Mommy - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Mommy

Mommy

Québec - 2014 - 2h14
sorti en France le 8 octobre 2014
Prix du jury Cannes 2014 - Festival du film francophone Angoulême 2014 (hors compétition - section "Les Flamboyants")
film - version originale sous-titrée en français
de

Xavier Dolan

scénario : Xavier Dolan
direction de la photographie : André Turpin
musique ou chansons : Noia
avec : Anne Dorval (Diane “Die” Després), Suzanne Clément (Kyla), Antoine-Olivier Pilon (Steve O’Connor Després), Patrick Huard (Paul), Alexandre Goyette (Patrick), Michèle Lituac (directrice du centre), Viviane Pacal (Marthe), Nathalie Hamel-Roy (Natacha)
séances : semaine du mercredi 20 août 2014
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
22:00*
séance spéciale :
* ven 22 à 22h00 - salle Nemo (cinéma de la Cité)
séances : semaine du mercredi 8 octobre 2014
mercredi 8 jeudi 9 vendredi 10 samedi 11 dimanche 12 lundi 13 mardi 14
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
séances : semaine du mercredi 15 octobre 2014
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
14:00
18:30
21:00
18:30
21:00
18:30
21:00
11:00
14:00
18:30
21:00
11:00
21:00
16:00
18:30
21:00
16:00
18:30
21:00
séances : semaine du mercredi 22 octobre 2014
mercredi 22 jeudi 23 vendredi 24 samedi 25 dimanche 26 lundi 27 mardi 28
16:00
16:00
16:00
16:00
16:00
16:00
16:00
séances : semaine du mercredi 29 octobre 2014
mercredi 29 jeudi 30 vendredi 31 samedi 1er dimanche 2 lundi 3 mardi 4
16:00
16:00
16:00
16:00
16:00
séances : semaine du mercredi 21 janvier 2015
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:00*
21:00
18:30
14:00
séance spéciale :
* Festival Télérama / Afcae du 21 au 27 janvier 2015. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3,50 € la place (par personne). Tarif unique 3,50 € pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 14 et 21 janvier 2015

synopsis

Diane, veuve, hérite de la garde de son fils, un adolescent TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité) impulsif et violent. Au coeur de leurs emportements et difficultés, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l'aide inattendue de l'énigmatique voisine d'en face, Kyla. Tous les trois vont retrouver une forme d'équilibre et peut-être d'espoir...

notes de production

Sélectionné en compétition au 67ème Festival de Cannes, Mommy est le premier film de Xavier Dolan a concourir dans cette section. Le film a remporté le Prix du jury ex-æquo avec Adieu au langage (1) de Jean-Luc Godard.
Dans l’histoire du festival, il est le second plus jeune réalisateur à recevoir ce Prix, la première étant l’Iranienne Samira Makhmalbaf, récompensée à 20 ans pour Le Tableau noir (2) en 2002.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film1276
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Tableau_noir
Le film est projeté en québécois sous-titré en français (et en anglais à Cannes) en raison de l’utilisation d’un dialecte joual (3).
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Joual

Après avoir testé le format 1:1 (4) sur le clip College boy d’Indochine (5), le réalisateur Xavier Dolan a voulu réitérer l’expérience de cette image verticale sous forme de quadrilatère à l’instar des pochettes d’albums : le quadrilatère qu’il constitue encadre les visages à la perfection, et représente à mes yeux l’idéal en terme de portrait ; aucune distraction ni affectations possibles : le sujet est indéniablement le personnage, au centre de l’image, toujours. Les yeux ne peuvent l’éviter.
(4) Dolan utilise de manière libre et iconoclaste les possibilités de la technologie, à commencer par la forme du cadre : carré, le format de l’écran emprisonne les personnages dans leur exubérance névrose ; à deux reprises, le cadrage s’élargit, quand la relation des personnages au monde devient porteur de liberté. Pareil affranchissement des limites de l’écran ne s’étaient pas vues depuis l’époque du muet. Il ne s’agit pas de référence mais de réinvention : la fraîcheur du cinéma de Dolan réside dans sa capacité à découvrir par lui-même l’émerveillement primitif du cinéma...
Yann Tobin in Positif n° 641-642 (juillet-août 2014)
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/College_Boy

Au casting de Mommy, on retrouve notamment les actrices québécoises Anne Dorval et Suzanne Clément, devenues les véritables muses du jeune prodige. Les deux comédiennes débutent chez Dolan en 2009 dans J’ai tué ma mère (6) et tandis que la première collabore à son deuxième long-métrage, Les Amours imaginaires (7), la seconde à la chevelure flamboyante ne retrouve le réalisateur que trois ans plus tard dans Laurence Anyways (8), film fleuve pour lequel elle remporte le Prix d’interprétation féminine dans la catégorie Un Certain regard du festival de Cannes 2012.
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film22
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film522
(8) http://www.citebd.org/spip.php?film863

Mommy marque la troisième collaboration entre Xavier Dolan et le jeune acteur Antoine-Olivier Pilon. Il fait d’abord une apparition dans Laurence Anyways et devient surtout deux ans plus tard le college boy du clip polémique d’Indochine dans lequel l’acteur joue une tête de turc mise à mal par le reste de sa classe dans l’indifférence générale. A seulement 16 ans, il est l’un des premiers rôles de Mommy, dans lequel il interprète Steve Després, un adolescent difficile qui vit seul avec sa mère.

Si les films de Xavier Dolan sont toujours des expériences visuelles à part entière, les plages de musique utilisées par le cinéaste le sont tout autant. A chacune de ses réalisations, le réalisateur québécois se pose en véritable jukebox ambulant, mixant à son gré des tubes appartenant à la musique classique comme à la variété française. Dans Mommy, sa playlist se compose entre autres de Céline Dion, Oasis, Dido, Sarah McLachlan ou encore Andrea Bocelli : je pense que la musique fait avec chaque individu un invisible commerce visant à mettre sa propre histoire à contribution du film. Dido, Sarah McLachlan, Andrea Bocelli, Céline Dion ou Oasis ont tous un passé avec chaque cinéphile.

Pour son sixième long-métrage, Xavier Dolan confie avoir voulu retourner à la simplicité des sentiments ressentis par ses personnages et amener ses acteurs dans une toute autre voix que lors de ses précédents films : cette fois-ci, j’espérais diriger l’ensemble de la distribution vers une direction moins “latine”, moins exacerbée que dans Laurence Anyways, moins cérébrale que dans Les Amours imaginaires. (...) Ils ne sont pas théâtraux, ni ne se donnent en spectacle. Mais ils sont des êtres hauts en couleurs qui s’expriment de manière cohérente avec leur milieu et leur histoire.

Depuis mon premier film, j’ai beaucoup parlé d’amour. J’ai parlé d’adolescence, de séquestration et de transsexualisme. De Jackson Pollock (9), des années 90, d’ostracisme et d’homophobie. J’ai aussi parlé de pensionnats et du mot “spécial”, du train des vaches, de cristallisation de l’amour telle que conçue par Stendhal et du syndrome de Stockholm. J’ai parlé jouâl et j’ai parlé mal, j’ai sacré comme un charretier, parlé l’Anglais parfois, et parlé à travers mon chapeau plus souvent qu’à mon tour, je suppose. Bref, quand on “parle” de quelque chose, il y a forcément ce risque pratiquement inéluctable de dire n’importe quoi. C’est bien pourquoi j’ai toujours choisi des sujets près de moi, plus ou moins ; des sujets qu’on maîtrise de manière relative parce qu’on connaît sa propre différence et sa banlieue, parce qu’on sait toute l’étendue de la peur de l’autre, les mensonges où l’on se conditionne à vivre caché, ou l’amour stérile que l’on prodigue avec sottise à des voleurs de temps. Ce sont des choses que j’ai connues d’assez près pour m’atteler à les raconter.
Mais s’il est un sujet que je connaisse sous toutes ses coutures, qui m’inspire inconditionnellement, et que j’aime par-dessus tout, c’est bien ma mère. Quand je dis ma mère, je pense que je veux dire LA mère en général, sa figure, son rôle. Car c’est à elle que je reviens toujours. C’est elle que je veux voir gagner la bataille, elle à qui je veux écrire des problèmes pour qu’elle ait toute la gloire de les régler, elle à travers qui je me pose des questions, elle qui criera quand nous nous taisons, qui aura raison quand nous avons tort, c’est elle, quoi qu’on fasse, qui aura le dernier mot, dans ma vie.
À l’époque de J’ai tué ma mère, j’avais voulu, je pense, punir ma mère. Seulement cinq ans ont passé depuis, mais je crois bien qu’aujourd’hui, à travers Mommy, j’essaie maintenant de la venger. Allez comprendre...

Xavier Dolan
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/mommy-drame,310002
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jackson_Pollock

Xavier Dolan
voir fiche du film Laurence Anyways
http://www.citebd.org/spip.php?film863

André Turpin
voir fiche du film Tom à la ferme
http://www.citebd.org/spip.php?film1252

Noia
http://www.misionmisericordia.com/blogmision-fr/2011/08/31/musique-noia-electro-8-bits-bugging/

Anne Dorval
voir fiche du film Laurence Anyways
http://www.citebd.org/spip.php?film863

Suzanne Clément
voir fiche du film Laurence Anyways
http://www.citebd.org/spip.php?film863

Antoine-Olivier Pilon
Né le 23 juin 1997 à Montréal.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Olivier_Pilon

Patrick Huard
voir fiche du film Les 3 p’tits cochons
http://www.citebd.org/spip.php?film1111

Alexandre Goyette
http://www.imdb.com/name/nm2531440/

Michèle Lituac
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mich%C3%A8le_Lituac

Viviane Pacal
http://fr.wikipedia.org/wiki/Viviane_Pacal
http://www.entreacteurs.com/comediennes/pacal-viviane.html

Nathalie Hamel-Roy
http://fr.wikipedia.org/wiki/Natalie_Hamel-Roy

extrait(s) de presse

Metronews - Une chose est sûre : "Mommy" est le chef-d'œuvre du Canadien Xavier Dolan...
Première - "Mommy" de Xavier Dolan a provoqué chez les observateurs une émotion quasiment comparable au tsunami déclenché par "La Vie d’Adèle" l’an dernier...
Wikipedia - Le film aborde la place de la jeunesse dans la société et d'une classe sociale déboussolée et ostracisée qui s'approprie le rêve américain...
àVoir-àLire - Outre des acteurs exceptionnels, la mise en scène de Xavier Dolan atteint ici une maturité impressionnante...
Film de culte - "Mommy" est un chef-d’œuvre, rien de moins.
Culturebox - "Mommy" est un film dur, cru, son sujet est grave, mais on y rit énormément. Il a bien mérité son Prix du Jury à Cannes, une distinction minimale pour ce grand, ce très grand film.
Femme actuelle - Certaines scènes magnifiques font monter les larmes aux yeux. D’autres glacent le sang. Une mise en scène brillante et inventive, portée par des comédiens fantastiques lumineuse. Une lueur d’espoir dans ce monde de cris et de larmes.
Positif - La réussite de "Mommy" réside dans la parfaite concordance entre le sujet traité et sa forme tourbillonnante. Dolan utilise de manière libre et iconoclaste les possibilités de la technologie, à commencer par la forme du cadre. Pareil affranchissement des limites de l'écran ne s'étaient pas vues depuis l'époque du muet.