Les Guerriers de la nuit - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Les Guerriers de la nuit

Les Guerriers de la nuit

The Warriors
Usa - 1979 - 1h24
sorti en France le 27 août 1980
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Walter Hill

scénario : David Shaber, Walter Hill
d'après l'oeuvre de : Sol Yurick
direction de la photographie : Andrew Laszlo
musique ou chansons : Barry De Vorzon
avec : Michael Beck (Swan), James Remar (Ajax), Dorsey Wright (Cleon), Thomas G. Waites (Fox), Brian Tyler (Snow), David Harris (Cochise), Tom McKitterick (Cowboy), Marcelino Sánchez (Rembrandt), Terry Michos (Vermin), Deborah Van Valkenburgh (Mercy), David Patrick Kelly (Luther), Dennis Gregory (Masai), Mercedes Ruehl (policewoman), Roger Hill (Cyrus), Paul Greco (chef des Orphans)
séances : semaine du mercredi 19 novembre 2014
mercredi 19 jeudi 20 vendredi 21 samedi 22 dimanche 23 lundi 24 mardi 25
21:00*
séance spéciale :
* mardi fantastique - organisé en partenariat avec Hidden circle, la Nef et le Lisa, dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique", en présence de Jessica Abel (auteure de bédé) - tarif préférentiel : 2 films = 7 € (couplé avec "Phantom of the Paradise")

synopsis

New York, années 1970. Les gangs se partagent les bas quartiers de la ville. Cyrus, leader incontesté des tout-puissants "Gramercy riffs", décide d'organiser une réunion afin d'unifier les gangs et de lever une véritable armée contre les forces de l'ordre. Très vite, la réunion dérape et Cyrus est assassiné en public. Ce meurtre, faussement attribué aux "Warriors", déclenche une cavale à laquelle tous les gangs sont conviés. C'est une lutte pour leur survie qui commence alors, car il reste aux "Warriors" un long voyage à parcourir depuis le Bronx jusqu'à Coney Island, leur quartier d'origine...

notes de production

Film interdit pendant quelques mois en France, puis interdit aux moins de 18 ans lors de sa sortie en salles (loi X) (1), et très vite réévalué en interdiction aux moins de 13 ans. De nos jours, il est interdit aux moins de 12 ans.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_X

Le producteur Lawrence Gordon (2), ayant lu le roman en 1976, aurait aimé le faire adapter. Pour autant, il ne pensait pas pouvoir intéresser une compagnie de production, car l’histoire ne contenait aucun rôle susceptible d’attirer une star.
En 1977, la Paramount (3) se montra pourtant intéressée, et un accord fut trouvé. Un premier script fut écrit par David Shaber et proposé à Walter Hill. Ce dernier accepta à la condition de pouvoir en réécrire une part conséquente.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lawrence_Gordon_%28producteur%29
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Paramount_Pictures

Le tournage fut extrêmement difficile du fait que la quasi-totalité des scènes, complexes, furent réalisées de nuit et en extérieur, dans les rues et les stations de métro de Manhattan et Brooklyn.
Très violent, Les Guerriers de la nuit est néanmoins très travaillé. L’un des combats, qui se déroule dans des toilettes pour hommes, bénéficie ainsi d’une chorégraphie complexe et nécessita cinq jours complets de travail pour être tourné ! D’une manière générale, Walter Hill choisit le parti-pris de styliser la violence et de montrer très peu de sang.

La première version de Warriors fut classée X aux Etats-unis. Et ce, non pour sa violence mais pour sa portée subversive : la commission de contrôle jugea en effet le film doté d’une portée incitative, dans la mesure où il donne une vision très réaliste de la guérilla urbaine que des gangs peuvent développer pour conquérir une ville. Plusieurs scènes (notamment au début) furent en conséquence retirées, le film passant d’un durée de 94 à 84 minutes.

Les Guerriers de la nuit (The Warriors) est l’adaptation d’un roman de Sol Yurick, lui-même inspiré de l’Anabase (4), œuvre historique et autobiographique de l’Athénien Xénophon. Le film met en scène l’univers marginal et violent des gangs new-yorkais des années soixante-dix : son ambiance urbaine et nocturne, son imagerie très forte et sa réalisation sèche et nerveuse ont fait de lui un objet de culte auprès d’une génération issue des bas quartiers américains (on retrouve une adaptation de son affiche sur l’album du groupe de rap Delinquent habits (5), le collectif D12 (6) s’est inspiré du film pour un de ses clip-vidéos, le clip français l’art de la guerre et le déguisement des Baseball furies est arboré par des danseurs de krump (7) dans le film Rize (8) et aussi dans le clip-vidéo Garde la pêche (9) du rappeur Booba. Initialement pensé comme une sorte de comic-book en live, avec un insert situant l’histoire dans un futur proche et des transitions effectuées avec des plans dessinés, le film est devenu un drame urbain plus réaliste sous l’influence des producteurs. Le film est récemment sorti en dvd sous la forme initialement voulue par le réalisateur (version moins réussie pour la plupart des fans).
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Anabase_%28X%C3%A9nophon%29
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Delinquent_Habits
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Shit_on_You_%28chanson%29
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Krump
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rize_%28film%29
(9) http://www.paroles.net/booba/paroles-garde-la-peche

À l’origine, les gangs devaient uniquement être composés d’afro-américains et d’hispaniques, dans un souci de crédibilité. Les producteurs ont souhaité qu’un blanc soit à la tête des Warriors, afin que le public blanc puisse s’identifier à lui. Néanmoins, de véritables gangsters apparaissent dans le film comme figurants.

Le film se déroule entièrement de nuit, excepté dans sa dernière scène. Un prologue (visible lors des premières diffusions tv aux États-unis) devait être un conseil de guerre entre les membres des Warriors à Coney island, sous le regard de Lincoln, la compagne du chef Cleon. Tôt le matin, il devait discuter de la réunion organisée par Cyrus. Les producteurs demandèrent la coupe car ils souhaitaient que la première scène de jour soit la dernière du film, mais surtout, pour commencer le métrage de manière plus mystérieuse avec un montage saccadé.

Originellement, une idylle devait avoir lieu entre Mercy (Deborah Van Valkenburgh) et Fox (Thomas G. Waites), mais conscient de l’absence d’alchimie entre les deux (le couple Swan/Mercy passant mieux à l’écran) et surtout devant le caractère exécrable de l’acteur, le réalisateur et co-scénariste Walter Hill décida de sacrifier son personnage (jeté sous les rails du métro) et de ne pas le créditer au générique.

Initialement, Swan devait être kidnappé par un gang homosexuel sm qui devait lâcher des dobermans sur lui avant de leur échapper dans une scène extrêmement violente. L’idée fût abandonnée.

Dans les premières moutures du scénario, Vermin devait être tué dans la baston dans les toilettes de Union station, mais au vu du capital sympathie du personnage, il sera épargné jusqu’à la fin.

Le slogan de l’affiche, These are the armies of the night. They are 100,000 strong. They outnumber the cops five to one. They could run New York City a provoqué un scandale, car les médias pensaient que cela pouvait constituer une invitation aux émeutes.
La version belge n’étant pas censurée, beaucoup de spectateurs français passèrent la frontière afin de voir la version intégrale (le premier volet des Mad Max connut le même sort pour la scène de la mort de la femme et de l’enfant de Max).

Tourné pour un budget estimé entre 6 à 7 millions de dollars, Les Guerriers de la nuit totalisa 22 490 039 $ de recettes au box-office américain, rencontrant qu’un succès commercial assez léger. En France, le film obtint 779 493 entrées.
Le film eut une grande influence en France sur les bandes dites zoulous des années 1980-90, au même titre que le Colors (10) de Dennis Hopper.
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Colors_%28film%29

The Warriors se réfère évidemment au genre film de guerre, sans aucun besoin de justifications morales ou sociologiques (comme dans les films de gangs de jeunes des années 30), ou existentielles-sentimentales (comme dans ceux des années 50), il récupère, réutilise le rôle de la bande de jeunes devenue protagoniste du film au-delà des connotations morales qu’on aurait pu attendre, justement à cause de la puissance mythique héritée des structures du cinéma américain de guerre des années 40. En fait, il faut se rappeler que la télé américaine transmet cycliquement des films de guerre dans les tranches horaires pour jeunes et spécialement pendant le week-end ; ces films sont donc intégrés dans la culture des teen-agers : aussi bien ceux qui remplissent les salles où passe The Warriors que ceux qui en sont les protagonistes...
Giuliana Muscio Perin in Positif n° 228 (mars 1980)

Au Festival de Deauville où le film fut présenté en version intégrale (94 mn au lieu des 84 mn de la version exploitée en France), une pétition demandant la levée de cette sanction économique a recueilli la signature de nombreuses personnalités. Peine perdue : on commence à connaître la souplesse du gouvernement (a) en matière de négociation.
(a) Valéry Giscard d’Estaing est encore président, Raymond Barre est son premier ministre et c’est Jean-Philippe Lecat qui fait office de ministre de la culture.
Dans un article intitulé les infortunes de la liberté, on peut trouver recensées les 12 coupes effectuées dans la copie française des Guerriers de la nuit.
in Positif n° 235 (octobre 1980)

The Warriors n’entend pas décrire un gang, ou évoquer des incidents authentiques, déclare Walter Hill, mais cherche à dégager la signification, le caractère rituel de la bande : le sentiment d’appartenir à une communauté, la loyauté, la solidarité, le partage des mêmes buts. Je me suis servi du gang pour raconter autre chose, pour créer un monde fantasmagorique et mettre en jeu une forme de baroque qui me paraît originale. De fait, poussant l’approche behavioriste (11) qui lui est chère jusqu’à désincarner les personnages, Walter Hill a traité son film comme un rock visuel : stylisant l’action physique et abstractivant la violence, les combats sont chorégraphiés en mouvement géométriques sur la toile de fond d’un New York nocturne et terrifiant dont l’obscurité est déchirée par les couleurs crues et brillantes des enseignes lumineuses, des éclairages au néon et des feux de signalisation.
Alain Garel in La Saison cinématographique 81
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9haviorisme

Il est à noter que l’origine du jeu Double dragon (12), devenu l’une des bases fondamentales du jeu de combat est inspiré du film. Technos a eu l’idée ingénieuse de reprendre l’idée d’un jeu évolutif ou deux personnages vont affronter des gangs ennemis. Le film a depuis, fait l’objet d’une adaptation intitulée The Warriors (13) et un site (14) lui est entièrement consacré.
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Double_Dragon_%28jeu_vid%C3%A9o%29
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Warriors_%28jeu_vid%C3%A9o%29
(14) http://www.the-warriors.fr/

Un remake réalisé par Tony Scott (15) était en préproduction avant qu’il ne décède le 19 août 2012 (16). Le film était censé se dérouler à Los Angeles, alors que Les Guerriers de la nuit se déroulait à New York. Des gangs locaux ont été approchés pour apparaitre dans le film. Evan Ross, Brenna Roth et Nate Parker ont été contactés pour les rôles de Rembrandt, Mercy, et Snow. Walter Hill devait contribuer à la réalisation et Terence Winter (scénariste des séries télévisés Les Soprano (17) et Boardwalk empire (18) devait être en charge de l’écriture du scénario. La préparation de la production est restée en suspens depuis.
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Scott
(16) http://www.parismatch.com/People/Cinema/Tony-Scott-un-suicide-inexplique-158108
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Soprano
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Boardwalk_Empire

Walter Hill
Né le 10 janvier 1942 à Long Beach (Californie).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Hill

David Shaber
Né le 1er janvier 1929 à Cleveland (Ohio), décédé le 4 novembre 1999 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Shaber
http://www.imdb.com/name/nm0787072/

Sol Yurick
Né à New York le 18 janvier 1925 où il est décédé le 5 janvier 2013.
http://en.wikipedia.org/wiki/Sol_Yurick

Andrew Laszlo
Né le 12 janvier 1926 à Pápa (Hongrie), décédé le 7 octobre 2011 à Montana.
http://en.wikipedia.org/wiki/Andrew_Laszlo
http://www.imdb.com/name/nm0489970/

Barry De Vorzon
Né le 31 juillet 1934 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/Barry_De_Vorzon
http://www.imdb.com/name/nm0006031/

Michael Beck
Né John Michael Beck Taylor le 4 février 1949 à Memphis (Tennessee).
http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Beck
http://www.imdb.com/name/nm0065235/

James Remar
Né le 31 décembre 1953 à Boston.
http://fr.wikipedia.org/wiki/James_Remar

Dorsey Wright
Né le 21 Avril 1957 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/Dorsey_Wright
http://www.imdb.com/name/nm0942352/

Thomas G. Waites
Né le 8 janvier 1955 à Philadelphie.
http://en.wikipedia.org/wiki/Thomas_G._Waites
http://www.imdb.com/name/nm0906640/

David Harris
Né le 23 mai 1959 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Harris_%28actor%29

Marcelino Sánchez
Né le 5 décembre 1958 à Puerto Rico, décédé le 21 novembre 1986 à Los Angeles.
http://en.wikipedia.org/wiki/Marcelino_S%C3%A1nchez
http://www.imdb.com/name/nm0845062/

Terry Michos
Né le 26 Décembre 1953 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/Terry_Michos
http://www.imdb.com/name/nm0585256/

Deborah Van Valkenburgh
Née le 29 août 1952 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/Deborah_Van_Valkenburgh
http://www.imdb.com/name/nm0888154/

David Patrick Kelly
Né le 23 janvier 1951 à Détroit.
http://en.wikipedia.org/wiki/David_Patrick_Kelly
http://www.imdb.com/name/nm0446314/

Mercedes Ruehl
Née le 28 février 1948 à New York.
http://www.imdb.com/name/nm0001689/

Roger Hill
Né le 31 Juillet 1948 à New York où il décédé le 20 février 2014.
http://en.wikipedia.org/wiki/Roger_Hill_%28actor%29
http://www.imdb.com/name/nm0384631/

Paul Greco
Né le 21 Octobre 1955 à Newark, décédé le 17 décembre 2008 à New York.
http://en.wikipedia.org/wiki/Paul_Greco
http://www.imdb.com/name/nm0337504/

extrait(s) de presse

Citizen poulpe - A la fois hautement divertissant et très abouti sur le plan esthétique, "Les Guerriers de la nuit" est un chef d’œuvre du cinéma d’action, dont l’univers unique et riche en références n’a rien perdu de sa qualité immersive.
Dvd classik - "Les Guerriers de la nuit", film qui conserve toujours son aura et son efficacité, et dont la nature légendaire n’est absolument pas usurpée.
Ecran large - L'une des grandes forces du film réside aussi, par delà la puissance naturelle de la mise en scène, dans son interprétation globalement excellente. Il faut enfin mentionner un humour noir parfois glacé qui renforce le climat de tension...
Film de culte - Le plus remarquable dans tout ça, c’est que le film vieillit bien ; plus de vingt ans après, les vêtements des protagonistes ne paraissent pas ringards, et les acteurs restent fascinants. Il vaut mieux cependant opter pour la version originale, surtout parce que l’actrice principale (Deborah Van Valkenburgh) est doublée en vf de manière exécrable par la comédienne qui faisait la voix française de Titi dans le dessins animé "Titi et Grosminet".