Tonnerre - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Tonnerre

Tonnerre

France - 2013 - 1h40
sorti en France le 29 janvier 2014
compétition Locarno 2013
film - film francophone
de

Guillaume Brac

scénario : Guillaume Brac, Hélène Ruault, Catherine Paillé
direction de la photographie : Tom Harari
musique ou chansons : Rover
avec : Vincent Macaigne (Maxime), Solène Rigot (Mélodie), Bernard Ménez (Claude), Jonas Bloquet (Ivan), Hervé Dampt (Hervé), Marie-Anne Guérin (Carole), Christine Fagiolini (la journaliste), Vincent Chavanes (le journaliste)
séances : semaine du mercredi 5 mars 2014
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
20:45
18:30
20:45
20:45
18:30
18:30

synopsis

Un rocker trop sentimental, une jeune femme indécise, un vieux père fantasque. Dans la petite ville de Tonnerre, les joies de l’amour ne durent qu’un temps. Une disparition aussi soudaine qu’inexpliquée et voici que la passion cède place à l’obsession...

notes de production

Pas moins de 5 membres de la famille Dampt apparaissent à l’affiche de ce long-métrage : Rose la grand-mère, Eric et Hervé les fils, Lisa et Blanche les filles d’Hervé. Ne manquent à l’appel que Emmanuel frère d’Eric et Hervé, Nadia la femme d’Eric ainsi que deux des plus jeunes enfants, Alexis et Sophia, sans oublier de mentionner Bernard le mari de Rose et doyen de la famille, aujourd’hui décédé.

Comme dans La Cage dorée (1) où la légende du football portugais Pedro Miguel Pauleta fait une apparition dans la nouvelle résidence de la famille Ribeiro, deux joueurs participent au film. Il s’agit d’Olivier Kapo et Cédric Hengbart, deux cadres de l’AJ Auxerre lors de la saison 2012-2013.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cage_dor%C3%A9e_(film,_2013)

Qui a dit qu’il fallait forcément jouer la comédie au cinéma ? Dans Tonnerre, ils sont nombreux à incarner leur propre rôle à l’écran. Ainsi, Eric et Hervé Dampt s’occupent comme dans la vraie vie du vignoble familial. De son côté, Thierry de Fontenay officie bien comme professeur de danse, tout comme Bernard Malardier est effectivement vendeur de sapins et les footballeurs Olivier Kapo et Cédric Hengbart sont des joueurs professionnels. Patrick Ciacnoghi, lui, donne bien des cours de tennis de table en qualité de vétéran du club de l’AS Tonnerre.

Les deux hommes commencent à bien se connaître. Pour son premier long-métrage, Guillaume Brac a choisi de confier le rôle principal à Vincent Macaigne. Ce film marque même la 3ème collaboration entre eux puisque juste avant, l’acteur avait joué dans le court-métrage du cinéaste, Le Naufragé (2). Dans les deux films, Macaigne incarne le même personnage.
(2) http://www.annee0.com/_/le-naufrage/

Guillaume Brac et Vincent Macaigne ont beau être amis, cela ne les empêche pas d’être exigeants l’un vis-à-vis de l’autre dans le cadre d’un tournage : cela peut être assez épuisant pour lui, pour moi, pour l’équipe, mais cela nous permet d’aller au bout de chaque scène et de ne jamais céder à la facilité ou à la complaisance, indique le réalisateur. Comme quoi, jouer entre amis n’est pas forcément plus reposant.

Bien qu’il a pris des cours de chant avant le tournage, Vincent Macaigne a été doublé pour tous les passages où son personnage chante. A la place de la voix de l’acteur, on entend celle du chanteur français Rover, qui signe également la musique originale du film.

Le poème, extrait des Nuits (3) d’Alfred de Musset, que déclame le père au début du film, est le point de départ du projet. Lorsqu’il lui avait parlé de son projet d’écrire une histoire, avec elle, traitant de la trahison amoureuse, sa co-scénariste Hélène Ruault avait immédiatement évoqué cette œuvre du poète.
(3) http://romantis.free.fr/Musset/html/lesnuits.html

La ville de Tonnerre (4) n’a pas été choisie par hasard par le réalisateur. Ce dernier a avoué avoir été inspiré par son ambiance gothique, ses vieilles pierres, ses maisons abandonnées, ses réseaux de galeries souterraines, ses rumeurs de messes noires. Cette ville est comme restée figée dans le passé. Le climat qui y règne a été l’un des moteurs de l’écriture, explique Guillaume Brac.
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Tonnerre_(Yonne)

Entretien avec Guillaume Brac
Pourquoi l’envie d’écrire un personnage de rockeur et comment l’avez-vous envisagé ?
En filigrane de l’intrigue principale, je voulais aborder la question des rapports entre ce que l’on vit et ce que l’on crée. Et je me suis dit que la figure du rockeur était plus populaire, plus universelle, que celle du réalisateur, de l’écrivain ou du peintre. Très tôt, je me suis dit qu’il fallait que je trouve un modèle pour Maxime. Mais qui ? Je savais, intuitivement, que je n’avais pas envie d’un chanteur qui chante en français. Mes films sont déjà tellement ancrés dans des espaces français, une culture française... Je voulais un effet de contraste. Et puis un jour, je suis tombé par hasard sur la pochette de l’album de Rover dans la devanture d’un disquaire. J’ai adoré son album et me suis dit que je tenais le modèle de Maxime. Je l’ai contacté et lui ai demandé s’il voulait bien être l’âme musicale du film...
http://www.commeaucinema.com/notes-de-prod/tonnerre-comedie-dramatique,278029

Guillaume Brac
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Brac

Hélène Ruault
http://www.imdb.com/name/nm2144535/
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/338666/helene-ruault

Catherine Paillé
voir fiche du film Comme un lion
http://www.citebd.org/spip.php?film971

Tom Harari
voir fiche du film Suzanne
http://www.citebd.org/spip.php?film1096

Rover
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rover_%28chanteur%29

Vincent Macaigne
voir fiche du film La Fille du 14 juillet
http://www.citebd.org/spip.php?film1073

Solène Rigot
voir fiche du film Lulu, femme nue
http://www.citebd.org/spip.php?film1185

Bernard Ménez
Né le 8 août 1944 à Mailly-le-Château.
Débute au cinéma dans La Nuit américaine de François Truffaut...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Menez

Jonas Bloquet
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=201629.html

Marie-Anne Guérin
http://www.imdb.com/name/nm4382825/

extrait(s) de presse

La Croix - Le réalisateur brouille les repères en tirant en douceur son film vers le polar, sans perdre totalement de vue la légèreté, l’insouciance initiales. Comme des bulles délicates, éclosent des moments touchants, inattendus (...).
Le Nouvel obs - C'est très beau, d'une précision de geste assez rare et d'une intelligence louable. Il n'en faut pas davantage pour que, tout au long de "Tonnerre", se dessinent les promesses d'un talent déjà affirmé et toujours en devenir.
àVoir-àLire - Un premier long-métrage sensible qui touche par la justesse des acteurs, la force des dialogues, la beauté naturelle de son cadre et la rigueur de sa mise en scène.
Le Figaro - La comédie romantique et loufoque glisse subtilement vers le film noir. (...) C'est beau et triste à la fois.
Le Monde - On nage en plein drame romantique, rehaussé d'un discret burlesque. Cette extrême diversité de ton rompt l'équilibre du film (...) en fait in fine le prix. Autant de vertus (...) qui signent l'acte de naissance d'un cinéaste nommé Guillaume Brac.
L'Humanité - Preuve que l’allégeance de Brac au cinéma de Jacques Rozier (dont Menez fut un 
des acteurs marquants) persiste. On ne s’en plaint pas, d’autant moins que le cinéaste prend des risques et s’éloigne de son modèle en flirtant avec le thriller psychologique. La réussite 
du film, c’est son parfait équilibre entre comédie et drame, 
sa façon de se maintenir sur 
le fil du rasoir.
Paris match - (...) Premier long-métrage plein de fantaisie et de rage, emporté par la prestation exceptionnelle de la révélation Vincent Macaigne, inoubliable en rockeur raté à fleur de peau...
Télérama - C'est tout simple et, pourtant, incroyablement touchant.