Kiss contre les fantômes - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image
familles et jeune public groupes scolaires et parascolaires visiteurs en situation de handicap
FR | EN
accueil > à l'affiche au cinéma > Kiss contre les fantômes

Kiss contre les fantômes

Kiss meets the phantom of the park
Usa - 1978 - 1h36
sorti en France le 9 avril 1980
film - version française
de

Gordon Hessler

scénario : Jan Michael Sherman, Don Buday
direction de la photographie : A. Robert Caramico
musique ou chansons : Kiss
avec : Kiss (Gene Simmons, Paul Stanley, Peter Criss, Ace Frehley), Anthony Zerbe (Abner Devereaux), Deborah Ryan (Melissa), Terry Lester (Sam Farrell), Carmine Caridi (directeur du parc)
séances : semaine du mercredi 13 novembre 2013
mercredi 13 jeudi 14 vendredi 15 samedi 16 dimanche 17 lundi 18 mardi 19
21:00*
séance spéciale :
* mardi fantastique : "rock en saigne" soirée organisée en partenariat avec Hidden circle, la Nef et Métaluna dans le cadre du festival "Le Rayon fantastique". tarif préférentiel : 2 films = 7 € voir fiche du film "Spinal tap"

synopsis

Le groupe de rock Kiss est en pleine préparation d'un concert dans un parc d’attraction futuriste. Lorsque Abner Devereaux, le concepteur des robots mannequins du parc apprend sa mise à la retraite, il décide de contrecarrer tous les plans du nouveau directeur du parc. Caché dans les sous-sols du parc, Devereaux a trouvé un moyen de cloner les humains en robots. Il décide de capturer les quatre membres de Kiss pour tester cette nouvelle technologie et lancer son attaque contre le monde...

notes de production

Techniquement, Kiss contre les fantômes est en fait un téléfilm, produit pour 2 ou 3 millions de dollars (une assez coquette somme pour l’époque) par la célèbre firme Hanna-Barbera (1) et diffusé le 28 octobre 1978 sur la chaîne américaine Nbc. Il connaîtra néanmoins une exploitation en salles en dehors des Etats-Unis et sortira en France sous le label Parafrance.
(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Hanna-Barbera_Productions

Ce qu’il y a d’amusant avec le nanar (2) musical, c’est de voir comment des films conçus à la base comme des tremplins pour jeunes vedettes en pleine ascension ont pu se transformer en véritables boulets, et comment d’autres, sensés parachever la notoriété de stars de la chanson déjà au sommet, n’auront réussi qu’à les faire lourdement chuter de leur piédestal, les contraignant à se remettre en selle avec embarras et humilité sous le regard consterné de leurs fans. Amusant surtout de constater combien - que la production fut frappée d’impécuniosité ou pétée de brouzoufs, qu’il se soit agit d’un opéra-rock, d’épanchements disco ou d’une bluette rap - le degré d’égarement fut peu ou prou le même au cours des trois ou quatre décennies écoulées.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Nanar
Ayons donc une pensée émue, au hasard des souvenirs épars et forcément subjectifs de votre serviteur, pour :
les Monkees (Head)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Head_%28film%29
les Bee Gees (Sgt Pepper’s lonely hearts club band)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sgt._Pepper%27s_Lonely_Hearts_Club_Band_%28film%29
les Who (Tommy)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tommy_%28film%29
Led Zeppelin (The Song remains the same)
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Song_Remains_the_Same
les Village people (Can’t stop the music)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Rien_n%27arr%C3%AAte_la_musique
les Ramones (Rock’n’ roll high school)
http://www.skyminds.net/rock-n-roll-high-school-1979/
Pia Zadora (Voyage of the rock aliens)
http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-rockaliens-rock-aliens.html
Michael Jackson (Moonwalker)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Moonwalker
Prince (Purple rain)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Purple_Rain_%28film%29
Vanilla ice (Cool as ice)
http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-coolasice-cool-as-ice.html
Mariah Carey (Glitter)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Glitter_%28film%29
Spice girls (Spiceworld)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Spice_World,_le_film

Kiss contre les fantômes s’inscrit évidemment dans cette vaste stratégie commerciale pensée par Bill Aucoin (3), qui s’était déjà traduite par la sortie un an auparavant d’un comic-book à la gloire de nos fringants chevelus. Coup de pub ultra payant : ces derniers avaient mélangé quelques gouttes de leur sang à l’encre rouge du premier numéro, qui restera la meilleure vente de Marvel pendant 10 ans ! Dans ces aventures sur support papier, les membres du groupe étaient élevés rien moins qu’au rang de super héros dotés de super pouvoirs, une idée reprise dans le film et qui nous donne le line-up suivant :
- Peter Criss, alias Cat man, bénéficie d’une agilité hors normes et peut faire des bonds prodigieux. A part ça, il sait taper sur une batterie.
- Ace Frehley, alias Space ace, peut se téléporter. Accessoirement, il peut gratter les cordes d’une guitare.
- Paul Stanley, alias Starchild, peut tirer des rayons laser avec son oeil droit, lui permettant notamment de contrôler l’esprit d’une personne et d’écouter des conversations à distance. Lui aussi sait tenir une guitare entre ses mains.
- Gene Simmons, alias The Demon, est doté d’une force surhumaine et peut cracher du feu. Il sait aussi jouer un peu de guitare basse en braillant dans un micro.
(3) http://awesomerock.forumpro.fr/t7094-kiss-bill-aucoin-est-mort

Telle la progéniture d’Adam et Eve, Kiss contre les fantômes aura été enfanté dans la plus grande douleur. Ainsi, selon les infos que l’on peut glaner sur le net, le tournage se serait déroulé dans l’urgence, bouclé en cinq semaines, avec des membres de Kiss qui auraient été briefés à la va-vite sur la notion de jeu d’acteur et un scénario qui aurait connu de nombreux remaniements de dernière minute. En outre, c’est à cette époque que des tensions internes naissent au sein de la formation. Ace Frehley et Peter Criss supportent en effet de plus en plus mal l’opportunisme carriériste de Kiss ainsi que le leadership de Stanley et Simmons sur les compositions. Les deux musiciens connaissent par ailleurs des problèmes de drogue de plus en plus préoccupants. Très peu coopératifs, Ace Frehley se serait disputé à de nombreuses reprises avec le réalisateur (un jour où il a quitté le plateau furax, c’est sa doublure pour les cascades - un Noir maquillé et emperruqué ! - qui a dû tourner ses scènes) et Peter Criss aurait été défoncé au point de marmonner ses lignes de dialogue de façon incompréhensible, obligeant la production à embaucher l’acteur Michael Bell pour le doubler en post-production. Bref, pas les meilleures conditions du monde pour accoucher d’un film potable...
Signalons qu’au début des années 80, un autre projet de film aurait été envisagé par Kiss avant d’être abandonné suite à de nombreux problèmes. Prévu pour être produit par Bob Ezrin (4) (qui a été amené à remplacer Bill Aucoin), il se serait agit d’un ambitieux concept album + film dans la lignée du The Wall de Pink Floyd, mais sur une thématique à la Excalibur. On ne peut évidemment que regretter que le projet n’ait pas abouti...
http://www.nanarland.com/Chroniques/chronique-kiss_contre_les_fantomes-kiss-contre-les-fantomes.html
(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Bob_Ezrin

Cette rencontre du 3ème type entre le hard rock du célèbre groupe étatsunien Kiss et l’univers fantastique n’est pas véritablement une grande réussite. Des films comme Phantom of the paradise (5) ou The Rocky horror picture show (6) nous ont pourtant précédemment démontré que de telles tentatives n’étaient pas obligatoirement vouées à l’échec.L’aspect spectaculaire des maquillages et de concerts du groupe Kiss dont l’inspiration est largement puisée dans les images démentes des bandes dessinées étatsunienes (Marvel comics ont même consacré une bédé au groupe) pouvait laisser espérer une œuvre délirante et drôle...
Certaines idées étaient pourtant au départ assez intéressantes : la situation de l’histoire dans un parc d’attractions par exemple...
Philippe Ross in La Saison cinématographique 80
(5) http://fr.wikipedia.org/wiki/Phantom_of_the_Paradise
(6) http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Rocky_Horror_Picture_Show

Gordon Hessler
Né le 12 décembre 1930 à Berlin.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gordon_Hessler
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=31827

Kiss
Groupe de hard-rock fondé à New York en 1973, Kiss se distingue d’emblée des autres formations de l’époque par un maquillage outrancier et un sens du spectacle certain. La notoriété du groupe tiendra d’ailleurs beaucoup plus à son look et ses prestations scéniques hautes en couleurs qu’à la qualité très discutable de ses compositions. Kiss, c’est en fait et surtout une formidable machine commerciale.
Sous la houlette de Bill Aucoin, le manager artistique du groupe, sera rapidement créée une entreprise de produits dérivés, baptisée Niocua (Aucoin à l’envers !). Sacrifiant son intégrité artistique sur l’autel du mercantilisme, Kiss s’emploiera à plaire à un public toujours plus jeune et génèrera un merchandising lucratif, multipliant les babioles à l’effigie du groupe que la Kiss army - comme aiment à s’autoproclamer leurs légions de fans - s’empressera d’acheter.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kiss

Gene Simmons
Né Chaim Witz, ou encore Eugene (Gene) Klein le 25 août 1949 à Haïfa (Israël).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gene_Simmons

Paul Stanley
Né Stanley Harvey Eisen le 20 janvier 1952 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Stanley_%28artiste%29

Peter Criss
Né George Peter John Criscuola le 20 décembre 1945 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Criss

Ace Frehley
Né Paul Daniel Frehley le 27 avril 1951 à New York.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Ace_Frehley

Anthony Zerbe
Né le 20 mai 1936 à Long Beach.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anthony_Zerbe

Terry Lester
Né le 13 avril 1950 à Indianapolis, décédé le 28 novembre 2003.
http://www.toutlecine.com/star/filmographie/0001/00017961-terry-lester.html

Carmine Caridi
Né à New York le 23 janvier 1934.
http://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=51640
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carmine_Caridi

extrait(s) de presse

Nanarland - Une nullité telle à vrai dire qu'elle permit au film d'accéder au rang d'oeuvre culte parmi les cinéphages avides et les adorateurs du mauvais goût, là où un film simplement un peu mauvais aurait vraisemblablement sombré dans les oubliettes de l'Histoire. Presqu'un mal pour un bien en somme.
Devil dead - "Kiss contre les fantômes" est un beau moment de délire que les fans du groupe appécieront ne serait ce que pour revoir leurs idoles maquillées et réecouter en live quelques uns de leurs grands succés.
L'Express - A cette époque, le contraste est saisissant entre leur succès commercial et les tensions au sein du groupe...
T411 - Culte, drôle, improbable, bref, parfait !