Only lovers left alive - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Only lovers left alive

Only lovers left alive

Allemagne, Gb, France, Chypre - 2013 - 2h03
sorti en France le 19 février 2014
compétition officielle Cannes 2013 - festival du film de Londres, New York, Thessalonique, Toronto 2013 - festival du film de Sundance 2014
film - version originale sous-titrée en français
de

Jim Jarmusch

scénario : Jim Jarmusch
direction de la photographie : Yorick Le Saux
musique ou chansons : Jozef van Wissem
avec : Tom Hiddleston (Adam), Tilda Swinton (Eve), Mia Wasikowska (Ava), John Hurt (Christopher Marlowe), Anton Yelchin (Ian), Jeffrey Wright (Dr. Watson), Slimane Dazi (Bilal), Carter Logan (Scott), Wayne Brinston (Mirror man), Ali Amine (le chauffeur de taxi), Yasmine Hamdan (Yasmine), Aurelie Thepaut (l'hôtesse de l'air),
séances : semaine du mercredi 4 juin 2014
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
18:30*
séance spéciale :
* mar 10 à 18h30 - mardi fantastique hors série : "ail et fines dents" - en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel 2 films = 7 € (voir fiche du film "Dario Argento's Dracula 3D")
séances : semaine du mercredi 11 juin 2014
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
18:30
18:30
21:00
18:30
21:00
18:15

synopsis

Dans les villes romantiques et désolées que sont Détroit et Tanger, Adam, un musicien underground, profondément déprimé par la tournure qu’ont prise les activités humaines, retrouve Eve, son amante, une femme endurante et énigmatique. Leur histoire d’amour dure depuis plusieurs siècles, mais leur idylle débauchée est bientôt perturbée par l’arrivée de la petite sœur d’Eve, aussi extravagante qu’incontrôlable. Ces deux êtres en marge, sages mais fragiles, peuvent-ils continuer à survivre dans un monde moderne qui s’effondre autour d’eux ?

notes de production

Depuis 1983 et son premier long-métrage, le triptyque Stranger than paradise (1), rares sont les fois où Jim Jarmusch n’a pas monté les marches du festival de Cannes pour présenter une de ses réalisations. Lauréat de la Caméra d’or en 1983, le réalisateur américain gagne la Palme d’or du court-métrage dix ans plus tard pour son Coffee and cigarettes (2) où Iggy Pop et Tom Waits digressent autour d’une tasse de café. En 2005, il remporte le Grand prix pour le lent et dépouillé Broken flowers (3), dédicace au cinéaste Jean Eustache. Only lovers left alive est le deuxième long-métrage du réalisateur ayant été sélectionné en compétition officielle au festival de Cannes, après le carcéral Down by law (4).
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Stranger_Than_Paradise
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Coffee_and_Cigarettes
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Broken_Flowers
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Down_by_Law

Plus un clin d’oeil qu’une réelle adaptation, Only lovers left alive s’inspire du roman de Mark Twain, Journal d’Adam et journal d’Eve (5). Mise à part les noms des deux protagonistes, aucune référence ne fait appel à ce roman anglo-saxon qui revisite à la sauce moderne les relations hommes-femmes.
(5) http://loeildor.free.fr/publications/journal-adam-et-journal-eve-mark-twain.html

Pour survivre et vivre encore de nombreux siècles, le couple de vampires, Adam et Eve, doit se procurer du sang humain. Côté nourriture terrestre, les deux amants ont un penchant pour la littérature britannique puisque les meilleurs amis d’Adam ne sont autres que Mary Shelley (6) et Lord Byron (7). Adam a même passé un été en leur compagnie, ce même été où la femme de lettres a conçu son Frankenstein (8). Jim Jarmusch ne s’arrête pas là quant aux références à l’histoire littéraire car le personnage incarné par l’acteur John Hurt n’est autre que Christopher Marlowe (9), célèbre poète de l’ère élisabéthaine.
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mary_Shelley
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Gordon_Byron
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Frankenstein_ou_le_Prom%C3%A9th%C3%A9e_moderne
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Christopher_Marlowe

Il aura fallu sept ans à Jim Jarmusch pour récolter les fonds nécessaires à la réalisation de Only lovers left alive : personne ne voulait nous donner de l’argent. Les films qui sortent un peu de l’ordinaire, qui ne sont pas calibrés pour un large public, ont du mal à exister aujourd’hui. Mais c’est là toute la beauté du cinéma de donner à voir différents genres de film. Au final, des financiers européens ont apporté leur soutien, en ajoutant la somme de 7 millions de dollars au budget du film.

Tilda Swinton ne cesse d’inspirer le réalisateur Jim Jarmusch. Avec Only lovers left alive, l’actrice écossaise et véritable muse du cinéma indépendant, enchaîne sa troisième collaboration avec le réalisateur américain, après Broken flowers et The Limits of control (10) où elle jouait un petit rôle, déjà aux côtés de John Hurt, qui se glissait dans la peau d’un guitariste.
(10) http://www.citebd.org/spip.php?film301

En janvier 2012, au moment où le film trouve son titre, le Britannique Tom Hiddleston s’ajoute au casting, remplaçant l’acteur germano-irlandais Michael Fassbender, initialement pressenti pour le rôle d’Adam. Peut-être que l’acteur n’a pas pu se rendre disponible dans son emploi du temps, jonglant entre son rôle dans 12 years a slave (11) et la promotion de Prometheus (12).
(11) http://www.citebd.org/spip.php?film1204
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Prometheus_%28film%29

Avant qu’Eve ne prenne le premier vol pour rejoindre Adam, alors en pleine dépression à Détroit, le couple de vampires évoluait dans des villes différentes. Originaire de l’Ohio dans le Midwest, Jim Jarmusch a choisi Detroit (13) pour son aspect presque mythologique : j’ai été attiré par elle visuellement et historiquement, pour sa culture musicale et industrielle. Quant à la ville de Tanger (14), où déambule Eve, ce n’était pas elle qui était pressentie lors de la première version du script. Le réalisateur avait choisi Rome (15), mais la ville marocaine est l’un de ses endroits préférés au monde : je l’aime parce qu’il est, dans un sens, séparé de la culture européenne.
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9troit_%28Michigan%29
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tanger
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rome

Quelques scènes d’Only lovers left alive ont été tournées dans un bar de Delray, dans la ville de Détroit. Nommé L’Idéal, le bar est fermé depuis 1986 et le propriétaire des lieux a dû acheter la maison voisine pour pouvoir rejoindre, à l’aide d’un escalier de ciment situé entre les bâtiments, le sous-sol extérieur du bar. Peu de temps après le tournage - qui a eu lieu à la fin de Juillet 2012 - le vieil homme a incendié la maison pour obtenir l’argent de l’assurance.

Tilda Swinton sort les crocs pour la seconde fois. Dans le clip de David Bowie, The Stars (are out tonight), extrait de son dernier album The Next day, l’actrice écossaise y joue une bourgeoise au teint blaffard, en couple avec le chanteur britannique. Peu à peu, leurs voisins, deux stars en devenir, vont perturber leur quotidien bien rangé et transformer Tilda Swinton en un être diabolique et incontrôlable, mi-vampire mi-revenante.

Dans une scène du long-métrage, Eve se réjouit de passer devant la maison natale de Jack White (16) à Détroit. Plus qu’un clin d’oeil de Jim Jarmusch au chanteur et musicien du groupe The White stripes (17), cette scène s’affiche dans la continuité d’une collaboration de longue date entre les deux hommes. Déjà en 2003, le duo, Jack et Meg White, apparaissait dans le sketch Jack shows meg his tesla coil, fragment du long-métrage Coffee and cigarettes. La même année dans Interview magazine, Jim Jarmusch prend la casquette d’un journaliste et s’entretient avec Jack White, décrivant The White stripes comme le groupe le plus intéressant d’aujourd’hui. En 2006, ils sortent en vinyl une version remixée de leur morceau Blue orchid, orchestrée par Michel Gondry (18) et Jim Jarmusch, et ce dernier réalise le clip de Steady as she goes, chanson de The Raconteurs (19), deuxième groupe dans lequel officie Jack White.
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_White
(17) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_White_Stripes
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Gondry
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Raconteurs

Jim Jarmusch
voir fiche du film The Limits of control
http://www.citebd.org/spip.php?film301

Yorick Le Saux
Né le 10 août 1968 à Neuilly-sur-Seine.
http://www.imdb.com/name/nm0494617/
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/308892/yorick-le-saux

Jozef van Wissem
http://www.muraillesmusic.com/artistes/jozef-van-wissem/

Tom Hiddleston
Né le 9 février 1981 à Londres.
Surtout connu pour son rôle dans la série tv britannique Wallander aux côtés de Kenneth Branagh...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tom_Hiddleston

Tilda Swinton
voir fiche du film Snowpiercer, le transperceneige
http://www.citebd.org/spip.php?film1190

Mia Wasikowska
voir fiche du film Stoker
http://www.citebd.org/spip.php?film1061

John Hurt
voir fiche du film Snowpiercer, le transperceneige
http://www.citebd.org/spip.php?film1190

Anton Yelchin
Né à Leningrad le 11 mars 1989.
Apparaît dans plusieurs séries tv comme The Practice, New York police blues, Fbi : portés disparus, Esprits criminels, New York, section criminelle...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anton_Yelchin

Jeffrey Wright
Né le 7 décembre 1965 à Washington.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jeffrey_Wright

Slimane Dazi
voir fiche du film Rengaine
http://www.citebd.org/spip.php?film882

Yasmine Hamdan
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yasmine_Hamdan
http://www.kwaidanrecords.net/artists/yasmine-hamdan/

Aurelie Thepaut
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/432782-aurelie-thepaut.html

extrait(s) de presse

àVoir-àLire - Cantique crépusculaire à la louange de l’Art, "Only lovers left alive" est autant le produit d’une mimésis résignée que le reflet brisé de Jim Jarmusch.
Culturebox - Entrez dans le monde de la nuit immaculée ! Bourré d’humour et nonchalant, le nouveau Jarmusch aurait très bien mérité le Prix de la mise en scène du Festival de Cannes.
Le Figaro - Une atmosphère jazzy, pleine de nostalgie amoureuse et de désenchantement drolatique.
Les Inrocks - Il suffisait d’une bonne métaphore (ces vampires-dandys sublimes) pour que Jarmusch livre son film le plus séduisant et intime.
Libération - Si "Only Lovers Left Alive" trouble à ce point, c’est que, sans effort, du moins apparent, il fait surgir dans la texture imagée et minimaliste de ses plans la singulière emprise de l’inexistant sur l’existence.
Paris match - Film de songeur à la bande-son parfaite, "Only Lovers Left Alive" est le chant crépusculaire du dernier dandy du septième art.
Positif - "Only lovers left alive" doit se voir comme une ballade élégante et lasse, subtilement incarnée (Tilda Swinton, plus saisissante que jamais), judicieusement décalée (...).
Télérama - Jim Jarmusch signe un film d'amour anticonformiste de toute beauté.