La Braconne - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Braconne

La Braconne

France - 2014 - 1h22
sorti en France le 2 avril 2014
film - film francophone
de

Samuel Rondiere

scénario : Samuel Rondiere
direction de la photographie : Nathalie Durand
avec : Patrick Chesnais (Danny), Rachid Youcef (Driss), Audrey Bastien (la fille), Husky Kihal (Fre), Moïse Santamaria (Remano), Jean-Michel Fête (le flic), Xavier Maly (Sergio), Djédjé Apali (Issaou), Isabelle Renauld
séances : semaine du mercredi 20 août 2014
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
18:30*
20:30
séance spéciale :
* En prélude au festival du film francophone

synopsis

Driss, pas vingt ans, vit de petits rackets et d'expédients. Il croise la route de Danny, voleur fatigué, qui arpente les zones commerciales au volant de sa vieille Merco. Sous la houlette de Danny, le jeune Driss, frimeur et naïf, fait ses classes et apprend quelques ficelles. Le monde violent où l'emmène peu à peu le vieux truand va mettre un terme à l'insouciance du jeune homme...

notes de production

Ne pas confondre avec La Braconne, comédie réalisée par Serge Pénard en 1996.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Braconne_%28film,_1996%29

Après la réalisation d’un premier court-métrage intitulé Tandis qu’en bas des hommes en armes..., Samuel Rondiere signe avec La Braconne son premier long-métrage.
http://www.festival-larochelle.org/festival-2010/film/tandis-qu-en-bas-des-hommes-en-armes

Samuel Rondierer définit son film de la façon suivante : ça ressemble un peu à un buddy movie classique, avec des personnages qui sont sur des rythmes et des étapes de leur vie très différents. Une vieille histoire : ils se rencontrent, n’ont rien à voir, mais font équipe. Normalement, classiquement, le tandem déséquilibré est censé trouver sa complémentarité à la fin. Mais ce n’était pas le but pour moi. Le moment où Driss et Danny fonctionnent ensemble est extrêmement bref dans le film, ça dure l’espace d’un plan séquence, quand ils échangent leurs prénoms. Ce qui m’intéressait davantage, c’était de dégager un autre processus, un processus de transformation. Ce qui est transmis à l’autre, c’est une certaine conscience : on pourrait dire la conscience de la vie qu’ils mènent, mais je crois que c’est un peu plus que ça.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Buddy_movie

Alors que dans sa première réalisation, Samuel Rondiere avait mis en scène une histoire se déroulant avec des décors et des costumes du XVIe siècle, le tournage de La Braconne s’est effectué dans la Zac de Tours et en un temps record (6 semaines).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_d%27am%C3%A9nagement_concert%C3%A9

Le film est découpé en quatre parties intitulées : À l’arrière des parkings, Durer, Les Mains sales et Au matin. Samuel Rondière s’explique sur ce choix : recourir aux fondus au noir entre les parties ne marchait pas. (...) Le fait d’avoir des mots à l’écran ne relève pas vraiment du chapitrage. Pour moi, c’est plus un écho, une parole. Ça résonne, mais ça ne dirige pas.

Après avoir fait tourner le sociétaire de la Comédie-Française Denis Podalydès dans son premier court-métrage, Samuel Rondiere fait cette fois-ci, pour son premier long-métrage, tourner Patrick Chesnais.
Je cherchais un jeune qui ait beaucoup d’énergie. Il manquait d’expérience technique, c’est un danseur au départ, il vient du breakdance, il a fallu le former. Il a une vraie richesse humaine, et si certaines émotions du personnage de Driss ne lui sont pas inconnues, il n’a rien à voir avec le personnage. Ce qui était amusant, c’est que le petit mec fermé et agressif du début du film était plus dur à obtenir que le Rachid de la fin : c’était compliqué de lui faire renouer avec l’état d’esprit d’une époque révolue de sa vie, il fallait qu’il retrouve quelque chose qui n’était plus. Rachid est capable de sortir des trucs extraordinaires. J’aime beaucoup la scène où il croise la fille de Danny au cimetière. Il lui lance un regard qui contient tellement de choses.

Entretien avec Samuel Rondierer
Comment Patrick Chesnais s’est-il engagé sur le film ?
Il a beaucoup aimé le scénario et avait envie de le faire. Il était content de jouer un rôle qu’il n’avait jamais interprété auparavant. Patrick Chesnais fait partie de ces comédiens français qui ont une carrière longue comme le bras, il a vraiment le feu sacré. J’ai travaillé avec son désir de comédien...
http://www.commeaucinema.com/interviews/la-braconne-drame,311170-note-115307

Samuel Rondiere
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/365706/samuel-rondiere

Nathalie Durand
http://www.ens-louis-lumiere.fr/formation/formation-initiale-cinema-son-photographie/enseignants/nathalie-durand.html

Patrick Chesnais
voir fiche du film 12 ans d’âge
http://www.citebd.org/spip.php?film1066

Rachid Youcef
Né le 20 août 1986 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rachid_Youcef

Audrey Bastien
Née le 10 décembre 1991.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Audrey_Bastien

Husky Kihal
http://www.imdb.com/name/nm0452723/

Moïse Santamaria
http://www.imdb.com/name/nm4426887/

Jean-Michel Fête
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Michel_F%C3%AAte

Xavier Maly
http://fr.wikipedia.org/wiki/Xavier_Maly

Djédjé Apali
Né le 6 janvier 1975 à Orléans.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Djedje_Apali

Isabelle Renauld
Née le 24 novembre 1966 à Saint-Malo.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Renauld

extrait(s) de presse

Le Parisien - Tourné dans une Zac de Tours, découpé en quatre parties dont les titres annoncent finement la couleur, "La Braconne" est un joli petit concentré d'énergie qui sent le soufre à toutes les images. On y découvre un Patrick Chesnais sans états d'âme, totalement à l'aise dans le noir serré.
Critikat - "La Braconne" parvient (...) à construire une véritable éthique de l’image, loin d’une dénonciation attendue ou d’une complaisance redoutée.
Culture box - Toujours noir, parfois violent, "la Braconne" se distingue par son esthétique épurée, la qualité de son improbable duo d'acteurs et sa capacité à éviter les lieux communs.
La Croix - Samuel Rondière, qui écarte les clichés attachés à son sujet, donne une tonalité singulière à son premier film par ses plans étirés. Patrick Chesnais impérial.
Le Jdd - Avec peu de moyens, Samuel Rondière prouve qu'on peut signer un excellent premier film. Il installe une atmosphère prenante sur la base d'une bonne écriture scénaristique et d'une intelligente direction d'acteurs.
L'Express - Patrick Chesnais et Rachid Youcef forment un tandem de voyous et crèvent l'écran avec Samuel Rondière aux commandes pour la première fois...
Paris match - Comme exhumé du sarcophage d’un film d’Audiard, mais sans les dialogues, Patrick Chesnais donne à l’ultime galop de son personnage de malfrat à l’ancienne une densité poignante. Il trouve ici un de ses rôles les plus forts. Et nous, un des films français les plus intéressants du moment. Et ce n’est pas de l’arnaque…
Télérama - C'est avec tendresse que Samuel Rondière observe Patrick Chesnais, magnifique silhouette de vieux rockeur rompu, marcher, entre ­fatigue et rage, vers son destin.