Les Gouffres - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Les Gouffres

Les Gouffres

France - 2012 - 1h05
sorti en France le 8 janvier 2014
festival du film de Turin, festival Premiers plans Angers, festival international du film de Locarno, prix de la meilleure actrice Fantasia Montréal
film - film francophone
de

Antoine Barraud

scénario : Antoine Barraud
direction de la photographie : Gordon Spooner
musique ou chansons : Sebastian von Roland
avec : Nathalie Boutefeu (France), Mathieu Amalric (Georges), Vincent Launay-Franceschini (le double), Marta Hoskins (Pearl), Mario Dragunsky (le gardien)
séances : semaine du mercredi 30 avril 2014
mercredi 30 jeudi 1er vendredi 2 samedi 3 dimanche 4 lundi 5 mardi 6
21:00*
séance spéciale :
* ciné mardi : "Au pays de l'étrange" - en présence de Antoine Barraud - soirée organisée en partenariat avec Hidden circle - tarif préférentiel 2 films = 7 € (voir fiche du film "Sleeping beauty").

synopsis

Cinq gigantesques gouffres viennent d'être découverts sur des plateaux reculés à l'autre bout du monde. Une équipe de chercheurs est envoyée sur place pour descendre dans les profondeurs. Parmi eux le professeur Georges Lebrun, venu avec son épouse. Inquiète, tendue, elle est bientôt happée par la proximité du vide...

notes de production

Antoine Barraud s’est souvent spécialisé dans les courts-métrages et documentaires. En 8 ans de carrière, Les Gouffres ne sera que son second long-métrage.

Les Gouffres a globalement été bien accueilli puisqu’il a eu l’honneur d’être sélectionné au Festival de Locarno 2012, avec une nomination d’Antoine Barraud pour le Léopard d’Or dans la catégorie Réalisateurs du présent. On a pu également retrouver le film en présentation lors du festival Premiers Plans d’Angers ainsi qu’au Festival du Film Fantastique de Montréal, durant l’année 2013.

Il est toujours difficile de tourner la page. La preuve, Antoine Barraud s’est tellement fait une spécialité de réaliser des courts-métrages qu’il n’a pu s’empêcher de proposer une version raccourcie de son film. Ce dernier a été diffusé sur France 2, sous le titre Abismo.

Antoine Barraud retrouve l’actrice Nathalie Boutefeu, avec laquelle il avait déjà travaillé dans son premier long-métrage, Song.

Les Gouffres est considéré par de nombreuses critiques comme un film très expérimental. Toutefois, son réalisateur n’est pas un novice dans le domaine : par le passé, il a mis en scène plusieurs portraits de cinéastes (Koji Wakamatsu, Kenneth Anger notamment) de manière expérimentale.
http://fr.wikipedia.org/wiki/K%C5%8Dji_Wakamatsu
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Anger

Lors de sa présentation au festival Premiers Plans à Angers, le critique du journal Ouest-France juge que cette œuvre expérimentale servie par de magnifiques comédiens réussit à proposer un climat d’angoisse indéfinissable s’attachant aux interprétations psychanalytiques des fantasmes et de l’inconscient. Après sa présentation à Montréal au festival FanTasia, la critique de La Presse considère ce film atmosphérique comme une œuvre déstabilisante et souligne en particulier l’interprétation très convaincante [...] d’une femme au bord de la folie de Nathalie Boutefeu...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Gouffres

Antoine Barraud a toujours été fasciné par les gouffres, les tombeaux égyptiens, les cartes antiques de la Terre Creuse. Elles étaient dressées avec précision au XVIe siècle pour indiquer les entrées par les 2 pôles de toute une cartographie souterraine, avec des villes dont les volcans étaient la manifestation...
http://www.ouest-france.fr/premiers-plans-critique-les-gouffres-une-descente-vertigineuse-382009

Entretien avec Antoine Barraud
Après plusieurs courts-métrages et différents portraits de cinéastes (Kenneth Anger, Shuji Terayama, Koji Wakamatsu), "Les Gouffres" est votre premier long-métrage. D’où ce désir des profondeurs - géographiques autant que psychiques - vous est-il venu ?
Je me souviens de l’image qui m’a inspirée. C’est une gravure qui a servi de frontispice au roman Les Indes Noires de Jules Verne. Des personnages, de dos, sont tournés vers l’ouverture d’un gouffre et avancent vers un noir profond. Les profondeurs sont à l’évidence une matérialisation de l’inconscient, de notre monde secret et intérieur. J’ai eu envie de prendre l’image de la dépression, du doute, au pied de la lettre. J’aime passionnément le film de Victor Sjöström Le Vent dans lequel le vent seul résume toute la tornade que traverse le couple de Lilian Gish et de son mari. C’est sublime de force et de simplicité. C’est peut-être dans un mouvement similaire que j’ai eu envie de prendre la métaphore pour une réalité ? Un espace concret, géographique. Une descente au centre de la Terre, vers les feux premiers, les eaux secrètes. Que l’intime d’un personnage devienne décor, pays à découvrir...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/les-gouffres-drame,258844

Antoine Barraud
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/315645/antoine-barraud
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Barraud

Gordon Spooner
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/134784/gordon-spooner

Nathalie Boutefeu
voir fiche du film Mon âme par toi guérie
http://www.citebd.org/spip.php?film1151

Mathieu Amalric
voir fiche du film La Vénus à la fourrure
http://www.citebd.org/spip.php?film1156

Vincent Launay-Franceschini
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/359225/vincent-launay-franceschini
http://www.imdb.com/name/nm3978899/

Marta Hoskins
http://www.imdb.com/name/nm0396028/

extrait(s) de presse

Positif - Psyché et voyage gouvernent donc ce premier opus réussi de Barraud (...).
L'Humanité - Ce qui compte, c’est le ton 
et l’ambiance instaurés par 
le cinéaste, qui parvient 
à merveille, par petites touches, à suggérer un possible dérèglement mental de l’héroïne, dont la descente au sous-sol symbolise la perdition.
Libération - Perce néanmoins l’émotion stridente de cette balade d’une femme creuse au fond d’elle-même, à la fois portrait spéculaire d’actrice et secouante expérience du vertige face à l’invisibilité du vide.
Critikat - Du vide tellurique à l'effondrement psychique, une plongée inquiétante dans les abîmes intérieurs. Un cinéma très prometteur !
Culturebox - "Les Gouffres" est un film noir, son image en témoigne, sous-éclairée, en accord avec son sujet. Si l’on y tombe, ces Gouffres jouent d’une sensibilité peu commune qui vaut le coup d’être explorée.
Fiches du cinéma - Un film étonnant, étrange et fantasmagorique, qui fascinera ou déplaira mais qui ne manque pas d'audace.
Mad movies - Lorgnant parfois vers les fantômes à la japonaise, le résultat dispense donc quelques jolis moments d'angoisse, bien qu'étant ecombré de tics formels et d'une bonne couche de vernis culturel.
Utopia - "Les Gouffres" se voit comme les tableaux symbolistes d'Odilon Redon ou de Gustave Moreau, comme une succession de situations ou d'impressions naissant dans le tourment et le doute...