Winter sleep - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Winter sleep

Winter sleep

Kış Uykusu
Turquie, Allemagne, France - 2014 - 3h16
sorti en France le 6 août 2014
Palme d'or du 67ème Festival international du film de Cannes 2014 et prix Fipresci de la critique internationale
film - version originale sous-titrée en français
de

Nuri Bilge Ceylan

scénario : Nuri Bilge Ceylan, Ebru Ceylan,
direction de la photographie : Gökhan Tiryaki
avec : Haluk Bilginer (Aydın), Melisa Sözen (Nihal), Demet Akbağ (Necla), Ayberk Pekcan (Hidayet), Serhat Mustafa Kılıç (Hamdi), Nejat İşler (İsmail), Tamer Levent (Suavi), Nadir Sarıbacak (Levent)
séances : semaine du mercredi 6 août 2014
mercredi 6 jeudi 7 vendredi 8 samedi 9 dimanche 10 lundi 11 mardi 12
14:00
20:00
14:00
20:00
14:00
20:30
11:00
14:30
20:30
11:00
14:30
20:00
14:00
20:00
14:00
20:00
séances : semaine du mercredi 13 août 2014
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
14:00
20:00
14:00
20:00
14:00
20:30
11:00
14:30
20:30
11:00
14:30
20:00
14:00
20:00
14:00
20:00

synopsis

Aydin, comédien à la retraite, tient un petit hôtel en Anatolie centrale avec sa jeune épouse Nihal, dont il s’est éloigné sentimentalement, et sa sœur Necla qui souffre encore de son récent divorce. En hiver, à mesure que la neige recouvre la steppe, l’hôtel devient leur refuge mais aussi le théâtre de leurs déchirements...

notes de production

Winter sleep a remporté la Palme d’or du 67ème Festival de Cannes, présidé par Jane Campion (1). Le réalisateur Nuri Bilge Ceylan est un habitué du festival puisqu’il a déjà reçu trois prix de la Croisette : le Grand prix en 2003 pour son film Uzak (2), puis celui de la mise en scène en 2008 pour Les Trois singes (3) et enfin un second Grand prix en 2011 pour Il était une fois en Anatolie (4).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jane_Campion
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Uzak
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Trois_Singes
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film765

Nuri Bilge Ceylan fut par ailleurs membre du jury cannois en 2009, sous la présidence d’Isabelle Huppert. Dès son premier court-métrage, Koza (5), il est repéré par le festival puisqu’il s’agit du premier court turc qui y fut sélectionné. Par la suite, Les Climats (6) reçut en 2006 le prix Fipresci de la critique internationale. Plus récemment, en 2012, il fut récompensé d’un Carrosse d’Or, récompense décernée dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs par la Société des Réalisateurs de Films à l’un de leurs pairs.
(5) http://www.universcine.com/films/koza
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Climats

Pour Winter sleep, Nuri Bilge Ceylan cumule, comme à son habitude, les casquettes. Il est à la fois réalisateur, scénariste, coproducteur et monteur de son film. A l’instar de ses trois précédentes réalisations, Il était une fois en Anatolie (2011), Les Trois singes (2008) et Les Climats (2006), c’est Gökhan Tiryaki qui occupe le poste de directeur de la photographie.

Winter sleep est le film le plus long jamais réalisé par Nuri Bilge Ceylan, pourtant spécialisé dans des œuvres travaillant sur des temps de latence, de vide et d’attente, avec 3h16min de projection nécessaire à la fiction. Il était une fois en Anatolie durait déjà 2h30min mais jamais encore le cinéaste n’avait passé le cap des trois heures pleines. Cela dit, il est encore loin des records de longueur cinématographique, dépassant, pour un petit nombre, les 10h de pellicule, notamment Berlin Alexanderplatz (7), de Fassbinder, durant 14h56min.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Berlin_Alexanderplatz_%28s%C3%A9rie_t%C3%A9l%C3%A9vis%C3%A9e%29

Winter sleep est le second film que tourne son réalisateur en Anatolie, après Il était une fois en Anatolie. Ses films, majoritairement tournés en décors réels, offrent un panorama des paysages turcs très diversifié, partant d’Istanbul vers des contrées plus continentales comme Erzurum (8) et Dogubayazit (9).
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Erzurum
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Do%C4%9Fubeyaz%C4%B1t

La Turquie a été récompensée une seule fois en 1982 avec Yol, la permission (10) de Yilmaz Güney. Adapté de trois nouvelles de Tchekhov (11), Winter sleep livre 3 h 16 de conversations extraordinaires, certes, au fil desquelles on ne s’étonnera pas de retrouver l’ambiance déliquescente d’une Cerisaie (12) avec un couple qui se déchire sur le bien et le mal…
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/Yol,_la_permission
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Anton_Tchekhov
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cerisaie
http://www.lejdd.fr/Culture/Cinema/Palme-d-Or-pour-Winter-sleep-un-ex-Ceylan-film-668153

Winter sleep était un des favoris de la presse française et étrangère pour cette récompense suprême. Avec ce film, l’un de ses meilleurs, c’est la carrière de Nuri Bilge Ceylan qui est saluée, après les Grands prix pour Uzak et Il était une fois en Anatolie, et celui de la mise en scène pour Les Trois singes. Si la Palme a pu récompenser des débutants ou quasi-débutants (Soderbergh, les Dardenne,Mungiu ou Tarantino), elle peut aussi être la célébration d’un grand nom du cinéma avec Le Ruban blanc, Le Pianiste, The Tree of life, Paris, Texas, L’Eternité et un jour, Secrets et mensonges. Pourtant ce ne fut pas l’avis de tout le monde. Première, dans son compte-rendu de la Croisette, ne publia ni photo du film ni portrait de Ceylan et conclut : certaines années, on dirait que le jury cannois ne vit pas le même festival que nous. 2014 sera de celles-là. Le Figaro s’étouffa d’indignation (une œuvre interminable qui devrait plonger plus d’un spectateur dans l’ennui). Un auditeur du Masque et la plume, Jean-Simon Khazarian, choqué par l’unanimité des critiques de l’émission, se révolta : continuez à faire l’éloge du film turc et vous viderez les salles avec vos fantasmes de cuistres. Aller nous ennuyer pendant plus de trois heures avec du blabla assommant totalement inutile au cinéma, ce n’est pas cela que nous recherchons, surtout par rapport à l’émotion totale du film de Dolan et surtout vu son âge. Il y a là comme un concentré d’une certaine tendance de l’opinion contemporaine : le critère de l’ennui, notion pourtant si subjective, car il y a des films d’une heure quinze qui paraissent plus longs que des œuvres fleuves. Comment préjuger par ailleurs du comportement du public, si l’on sait que dans le grand amphithéâtre Lumière, pour l’unique projection de Winter sleep, les deux mille fauteuils restèrent, pour la très grande majorité, occupés jusqu’à la fin, signe révélateur quand on connaît l’impatience des festivaliers. L’opposition entre le peuple et les critiques traités de cuistres, l’adieu au langage (blabla) comme moyen de communication, et bien sûr le jeunisme, le populisme a de beaux jours devant lui dans notre pays. Nuri Bilge Ceylan, d’ordinaire plutôt taiseux, a choisi cette fois de faire parler ses personnages comme Rohmer, Mankiewicz, Woody Allen, Oliveira ou Bergman. Il a opté pour la forme longue (196 minutes), comme Bergman, encore (Scènes le vie conjugale, 168), Eustache (La Maman et la putain, 220), Cimino (La Porte du paradis, (210), Coppola (Le Parrain, 2ème partie, 200), et même L’Arbre aux sabots d’Olmi (170 minutes), autre Palme d’or peu discutée. Le triomphe de Ceylan justifie la fonction des palmarès, imposant courageusement le cinéma comme un art, affirmant sa diversité, se comportant tel un contrepoids à la promotion et au marché, sans tête de Turc. Et quel paradoxe de voir des marchands (le distributeur Memento) prenant tous les risques avec Une séparation (un million d’entrées), Ida (500 000), Black coal et aujourd’hui Winter sleep, face à certains de nos confrères frileux devant les attentes supposées de leurs lecteurs !
Michel Ciment in Positif (n°641-642, juillet-août 2014)

Nuri Bilge Ceylan
voir fiche du film Il était une fois en Anatolie
http://www.citebd.org/spip.php?film765

Ebru Ceylan
http://www.imdb.com/name/nm0946324/

Gökhan Tiryaki
http://www.imdb.com/name/nm1780337/

Haluk Bilginer
Né en 1954 à Izmir.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Haluk_Bilginer

Melisa Sözen
Née en 1985 à İstanbul.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Melisa_S%C3%B6zen

Demet Akbağ
Née en 1959 à Denizli.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Demet_Akba%C4%9F

Ayberk Pekcan
Né en 1970 à Mersin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ayberk_Pekcan

Serhat Mustafa Kılıç
http://www.imdb.com/name/nm2565069/

Nejat İşler
Né le 29 février 1972 à Karacasu.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nejat_%C4%B0%C5%9Fler

Tamer Levent
http://www.imdb.com/name/nm2416236/

Nadir Sarıbacak
http://www.imdb.com/name/nm3312754/

extrait(s) de presse

Télérama - On songe à Ingmar Bergman, bien sûr, aux scènes de "La Vie conjugale" et de "Cris et chuchotements"...
Le Nouvel obs - Grand film intimiste, "Winter sleep" est aussi un grand film social et politique...
Abus de ciné - On se réjouit face à ce pur moment de cinéma, où la poésie se mêle à une profonde réflexion sur la nature humaine.