La Nuit remue - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > La Nuit remue

La Nuit remue

France - 2012 - 0h45
Grand prix du documentaire FID Marseille 2012.
documentaire - film francophone
de

Bijan Anquetil

scénario : Bijan Anquetil
direction de la photographie : Paul Costes
séances : semaine du mercredi 11 décembre 2013
mercredi 11 jeudi 12 vendredi 13 samedi 14 dimanche 15 lundi 16 mardi 17
20:30*
séance spéciale :
* Cinédoc mar 17 déc 20h30 en présence de Bijan Anquetil en partenariat avec Créadoc tarif unique 3.5 €

synopsis

Un feu de fortune allumé au cœur de nos villes. Un film sur les passagers de nuit de l’Europe. Sur une jeunesse afghane qui se vit dans l’exil et qui, clandestinement, écrit son histoire. Avec des actes, des mots et des téléphones portables… précédé du film "Le Terrain" (43' de Bijan Anquetil)

notes de production

La Nuit remue n’est pas seulement un autre film sur les migrants afghans, Le cinéaste est tout proche d’eux dans la nuit parisienne, une nuit qui remue autour du feu, qui éclaire des ombres et des visages, qui nous livre des mots, des histoires. Cette nuit où surgissent les voix de deux amis, une carte de l’Afghanistan dessinée sur le sol, entrecoupée de petits films enregistrés sur les portables, qui racontent leur périple. Les invisibles qu’Anquetil nous donne à voir enfin, et qui nous regardent et regardent le monde avec désir, ne sont pas des victimes, mais sont là pour partager avec nous la beauté humaine.
Le titre choisi est celui d’un recueil d’Henri Michaux : La Nuit remue.
http://aller-plus-loin.over-blog.com/article-michaux-henri-la-nuit-remue-43015637.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Michaux

précédé de
Le Terrain
France 2013, 0:43
documentaire de Bijan Anquetil
Qu’est-ce qu’un chez-soi, un foyer ? Contre toute attente, a minima, c’est peut-être un terrain, ce mot cadastral qui assigne à non-résidence, en marge des villes (ici Saint-Denis) une communauté tout juste tolérée…

Les Roms, ce n’est pas un "sujet", mais des personnes.
Bijan Anquetil

Depuis deux ans, j’ai eu l’occasion de suivre une famille de Roms roumains installée à Saint-Denis. Notre rencontre date d’avant la vague d’expulsions de l’été 2010, qui n’est d’ailleurs qu’un nouvel épisode, peut-être plus spectaculaire et médiatique que les autres, d’une série d’expulsions depuis leur arrivée en France. Peu à peu j’ai commencé à filmer la vie quotidienne d’une famille à laquelle je rends régulièrement visite. La confiance s’est installée sur la base de services mutuels et d’une sympathie grandissante. J’ai eu le sentiment d’assister à la naissance d’un petit monde. J’ai voulu montrer comment, malgré la précarité de la situation, cette communauté arrive à se créer un chez-soi. Parfois même une certaine douceur de vivre ensemble.
Bijan Anquetil

A lire
Un bel entretien avec Bijan Anquetil à lire sur le blog du Cinéma du Réel, Paris mars 2013 : http://blog.cinemadureel.org/wp-content/uploads/2013/03/J52-OK.jpg
.
A écouter
Bijan Anquetil sur les ondes de France Culture : http://www.franceculture.fr/emission-la-vignette-bijan-anquetil-2013-03-21

Bijan Anquetil
Bijan Anquetil est un artiste, cinéaste et journaliste, qui se revendique de sa double origine, iranienne et française.
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/382241/bijan-anquetil

Paul Costes
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/346778/paul-costes

extrait(s) de presse

Libre espace - Son film n’est pas seulement un autre film sur les migrants afghans, le cinéaste est tout proche d’eux dans la nuit parisienne...
Le Mois du film documentaire - Un très beau film.
Bobines rebelles - Avec "La Nuit remue", Bijan Anquetil réalise un film paradoxal, fait d’images fragiles et floues et de trajectoires concrètes, de témoignages particuliers et personnels et de destins communs. C’est de ce paradoxe même qu’il tient sa réussite poétique et politique.
Entrevues - "La Nuit remue", fait se lever les souvenirs, quelques regrets, la nostalgie des déplacés...