Je te survivrai - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Je te survivrai

Je te survivrai

Belgique, France - 2013 - 1h31
sorti en France le 28 mai 2014
film - film francophone
de

Sylvestre Sbille

scénario : Sylvestre Sbille, Emmanuelle Pirotte, Jean-Baptiste Louis
direction de la photographie : Sacha Wiernik
musique ou chansons : Stephen Warbeck
avec : Jonathan Zaccaï (Joe), Ben Riga (Blanche), Laurent Capelluto (Dardan), Tania Garbarski (Mimi), David Murgia (Kevin), Benoît Bertuzzo (Jean-Bernard), Margot Ledoux (Carole), Emma Dupont (Emilie), Michelle Feda (Paulette)
séances : semaine du mercredi 20 août 2014
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
20:30*
18:30
séance spéciale :
* En prélude au festival du film francophone

synopsis

Joe, 40 ans, est aussi horripilant qu’attachant… Un agent immobilier en pleine possession de ses moyens, capable de vendre une masure pour le prix d’un château, mais un désastre complet en ce qui concerne les sentiments, le mariage ou la paternité. Propriétaire d’une grande maison en pleine campagne, Joe déteste de tout son coeur sa vieille voisine. Sa masure croulante, son potager en friche, son troupeau d’animaux pouilleux... Tout cela emplit Joe d’une frustration haineuse. En plus, Blanche semble dotée de la vie éternelle. Et déteste son voisin en retour. À bout de nerfs, Joe, décide de descendre dans le puits qui alimente la pompe de la vieille voisine. Mais son échelle de corde casse. Il se retrouve seul, avec une bière et un téléphone sans réseau. Personne ne sait où il est. Personne, sauf Blanche...

notes de production

Pauvre Sylvestre Sbille ! À peine quelques jours avant de débuter la plus belle aventure de sa carrière, le réalisateur a été confronté au pire : le forfait - sur blessure domestique ! - de son interprète principal, Renaud Rutten. Branle-bas de combat (alors) pour lui et ses producteurs, puisque pour des raisons logistiques, financières et surtout météorologiques, le film ne pouvait se tourner en hiver. Un plan B a donc dû être trouvé...
http://www.cinergie.be/webzine/sur_le_tournage_de_je_te_survivrai_de_sylvestre_sbille

Je te survivrai est majoritairement tourné à Lasne (1), Waterloo (2), Linkebeek (3) et Marchienne (4) en Belgique, de mi-septembre à mi-octobre. Ben Riga et Jonathan Zaccai sont des acteurs belges et même le chien qui participe au tournage, Tim (propriétaire et entraîneur : Bruno Segers) est un berger belge malinois. Finalement, seul le réalisateur, Sylvestre Sbille, est français.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lasne
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Waterloo
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Linkebeek
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Marchienne

C’est en contemplant le puits qu’il a lui-même dans son jardin que le réalisateur Sylvestre Sbille s’est demandé ce qu’il ferait s’il lui arrivait de tomber dedans un jour où il serait seul chez lui. C’est cette question intérieure impromptue qui lui a donné l’idée de réaliser ce film, en y ajoutant le personnage de la voisine détestée.

Les personnages du film, s’ils n’ont pas réellement totalement existé, sont des inspirations de gens que Sylvestre Sbille et sa femme, co-scénariste de Je te survivrai, ont pu croiser et rencontrer dans leur vie, qu’il s’agisse de la vieille femme aigrie ou de l’agent immobilier hyperactif.

Sylvestre Sbille n’en est pas à son premier film. C’est cependant sa première réalisation longue de fiction, puisque ses précédents films étaient soit des court-métrages, soit un documentaire - Des racines et des songes (5). Il se plaît cependant à rester dans la comédie, son deuxième court-métrage Le Grand jeu (6) possédant un humour semblable à celui de Je te survivrai.
(5) http://archives.lesoir.be/gaume-le-duo-chariot-sbille-a-realise-son-reve-filme-la_t-20011201-Z0L7XW.html
(6) http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=190854.html

Pour les besoins du tournage, le puits, qui existe aux alentours de Lasne, a été entièrement reconstruit en studio de façon à rendre possible certains plans du film.

Jonathan Zaccaï, qui incarne Jo l’architecte, compare Je te survivrai à Misery, de Stephen King, tout en reconnaissant la patte belge du film dans la noirceur qui peut teinter par instants cette comédie. Il voit d’ailleurs dans le film de Sylvestre Sbille une version comique de l’adaptation du roman faite par Rob Reiner en 1990 (7). Il rapproche aussi la manière de filmer de Je te survivrai à celle d’After the wedding (8), de Susanne Bier, tout en parvenant à rester dans le registre de la comédie.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Misery_%28film%29
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/After_The_Wedding

Je te survivrai est à l’origine le titre d’une chanson composée en 1989 par Didier Barbelivien (9) et transformée en tube lorsque le chanteur Jean-Pierre François lui prête sa voix. Le morceau atteint même la seconde place au top 50 et a fait depuis l’objet de nombreuses reprises et même d’une parodie des Nuls.
(9) http://www.bide-et-musique.com/song/347.html

Ce n’est pas Jonathan Zaccaï mais Renaud Rutten qui devait initialement tenir le rôle de Joe. Malheureusement, une blessure empêcha l’acteur de se présenter sur le tournage : l’équipe du film dut trouver au plus vite un remplaçant car Je te survivrai ne pouvait être tourné en hiver pour des raisons logistiques et météorologiques. Zaccaï avait une première fois décliné le rôle à cause de son planning : il devait jouer sur Waste land (10) aux côtés de Matthias Schoenaerts. Le film étant repoussé, il accepte de reprendre le flambeau pour Sbille et sa bande.
(10) http://www.cinevox.be/?videos=waste-land-jeremie-renier-bruxelles

Benoît Bertuzzo, qui joue Jean-Bernard dans Je te survivrai, est un comédien à surveiller, dont la talent en a étonné plus d’un, alors qu’il incarnait son premier personnage dans Le Grand jeu, du même Sbille. Celui-ci l’avait en effet rencontré sur le tournage des Convoyeurs attendent (11) où l’un était régisseur général, l’autre son assistant.
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_convoyeurs_attendent

Avant même de penser à la chute possible dans un puits au milieu de nulle part et de ce qui s’en suivrait, le réalisateur Sylvestre Sbille s’est inspiré d’une histoire racontée par un ami proche : ce dernier était allé repeindre un appartement dans un immeuble inoccupé et se retrouva bloqué dans l’ascenseur en repartant. Cela se déroulait avant la banalisation des portables et il n’avait qu’une dizaine de litres de peinture et une demi-bouteille d’eau sur lui. Ce sont ses réactions successives qui intéressèrent le cinéaste : d’abord il s’est mis à parler seul, à réciter tout ce qu’il connaissait de mémoire, puis il s’est promis mille et mille choses dans de nombreux serments pour l’instant où il sortirait de cet ascenseur, avant de finalement tomber dans une prostration totale. Comme je suis pervers, je me suis dit : quelle bonne idée pour une comédie ! raconte le réalisateur.

Pour vendre le film à Alain Attal, le producteur André Logie et le réalisateur Sylvestre Sbille tournèrent un teaser de ce qu’allait devenir le film. Ils partirent à quatre, avec le chef opérateur et l’ingénieur du son, pour les souterrains de la citadelle de Namur, où ils pourraient filmer ce petit bout de film. André Logie se chargeait de distraire les touristes pendant que les prises étaient tournées, et que le personnage, joué à l’époque par Renaud Rutten, se filmait lui-même en train de dicter ses dernières volontés avec son téléphone.

Jonathan Zaccaï devait être habité par le personnage car, pour des raisons de planning, il lui arrivait de jouer Joe bloqué dans le puits depuis différents laps de temps dans la même journée. Son personnage devait alors s’adapter selon s’il se trouvait dans le puits depuis quelques heures, quatre jours ou sept jours... Ce qui était d’autant plus difficile que physiquement, il devait être crédible : il fallait alors passer de l’homme fringant à la loque humaine d’une prise à l’autre.

Ne pensant pas pouvoir s’offrir de compositeur digne de ce nom, Sylvestre Sbille s’est d’abord servi de chansons existantes, notamment de Carlos Gardel (12) et de Jacques Brel (13)… C’est Alain Attal qui convainquit le compositeur oscarisé Stephen Warbeck (Shakespeare in love) (14), en lui montrant le film en partie monté.
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlos_Gardel
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Shakespeare_in_Love

Ben Riga n’est pas actrice de profession. Elle habite le même village que Sylvestre Sbille, dans le Condroz (15). Ils se rencontrèrent lors d’un festival pendant lequel elle se produisait sur scène (étant professeur de théâtre et conteuse) alors qu’il était dans le public. Il lui proposa par la suite un scénario qui ne s’est jamais concrétisé. Finalement, le réalisateur a eu, dès l’ajout du personnage de Blanche dans le scénario, l’idée de prendre Ben Riga pour jouer la vieille femme revêche, bien qu’il ait attendu que le projet soit confirmé pour lui proposer le rôle.
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Condroz

Sylvestre Sbille
http://www.fiff.be/fr/Espace-pro/Les-projets/Je-te-survivrai-Sylvestre-Sbille-Belgique

Emmanuelle Pirotte
http://www.imdb.com/name/nm4607672/

Sacha Wiernik
http://www.imdb.com/name/nm0921537/

Stephen Warbeck
Né le 3 mai 1953 à Southampton.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_Warbeck

Jonathan Zaccaï
Né le 22 juillet 1970 à Bruxelles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jonathan_Zacca%C3%AF

Laurent Capelluto
voir fiche du film Opération libertad
http://www.citebd.org/spip.php?film876

Tania Garbarski
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tania_Garbarski

David Murgia
Né le 16 mars 1988 à Verviers.
http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Murgia

extrait(s) de presse

Le Parisien - Surprise : ce huis clos en plein air n'a rien de pesant et force même l'admiration, tant sur le jeu que sur le scénario. Il révèle l'actrice et conteuse belge Ben Riga qui mérite, dans cette histoire, de connaître la lumière.
L'Officiel des spectacles - Voilà une comédie à la férocité tout à fait jouissive...
Cinénews - Un savoureux conte de fée en huis clos. Jonathan Zaccai est hallucinant. Bien joué !
Cinéfil - Film étonnant, très drôle, rafraichissant.
Zickma - Oui le film est belge et ça se sent, ça s’apprécie...
Cinéphilia - Un petit film agréable à regarder, qui change des comédies françaises ou américaines habituelles.
Clap ch - Sous des airs de comédie grinçante, Je te survivrai fait le portrait d'une humanité toute en nuance, ni noire, ni blanche...
Tout le ciné - Film étonnant, très drôle, rafraichissant...