La Sorcière dans les airs - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Sorcière dans les airs

La Sorcière dans les airs

ciné môme
Gb - 2012 - 0h50
sorti en France le 27 novembre 2013
Cristal pour une production tv Annecy 2013 - nomination Oscar du cinéma 2014 (meilleur court métrage d'animation)
accessible aux enfants à partir de 3 ans
film d'animation - version française
de

Max Lang, Jan Lachauer

scénario : Julia Donaldson, Max Lang
d'après l'oeuvre de : Julia Donaldson, Axel Scheffler
musique ou chansons : René Aubry
voix : Pierre Richard (le narrateur), Guylaine Gibert (la sorcière), Alexandre Crepet (le chat), Franck Dacquin (le chien), Maxime Donnay (la grenouille), Patrick Descamps (le dragon), France Bastoen (l'oiseau)
séances : semaine du mercredi 5 février 2014
mercredi 5 jeudi 6 vendredi 7 samedi 8 dimanche 9 lundi 10 mardi 11
14:00
11:00
14:00
11:00
14:30

synopsis

Une sympathique sorcière, son chat et son chaudron s'envolent sur un balai. Quel bonheur de voler ! Mais le vent se met à souffler très fort, et un dragon affamé vient de se réveiller...

notes de production

La Sorcière dans les airs est un court métrage produit pour la télévision anglaise d’après l’album jeunesse La Sorcière dans les airs (Room on the broom).

Écrit en 2001 par Julia Donaldson et illustré par Axel Scheffler (le duo à qui l’on doit Gruffalo et Petit Gruffalo, immenses succès de librairie), Room on the broom s’est écoulé à 2,5 millions d’exemplaires dans le monde. Pour les enfants et leurs parents, ce livre est devenu un classique. Il a connu un énorme succès aux États-Unis, se classant numéro un des ventes d’albums jeunesse pendant six semaines consécutives.
En France, l’album a été publié en 2004 sous le titre Et hop ! dans les nuages... aux éditions Autrement. Une nouvelle édition avec une nouvelle traduction de Jean-François Ménard sera en librairie début octobre 2013 aux éditions Gallimard jeunesse sous le titre La Sorcière dans les airs.
Quand les personnages principaux d’une histoire sont une sorcière, un manche à balai et un chat jaloux, cela peut paraître étrange de chercher à coller à la réalité. Pourtant, c’est exactement ce que voulaient Julia Donaldson et les créateurs du film.

Le plus beau, c’est la manière dont les réalisateurs ont cherché à rester fidèles à l’histoire et à l’aspect du livre, explique Julia Donaldson. Il est vrai que les jeunes fans de Julia Donaldson connaissent ses livres du début à la fin et qu’ils n’aiment pas les artifices trop voyants ni les changements dans l’histoire !
Au départ, les réalisateurs tenaient à ce que l’on connaisse la destination du voyage en balai. Mais finalement, ils ont décidé de s’en tenir au fait que la sorcière adorait simplement voler dans les airs. C’est exactement ça. D’ailleurs, on voit bien comme c’est grisant quand elle vole à toute vitesse. En tout cas, c’était merveilleux de voir à quel point l’équipe du film voulait que tout soit parfait, dit Julia Donaldson.

Max Lang, le réalisateur, est un fan du travail d’Axel Scheffler. Pour lui, coller au plus près des illustrations originales était vital. J’aime les dessins d’Axel depuis toujours. Même avant de savoir qui les avait dessinés, j’aimais leur style et leur humour, dit-il. Après avoir dessiné le story-board avec l’aide de Julia Donaldson, Max Lang a élaboré le film avec des animateurs à Stuttgart en combinant deux techniques : des maquettes en volume pour les paysages et de l’animation par ordinateur pour les personnages.

Max Lang voulait trouver le moyen d’expliquer pourquoi les animaux voulaient rejoindre la sorcière sur son balai. Il y avait plein de détails à l’arrière-plan que nous pouvions utiliser, le livre était pour nous comme un puzzle et nous avons assemblé les morceaux : par exemple, l’oiseau est heureux de quitter la volée où personne d’autre n’est vert ou encore la grenouille veut s’échapper de sa mare boueuse.
Les illustrations du livre par Axel sont en 2D. Pour le film, on souhaitait un rendu très tactile, avec l’impression de pouvoir toucher les décors. Pour moi, c’était très important, explique Michael Rose, le producteur.

Je voulais écrire un livre sur une femme parce que tous les personnages du Gruffalo sont des mecs, explique Julia Donaldson. Je l’ai faite étourdie parce que je suis moi-même très étourdie. A l’école, j’étais toujours convoquée par le proviseur : Julia ! On vient encore de nous rapporter votre pass d’autobus ! ; je laissais toujours tomber des choses ou bien je les oubliais, et cela m’arrive encore... Alors oui, on peut dire que la sorcière, c’est moi.
Du coup, elle a été un peu contrariée en voyant qu’Axel Scheffler avait dessiné une vieille bique ! Elle raconte : je me souviens parfaitement de son premier croquis : mais qui était cette vieille sorcière avec une verrue sur le nez ? J’ai tout de suite dit à mon éditeur : ne peut- on pas demander à Axel de la dessiner un peu plus jeune, avec un nez un peu plus petit ?

Le réalisateur Jan Lachauer explique : le livre était pour nous la grande référence. Nous avons minutieusement analysé les dessins d’Axel. Au début, la sorcière avait un nez énorme ! Et puis nous nous sommes rendu compte qu’il était vraiment trop grand : il couvrait tout le visage, ça n’allait pas du tout. Alors on l’a rapetissé, et encore rapetissé...
Ce qu’il y a d’intéressant chez la sorcière, c’est que c’est un personnage très émouvant. C’est une sorcière qui utilise ses pouvoirs pour explorer le monde, dit le producteur Michael Rose. Elle est très différente du chat : alors que la sorcière embrasse la nouveauté et l’inconnu, le chat, lui, craint le changement, commente Max Lang.
Aujourd’hui, la sorcière et le dragon ont une peluche à leur effigie que l’on peut acheter en ligne sur le site internet du livre et du film : www.roomonthebroom.com

La musique originale a de nouveau été confiée à René Aubry, qui avait signé les partitions du Gruffalo (1) et du Petit Gruffalo (2). René Aubry est né en 1956 dans les Vosges. Multi-instrumentiste, il aime mélanger harmonies classiques et instrumentation moderne. La plus grande partie de ses musiques a été créée pour des spectacles de danse. Il a collaboré avec des chorégraphes célèbres : Carolyn Carlson, Pina Bausch et Philippe Genty. Il a également réalisé la musique de plusieurs films : La Révolte des enfants (3), Killer kid (4), Malabar princess (5), Par les épines ((6). Wim Wenders a également utilisé ses musiques dans Pina (7).
Par ailleurs, un de ses titres les plus connus, Steppe, a servi de générique à l’émission de télévision Bas les masques (8), animée et produite par Mireille Dumas au début des années 1990, et sa composition, Avant la pluie, a été utilisée en 1995 pour l’indicatif de la campagne officielle télévisée de l’élection présidentielle.
(1) http://www.citebd.org/spip.php?film778
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film938
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_R%C3%A9volte_des_enfants
(4) http://www.flachfilm.com/presse/presse/news/interview-de-gilles-de-maistre-concernant-killer-kid.html
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Malabar_Princess
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Par_les_%C3%A9pines
(7) http://www.citebd.org/spip.php?film654
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bas_les_masques_%28%C3%A9mission_de_t%C3%A9l%C3%A9vision%29

Il parle de son travail sur La Sorcière dans les airs : la première image, qui m’a amené aux premiers essais musicaux, est celle de la sorcière qui se réveille. C’est une matinée très tranquille, elle est seule avec son chat, au milieu des arbres. C’est très innocent. Tout de suite, j’ai eu en tête la solidarité, l’amitié.
Quant au lourd dragon, lorsqu’il marche, on a l’impression que la terre tremble. Quand il poursuit la sorcière et qu’il vole, il y a des sons très bas qui sont déjà là et puis ça explose avec les cors et les violons car c’est de l’action pure. Je ne sais jamais si je dois chercher à faire peur ou pas, mais cette fois-ci les producteurs voulaient vraiment que ce soit effrayant. Quand le dragon se remet à marcher avec la sorcière dans les bras, on entend à nouveau les mêmes sons très bas. Je ne voulais pas changer de musique, alors ça fait des « poum-poum- poum-poum-poum ». Et puis, à un moment, le dragon s’arrête parce qu’il vient d’entendre quelque chose, alors on passe tout doucement de la musique du dragon à la musique du monstre.
Pour ce qui est du monstre, la base de la musique est celle du dragon. Cette fois, j’ai vraiment suivi les images. Le monstre sort du marais et la caméra l’accompagne. Il grandit, il grandit, et la musique suit le mouvement. C’est assez lent, on entend toujours les « poum-poum ». Et puis soudain le dragon commence à marcher, alors le rythme arrive assez fort « tsa-tsa-tsa » jusqu’au moment où le monstre se met à crier. Alors le dragon s’envole et il a l’air assez ridicule. Je suis vraiment fier de ce passage parce qu’il y a plein de variations sur le même thème
.
Les musiques de René Aubry dont celle de La Sorcière dans les airs sont téléchargeables sur son site : http://reneaubry.fr

En France, La Sorcière dans les airs connait une exploitation cinéma avec en avant-programme deux autres courts métrages : Juste un petit peu et Un jour merveilleux.

Juste un petit peu
de Alicja Björk Jaworski (Suède 2011, 9’)
Aux premiers beaux jours, un cochon s’en va gaiement vers le lac. Sur le chemin, il rencontre un hérisson avec qui personne ne veut jouer parce qu’il n’a pas assez de piquants, une corneille au bec juste un petit peu trop long, un agneau vert et un veau couvert de pois blancs. En route, cette joyeuse bande d’animaux un peu spéciaux croise un crapaud qui propose à chacun d’exaucer son vœu le plus cher...
Un jour merveilleux
de Nils Skapans (Lettonie 2010, 15’)
Une journée comme les autres se transforme en une fantastique aventure pour un chat et sa maîtresse...
La Sorcière dans les airs
de Max Lang et Jan Lachauer (Gb 2012, 26’)
Une gentille sorcière et son chat campent près d’un lac. La sorcière concocte joyeusement des potions avec ce qu’elle trouve autour d’elle. Quand elle ajoute des champignons rouges, le chaudron se met à déborder et le bouillon explose. Le bruit réveille alors un dragon qui dormait dans les parages. Comme le temps se gâte, la sorcière et le chat décollent et fendent gaiement les airs sur leur balai. Mais ils ignorent que le dragon s’est lancé à leurs trousses… et tout là-haut perchés sur leur balai, il se pourrait bien qu’il leur arrive quelques désagréments…

Les personnages
Le chien
Très enthousiaste malgré un petit problème de puces, il ne demande qu’à rendre service. Pour lui, pouvoir monter sur le balai, c’est comme réaliser un rêve. Il admire beaucoup le chat qu’il considère comme son grand frère, même si au début la relation est à sens unique !
L’oiseau
Seul oiseau vert au milieu d’une volée de merles noirs, il a longtemps été confronté au sentiment de rejet. Le chat et la sorcière sont les meilleurs amis du monde. Quand le nœud de la sorcière atterrit dans son nid, c’est l’occasion pour lui de démarrer une nouvelle vie dans une nouvelle famille.
Le chat
Confident de la sorcière, il la protège tout le temps. Quand la sorcière accueille des nouveaux passagers sur le balai, il est un peu déconcerté, voir même un peu jaloux. Mais à partir du moment où les autres animaux l’aident à la sauver des griffes du dragon, il comprend les valeurs de l’amitié et de la famille.
La grenouille
C’est une maniaque de l’ordre et de la propreté. Elle n’a qu’une envie : s’enfuir loin, très loin du marais très sale où ses amies grenouilles se vautrent dans la boue. Monter sur le balai lui semble le plus court chemin vers une vie soignée et sophistiquée.
Le dragon
C’est une grosse bête effrayante qui a très faim. Sa nourriture préférée ? Les sorcières avec des frites ! Mais quand il tombe nez à nez avec la dangereuse créature du marais, il se révèle sacrément froussard.

Alors que dans la version française nous retrouvons le comédien Pierre Richard à travers la voix du narrateur, son homologue anglais n’est autre que Simon Pegg, célèbre pour ses rôles dans la Trilogie Cornetto du réalisateur Edgar Wright à savoir Shaun of the dead (2004), Hot fuzz (2007) et Le Dernier pub avant la fin du monde (9). Dans la version britannique, c’est Gillian Anderson (10) qui double la sorcière et Sally Hawkins (11) fait l’oiseau.
(9) http://www.citebd.org/spip.php?film1165
(10) connue pour son rôle de l’agent Dana Scully dans la série tv X-files http://fr.wikipedia.org/wiki/Gillian_Anderson
(11) http://fr.wikipedia.org/wiki/Sally_Hawkins

La Sorcière dans les airs marque les débuts à la réalisation de Jan Lachauer après avoir étudié l’animation dans son pays d’origine à l’Académie du Film de Bade-Wurtemberg en Allemagne et avoir obtenu son diplôme à l’école des Gobelins à Paris.

Michael Rose, transfuge des studios Aardman (12) où il collabora à Chicken run (13) ( et Wallace et Gromit : le mystère du lapin-garou (14) s’est penché sur le berceau de ces aventures farfelues avec sa firme Magic light pictures. Si on a l’impression que les personnages sont en plasticine (pâte à modeler utilisée pour ses précédents films d’animation), c’est voulu. La production a souhaité donner du relief aux dessins modélisés afin de créer l’illusion qu’on peut les toucher. Pour se faire, deux techniques ont été combinées. Maquettes en volume pour les paysages et animation par ordinateur pour les héros ont permis d’obtenir un rendu particulièrement vivant. Ajoutez dans le chaudron la musique de René Aubry, compositeur vosgien devenu star internationale grâce à son travail sur Le Gruffalo et sa suite, puis un commentaire savoureux dit par Pierre Richard dans la version française et vous obtenez un délice familial fort recommandable pour les plus jeunes cinéphiles et leurs parents. Un coup de baguette magique et hop ! vous serez dans la salle pour découvrir ce petit bijou primé à Annecy…
http://www.20minutes.fr/cinema/1253813-20131123-la-sorciere-airs-envoler-famille
(12) http://fr.wikipedia.org/wiki/Aardman_Animations
(13) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chicken_Run
(14) http://fr.wikipedia.org/wiki/Wallace_et_Gromit_:_Le_Myst%C3%A8re_du_lapin-garou

Max Lang
http://www.imdb.com/name/nm3495071/

Julia Donaldson
http://www.gallimard-jeunesse.fr/Auteur/Julia-Donaldson

Axel Scheffler
http://www.gallimard-jeunesse.fr/Auteur/Axel-Scheffler

René Aubry
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Aubry

Pierre Richard
Né Pierre Richard Maurice Charles Léopold de Fays le 16 août 1934 à Valenciennes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Richard

Guylaine Gibert
http://www.latourdesheros.com/ltdh/index.php/Guylaine_Gibert

Alexandre Crepet
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Crepet

Franck Dacquin
http://www.latourdesheros.com/ltdh/index.php/Franck_Dacquin

Maxime Donnay
http://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Donnay

Patrick Descamps
Né le 13 décembre 1956 à Mons.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Descamps

France Bastoen
http://www.comedien.be/francebastoen

extrait(s) de presse

Culturebox - Le dessin animé est adapté d'un album réalisé par les auteurs du "Petit Gruffalo"...
Le Monde - Le film trouve ses grâces avant tout dans un scénario, simple et lumineux...
Fiches du cinéma - Par l'équipe du Gruffalo, un conte tout mignon sans être mièvre. L'animation dense et gaie se met au service d'une histoire simple et drôle.
Télérama - Synthèse de Wallace et Gromit pour l'esthétique tout en rondeurs acidulées et de La Fontaine pour la morale anthropomorphique, ce nouveau conte fait, en filigrane, l'éloge de la ruse et de la solidarité. Les enfants, et leurs parents, seront aux anges.
àVoir-àLire - Pas de second degré pour les parents donc, mais un spectacle gorgé de sentiments positifs et touchants, au dénouement lyrique qui tend plus vers l’imagerie de bric et de broc du Henry Selick de Coraline que vers celle du Burton actuel.
Le Nouvel obs - Pierre Richard se fait le narrateur de ce conte de fées destiné aux tout-petits au graphisme un peu simpliste et à la morale joliment altruiste.