Dead shadows - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Dead shadows

Dead shadows

France - 2012 - 1h18
L' Etrange festival 2012
film - film francophone
de

David Cholewa

scénario : Vincent Julé
direction de la photographie : Thomas Ramès
musique ou chansons : Kevin Riepl
avec : John Fallon (John), Gilles Barret (Dad), Margaux Devy, Sylvain Dubois (Tramp), Norbert Ferrer (Rapist), Blandine Marmigère (Claire), Franck Penaud (lead soldier), Christophe Perez (mutant), Aurèle Petitpierre, Baya Rehaz (la cliente de l'épicerie), Rurik Salle (le chef Thug), Johanna Seror (Laure), Vanessa Valence (Mom)
séances : semaine du mercredi 20 novembre 2013
mercredi 20 jeudi 21 vendredi 22 samedi 23 dimanche 24 lundi 25 mardi 26
01:00*
séance spéciale :
* dimm 24 à 01h00 Nuit fantastique dans le cadre du festival le Rayon fantastique organisé en partenariat avec Hidden circle, la Nef, le Lisa et la revue Metaluna tarif préférentiel 5 films = 12,50 €

synopsis

Les parents du jeune Chris meurent brutalement suite au passage de la Comète de Halley. Onze ans plus tard, une nouvelle comète apparaît et tout le monde dans l’immeuble de Chris se prépare pour une fête célébrant l'événement. Il y a même une "apocalypse party" qui s’organise. Quand la nuit tombe, Chris découvre que les gens commencent à agir étrangement et ils semblent en quelque sorte connectés à la comète. Ils sont de plus en plus désorientés et violents et il ne faut pas longtemps avant qu'ils ne commencent à muter en quelque chose d’au-delà de ce monde. Dans une lutte pour la survie, Chris tente de s’échapper de son immeuble avec l'aide d'un locataire. Mais en sortiront-ils vivants ?

notes de production

Le film de genre français est moribond en 2012. Marqué par des échecs publics et critiques répétés lors des sorties salles sur notre territoire, il semblerait que seule la voie des ventes à l’étranger et le dtv (1) soit la planche de salut. Les mauvais résultats des récents Livide (2), La Meute (3) ou encore de Lady blood (4) à l’autre côté du spectre démontrent une désaffection générale du public. La vague de la french horror est passée sans que le grand public y ait vraiment prêté attention. Mais de voir un projet comme Dead shadows surgir hors des circuits de production traditionnels étonne quelque peu.
(1) direct-to-video http://www.nanarland.com/glossaire-definition-30-D-comme-direct-to-video-ou-dtv-ou-v.html
(2) http://www.citebd.org/spip.php?film777
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Meute_%28film,_2010%29
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lady_Blood

Tourné en langue française, avec une caméra Red (format 2.10 :1) et pour un budget de 150.000 euros, la copie visionnée lors du Marché du Film de Cannes 2012 n’était toutefois pas la version définitive. Le son 5.1 n’étant pas terminé, tout comme certains effets spéciaux. Le mixage sonore doit être refait par Alan Howarth, célèbre ingénieur du son, collaborateur régulier de John Carpenter et compositeur, entre autres, des Halloween 4, Halloween 5 et Halloween 6 à ses heures (6). Une belle référence. Il est également à noter au générique la présence de César Ducasse et Mathieu Peteul en qualité de monteurs : ils sont les auteurs du métrage norvégien horrifique (et sympathique) Dark souls (5).
(5) suite horrifique dont le préquel, signé John Carpenter, est sorti en France (14 mars 1979) sous le titre La Nuit des masques.
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Nuit_des_masques
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dark_Souls_%28film%29

Ce qui surprend de prime abord, c’est l’aspect très professionnel de l’ensemble du métrage. L’insuffisance budgétaire demeure un handicap visible de manière régulière sur le film. Mais ce que le budget restreint, la narration le compense par l’inventivité et l’obtention d’un vrai ton à part. L’ambition de décrire une invasion extra-terrestre pour une telle somme ne prend pas le spectateur pour un benêt pour autant. Mêlées aux influences assumées des années 80, on pourra même y déceler une réplique 4x4/Fusil à pompe du final de Demons (7) de Lamberto Bava (8), le métrage va nous proposer une ambiance apocalyptique graduelle, comète, créatures et chairs pantelantes à l’appui.
(7) http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mons_%28film,_1985%29
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lamberto_Bava

Pour ce faire, Dead shadows décide de suivre la trajectoire du héros, jeune geek travaillant pour une hotline informatique. Malade, il a un besoin vital de lumière qu’il laisse en permanence dans son appartement. Sa fixette sur sa voisine de palier sera en outre le catalyseur de l’histoire. La fête de l’apocalypse prévue en face de leur immeuble se vivra comme une ultime mise en attente du genre humain. Et Chris d’espérer une attention de la part de sa voisine extravertie. Lui, étant renfermé, timide et ambigu. A ce stade, il devient évident que la crédibilité de cette aventure repose sur les frêles épaules de l’acteur principal, Fabian Wolfrom. Un choix judicieux et une direction d’acteur qui tape dans le mille : sa fragilité devient la force de Dead shadows. Il est juste parfait pour le rôle...
http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=2349&NamePage=dead-shadows

Entretien avec David Cholewa
"Dead shadows" est ta première expérience de réalisation ?
J’avais réalisé un court-métrage il y a une dizaine d’années que je ne montrerais je pense jamais ! (rires). J’ai toujours voulu produire et monter des projets de film de genre. Et puis m’atteler à la réalisation un jour ou l’autre. Je me suis très bien entouré. J’ai demandé à François Gaillard (Ndlr : le co-réalisateur de Blackaria (9) et Last caress (10)) de venir sur le tournage pour être mon conseiller artistique. Il m’a épaulé, motivé et donné des bons conseils. J’avais aussi une idée très précise de l’ambiance que je voulais, très typée années 80. Mes influences sont aussi très bédé. Je pense à "Druuna" de l’italien Serpieri avec une héroïne qui évolue dans un futur apocalyptique plein de monstres. La bédé est très sexe. Il n’y en a pas dans le film, mais on a gardé les mutations qui peuplent l’univers de "Druuna"...
http://www.devildead.com/indexdossier.php3?langage=1&maindossier=58
(9) http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=2183&NamePage=blackaria
(10) http://www.devildead.com/indexfilm.php3?FilmID=2243

Vincent Julé
http://www.franceinter.fr/personne-vincent-jule

Thomas Ramès
http://www.unifrance.org/annuaires/personne/367958/thomas-rames

Kevin Riepl
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=210781

John Fallon
http://www.devildead.com/listname.php3?section=0&langage=0&id=25338&tid=0&laction=666

Gilles Barret
http://www.devildead.com/videos.php3?videoid=3779&id=67515&tid=0&laction=666

Margaux Devy
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/407597-margaux-devy.html

Sylvain Dubois
http://www.acteursassocies.com/fiche.php?id=49

Norbert Ferrer
http://fr.wikipedia.org/wiki/Norbert_Ferrer

Blandine Marmigère
http://www.imdb.com/name/nm2208304/

Christophe Perez
http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=528438.html

Baya Rehaz
voir fiche du film La Vie d’Adèle, chapitres 1 & 2
http://www.citebd.org/spip.php?film1101

Rurik Sallé
http://www.ruriksalle.com/

Johanna Seror
http://www.agencesartistiques.com/Fiche-Artiste/392919-johanna-seror.html

Vanessa Valence
Née le 6 mars 1972 à Nîmes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vanessa_Valence

extrait(s) de presse

Allo ciné - Ça fait plaisir à voir ! Bref, "Dead shadows" est un film que je conseille à toute personne ayant envie de se dépayser du marasme ambiant...
Devil dead - Des effets professionnels, soignés qui font plaisir à voir...
Film de culte - À réserver à un public plus qu'averti.
Le Journal des sorties - À ne conseiller qu’aux gros amoureux déviants du cinéma bis, les autres aller voir ailleurs…
Films de goût - "Dead shadows" est un putain de petit film avec des mutants lovecraftien, une ambiance apocalyptique, une série B avec ce qu'il faut de monstre et son clodo/punk halluciné qui joue mal. Y'a de quoi être fier du résultat, et regretter une fois de plus que les distributeurs français soient si frileux.
Frenetic arts - Scénarisé par le journaliste Vincent Julé et interprété entre autres par Rurik Salé, journaliste chez "Mad Movies", le premier long-métrage de David Cholewa est avant tout un film de potes...