Hippocrate - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Hippocrate

Hippocrate

France - 2014 - 1h41
sorti en France le 3 septembre 2014
Semaine internationale de la critique Cannes 2014 - Valois d'or Festival du film francophone Angoulême 2014
film - film francophone
de

Thomas Lilti

scénario : Thomas Lilti, Julien Lilti, Baya Kasmi, Pierre Chosson
direction de la photographie : Nicolas Gaurin
musique ou chansons : Nicolas Weil, Sylvain Ohrel, Alexandre Lier
avec : Vincent Lacoste (Benjamin), Reda Kateb (Abdel Rezzak), Jacques Gamblin (le professeur Barois), Marianne Denicourt (Dr. Denormandy), Félix Moati (Stéphane), Carole Franck (Myriam), Philippe Rebbot (Guy), Julie Brochen (Mme Lemoine)
séances : semaine du mercredi 20 août 2014
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
17:00*
17:00
16:00
séance spéciale :
* ven 22 et sam 23 à 17h00 (salle Bunuel, espace Franquin) - lun 25 à 16h00 (salle Nemo, cinéma de la Cité)

synopsis

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence...

notes de production

Hippocrate
Hippocrate le Grand ou Hippocrate de Cos (en grec : Ἱπποκράτης), né vers 460 av. J.-C dans l’île de Cos et mort vers 370 av. J.-C à Larissa, est un médecin grec du siècle de Périclès, mais aussi philosophe, considéré traditionnellement comme le père de la médecine car il est le plus ancien médecin grec sur lequel les historiens disposent de sources, même si celles-ci sont en grande partie légendaires et apocryphes...

Le serment d’Hippocrate
Serment traditionnellement prêté par les médecins en Occident avant de commencer à exercer. Le texte original de ce serment, probablement rédigé au IVe siècle av. J.-C., appartient aux textes de la Collection hippocratique, traditionnellement attribués au médecin grec Hippocrate. Le serment d’Hippocrate peut être considéré comme le principe de base de la déontologie médicale...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Serment_d%27Hippocrate

Le réalisateur Thomas Lilti s’est inspiré de son histoire personnelle pour Hippocrate. Il fut en effet médecin et fils et de médecin, comme le personnage du film, Benjamin (second prénom du réalisateur). Il se souvient : (...) la pression familiale aidant, on m’a fait comprendre qu’il vaudrait mieux commencer par faire de "vraies" études. Mon père étant médecin, j’ai opté pour la fac de médecine pour acheter ma tranquillité.

Le tournage a eu lieu dans l’hôpital où Thomas Lilti pratiquait lorsqu’il était médecin. Un atout majeur pour la production du film et le respect de l’activité médicale. Au début, j’ai senti que l’équipe n’y était pas très favorable, à cause des contraintes techniques et logistiques, mais il a vite été évident pour tous que connaître les lieux serait un avantage : je savais exactement où aller, quels endroits filmer, où trouver la chair du film, explique le metteur en scène.

Thomas Lilti tenait à se démarquer de l’imagerie collective des hôpitaux, en effectuant un gros travail sur la lumière et les décors : il ne fallait pas qu’on tombe dans le piège d’un hôpital monochrome, représenté uniquement dans des tons scindés, le chaud, le froid, mais au contraire qu’on aille vers l’aspect très hétéroclite de ce lieu, qu’on sente que les ambiances sont nombreuses et différentes selon qu’on soit le jour ou la nuit, qu’on soit dans une salle de soins, de garde ou de réunion.

Le metteur en scène a fait appel à de vraies infirmières qu’il connaissait pour se mêler au casting, dans le but de faire s’opérer un échange de savoir entre les acteurs et les vrais soignants. Je voulais gagner en réalisme et donner le sentiment que le récit n’est pas fabriqué.

Thomas voulait faire un film qui rende hommage aux internes étrangers (qui l’avaient beaucoup aidé dans son parcours), en plaçant le personnage d’Abdel (Reda Kateb) au centre du récit. Ce personnage, est plus ou moins la fusion de deux médecins qui m’ont formé : l’un, algérien, Majid Si Hocine qui a participé au film, et l’autre, un Albanais dont j’ai perdu la trace, Arben Menzelxhiu.

Pour marquer le poids de l’hôpital sur la vie personnelle des médecins, l’action ne se passe presque que dans ce lieu. Quand on est interne, on passe 90 % de son temps à l’hôpital. Tous les rites de la vie - les amitiés masculines, les histoires d’amour, la découverte de la responsabilité, le rapport à la mort - se passent dans son enceinte, raconte le réalisateur.

Thomas Lilti laissait les acteurs libres de leurs mouvements, et plaçait la caméra en fonction d’eux. Il souhaitait représenter le fourmillement incessant de l’hôpital, comme il l’explique : c’est en fonction de la chorégraphie qui se mettait en place aux répétitions que je choisissais l’endroit où j’allais mettre la caméra pour les prises. Une seule règle prévalait : le moins de contraintes possibles pour les acteurs. (...) L’image que je garde de l’hôpital : ce sont des hommes et des femmes qui s’y croisent, qui se côtoient. Ça fourmille. Les murs ne sont qu’un cocon.

Entretien avec Thomas Lilti
Avant d’être cinéaste vous avez suivi des études de médecine...
Depuis l’adolescence, j’ai toujours voulu être réalisateur. Après le bac, j’ai pensé préparer la Fémis, mais la pression familiale aidant, on m’a fait comprendre qu’il vaudrait mieux commencer par faire de « vraies » études. Mon père étant médecin, j’ai opté pour la fac de médecine pour acheter ma tranquillité. Pendant ma première année, je me suis lancé en douce dans l’écriture de scénarios. En seconde année, je me suis dit que mes études étaient lancées, et en parallèle j’ai réalisé mes premiers courts-métrages. Tout en continuant mon cursus médical, j’ai rencontré un producteur qui m’a permis de me professionnaliser. De fil en aiguille, j’ai tourné mon premier long-métrage, Les Yeux bandés, mais sans jamais arrêter la médecine. Et jusque là, je n’ai jamais choisi de l’arrêter pour le cinéma...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/hippocrate-comedie-dramatique,284170-note-116989

Thomas Lilti
http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Lilti

Julien Lilti
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/459652-julien-lilti.html

Baya Kasmi
http://fr.wikipedia.org/wiki/Baya_Kasmi

Pierre Chosson
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/5776-pierre-chosson.html

Nicolas Gaurin
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/311088/nicolas-gaurin

Nicolas Weil, Sylvain Ohrel, Alexandre Lier
voir fiche du film Party girl
http://www.citebd.org/spip.php?film1290

Vincent Lacoste
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Lacoste

Reda Kateb
voir fiche du film A moi seule
http://www.citebd.org/spip.php?film804

Jacques Gamblin
voir fiche du film Le Premier homme
http://www.citebd.org/spip.php?film1256

Marianne Denicourt
Née Marianne Cuau le 14 mai 1966 à Paris.
Première apparition à l’écran en figurante dans L’Argent de Robert Bresson. Ce film fait l’inauguration après réhabilitation du cinéma St Martial à Angoulême en 1983...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marianne_Denicourt

Félix Moati
Né le 24 mai 1990 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%A9lix_Moati

Carole Franck
voir fiche du film Amour
http://www.citebd.org/spip.php?film933

Philippe Rebbot
voir fiche du film Mon âme par toi guérie
http://www.citebd.org/spip.php?film1151

Julie Brochen
Née le 24 juin 1969 à Alger.
Dirige depuis 2008 le Théâtre national de Strasbourg...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Julie_Brochen

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Dans "Hippocrate", on rit de bon cœur, on est émus et l’on rend enfin un hommage mérité envers ces femmes et ces hommes dévoués qui doivent faire face à toutes les misères humaines...
Film de culte - "Hippocrate" est une vraie petite réussite aussi sincère que populaire...
Cinéma teaser - "Hippocrate", un film français en apparence bien sage...