Guthrie

Harold Budd
Né le 24 mai 1936 à Los Angeles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Harold_Budd

Shailene Woodley
Née le 15 novembre 1991 à Simi Valley (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shailene_Woodley

Eva Green
voir fiche du film The Salvation
http://www.citebd.org/spip.php?film1358

Christopher Meloni
Né le 2 avril 1961 à Washington.
Particulièrement connu pour son rôle de l’inspecteur Elliot Stabler dans la série tv New York, unité spéciale...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Meloni

Shiloh Fernandez
Né le 26 février 1985 à Ukiah (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Shiloh_Fernandez

Gabourey Sidibe
voir fiche du film Precious
http://www.citebd.org/spip.php?film389

Thomas Jane
Né Thomas Elliott le 22 février 1969 à Baltimore.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Jane

Dale Dickey
Née le 29 octobre 1961 à Knoxville (Tennessee).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dale_Dickey

Angela Bassett
Née le 16 août 1958 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Angela_Bassett

Mark Indelicato
Né le 16 juillet 1994 à Philadelphie.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Indelicato

Sheryl Lee
Née Sheryl Lee Diamond le 22 avril 1967 à Augsbourg (Allemagne).
Inoubliable Laura Palmer la série tv culte Twin peaks de David Lynch...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sheryl_Lee

Brenda Koo
http://www.imdb.com/name/nm2817172/

Michael Patrick McGill
Né le 2 juillet 1973 à Appleton (Wisconsin).
http://www.imdb.com/name/nm1042946/

Ava Acres
http://www.imdb.com/name/nm3732165/

Colette Stone
Née le 29 août 1991 à Portland.
http://www.imdb.com/name/nm5416674/

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Une oeuvre belle et tortueuse, qui n’est pas sans rappeler "Mysterious skin" dans son intensité dramatique et son irrésistible décalage ouaté.
Chronic'art - Araki retrouve la sobriété acide de "Mysterious skin", tout en élargissant une palette d’empathie lui permettant enfin de dompter les mouvements sentimentaux de tous ses personnages.
Ecran large - Gregg Araki retrouve la mélancolie feutrée de "Mysterious skin" pour explorer un autre trauma, moins percutant, mais tout aussi beau et envoûtant.
Fiches du cinéma - “White Bird” offre une peinture impitoyable de la cellule familiale américaine dans les années 1980. Araki excelle dans le dévoilement du grotesque de la vie.
Les Inrocks - "White bird" s’inscrit dans la veine arakienne moins tonitruante de "Mysterious skin" et se présente comme son (deuxième) meilleur film.
Paris match - La justesse des situations et des dialogues fait mouche alors que l’ensemble baigne dans l’atmosphère très particulière du conte psychologique, où tout parait à la fois irréel et très réaliste.
Critikat - C’est cette même schizophrénie qui offre au cinéaste l’occasion de poursuivre une exploration adolescente, certainement moins déjantée que dans ses précédentes œuvres, mais parcourue par la même désillusion ; celle du délicat passage à l’âge adulte (...).
Positif - Sans égaler la puissance des fictions de son contemporain Todd Solondz, "White bird" s'impose comme le film le plus abouti et intéressant de son auteur.