2019 après la chute de New York - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > 2019 après la chute de New York

2019 après la chute de New York

2019 dopo la caduta di New York
Italie, France - 1983 - 1h35
sorti en France le 11 janvier 1984
interdit aux moins de 12 ans
film - version française
de

Sergio Martino

scénario : Ernesto Gastaldi, Sergio Martino, Gabriel Rossini
direction de la photographie : Giancarlo Ferrando
musique ou chansons : Guido et Maurizio De Angelis
avec : Michael Sopkiw (Parsifal), Valentine Monnier (Giara), Anna Kanakis (Ania, une officier Eurak), Romano Puppo (Ratchet), Paolo Maria Scalondro (Bronx), Louis Ecclesia (Shorty), Edmund Purdom (le président de la confédération pan-américaine), Serge Feuillard (le commandant Eurak), Al Yamanouchi (le roi des chasseurs de rats), Jacques Stany (un soldat Eurak), Tony Askin (Aschi), Franco Mazzieri (le commentateur de la course), George Eastman (Big Ape)
séances : semaine du mercredi 20 novembre 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
05:00*
séance spéciale :
* dim 24 à 5h00 Nuit fantastique dans le cadre du festival le Rayon fantastique organisé en partenariat avec Hidden circle, la Nef, le Lisa et la revue Metaluna tarif préférentiel 5 films = 12,50 €

synopsis

En 2019, le monde vient d'être ravagé par une guerre nucléaire qui a abouti à l'instauration de la tyrannie des Euraks. New York n'est plus qu'un champ de ruines, peuplé de malheureux humains irradiés. Les Euraks et leurs chasseurs s'y introduisent parfois pour capturer certains de ces mutants afin de les utiliser comme cobayes dans des expériences dédiées à la reproduction. En effet, l'humanité doit affronter un drame terrible : suite aux quantités délirantes de radiations qui ont été répandues sur Terre, les femmes ne sont plus fertiles... La Fédération, une organisation rebelle, capture Parsifal, un aventurier, et le force à se rendre à New York afin d'y trouver la dernière femme fertile, supposée être cachée quelque part dans cette dangereuse cité...

2019, après la chute de New York - Bande annonce par moidixmois

notes de production

2019 après la chute de New York est sans doute l’un des films les plus marquants du genre post-apocalyptique qui fit fureur dans des années 1980 encore perturbées par la peur de la guerre nucléaire.
Réalisé par Sergio Martino, vétéran du cinéma bis italien qui ne s’était pas toujours distingué par une imagination délirante, 2019 réussit l’exploit de créer un univers vraiment original, tout en plagiant Mad Max 2 (1) (bien évidemment) mais aussi New York 1997 (2), La Planète des singes (3) et même, un petit peu, La Guerre des étoiles (4), et tout ça en aboutissant à un débordement de mauvais goût absolument fascinant, tout en réussissant à amuser vraiment le spectateur. De quoi mériter de rentrer dans la légende. Pour ne rien gâter, ce film italien a reçu un peu d’argent (sans doute vraiment pas beaucoup) de coproducteurs français, ce qui nous donnerait presque envie de crier cocorico.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mad_Max_2
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/New_York_1997
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Plan%C3%A8te_des_singes_%28film,_1968%29
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Star_Wars,_%C3%A9pisode_IV_:_Un_nouvel_espoir
Comme l’annonce le titre, nous sommes en 2019, vingt ans après un cataclysme nucléaire qui a rendu stériles tous les êtres humains. La situation est donc critique : l’action débute dans un New York dévasté, plus proche d’une banlieue craignos que d’une ville ayant essuyé le feu nucléaire. Ici logent les troupes de l’armée responsable de l’apocalypse : habillées tout de noir et se déplaçant à cheval, elles contrôlent New York et oppriment les rares survivants, sur lesquels leurs équipes de savants mènent des expériences afin de trouver une femme féconde. Ce scénario en vaut un autre, mais le film se distingue d’emblée par une ringardise incroyable de l’action : mal cadré, mal monté, mal joué, 2019 prétend nous impressionner avec des explosions de pétards du 14 juillet et des figurants à l’agitation grotesque...
http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.php?id_film=2019

Au début des années 1980, le cinéma populaire italien a soudain proposé de nombreux titres relevant d’une science-fiction pessimiste et violente, s’inspirant de certains succès du cinéma anglo-saxon, tels que Mad Max (5) et Mad Max 2 de George Miller, Les Guerriers de la nuit (6) de Walter Hill et New York 1997 (7) de John Carpenter. Ainsi, la même année que 2019 après la chute de New York, on a pu voir sur les écrans de cinéma français : Le Gladiateur du futur (8) de Joe d’Amato, Les Nouveaux barbares (9) d’Enzo Castellari, Le Chevalier du monde perdu (10) de David Worth (production italienne réalisée par un américain), Les Exterminateurs de l’an 3000 (11) de Giulano Carnimeo, Les Guerriers du Bronx 2 (12), toujours de Castellari, et Texas 2020 (13), à nouveau d’Amato !
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mad_Max
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Guerriers_de_la_nuit
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/New_York_1997
(8) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-gladiateurdufutur-le-gladiateur-du-futur.html
(9) http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Nouveaux_Barbares
(10) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-chevalier-le-chevalier-du-monde-perdu.html
(11) http://tortillafilms.tortillapolis.org/exterminateurs-an-3000.html
(12) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-guerriersdubronx2-les-guerriers-du-bronx-2.html
(13) http://www.nanarland.com/Chroniques/Main.php?id_film=2020texasgladiator
Sergio Martino est un réalisateur qui a commencé à œuvrer à ce poste à la toute fin des années 1960. Il fait alors preuve d’une qualité indispensable à tout bon artisan du cinéma italien : la polyvalence ! Il tourne ainsi dans tous les styles, en suivant les modes du moment : mondo (L’Amérique à nu) (14), western (Mannaja, l’homme à la hache) (15), comédie polissonne (Les Zizis baladeurs (16), avec Edwige fenech et Barbara Bouchet), giallo (La Queue du scorpion) (17)... Ces deux titres les plus fameux en France relèvent du domaine de l’aventure exotique : Le Continent des hommes-poissons (18), dans l’esprit des romans de H.G. Wells et Jules Verne, et La Montagne du dieu cannibale (19), dans un style nettement plus horrifique. Après 2019 après la chute de New York, il reviendra encore à la science-fiction avec Atomic cyborg (20), louchant cette fois vers le Terminator (21) de Cameron.
(14) http://www.cineplus.com/fr/affiches-originales-francaises-de-cinema/82-affiche-cinema-originale-amerique-a-nu-1972-documentaire-de-sergio-martino.html
(15) http://www.arte.tv/sites/fr/olivierpere/2012/10/30/mannaja-lhomme-a-la-hache-de-sergio-martino/
(16) http://www.toutlecine.com/film/0037/00374698-les-zizis-baladeurs.html
(17) http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=1234
(18) http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Continent_des_hommes-poissons
(19) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Montagne_du_dieu_cannibale
(20) http://fr.wikipedia.org/wiki/Atomic_Cyborg
(21) http://fr.wikipedia.org/wiki/Terminator
Le rôle principal de 2019 après la chute de New York est tenu par Michael Sopkiw, dont c’était le premier rôle, et qui avait auparavant fait le mannequin pour payer ses études en art dramatique. La suite de sa carrière s’inscrit définitivement dans une tradition bis purement latine : Apocalypse dans l’océan rouge (22) de Lamberto Bava, Prisonnières de la vallée des dinosaures (23) de Michele Massimo Tarantini et Blastfighter, l’exécuteur (24), à nouveau de Lamberto Bava !
(22) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-apocalypseoceanrouge-apocalypse-dans-l-ocean-rouge.html
(23) http://fr.wikipedia.org/wiki/Prisonni%C3%A8res_de_la_vall%C3%A9e_des_dinosaures
(24) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-blastfighterlexecuteur-blastfighter-l-executeur.htm
A ses côtés, on trouve des comédiens dont les filmographies forcent, elles aussi, le respect. Il y a le bien connu George Eastman (Anthrophagous (25), Caligula, la véritable histoire (26), Le Gladiateur du futur (27)... pour ne citer que des titres réalisés par Joe d’Amato). Mais on trouve aussi d’autres acteurs aux cv bien remplis et aux traits familiers : Edmund Purdom, Romano Puppo et Al Yamanouchi, notamment...
(25) http://fr.wikipedia.org/wiki/Antropophagus
(26) http://lepetitcinemadestephane.blogspot.fr/2011/07/caligula-la-veritable-histoire.html
(27) http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-gladiateurdufutur-le-gladiateur-du-futur.html
http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=589

Sergio Martino
Né le 19 juillet 1938 à Rome.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sergio_Martino

Ernesto Gastaldi
http://www.commeaucinema.com/personne/ernesto-gastaldi,44621
http://www.horreur.net/fiche.php?nom=Ernesto%20Gastaldi

Gabriel Rossini
http://www.imdb.com/name/nm0744410/
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/388647/gabriel-rossini

Giancarlo Ferrando
http://www.commeaucinema.com/personne/giancarlo-ferrando,64664
http://dvdtoile.com/Filmographie.php?id=45716

Michael Sopkiw
http://www.nanarland.com/acteurs/Main.php?id_acteur=mickaelsopkiw

Valentine Monnier
http://fr.wikipedia.org/wiki/Valentine_Monnier
http://www.imdb.com/name/nm0598367/
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=76713

Anna Kanakis
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=80432

Romano Puppo
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=35046

Paolo Maria Scalondro
http://www.cinemotions.com/Paolo-Maria-Scalondro-nm46705

Edmund Purdom
Né le 19 décembre 1924 à Welwyn Garden City (Gb) et décédé le 1er janvier 2009 à Rome.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edmund_Purdom

Serge Feuillard
http://www.imdb.com/name/nm0275423/

Al Yamanouchi
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=77476

Jacques Stany
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=110304

Franco Mazzieri
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=207189

George Eastman
Né le 16 août 1942 à Gênes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Eastman_%28acteur%29

extrait(s) de presse

Nanarland - Après la projection d’un tel film, rien ne nous vient à l’esprit sinon "Vite, un autre !"
Devil dead - "2019 après la chute de New York" est un sympathique film de science-fiction post-apocalyptique, souffrant de certains défauts évidents (rythme, interprétation, direction artistique...), mais que sa modestie et l'originalité de sa dernière demi-heure sauve en partie.
àVoir-àLire - Il s’agit sans conteste de l’un des dernier grands jalons du cinéma bis transalpin...
Horreur - Un sympathique nanar à regarder avec plaisir...
Les Déjantés du ciné - Pour les curieux et pour les amateurs de nanars, ce long métrage reste un modèle du genre.
Horreur - Je ne vous dis pas si nos héros trouveront la dernière femme féconde, je préfère laisser le suspense…
Horror detox - Doté de passages hilarants et filmé à l’emporte pièces, "2019" a encore de nos jours une force, un impact sur les cinéphiles peu regardants qui l’érige au statut d’icône du Z rital….
Cinemaland - Le rythme soutenu et la violence généreuse compense une action brouillonne et des effets spéciaux défaillants, rendant, au final, "2019 après la chute de New York" plutôt sympathique pour les nostalgiques du bis post-nuke...