Deux jours, une nuit - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Deux jours, une nuit

Deux jours, une nuit

Belgique, France - 2014 - 1h35
sorti en France le 21 mai 2014
sélection officielle Cannes 2014
film - film francophone
de

Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne

scénario : Jean-Pierre Dardenne, Luc Dardenne
direction de la photographie : Alain Marcoen
avec : Marion Cotillard (Sandra), Fabrizio Rongione, Olivier Gourmet, Catherine Salée, Christelle Cornil
séances : semaine du mercredi 21 mai 2014
mercredi 21 jeudi 22 vendredi 23 samedi 24 dimanche 25 lundi 26 mardi 27
16:00
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
21:00
11:00
14:00
16:30
18:30
21:00
11:00
14:00
16:30
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
20:30
séances : semaine du mercredi 28 mai 2014
mercredi 28 jeudi 29 vendredi 30 samedi 31 dimanche 1er lundi 2 mardi 3
16:30
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
21:00
14:00
16:30
18:30
21:00
14:00
16:30
18:30
20:30
18:30
20:30
18:30
20:30
séances : semaine du mercredi 4 juin 2014
mercredi 4 jeudi 5 vendredi 6 samedi 7 dimanche 8 lundi 9 mardi 10
14:00
18:30
21:00
18:30
14:00
21:00
14:00
18:30
21:00
séances : semaine du mercredi 11 juin 2014
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
14:00
21:00
21:00
11:00
18:30
16:30
21:00
18:30

synopsis

Sandra, aidée par son mari, n’a qu’un week-end pour aller voir ses collègues et les convaincre de renoncer à leur prime pour qu’elle puisse garder son travail...

notes de production

Le tournage de Deux jours, une nuit a débuté à l’été 2013 à Seraing (1), une ville francophone de Belgique située dans la province de Liège. D’origine belge, les frères Dardenne ont également constitué un casting aux couleurs de la Belgique : Olivier Gourmet, Christelle Cornil ou encore Catherine Salée.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Seraing

Deux jours, une nuit marque la quatrième collaboration entre l’acteur belge Fabrizio Rongione et les frères Dardenne, après Rosetta (2), Le Silence de Lorna (3) et Le Gamin au vélo (4).
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rosetta_%28film,_1999%29
(3) http://www.citebd.org/spip.php?film107
(4) http://www.citebd.org/spip.php?film615

La sortie de Deux jours, une nuit est actée au 21 mai prochain, soit pile au moment des festivités cannoises. Les deux réalisateurs sont des habitués de la Croisette, deux de leurs films ont remporté la Palme d’or : Rosetta en 1999 et L’Enfant (5) en 2005. Ils font ainsi partie du cercle des six réalisateurs lauréats de deux Palme d’or.
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Enfant_%28film%29

En 2013, dans le cadre du Marché du Film - le rendez-vous commercial du Festival de Cannes - la société Sundance selects a acquis les droits de distribution nord-américains du long-métrage des frères Dardenne.

Deux jours, une nuit est le 7ème film consécutif des frères Dardenne sélectionné en compétition au Festival de Cannes. Les cinéastes belges débutent cette série en 1996 avec leur long-métrage La Promesse (6).
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Promesse_%28film,_1996%29

Entretien avec Jean-Pierre et Luc Dardenne
Dans quelles circonstances est né "Deux jours, une nuit" ?
Luc Dardenne
Dans la crise économique et sociale dans laquelle l’Europe se trouve actuellement. Il y avait plusieurs années que nous réfléchissions à un film autour d’une personne sur le point d’être licenciée avec l’accord de la majorité de ses collègues de travail. Deux jours, une nuit est vraiment né quand nous avons imaginé ce couple : Sandra et Manu, unis dans l’adversité.
Jean-pierre Dardenne
Ce qui nous importait était de montrer quelqu’un d’exclu car considéré comme faible, pas assez performant. Le film fait l’éloge de cette « non performante », qui retrouve force et courage grâce à la lutte menée avec son mari...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/deux-jours-une-nuit-drame,290682-note-116761

Frères Dardenne
voir fiche du film Le Gamin au vélo
http://www.citebd.org/spip.php?film615

Alain Marcoen
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/312766/alain-marcoen
http://www.imdb.com/name/nm0545822/

Marion Cotillard
voir fiche du film De rouille et d’os
http://www.citebd.org/spip.php?film963

Fabrizio Rongione
voir fiche du film Le Gamin au vélo
http://www.citebd.org/spip.php?film615

Olivier Gourmet
voir fiche du film Le Gamin au vélo
http://www.citebd.org/spip.php?film615

Catherine Salée
voir fiche du film La Vie d’Adèle, chapitres 1 & 2
http://www.citebd.org/spip.php?film1101

Christelle Cornil
voir fiche du film Landes
http://www.citebd.org/spip.php?film1083

extrait(s) de presse

L'Express - Jean-Pierre et Luc Dardenne ont filmé dans la région liégeoise, comme à leur habitude, une histoire simple qui résume le monde du travail d'aujourd'hui...
Libération - Sans les moindres effets spéciaux et avec un budget costumes extrêmement modéré, "Deux jours, une nuit" prend aux tripes avec violence, gifle nos sensibilités cognitives et confère à Sandra le charisme et l’aura d’une Wonder Woman.
Télérama - On décèle, désormais, chez les Dardenne — parallèlement à l'apparition du soleil dans leurs films —, non pas un goût pour le miracle (le mot les ferait fuir), mais le reflet d'une transcendance possible.
àVoir-àLire - "Deux jours, une nuit", s’il n’a pas la force désespérée de leurs précédents films, dresse un constat implacable du monde du travail et brosse un magnifique portrait de femme porté par une Marion Cotillard entre ferveur et renoncement.
Les Inrocks - Entretenant jusqu’à son issue un suspense habile, Deux jours, une nuit déploie ainsi chaque rencontre de Sandra avec ses collègues selon un système de boucles et de répétitions, une horlogerie complexe dont la beauté est de toujours dissimuler ses rouages. Toute la richesse du film tient dans les variations infimes de ces rencontres, qui dessinent au final une sorte d’éventail des comportements humains.
Positif - (...) Jean-Pierre et Luc Dardenne ne font aucune concession susceptible d'entraver l'intégrité de leur regard sur le monde, la force intrinsèque de leurs personnages, la chorégraphie humaine qui anime leur mise en scène. Un récit implacable, bâti sur le suspense d'un compte à rebours.
Chronic'art - Vingt ans après leur première palme d’or, les frères Dardenne ouvrent leur nouveau film comme ils refermaient presque leur deuxième : sur le visage d’une jeune femme, abandonnée entre la veille et le sommeil, les traits chiffonnés par la lutte - menée, à venir - contre le monde. C’est que "Deux jours, une nuit" prend des allures de sequel inavouée de "Rosetta", reprenant son personnage pour la replonger dans la bataille sociale.
Paris match - Pour peindre leur galerie de portraits de travailleurs, les frères Dardenne ont choisi les bonnes teintes, mais les pinceaux qu’ils manient sont un peu gros. Frôlant parfois la caricature, ils évitent, grâce à leur justesse de ton, la transformation de leur toile en croûte.