les tontons flingueurs - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > les tontons flingueurs

les tontons flingueurs

ciné répertoire
France, Allemagne, Italie - 1963 - 1h52
sorti en France le 27 novembre 1963
film - film francophone
de

Georges Lautner

scénario : Albert Simonin, Georges Lautner
d'après l'oeuvre de : Albert Simonin
direction de la photographie : Maurice Fellous
musique ou chansons : Michel Magne
avec : Lino Ventura (Fernand Naudin), Bernard Blier (Raoul Volfoni), Francis Blanche (maître Folace), Sabine Sinjen (Patricia), Claude Rich (Antoine Delafoy), Robert Dalban (Jean, le majordome), Jean Lefebvre (Paul Volfoni, frère de Raoul), Horst Frank (Théo), Venantino Venantini (Pascal), Mac Ronay (Bastien), Charles Régnier (Tomate), Pierre Bertin (Adolphe Amédée Delafoy), Jacques Dumesnil (Louis "le Mexicain"), Paul Mercey (Henri), Dominique Davray (madame Mado), Henri Cogan (Freddy), Georges Nojaroff (Vincent), Yves Arcanel (le contre-maître), Charles Lavialle (le chauffeur de taxi), Anne Marescot (amie de Patricia), Philippe Castelli (le tailleur), Marcel Bernier (Léon), Jean-Pierre Moutier (un jeune homme), Jean Luisi (un tueur à la mitraillette), Jean-Louis Castelli (le photographe du mariage), Béatrice Delfe (une invitée de Patricia), Jean-Michel Derot (un invité de Patricia), Françoise Borio (une invitée de Patricia), Paul Meurisse (un passant distingué)
séances : semaine du mercredi 7 mai 2014
mercredi 7 jeudi 8 vendredi 9 samedi 10 dimanche 11 lundi 12 mardi 13
18:30*
séance spéciale :
* ciné mardi : "ils causent plus, ils flinguent" - séance organisée en partenariat avec Hidden circle - tarif unique 3,5 €

synopsis

Fernand Naudin, négociant de matériel de travaux publics, à Montauban voit sa petite vie tranquille basculer lorsque son ami d'enfance, Louis dit le Mexicain, un gangster notoire, de retour à Paris, l'appelle à son chevet… Celui-ci, mourant, confie à Fernand, avant de s'éteindre, la gestion de ses "affaires" ainsi que l'éducation de sa petite Patricia, au mécontentement de ses troupes et sous la neutralité bienveillante de Maître Folace, son notaire, qui ne s'émeut pas trop de la querelle de succession à venir, pas plus que Jean, l'ancien cambrioleur reconverti en majordome. Fernand Naudin doit affronter les frères Volfoni - Raoul et Paul - qui ont des visées sur les affaires du Mexicain, parmi lesquelles un tripot clandestin, une distillerie tout aussi clandestine, une maison close...

notes de production

Adaptation du roman Grisbi or not grisbi (1) d’Albert Simonin, c’est le troisième volet d’une trilogie consacrée au truand Max le Menteur qui comprend également Touchez pas au grisbi (2) et Le Cave se rebiffe (3).
(1) http://noirdepolars.e-monsite.com/pages/joyau-litteraire/grisbi-or-not-grisbi.html
(2) http://www.polarnoir.fr/livre.php?livre=liv957
http://fr.wikipedia.org/wiki/Touchez_pas_au_grisbi
(3) http://noirdepolars.e-monsite.com/pages/tres-bon-polar/le-cave-se-rebiffe.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_cave_se_rebiffe

Michel Audiard trouvait la scène de la cuisine inutile et elle faillit bien ne jamais exister. C’est Georges Lautner qui l’a rétablie en hommage à Key largo (4), film noir dans lequel on voit des gangsters accoudés à un bar évoquer avec nostalgie le bon temps de la prohibition.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Key_Largo_%28film%29

Michel Audiard aurait préféré comme titre Le Terminus des prétentieux, expression que l’on retrouve dans une réplique de Raoul Volfoni : il entendra chanter les anges, le gugusse de Montauban. Je vais le renvoyer tout droit à la maison mère, au terminus des prétentieux ! Mais ses partenaires le jugèrent trop pompeux. Le titre Le Terminus des prétentieux apparaîtra en manière de clin d’œil sur un fronton de cinéma dans un film ultérieur de Lautner, Flic ou voyou (5).
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Flic_ou_Voyou

Outre le sel des répliques d’Audiard, l’un des ressorts comiques du film provient des astuces utilisées pour dissimuler la véritable situation à Patricia et à son ami Antoine, ainsi qu’au père de ce dernier, vice-président du Fmi. Combiner au cinéma le comique truculent de la langue verte (l’argot) et l’ambiance d’un roman noir, comme l’était celui d’Albert Simonin, relève de l’impossible. Ainsi, pour faire de Grisbi or not grisbi cette fameuse comédie hilarante, de grandes libertés ont dû être prises avec l’œuvre originale (notamment par Simonin lui-même puisqu’il a travaillé à l’adaptation cinématographique). Si la trame principale de ce troisième volet des aventures de Max le Menteur est conservée - la succession du Mexicain, la lutte avec les Volfoni - les personnages de Maître Folace ou de la jeune Patricia et de son fiancé Antoine n’appartiennent qu’au film. Dans le même ordre d’idées, l’affrontement entre Max et les Volfoni, sanglant dans le roman de Simonin, est traité sous l’angle comique dans le film de Lautner. Mais l’esprit du style rédactionnel, c’est-à-dire un livre entièrement écrit en argot, se retrouve dans les dialogues concoctés par Michel Audiard. Parmi les adaptations de la trilogie simonienne, Touchez pas au grisbi conserve le ton du film noir, tandis que Le cave se rebiffe a été réalisé dans le même esprit que Les Tontons flingueurs.

La Gaumont (6) ne croyait pas au succès du film qui n’était défendu que par Alain Poiré (7) et, pour limiter les risques financiers, s’associa avec d’autres maisons de production. Ceci explique la présence dans la distribution d’acteurs allemands (Sabine Sinjen et Horst Frank) et italiens (Venantino Venantini).
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaumont
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Poir%C3%A9
Jean Gabin fut un temps pressenti pour tenir le rôle de Fernand Naudin. Il posa cependant de telles exigences (il souhaitait imposer son équipe de techniciens) qu’il ne fut pas retenu, au grand soulagement de Michel Audiard avec qui il était momentanément fâché à l’époque depuis Mélodie en sous-sol (8).
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9lodie_en_sous-sol
Le choix se porta un temps sur Paul Meurisse, mais celui-ci déclina le rôle pour raisons de santé. Il apparaît toutefois quelques secondes dans la scène finale.
À l’origine, Lino Ventura ne se voyait pas tenir ce rôle du fait de l’aspect comique des personnages, convaincu qu’il ne serait pas crédible dans ce genre de composition.

Les dernières scènes du film (mariage-explosion) furent tournées dans et autour de l’église Saint-Germain de Charonne (9), place Saint-Blaise, dans le 20e arrondissement de Paris. Le bowling de la Matène (10) à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), dans lequel a été tournée une scène des Tontons flingueurs, a également servi de décor aux films Monsieur Hire (11) et Jean-Philippe (12). C’est dans une maison louée par la Gaumont à Rueil-Malmaison qu’eut lieu le 29 avril 1963 le tournage de la célèbre scène de la beuverie dans la cuisine, qui se prolongea jusque très tard dans la nuit.
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Germain_de_Charonne
(10) http://parisfaitsoncinema.com/le-bowling-de-la-matene-dans-les-tontons-flingueurs/
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Monsieur_Hire
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Philippe_%28film%29

Lors de la scène de la distillerie, vers la fin du film, Lino Ventura tourne une scène de bagarre avec l’acteur et cascadeur Henri Cogan et frappe réellement ce dernier. Sans faire exprès, il m’a touché le menton ! On ne le voit pas à l’écran mais j’ai dit : Oh ! Elle est arrivée, la belle bleue !, et Lino m’a répondu en souriant : c’est pour ma jambe ! Ensuite, je suis passé à travers le mur..., dira Cogan, car les deux hommes se connaissaient déjà puisqu’en 1950, alors catcheurs, ils s’étaient affrontés lors d’un match au cours duquel Cogan a involontairement cassé la jambe de Ventura, qui a dû mettre un terme à sa carrière de catcheur.

Georges Lautner n’a utilisé qu’un seul thème musical, réalisé par Michel Magne et interprété dans différents styles musicaux (baroque, rock, valse, etc...), y compris le fameux piano-banjo à chaque bourre-pif de Fernand. Ce thème est restreint aux quatre notes du bourdon de Notre-Dame (dont l’enchaînement n’est pas sans rappeler les premières notes du refrain de Tout va très bien madame la marquise, fox-trot populaire et humoristique) et même la sonate présentée dans le film comme étant de Corelli (13) est l’œuvre de Michel Magne qui s’en est toujours amusé.
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Arcangelo_Corelli
Bernard Gérard (14) a orchestré et arrangé bien qu’il ne soit pas porté au crédit du générique.
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_G%C3%A9rard_%28compositeur%29

Succès populaire relatif à sa sortie, le film fut en revanche éreinté par une partie de la critique (la mode était plutôt à la Nouvelle vague), et en particulier par Henry Chapier (Vous pavoisez haut… mais vous visez bas).
La réputation du film n’a fait que croître au fil des années, plusieurs de ses répliques sont passées dans la mémoire collective.
* Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît
* Mais moi les dingues, j’les soigne... Moi, quand on m’en fait trop j’correctionne plus, j’dynamite, j’disperse, et j’ventile
* Écoute, on t’connaît pas, mais laisse nous t’dire que tu t’prépares des nuits blanches... Des migraines... Des "nervous breakdown", comme on dit de nos jours
* C’est curieux chez les marins ce besoin de faire des phrases !
* Touche pas au grisbi, salope !
* Patricia, mon petit... Je voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier, l’homme de la pampa parfois rude reste toujours courtois, mais la vérité m’oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menu !
* Faut reconnaître... C’est du brutal ǃ

Tout juste un an après Les Tontons flingueurs, une bonne partie de l’équipe technique et artistique (à savoir Georges Lautner, Michel Audiard, Albert Simonin, Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Philippe Castelli, Robert Dalban, ou encore le producteur Alain Poiré) se retrouvèrent sur le tournage de Les Barbouzes (15), l’histoire de quatre espions prêts à tout pour obtenir des brevets d’armes tops secrets.
(15) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Barbouzes

L’ambiance sur le tournage des Tontons flingueurs était des plus cocasse. En effet, Francis Blanche, qui venait du café-théâtre, aimait à manier l’autodérision jusqu’à l’excès, et ce, au grand désarroi de son partenaire Lino Ventura qui lui préférait les choses écrites et établies à l’avance. Ayant compris cela, Georges Lautner resta sourd aux complaintes de Ventura et encouragea au contraire Françis Blanche dans cette voie.

* Le 9 novembre 2013, la ville de Nantes rebaptise la rue Michel-Le-Lou-du-Breil en rue des Tontons flingueurs.
* Le 18 novembre 2013, un habitant du village d’Attin rebaptise provisoirement la rue de la Culbute en rue des Tontons flingueurs à l’occasion du cinquantenaire de la sortie du film.
* Le 6 février 2014, la ville de Montauban rebaptise un de ses ronds-points en giratoire des Tontons flingueurs où trônent des sculptures des personnages du film.
* Anachronisme : Fernand Naudin se vante auprès de Théo d’avoir conduit un char Patton (16). S’il faisait référence à la Seconde Guerre mondiale, la chose était impossible ; il fallait donc qu’il ait participé à la guerre de Corée... peu vraisemblable.
(16) http://fr.wikipedia.org/wiki/Char_M60_Patton

Les Montalbanais ont tellement fait leurs les Tontons flingueurs qu’ils les ont enrôlés aux municipales. Roland Garrigues, l’adversaire socialiste de la maire sortante, a invité tout le monde à venir boire un verre de brutal dans son local de campagne, opportunément situé en face du rond-point. La maire, qui avait senti le coup venir, a répliqué, sans nommer son rival mais en citant Audiard : les cons ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît.
http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/les-tontons-flingueurs-descendent-du-brutal-sur-un-rond-point-de-montauban_1321195.html

Georges Lautner
Né le 24 janvier 1926 à Nice, décédé le 22 novembre 2013 à Paris.
Se faire connaître du grand public avec Le Monocle noir avec Paul Meurisse...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Lautner

Albert Simonin
Né à Paris le 18 avril 1905 où il décédé le 15 février 1980.
Ecrivain et scénariste français, auteur de romans policiers illustrant l’usage de l’argot dans le milieu...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Simonin

Maurice Fellous
Né le 3 août 1925 à Paris.
Notamment connu pour sa longue collaboration avec Georges Lautner...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Fellous

Michel Magne
Né le 20 mars 1930 à Lisieux, décédé le 19 décembre 1984 à Cergy.
Acquiert le château d’Hérouville où de nombreux groupes et artistes viendront enregistrer leurs œuvres (Pink Floyd, Grateful Dead, T-Rex, Bee gees...)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Magne

Lino Ventura
voir fiche fu film Garde à vue
http://www.citebd.org/spip.php?film1224

Bernard Blier
Né à Buenos Aires le 11 janvier 1916, décédé à Saint-Cloud le 29 mars 1989.
Uderzo lui a rendu hommage dans l’album L’Odyssée d’Astérix en donnant ses traits au personnage Caius Soutienmordicus, chef des services secrets de César...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Blier

Francis Blanche
Né Francis-Jean Blanche le 20 juillet 1921 où il est décédé le 6 juillet 1974.
Plus jeune bachelier de France, à l’âge de quatorze ans, il forme avec Pierre Dac un duo auquel on doit de nombreux sketches...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Blanche

Sabine Sinjen
Née le 18 août 1942 à Itzehoe, décédée le 18 mai 1995 à Berlin.
Sa voix dans Les Tontons flingueurs fut doublée en studio par Valérie Lagrange...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sabine_Sinjen

Claude Rich
Né Claude Robert Rich le 8 février 1929 à Strasbourg.
Alain Resnais lui propose l’un des plus grands rôles de sa carrière Je t’aime, je t’aime...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Rich

Robert Dalban
Né Gaston Paul Barré le 19 juillet 1903 à Celles-sur-Belle (Deux-Sèvres), décédé le 3 avril 1987 à Paris.
Un des seconds rôles masculins les plus représentatifs du cinéma français...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Dalban

Jean Lefebvre
Né le 3 octobre 1919 à Valenciennes, décédé le 9 juillet 2004 à Marrakech.
En conflit avec Louis de Funès, il déclara : j’ai tourné tellement de navets que ma carrière ressemble à un potager. Ses cendres furent répandues sur le Mont-Blanc...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Lefebvre

Horst Frank
Né le 28 mai 1929 à Lübeck, décédé le 25 mai 1999 à Heidelberg.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Horst_Frank

Venantino Venantini
Né le 17 avril 1930 à Fabriano.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Venantino_Venantini

Mac Ronay
Né Germain Sauvard le 20 juin 1913 à Longueville, décédé le 21 juin 2004 à Mougins.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mac_Ronay

Charles Régnier
Né le 22 juillet 1914 à Fribourg-en-Brisgau, décédé le 13 septembre 2001 à Bad Wiessee.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_R%C3%A9gnier

Pierre Bertin
Né le 24 octobre 1891 à Lille, décédé le 13 mai 1984 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Bertin

Jacques Dumesnil
Né Marie Émile Eugène André Joly le 9 novembre 1903 à Paris, décédé le 8 mai 1998 à Bron.
A assuré la voix française de Charlie Chaplin dans Monsieur Verdoux et Un roi à New York...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Dumesnil

Paul Mercey
Né Paul Georges Muller le 10 janvier 1923 à Belgrade, décédé le 7 janvier 1988 à Férolles-Attilly.
Présent aux côtés de son ami Jean Yanne dans beaucoup de ses sketches...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Mercey

Dominique Davray
Née Marie-Louise Gournay le 27 janvier 1919 à Paris où elle est décédée le 16 août 1998.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Davray

Henri Cogan
Né Henri Ezigman le 13 septembre 1914 à Paris, décédé le 23 septembre 2003 à Boulogne-Billancourt.
C’est au cours d’un combat de catch avec Lino Ventura qu’il casse involontairement la jambe de ce dernier...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Cogan

Yves Arcanel
Né Claude Yves Marie Paul Faivre le 13 juin 1928 à Vincennes, décédé le 15 mars 2009 à Paris.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Arcanel

Charles Lavialle
Né Émile Charles Jean Aldéric Lavialle le 13 mars 1894 à Nantes, décédé le 16 octobre 1965 au Kremlin-Bicêtre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Lavialle

Philippe Castelli
Né le 8 juin 1925 à Chaville, décédé le 16 avril 2006 à Paris.
A tourné exclusivement des seconds rôles, dans 86 films, mais aussi au théâtre et dans des téléfilms...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Castelli

Marcel Bernier
Né Charles Alexandre Bernier le 8 août 1912 à Charenton-le-Pont, décédé le 21 février 1990 à Bormes-les-Mimosas.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel_Bernier

Jean-Pierre Moutier
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/379368/jean-pierre-moutier
http://www.cinema-francais.fr/les_acteurs/acteurs_m/moutier_jean_pierre.htm

Jean Luisi
Né le 8 septembre 1926 à Santa-Maria-di-Lota (Corse), décédé le 18 juillet 2006 à Saint-Denis.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Luisi

Jean-Louis Castelli
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/130379/jean-louis-castelli
http://www.imdb.com/name/nm0144789/

Béatrice Delfe
http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9atrice_Delfe

Paul Meurisse
Né le 21 décembre 1912 à Dunkerque et mort le 19 janvier 1979 à Neuilly-sur-Seine.
Acteur prolifique au cinéma, c’est aussi un comédien de tout premier plan au théâtre...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Meurisse

extrait(s) de presse

Télérama - Pour cet extraordinaire ballet d'acteurs, Michel Audiard compose la meilleure de ses partitions, enchaîne les aphorismes brillants et bidonnants...
Critikat - Quand un genre s’épuise, qu’un cinéma se retrouve à bout de souffle après avoir fait les quatre cent coups, il ne lui reste plus en ultime parade que l’exagération, la boursouflure, la caricature...
àVoir-àLire - Fraîchement accueilli à sa sortie, ce film reste une référence absolue en matière de parodie et de délire...
Le Figaro - Les saillies verbales d'Audiard font désormais partie de l'inconscient collectif du cinéma français...
Il était une fois le cinéma - Échec relatif à sa sortie, le film s’inscrira petit à petit dans l’inconscient collectif grâce à ses fameuses répliques notamment...
Le Nouvel obs - Film de son temps, c'est ainsi qu'il faut regarder les "Tontons". Donc film vivant, parce que de son temps, parce que dans son temps...
Tout le ciné - Classique des classiques, (re)diffusé jusqu'à plus soif à la télévision, symbole d'un certain cinéma à la papa, "Les Tontons flingueurs" est un de ces films cultes dont on peut connaitre des répliques sans jamais l'avoir jamais vu...
Arte - Quelqu’un qui a fait les "Tontons flingueurs" fait forcément partie du patrimoine français. Bertrand Tavernier