Snowpiercer, le transperceneige - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Snowpiercer, le transperceneige

Snowpiercer, le transperceneige

설국열차
Corée du sud, France, Usa - 2013 - 2h05
sorti en France le 30 octobre 2013
interdit aux moins de 12 ans
film - version originale sous-titrée en français
de

Bong Joon Ho

scénario : Bong Joon Ho, Kelly Masterson
d'après l'oeuvre de : Jacques Lob, Benjamin Legrand, Alexis, Jean-Marc Rochette
direction de la photographie : Alex Hong Kyung-Pyo
musique ou chansons : Marco Beltrami
avec : Chris Evans (Curtis), Song Kang-Ho (Namgoong Minsoo), Ed Harris (Wilford), John Hurt (Gilliam), Tilda Swinton (Mason), Jamie Bell (Edgar), Octavia Spencer (Tanya), Ewen Bremner (Andrew), Ko Asung (Yona), Alison Pill (le professeur), Luke Pasqualino (Grey), Stephen Park (Fuyu), Clark Middleton (le peintre), Vlad Ivanov (Franco Elder), Emma Levie (Claude), Tomas Lemarquis (Egg-head)
séances : semaine du mercredi 15 janvier 2014
mercredi 15 jeudi 16 vendredi 17 samedi 18 dimanche 19 lundi 20 mardi 21
21:30*
19:00
16:00
14:00
séance spéciale :
* 19h55 • présentation de Transperceneige, de la feuille blanche à l’écran noir 20h /21h00 • diffusion du film documentaire Transperceneige, de la feuille blanche à l’écran noir 21h / 21h30 • Intervention de Jean-Marc Rochette et Jesus Castro animée par Hidden circle 21h30 • Snowpiercer Festival Télérama / Afcae du 15 au 21 janvier 2014. En échange du Pass, complété de vos noms et adresses, une carte valable pour 2 personnes durant toute la durée de la manifestation vous sera remise à la caisse du cinéma. Sur présentation de cette carte, tous les films du festival Télérama / Afcae sont au tarif de 3 euros la place (par personne). Tarif unique 3 euros pour tous grâce au Pass (valable pour 2 personnes) à découper dans le magazine Télérama des 8 et 15 janvier 2014.

synopsis

2031. Une nouvelle ère glaciaire. Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, s’est recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

notes de production

Transperceneige, de la feuille blanche à l’écran noir
documentaire de Jésus Castro-Ortega
avec Joon-ho Bong, Jean-Marc Rochette, Benjamin Legrand...
Alors que la planète sombre dans une nouvelle ère glaciaire, l’humanité trouve refuge dans le Transperceneige….
Prenez le train en marche pour remonter jusqu’aux origines du projet et plonger dans les coulisses du film de Bong Joon-ho Snowpiercer.
Découvrez l’incroyable histoire de cette adaptation : comment une bande dessinée française, tombée en désuétude après sa publication en 1983, est devenue le plus gros blockbuster coréen en 2013.
Transperceneige, de la feuille blanche à l’écran noir vous livre tous ses secrets.
http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=622

Avec Snowpiercer, Bong Joon-ho signe de tout son talent une adaptation exemplaire. En résulte un film ultra-prenant à ne rater sous aucun prétexte.
http://www.cineheroes.net/critique-snowpiercer-de-bong-joon-ho-2013

Le scénariste Jacques Lob réalise en 1977, en compagnie d’Alexis, Le Transperceneige, une bande dessinée de science-fiction post-apocalyptique en noir et blanc (1), pour le magazine (À suivre) (2). Ce dernier meurt d’une rupture d’anévrisme en septembre 1977 laissant les seize planches. Quelques années plus tard, Jacques Lob cherche d’autres dessinateurs pour le remplacer : Régis Loisel, François Schuiten, etc. jusqu’à ce qu’il découvre finalement Jean-Marc Rochette en 1981 grâce au roman graphique Les Dépoteurs de chrysanthèmes (1980). Le Transperceneige est finalement publié en octobre 1982 dans (À suivre) no 57.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Transperceneige
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/%28A_SUIVRE%29

Fin 2004, au moment où il termine Memories of murder (3) et gère la pré-production de The Host (4), Bong Joon-ho va régulièrement à une boutique des bandes dessinées dans un quartier de Séoul. Il y découvre la série Le Transperceneige de Jean-Marc Rochette et y lit les trois albums : ce train m’a bluffé. Je crois que tout le monde a un fantasme de trains et de paysages vus de la fenêtre.
Le réalisateur révèle son prochain film dans une interview d’un magazine coréen en juin 2006. Il précise que ce ne sera pas si fidèle que cela. Il s’agira bien d’un film de science-fiction, l’action sera grandiose et l’histoire sera la même que dans la bande dessinée...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Snowpiercer,_le_Transperceneige
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Memories_of_Murder
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Host
A l’occasion de l’adaptation au cinéma, Casterman réunit les trois albums originaux en intégrale sous le titre Transperceneige pour redécouvrir ce chef d’œuvre à l’occasion de la sortie française du film. Préfacée par Jean-Pierre Dionnet, elle est publiée le 21 août 2013.

Les connexions entre Snowpiercer, le transperceneige et le film Scott pilgrim (5) sont nombreuses. L’acteur principal du film de Bong Joon Ho, Chris Evans, a joué l’un des 7 ex-maléfiques contre lesquels Scott doit combattre. Alison Pill, qui joue la prof dans le transperceneige, incarnait Kim Pine, la batteuse et ex-petite amie de Scott. Enfin, le personnage de Jamie Bell est nommé Edgar d’après Edgar Wright, réalisateur de Scott Pilgrim (aucun des personnages n’a le même nom que dans la bédé). Autant dire que le réalisateur Bong Joon Ho est fan du long métrage !
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Scott_Pilgrim_%28film%29

Après le succès de The Host, Bong Joon Ho retrouve deux de ses comédiens coréens : Song Kang-Ho et Ko Asung. Cette dernière avait d’ailleurs joué dans son tout premier film : c’était comme revenir là où tout a commencé. Le réalisateur Bong Joon Ho me dirigeait et Song Kang-ho me donnait des conseils.

Snowpiercer, le transperceneige est le premier film tourné intégralement en anglais pour Bong Joon Ho. La dimension internationale du film a fait que le réalisateur n’a pas pu, contrairement à son habitude, tourner dans sa langue maternelle.

Petite anecdote : les dessins qui ornent les murs de l’arrière du train où la résistance s’organise ont été illustrés par le dessinateur Jean-Marc Rochette.

Hong Kyung-Pyo, qui avait déjà travaillé avec Bong Joon Ho sur Mother (6), est le seul Coréen à faire partie de l’équipe technique du film qui se revendique internationale.
(6) http://www.citebd.org/spip.php?film331

L’équipe de Snowpiercer, le transperceneige a dû se concentrer sur la conception du train avant toute chose. Etant le décor principal dans lequel allait se dérouler le tournage, les concepteurs ont dû trouver comment résoudre ce problème sans quoi le film aurait été annulé, alors que le scénario, adapté de la bande-dessinée, n’aurait même pas été écrit.

Afin de rendre compte de la longueur de chaque wagon du train dans lequel évoluent les personnages, l’équipe du film a dû se mettre en recherche de studios assez longs afin de planter leur décor. C’est en République Tchèque, dans les studios Barrandov (7), qu’ils se sont installés étant donné qu’il s’agit du studio le plus long d’Europe avec plus de 100 mètres.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/Studios_Barrandov

Pour donner l’impression d’un train en mouvement, les décors du train de ont été montés sur cadran pour les faire bouger au besoin. Rien de bien particulier puisque le système est utilisé très souvent. Seulement ici, l’équipe a battu un record en montant un cadran portant le train de 120 tonnes - une première pour le poids de l’engin - avec 4 wagons et pouvant bouger comme un train y compris s’il faut que le véhicule soit dans un virage.

La production du film étant internationale, plusieurs modes de travail différents se sont rencontrés. C’est alors que l’équipe coréenne du film s’est retrouvée face aux contraintes légales et strictes sur les heures de travail - pas plus de 12 heures sur une journée de 24h par personne - alors qu’ils sont habitués à faire de très nombreuses heures supplémentaires lorsqu’ils tournent dans leur pays.

Fan de bande-dessinée, le réalisateur Bong Joon Ho lit plus régulièrement des mangas (Japon) ou des comics (Etats-Unis) que de la bédé franco-belge. Questionné à propos du choix de l’adaptation de cette œuvre, il répond : quand je l’ai ouvert, j’ai découvert qu’il s’agissait de l’histoire d’un train. Or, je suis littéralement obsédé par les trains (...) c’est un espace confiné, un lieu qui représente un challenge en termes de mise en scène. (...) "Le Transperceneige" m’apparaissait comme une œuvre qui m’était destinée. Un geste du destin, un film né du hasard.

Snowpiercer, le transperceneige est le dernier film tourné en pellicule en Corée par son réalisateur Bong Joon Ho. Le metteur en scène défend le tournage en pellicule : j’aime la sensation, le grain, j’ai appris ce métier en portant de lourdes piles de bobines à l’école et ma mémoire tactile y est très sensible. Cependant, les studios de développement en Corée n’existant plus, les réalisateurs coréens vont tous devoir se tourner vers le numérique.

Chris Evans ne doit pas aimer la chaleur. Avant le tournage de Snowpierce, le transperceneige, il a joué dans The Iceman (8) - littéralement, l’homme de glace - tandis qu’après, il va retrouver le costume de Captain America dans Captain America, le soldat de l’hiver (9), soit trois titres de films consécutifs faisant référence aux grands froids.
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Iceman
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Captain_America_:_Le_Soldat_de_l%27hiver

Pour la diffusion américaine, le film de Bong Joon Ho a été acheté par la Weinstein company (10) qui aurait demandé au réalisateur de couper 20 minutes de son long métrage. Tilda Swinton, qui incarne Mason, s’est exprimée sur le sujet : il ne fait aucun doute que tous les spectateurs anglophones méritent de voir la version du réalisateur Bong Joon-ho (...). Un des effets que produit le film, c’est qu’après avoir passé deux heures dans ce train, on sort de la salle avec le soulagement de pouvoir vivre quelque chose de plus vaste. Passer deux heures dans un train, c’est donc peut-être une sorte de thérapie par aversion. J’ai bien dit deux heures, pas une heure quarante.
(10) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Weinstein_Company

Etant donné que ce film est une critique contre les Etats-Unis, il est étrange de retrouver Chris Evans au casting du film puisqu’il est connu pour incarner au cinéma le super-héros patriotique par excellence : Captain America. Le réalisateur Bong Joon Ho émettait quelques réserves à son sujet : à vrai dire j’avais quelques préjugés sur Chris Evans avant de le rencontrer parce que c’est la caricature de l’Américain tout en muscles. Je le voyais bien en capitaine d’une équipe de football dans un lycée. (...) Je me suis aperçu que c’était un garçon intelligent, limite intello, et très sensible.

Bong Joon Ho
voir fiche du film Mother
http://www.citebd.org/spip.php?film331

Kelly Masterson
http://www.commeaucinema.com/personne/kelly-masterson,92777

Jacques Lob
Né à Paris le 19 août 1932 et décédé à Château-Thierry le 24 mai 1990.
Lauréat du grand prix de la ville d’Angoulême 1986...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Lob

Benjamin Legrand
Né le 16 octobre 1950 à Paris.
Ecrit ou coécrit des scénarios pour la bédé avec Jacques Tardi, Philippe Druillet, Jean-Marc Rochette...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Benjamin_Legrand

Alexis
Né Dominique Vallet le 18 septembre 1946 à Boulogne-Billancourt et décédé le 7 septembre 1977.
Collabore avec Gotlib pour Cinémastock...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexis_%28auteur%29

Jean-Marc Rochette
Né le 23 avril 1956.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Rochette

Alex Hong Kyung-Pyo
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-91711/filmographie/

Marco Beltrami
Né Marco Edward Beltrami le 7 octobre 1966 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marco_Beltrami

Chris Evans
Né Christopher Robert Evans le 13 juin 1981 à Sudbury (Massachusetts).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_Evans_%28acteur%29

Song Kang-Ho
Né le 17 janvier 1967 à Gimhae.
Acteur incontournable de la nouvelle vague du cinéma sud-coréen...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Song_Kang-ho

Ed Harris
Né Edward Allen "Ed" Harris le 28 novembre 1950 à l’hôpital d’ Englewood (New Jersey).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ed_Harris

John Hurt
Né le 22 janvier 1940 à Chesterfield.
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Hurt

Tilda Swinton
Née Katherine Mathilda Swinton le 5 novembre 1960 à Londres.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tilda_Swinton

Jamie Bell
Né le 14 mars 1986 à Billingham (Gb).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jamie_Bell

Octavia Spencer
Née le 25 mai 1972 à Montgomery (Alabama).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Octavia_Spencer

Ewen Bremner
Né le 23 janvier 1971 à Édimbourg.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ewen_Bremner

Ko Asung
Née le 10 août 1992 à Séoul.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ko_Ah-seong

Alison Pill
Née le 27 novembre 1985 à Toronto.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Alison_Pill

Luke Pasqualino
Né Luca Giuseppe Pasqualino le 19 février 1990 à Peterborough.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Luke_Pasqualino

Stephen Park
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=418868.html

Clark Middleton
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-113082/filmographie/

Vlad Ivanov
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-148431/filmographie/

Emma Levie

Tomas Lemarquis
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-90923/filmographie/

Jésus Castro-Ortega
http://grabthecat.com/docs/cv_jesus_2013.pdf

extrait(s) de presse

Critikat - Nanti d'un budget sans commune mesure avec celui de ses précédentes réalisations, Bong Joon Ho passe avec brio l'épreuve de la grosse production, en conservant son identité formelle et thématique.
La Croix - Avec cette transposition au cinéma d’une bande dessinée française, le réalisateur de "Mother" signe un film spectaculaire et brutal, mais aussi une ode à la résistance.
L'Ecran fantastique - Une belle allégorie filmique en huis clos, d'une noirceur oppressante, qui fonctionne parfaitement et parvient à distiller une part émotionnelle appréciable, tout en entrouvrant une porte d'optimisme et d'espoir sur l'humanité.
Paris match - Dans "Snowpiercer", on passe de l’effroi au burlesque, de l’action à la philosophie le temps d’une séquence dialoguée ou d’une explosion de violence. (...) Du caviar à la louche pour cinéphiles affamés.
Le Nouvel obs - Le film (...) s’inscrit dans la tradition d’un cinéma post-apocalyptique qu’il réinvente sans cesse. (...) "Snowpiercer" roule sur des voies déjà empruntées mais ne ressemble à rien de connu.
àVoir-àLire - Dystopie aussi brillante que ferroviaire, l’ambitieux rejeton de maître Bong Joon Ho a les idées claires et le souffle continu.
Films actu - En donnant vie aux planches de la BD éponyme, Bong Joon Ho construit ainsi une fable métaphysique où le chemin parcouru par ce groupe d'esclaves en quête d'humanité est presque aussi importante et critique que leur destination.
Fiches du cinéma - Bong Joon-ho s'empare du postulat de la BD française "Le Transperceneige" pour livrer sa vision de la survie de l'humanité : âpre, désespérée et puissante.